MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Phobie scolaire

K
30 ans Normandie, represent! 102
Hello à tous,
J'ai souffert de phobie scolaire quand j'avais 15-16 ans. J'étais une bonne voire très bonne élève et assez soudainement j'ai été incapable de me rendre en cours. J'ai  
réussi à passer mon bac en candidat libre quand même. Puis j'ai alterné chômage et contrats dans la vente sans conviction. Grâce au pôle emploi j'ai pu suivre une formation afin de définir un projet pro qui me corresponde plus.
Dans un monde parfait, il aurait été possible de faire de mon hobby (à savoir la collection de poupées blondes) un job rémunérateur mais malheureusement ça n'est pas très sérieux de parier la dessus. J'ai donc décidé de tenter de réaliser mon projet d'ado qui ne m'avait jamais quitté: étudier l'anglais (langue que j'adore).
Je me suis donc inscrite à la fac, j'ai fait toutes les démarches (pas toujours simples quand on est demandeur d'emploi désirant re-devenir étudiant), j'ai acheté mes livres, je me suis inscrite dans les TD, j'ai choisi les options... Je me suis rendue plusieurs fois sur le campus sans que ça ne me pose problème.
Ce matin, je me suis levée, je me suis préparée. J'étais très stressée. Je suis allée à l'arrêt de bus, qui est parti sans moi, car je n'ai pas pu monter dedans. Ni dans le suivant. Je suis rentrée chez moi comme une loque, en larmes. Ma mère est venue en urgence et m'a conduite chez le médecin qui m'a prescrit des cachets.
Je me sens vraiment nulle, je me déçois énormément, j'ai l'impression de décevoir tout le monde et d'être une incapable. Je me sens ridicule, je sens que je vais rater ma vie. Je croyais que j'étais prête.
Y aurait il quelqu'un sur ce forum qui puisse me donner des clefs pour sortir de tout ça? Je précise que je suis suivie par un psy.
28 ans La Ville Rose 2103
Tu sais de quoi tu as peur exactement ?
De la foule ? Qu'on se moque de toi ? Peur d'échouer / de réussir ? Autre chose ?

Pour te donner du courage tu peux lister ce qui t'empêche d'y aller d'une part et tes motivations et buts à atteindre d'une autre. Tu les lis le matin pour te donner du courage. ça motive, enfin moi ça a marché après 2 ans à être terrorisée ( je n'allais pas aux inscriptions, j'avais trop peur ).
K
30 ans Normandie, represent! 102
Je pense avoir peur d'échouer et des gens. Je ne saurai pas expliquer en quoi les gens me font peur, peut être que j'ai peur de leur regard, je ne sais pas. Je sais pourtant que personne ne va venir en face de moi pour me jeter des pierres mais je ne sais pas j'ai peur! Mes angoisses me paralysent, physiquement et psychologiquement, je ne sais plus quoi faire. Je rêve aujourd'hui de vivre toute ma vie enfermée chez moi.
Et je veux avancer dans ma vie mais mon problème gâche tout.
29 ans 2571
Courage kimmy_kim!
L'année dernière en classe de 1ère, j'avais un jeune homme qui a souffert très longtemps de sa phobie scolaire (déscolarisé pendant des années, il reprenait le lycée sans grand espoir).
Eh bien il a fini par surmonter ça (ok, il a dû recourir ponctuellement à des médocs mais rarement), et aujourd'hui, lui-même ne sait ni pourquoi ni comment, ça va mieux.
Un jour, tu seras prête. En attendant, ne te mets pas trop la pression : réessaye demain, et tu verras bien.
Peut-être aussi que quand tu te seras fait des amis, ce sera plus facile, d'aller les retrouver ?
P
38 ans 1638
Bonjour Kimmy_Kim,

Je ne sais pas si tu as réussi à retourner là-bas. J'espère que oui.

Je sais que chaque fac est différente, mais moi aussi j'ai fait des études d'anglais. Dans une très grande fac. Je ne sais pas si ça sera le cas pour toi, mais mon expérience de la fac est d'un endroit très anonyme. Les gens rentrent et sortent mais ne se parlent pas. J'ai passé 5 ans là-bas et j'ai mes 2 copines que j'ai rencontré lors de la prérentrée qui sont encore là; pour le reste j'ai rarement échangé avec qui que ce soit. C'est très différent des écoles où tu vas avoir des week-ends d'intégration et tout le tralala. Franchement à la fac si tu veux parler à personne tu peux. Et dans mon expérience (encore une fois ça sera peut-être différent pour toi), si un prof te saoule, ben tu changes de TD et basta.

1er exercice d'anglais, à se répéter tous les matins devant la glasse : My body is beautiful and I am a godess! :D

Je te souhaite plein de courage. :kiss:
K
30 ans Normandie, represent! 102
Hello,
J'avais envie de faire remonter le sujet car les choses ont quelque peu changé. Pas en bien malheureusement.
Je n'ai pas réussi à retourner à l'université. J'ai pu changer mon inscription pour un cursus à distance mais je n'y arrive pas. J'ai le niveau pour les cours mais le problème est ailleurs. Mais où?

10 ans d'angoisses et je ne remonte pas la pente. Le pire c'est qu'en dehors de l'aspect scolaire ou professionnel, tout va bien. J'ai des amis, un copain, pas de soucis autres que quoi faire de ma vie pro. Il y a des choses qui m'intéressent, que je pourrai faire, mais ce n'est que de l'ordre du loisir (blogging par ex.). Peut on faire de ses loisirs un métier? Je vous pose la question! Pour ma part, je ne pense pas que ce soit très judicieux de parier dessus.
P
38 ans 1638
Bonjour Kimmy_kim,

Je suis vraiment désolée des nouvelles que tu nous donnes :cry: .

Je sais que ça n'est pas exactement la même chose, mais j'ai connu des phases de dépression où je me sentais vraiment au fond du trou et où je ne m'imaginais pas du tout en sortir un jour. J'étais au chômage dans mon cas, et pour moi c'était complètement impensable de passer un entretien d'embauche par exemple.

Moi je pense vraiment qu'il faut vraiment y aller petit à petit. Se satisfaire des petites victoires. Dans mon cas, ce qui m'a permis d'amorcer un mouvement positif, c'est de faire un voyage. On n'avait pas beaucoup d'argent à l'époque, mais j'ai de la famille qui habite à l'autre bout de la France. Du coup j'ai pris ma voiture et je suis allée les voir toute seule, avec mon fils (mon mari travaillait). Ça ne paraît pas grand chose (et c'est certainement pas grand chose pour la plupart des gens), mais de faire cette longue route toute seule, de changer un peu d'air, ça m'a fait un bien fou. Ça m'a aidé à reprendre confiance en moi. Alors c'est pas magique non plus, il y a eu d'autres étapes, mais au final quelques mois après ça j'ai pu passer l'entretien pour le boulot que j'ai aujourd'hui.

N'hésite pas à venir parler, le simple fait d'exprimer ce qu'on ressent permet de s'en libérer un peu. Je te souhaite vraiment d'aller mieux :kiss: .
K
30 ans Normandie, represent! 102
Merci Poupee_Russe pour ta réponse ;)

Je suis absolument ok avec l'idée d'y aller petit à petit. Mais le fait est que dans la réalité, je ressens cette urgence qui me presse le coeur (littéralement). Une urgence de vivre ma vie et de quelque part rattraper mon "retard" sur la vie. Je sais qu'il faut que je relâche le pression mais comment faire quand on n'arrive pas à relativiser?
Les gens me demandent comment se sont passer les partiels, comment ça va les études etc. Comment assumer et dire "encore une fois j'ai raté et tout envoyé balader"? J'en ai marre d'avoir honte de tout: ce que je fais, ce que j'aime, ce que je ressens.
P
38 ans 1638
kimmy_kim a écrit:
Merci Poupee_Russe pour ta réponse ;)

Je suis absolument ok avec l'idée d'y aller petit à petit. Mais le fait est que dans la réalité, je ressens cette urgence qui me presse le coeur (littéralement). Une urgence de vivre ma vie et de quelque part rattraper mon "retard" sur la vie. Je sais qu'il faut que je relâche le pression mais comment faire quand on n'arrive pas à relativiser?
Les gens me demandent comment se sont passer les partiels, comment ça va les études etc. Comment assumer et dire "encore une fois j'ai raté et tout envoyé balader"? J'en ai marre d'avoir honte de tout: ce que je fais, ce que j'aime, ce que je ressens.

Kimmy_kim, je n'ai pas de réponse magique. Je pense que ce que tu ressens est tout à fait normal et légitime. Mais je répète que Rome ne s'est pas bâtie en un jour et de la même façon tu ne pourras pas guérir d'un coup comme ça. Il faut réellement abandonner l'idée qu'un jour tu auras un déclic et que tout s'arrangera d'un coup. Ça ne marche pas comme ça et je t'assure que personne au monde n'a jamais vécu ça.

J'ai lu ce texte d'Alice Miller une fois sur la dépression. Je te le recommande si tu ne connais pas. Elle faisait une comparaison avec quelqu'un qui aurait un pied foulé. J'ai envie de te dire la même chose : si tu t'étais blessée, ça te paraîtrait évident que ta blessure mettrait plusieurs mois voire plusieurs années avant de guérir complètement. De la même manière ta maladie (car c'est bien une maladie et non pas un trait de caractère) se guérit mais ça demande des efforts, du temps, des compromis. Tu vas avoir des périodes où ça va aller mieux, et d'autres où tu auras l'impression de régresser. Tout ça c'est normal. Il faut que tu prennes toi-même conscience de ça pour pouvoir affronter le regard (et parfois le jugement) des autres sans rougir.

(Désolée d'avoir mis si longtemps à répondre :oops: ).
B I U