MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

au plus mal, submergé par mes emotions,

P
30 ans 116
bonjour, je savais pas ou poster donc je viens ici
en fait j'ai juste besoin de me vider, de mettre des mots sur mes emotions, parcque je suis vraiment male
voila aujourd'hui  
je passais une msp car je suis a l'ecole d'aide soigante, ma prof est venue m'evaluer et ca c'est mal passer, j'ai quand meme la moyenne mais de justesse, ma prof a avoué être déçue de mon soins, alors que je trouvais ca pas si mal meme si c'était loin d'etre pafait. ensuite la personne de mon stage m'a décris et la ce fut pour moi le drame, elle a dit que je passait pour " quelqu'un de sure d'elle qui sait ce qu'elle veut, et qui croit un peu tout savoir, comme si je n'avais rien a apprendre". j'ai encaissé avec difficulté luttant pour empêcher mes yeux de briller, tellement je sentais les larmes monter et une grosse boule enorme a l'interieur de moi, tellement j'etais mal,je lui ai dis que je ne savais pas qu'on me percevait comme ca ici, en fait ce n'est pas du tout ma personnalitée, au contraire je travail pour prendre confiance en moi, je suis toujours en train de douter, le truc c'est qu'au cours de mon stage je n'ai pas oser poser de questions et je sais pas comment dire malgres que je trouve cela passionant je n'ai pas reussi a minvestir comme j'aurais voulu.
du coup j'ai encore moins confiance en moi, j'ai honte, je suis decue de moi meme, je me trouve decevante, nulle j'ai l'impression que je ne serais jamais une bonne professionnelle, je fais que de pleurer, je suis trop mal, j'en ai mal a la tete de pleurer autant...
bref je suis au fond du trou ce soir, limite envie d'arreter la formation mais non je sais que je suis presque a la fin il me reste deux mois et je dois aller au bout, en attendant il me reste une semaine de stage, et je vais essaye de vehiculer une meilleure image mais cela va etre dur de travailler la bas en sachant ce qu'il pense de moi et ne me voit pas vraiment comme une bonne professionnelle.
je me demande si je fais pas une petite deprime, depuis 15 jours je suis pas tres bien, ce soir j'ai voulu prendre des antidépresseurs (d'avant) mais j'en ai pas je n'ai que des somnifères
bref ca ma pas vraiment fait de bien d'ecrire j'ai encore cette enorme boule a la gorge, et je me sens vraiment vraiment nulle , j'ai honte de la personne que je suis, je me sens ininterressante et nulle et moche en plus :cry: :cry:
34 ans Orgrimmar 6511
Bon, je ne sais pas trop quoi te répondre mais de voir que personne ne te met un petit mot me fout les boules.

Mon frère a aussi eu ce genre de problèmes lors de ces stages en école d'infirmier. C'est quelqu'un de peu sûr de lui mais qui se montre sous un jour inverse, presque avec trop d'assurance, voire l'impression qu'il se désintéresse de tout alors que ce n'est pas du tout le cas.
J'imagine que c'est un moyen de défense, mais inapproprié dans certains moments!

La seule chose que je peux te dire c'est que ça ne fait pas de toi une personne nulle, tu es jeune (je suis pas bien plus vieille mais je commence tout juste à régler le "problème", donc^^) et c'est normal que parfois l'émotivité prenne le dessus. Ca prouve dans le cas que tu décris que tu ne t'en fous pas, de ton stage!!

De plus, c'est fréquent qu'on ne voie pas la personne qu'on a en face de soi véritablement, parce que celle ci se cache. Dévoile toi un peu plus sur cette dernière semaine, et tu verras que les gens se raviseront. De plus, tu leur montreras ainsi que tu as bien écouté leurs remarques, et que tu es pleine de bonne volonté.

Le fait que tu te poses des questions et que tu aies à coeur d'être une bonne professionnelle, te met déjà sur la bonne voie pour en être une, de bonne pro ;)
Donc, hop! Relève toi, garde courage, surtout que c'est bientôt fini! Donne le meilleur de toi, et je suis certaine que tu réussiras :)
38 ans aude 792
Je voulais te répondre et puis j'ai complètement oublié :oops: . Mon premier stage aussi s'est mal passé mais je sais que c'était dû à ma grande anxiété qui m'empêchait de pouvoir me concentrer et m'appliquer. Est-ce que tu penses que quand tu es au travail, tu es disponible mentalement pour effectuer les tâches sereinement? Ou est-ce que tu as des soucis de stress/panique/ déprime/phobie... qui font que tu as du mal à être pleinement dans l'action que tu as à accomplir?
Je te demande ça parce que j'ai un trouble anxieux généralisé et ça m'a beaucoup pénalisée au travail. C'est quelque chose qu'il faut soigner avec psychothérapie/médicaments/médiation corporelle... car c'est très handicapant et ce n'est pas de la faute du sujet s'il en est atteint.
Tu parles de somnifères et d'antidépresseurs, pourquoi te les a-t-on prescrits?

Ensuite, le milieu du travail n'est en principe pas un milieu où on peut trop dévoiler ses émotions, il vaut mieux être neutre et sérieux. Mais là, tu travailles en milieu médical, alors peut-être que tu vois des choses difficiles pour toi et que tu n'as pas encore appris à te blinder contre ça?

Bravo =D> d'avoir réussi ton évaluation, car tu l'as réussie, et c'est ce qui compte. Tu n'as pas à te dévaloriser comme ça. ça a été difficile, mais tu y es arrivée. :teddy:

Le fait que tu te fasses tellement de mouron est "positif" dans le sens où tu aspires de tout ton cœur à être une bonne professionnelle, et c'est très estimable. Peut-être es-tu un peu trop perfectionniste et mets-tu la barre tellement haut que tu ne peux pas atteindre tes objectifs?

Ce qui est chouette, c'est que maintenant tu sais ce qu'il faudra faire la prochaine fois pour t'améliorer, tu vas apprendre de tes erreurs. Tu pourras rechercher à communiquer davantage avec tes collègues et tes supérieurs pour bien cerner ce qu'ils attendent de toi, tu pourras peut-être demander des évaluations intermédiaires histoire de te "recadrer",... C'est étonnant qu'ils ne t'aient pas fait part plus tôt de leurs interrogations; on pourrait dire qu'ils ont leur part de responsabilité aussi, ils ont pêché par omission.
Tu pourras aussi poser davantage de questions. En plus, tu vas les flatter parce qu'ils seront contents d'en savoir plus que toi et de pouvoir t'en apprendre.

N'arrête surtout pas tes études maintenant, tu le regretterais toute ta vie. Dis-toi que tu débutes, que c'est normal de se tromper, que tu n'es là que pour apprendre et pour progresser, et ça tombe bien, c'est ce que tu fais! :D
Bon courage! :kiss: Bientôt, ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir et tu verras que tu en auras retiré plein d'enseignements.
P
30 ans 116
merci yuutsu
merci pour ton message c'est tres gentil
c'est encore tres dur ce soir psychologiquement et la journée fut dure
j'ai du passer la journée avec un masque comme si tout allait bien, alors qu'a l'intérieur tout allait mal, la boule a la gorge j'ai retenu mes larmes toute la journée et j'ai craqué la porte de l'établissement a peine fermée
c'est dur pour moi de savoir que les gens pense que je crois connaitre tout et que je suis sure de moi, alors qu'au contraire je ne suis pas du tout sure de moi, seulement je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas a oser aborder les professionnels pour des questions, ex: aujourd'hui j'aurais bien voulu passer la journée avec l'infirmier mais j'ai pas oser lui demandé"
je me sens encore plus faible, et je n'arrive pas a comprendre l'interprétation de mon comportement qu'a vraisemblablement eu l'équipe
bref je peux plus faire grand chose, on a pas deux fois la chance de faire une première bonne impression
faut que j'essai de donner le maximum mais du coup c'est dur car pour le cou la j'ai vraiment plus confiance en moi, et je doute de mes capacités etre une bonne professionnelle
c'est dur de retenir tout ca la journée pour craquer et tout lacher le soir
demain j'ai rendez vous avec mon medecin, je vais voir ce qu'il me propose pour aller mieux parcque la je me sens trop mal et j'arrete pas de pleurer :cry:
si tu me relis merci encore yuutsu
38 ans aude 792
Je ne sais pas si tu connais le livre "Imparfaits, libres et heureux" de Christophe André. Comme il m'a beaucoup plu, j'en ai recopié des extraits et ils m'aident bien quand je me sens nulle. J'ai envie de t'en mettre quelques uns:

"Dans une soirée, la plupart des convives connaissent très bien un sujet et en parlent avec animation. Vous n’y connaissez rien. Si vous l’acceptez, vous allez passer un moment intéressant, apprendre des choses, oser poser des questions. Ce sera facile si vous acceptez de ne pas savoir, et si vous admettez que cela puisse se voir. C’est exactement ce que permet une bonne estime de soi : s’accepter limité à certains moments et dans certains domaines, j’ai parfaitement le droit de ne pas connaître. Acceptation flexible. Vous pourrez même en jouer un peu parfois, c’est assez amusant, vous verrez. Et toujours confortable, finalement. Etrangement, on se sent le cœur extrêmement léger une fois qu’on a accepté de bonne foi son incompétence dans un domaine particulier. Qu’il est doux le jour où nous renonçons à rester jeunes ou minces !
L’attitude d’acceptation repose d’une part sur le respect de soi : être convaincu de sa valeur en tant qu’être humain, être convaincu que ses imperfections ne condamnent pas une personne et que sa valeur réside au-delà de l’existence de ses faiblesses."

"Accepter les critiques et les remarques négatives sur soi sans s’énerver ; demander, au contraire, davantage de précisions ; ne pas céder à ce premier mouvement qui nous pousse, comme par réflexe, à nous justifier, nous défendre… Il suffit de porter sur ses réflexes un œil bienveillant et amusé. Un regard amical sur soi-même…"

"Se donner le droit de dire tout simplement « je ne sais pas », « je n’y connais rien », « désolé, je n’y arrive pas », « je n’ai rien compris », « c’est vrai, ce comportement est parfois un peu absurde ou ridicule » "

"Personne ne m’est « supérieur » en tant qu’être humain et je ne suis supérieure à personne. Si supériorité il y a, elle réside dans l’expérience, l’entraînement dans des domaines précis. Tout ça peut s’apprendre et s’acquérir si on le souhaite. Question de temps et de travail. Il faut juste décider si cela en vaut pour nous la peine."

"Elargir le regard sur soi : se voir comme une pers globale, élargir sa vision de soi, et ne pas se réduire à ses faiblesses, ses limites, ses défauts. Ne pas se concentrer sur ses manques. Me rappeler que je ne suis pas qu’un gros tas de défauts ! "

"Tout le monde peut dire des bêtises, pas que moi. Se remettre à prendre le risque des regards et des jugements sur soi permet de retrouver la liberté et ses immenses avantages. Moralité : ne pas se cacher tout entier pour dissimuler seulement un petit morceau de soi-même. "

"Toujours se sentir capable de révéler ses faiblesses, en fonction des interlocuteurs, des circonstances, des milieux,…
Dans tous les cas, la seule solution, la plus apaisante, la plus honnête, la plus forte, et finalement la plus enrichissante, c’est pourtant de dire « Je ne sais pas », ou « J’ai peut-être tort ». "

Il y en aurait beaucoup d'autres, mais bon, tu liras le livre si ça te parle ;) . Après, je sais que c'est bien beau la théorie, mais que dans les faits ce n'est pas toujours aussi simple, mais j'espère que ça t'aidera quand même un peu :) .
34 ans Orgrimmar 6511
Helvetia te donne de très bons conseils :)
Peut être pourrais tu en plus demander à parler à ta responsable de stage en tête à tête, et lui expliquer ce que tu nous dis?
Le dialogue dénoue beaucoup de choses!
Courage
:kiss:
P
30 ans 116
merci pour votre soutien
helvetia les citations que tu me met m'amené a réfléchir ,et c'est vrai que en fait j'ai du mal a accepter la critique, je suis preneuse de remarques et je demande beaucoup de commentaires sur ce que je fais, mais j'ai l'impression que je voudrais être parfaite, je sais que je suis plutôt perfectionniste mais la ca craint
aussi j'ai eu une remarque sur la communication comme quoi yen avait pas assez et c'est une remarque qui est revenue a tous mes stages, j'ai donc l'impression de ne pas avoir évolué
yuutsu j'ai reparlé avec ma responsable et elle m'a dis que c'était pas catastrophique, en fait elle m'a remis ma feuille de stage et j'ai 99 sur 114, elle m'a dis que j'avais de la technique que ca se voyait que je savais faire des soins mais que la communication n'était pas bonne, que je parlais pas avec l'équipe, que j'avais tout fait dans mon coin, même pour la démarche si j'avais demande de l'aide au lieu de vouloir gérer seule elle aurait été mieux et plus aboutie(parce que là la honte il me manquait plein d'informations)je suis déçue de moi même j'ai vraiment l'impression de pas avoir évoluer et je pense que j'ai vraiment des problèmes de communication :(

sinon j'ai été voir mon médecin vendredi soir: il a voulu que je lui explique tout ce qui s'était passé pour mieux comprendre, et j'ai fondu en larme encore :cry:
il a fait le lien avec une dépression que j'ai faite il y a 6 ans et ou j'ai arrête le bac 3 mois avant la fin et du coup je l'ai pas passe... il m'a demandé si y avait pas un rapport comme si je prenais fuite a chaque fois parce que j'ai la peur d'échouer :roll: :shock:
je voulais des plantes il m'a dis non, il m'a dis que je faisais un épisode dépressif réactionnel mais que c'était plus profond, il m'a prescrit du derox@t et je dois le revoir avant un mois
voila la topo merci pour votre soutien qui me reconforte un peu
P
30 ans 116
bonsoir
j'ai passe le week end chez ma famille et ca allait un peu mieux jusqu'à aujourd'hui
des mauvaises nouvelles me tombent dessus, avec la formation j'ai du mal a assumer financièrement et je suis dans la "merde", ma propriétaire ne veut pas baisser mon préavis a 1 mois alors que je suis au chômage, je dois donc attendre trois mois mais je déprime car les factures s'entassent et je me demande comment je vais faire pour payer
sinon je viens de savoir ou sera mon prochain stage et ca me stress, j'ai envie de tout arrêtera mais je vais essayer de continuer et prendre sur moi, je me dis que c'est une mauvaise période et que d'ici quelques mois ca ne sera plus qu'un mauvais souvenir, mais c'est dur je doute vraiment de moi et de mes capacitées et je me sens vraiment nulle a coté des autres, j'ai honte, heureusement plus que 3 jours de stage et apres les vacances
ca va me faire du bien je pense, mais je dois aussi bosser un ecrit a rendre pour la rentrée
bref moral a zero et déprime totale, mais je pleure moins par contre toujours une grosse boule au ventre qui me donne un enorme malaise
34 ans 24
Coucou Prisci !

Ton dernier message date d'il y a une dizaine de jours, et j'espère que tu vas mieux.

Cependant, j'avais envie de te répondre car ton histoire fait écho à la mienne; lorsque j'étais en 3ème année de licence à la fac, j'ai du passer mes premières épreuves orales individuelles avec chaque professeur, et là, ce fut le drame. L'approche des oraux me rendait malade (crise d'angoisse et de panique, vomissement, maux de tête, insomnies); j'avais l'impression que me présenter à ces examens était comme signer mon arrêt de mort. (le mot est fort, mais c'était vraiment le sentiment que j'avais)
Donc ma "solution" fut de ne pas me présenter aux oraux; je ne tentais pas donc forcément je me préservais de l'échec...mais aussi de la réussite.
Comme toi, en cours, un de mes professeurs avait jugé une de mes prestations orales incomplète et assez moyenne, ce qui ne m'a bien évidemment pas mise en confiance.
J'ai également été à deux doigts de ne pas me présenter au bac quelques années auparavant.

L'année suivante, j'ai été suivie par un homéopathe, combiné à une art-thérapeute ainsi qu'une eurythmiste. (oui j'avais sorti l'artillerie lourde ^^) J'ai aussi été sous deroxat. Bref, au final, je me suis présentée (non sans peine, ni sans crises de larmes), et j'ai enfin validé ces oraux.

Je suis désolée de m'être étalée ainsi, mais c'était d'une part pour t'affirmer que tu n'es pas seule dans ce cas, et d'autres parts, pour te dire de ne surtout pas abandonner.
J'ignore si c'est la même chose pour toi, mais ce qui me posait problème, c'était ces moments charnières de l'existence où quelque chose prend fin et une autre est sur le point de débuter; comme une petite mort nécessaire à la continuité de la vie.
Ton année est sur le point de se terminer et peut-être qu'inconsciemment tu appréhendes à l'idée de perdre ce que tu avais pour quelque chose de nouveau, l'inconnu.

Tu n'as raisonnablement aucune raison de penser que tu es nulle: 99 sur 114 c'est une très bonne note il me semble, et apparemment, tu es douée en technique, il n'y a que la communication à améliorer. En même temps, je crois savoir que c'est une formation qui dure un an...et un an pour apprendre un métier c'est quand même pas énorme; c'est tout à fait compréhensible qu'il y ait encore des domaines à travailler et à exercer!
Une amie est infirmière et je te promets qu'elle en a fait des vertes et des pas mûrs en stage (notamment laisser une aiguille de seringue dans la fesse d'un patient :lol: ) et lors de ses stages, elle a eu des remarques loin d'être très valorisantes; pourtant, elle a eu son diplôme. (et c'est une bonne infirmière!)

Ce n'est pas anodin si tu rencontres le même obstacle au moment de passer ton bac et à nouveau aujourd'hui; il faut y faire fasse; c'est le plus difficile mais tu y arriveras !
De plus, tu sembles aimer tes études et le métier que tu exerceras; ce n'est pas si fréquent alors courage, tiens bon.

Si cela t'intéresse, à l'époque, ma thérapeute m'avait conseillée pour les crises d'angoisse un produit s'appelant "rescue"; c'est à base de fleurs de bach, tu peux en trouver dans les magasins bio. Cela pourrait peut-être t'aider lors des mises en situation durant les stages si tu ne te sens pas mien.
J'avais aussi pris quelques mois avant les épreuves du "spasmine" (phytothérapie) et ça m'a bien apaisée.

J'espère ne pas avoir été trop soporifique...en tous les cas, je suis de tout coeur avec toi et je te souhaite d'aller de mieux en mieux; courage !

Bisous ;)
34 ans 24
(Veuillez m'excuser pour les fautes d'orthographe :oops: )
P
30 ans 116
merci doliprane pour ton message
c'est rassurant de savoir que je ne suis pas la seule dans ce cas, ca va un peu mieux presque plus de pleur mais toujours une boule au ventre une sensation de mal etre
j'ai reflechi et je pense que tu as raison, j'ai peur de la fin et du debut d'autre chose, surtout qu'apres la formation je devrais travailler en tant que vraie professionnelle et en autonomie et ca me fais tres peur, j'ai peur de pas etre a la hauteur, de ne pas reussir a assumer cette responsabilite, et ca m'angoisse vraiment maintenant que j'y pense
aussi comme toi j'ai decider d'aller voir un psy(aussi dans le but de la ra) mais je pense que ca me ferais beaucoup de bien, mais j'ai du mal a prendre le telephone pour appeler, faut que je saute le pas
sinon en fait je suis pas angoisée pendant l'epreuve, je suis stressé comme tout le monde, en fait a l'epreuve j'ai eu 16/30 :cry: c'est a l'evaluation de stage que j'ai eu 99 sur 114, en fait j'ai aussi peur du regard des prof sur moi, j'ai peur qu'il se dise que je suis nulle et que je serais une mauvaise aide soigante.
mais je vais pas abandonner, je vais tenir le coup, il me reste deux mois, et d'ici quelques moi ca sera un mauvais souvenir et je serais diplomé, je pourrais travailler et j'oublierais ce mauvais moment ( meme si apperement ca fait partie de mes demons en rapport avec l'arret du bac juste avant)
voila je sais pas si je suis claire
bonne nuit et merci ca fais du bien de se sentir ecouté, et ca m'apporte un grand reconfort
B I U


Discussions liées