MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Fausse couche, prise en charge foireuse à l'hôpital

30 ans 44
Bonjour à tous.

Je sais que ce sujet à déjà été traité plusieurs fois, mais j'ai envie de partager mon histoire.

Alors voilà, le 21 janvier 2019 suite à un test urinaire  
j'apprends que je suis enceinte.
Très mauvaise réaction de mon copain bref... Pas envie de détailler mais j'étais dans un sale état...
Le lendemain je prend rdv chez le médecin pour qu'il me prescrive une prise de sang afin de confirmer la grossesse. J'explique aussi que jai des douleurs au ventre comme si j'allais avoir mes règles, et elle me dit que c'est normal.

Mercredi 23 janvier, grossesse confirmer.
Le lendemain je vois une sage femme, on fait une écho mais c'est trop tôt on ne voit pas grand chose à part peut être une petite poche de 5mm et je continue de dire que j'ai mal au ventre, on me rassure, c'est normal.

Les douleurs continuent, et le dimanche 27 janvier vers 19h, je me rend au toilette et bam du sang... Je pleure mais retrouve mes esprits et prend le bus direction l'hôpital.

Une fois là bas les infirmières me font la prise de sang, sont très gentille avec moi. Je vois l'interne qui me rassure, c'est courant les saignements en début de grossesse, surtout qu'ils ne sont pas très abondants. On fait l'écho on ne voit rien. Elle me dit "vous savez même si c'est une fausse couche c'est pas comme si vous aviez déjà vu votre bébé... Il ne reste plus qu'à attendre les résultats de la prise de sang, rentrez chez vous si il y a un problème on vous appelle et revenez mardi pour refaire une prise de sang."

Je rentre seule, en bus, j'ai mal, je saigne, je n'arrive pas à dormir car je suis sûre que c'est une fausse couche.

Le lundi et mardi je vais au travail (je bosse en crèche). C'est très dur de m'occuper des enfants, j'ai mal, je saigne toujours mais on me rassure en disant que je n'ai pas de nouvelles de l'hôpital donc c'est bon signe.

Le mardi soir, je retourne à l'hôpital, on me refait une prise de sang, je demande les résultats de celle de dimanche mais personne ne peut me le dire.
Je vois une nouvelle interne, je lui demande mon taux bêta hcg du dimanche... Il a baissé.. Je lui dit "c'est une fausse couche alors" , elle e répond "probablement..." Pourquoi on ne m'a pas appelé ? Aucune idée ils ont du oublier....
À l'écho on ne voit rien, elle me dit de retourner en salle d'attente et qu'il faut que jattende obligatoirement ici 2h pour avoir les résultats.
Pendant 2h j'attends entouré de femme enceinte sur le point d'accoucher...
Finalement, l'interne arrive dans la salle d'attente, je m'approche pour aller dans le cabinet elle me dit "pas la peine d'aller dans la salle, bonne nouvelle votre taux est bien redescendu c'est bien une fausse couche mais votre corps a très bien fait son travail et a tout expulsé vous pouvez rentrer..."
Elle me dit ça comme ça dans la salle d'attente devant tout le monde...

Je prends mon bus je rentre... Je suis effondrée

Avec le recul je me pose quand même beaucoup de questions sur cette prise en charge. J'ai l'impression de ne pas avoir été écouté. De plus à aucun moment on m'a prescrit ou donner d'anti douleur. On ne m'a pas proposé de m'arrêter en sachant qu'en plus je bosse en crèche.
En plus de la douleur de la perte de mon bébé j'ai un sentiment de travail mal fait et de propos déplacé de la part des médecin.. Enfin bref... Dsl pour le pavé
44 ans 2413
Je suis horrifiée de tout ce que tu as pu vivre et seule en plus !

Ce manque d'informations, surtout ce manque de compassion, d'éthique me met hors de moi.
Cet interne aurait dû te prendre à part pour tout te dire et de proposer des jours de repos voir un suivit psychologique pour la perte de ton bébé.
Je suis vraiment désolée pour toi.

La prochaine fois, prendre une clinique ou un autre endroit où tu peux être écouter, comprise et suivit correctement, dans la dignité qui t'est dû!!

Quand à ton copain, tu devrais en discuter (sur sa réaction, sur ce que tu as vécu).
Il est important de pourvoir communiquer, de savoir aussi où tu mets les pieds (projet d 'avenir ou pas ..).

Tu as bien fais de te confier ici même si c'est loin d'être facile.
Tu as du courage !!
Je suis sûre que tu auras plein de réponses pour te remonter un peu le morale.

Avec le temps, certaines choses d'appaisent même si on n'oublie pas. Je te souhaite d'aller mieux et prend soin de toi.
Je t 'envois plein d 'ondes positives et de bises.

Dernière modif par le 7j; modifié 1 fois
30 ans 44
Je te remercie.

Oui avec le temps les choses s'apaisent est pour ça qu'aujourd'hui je suis capable d'en parler alors qu'avant non.

Il est évident que chaque jours qui passent j'y pense mais je vais mieux malgré tout.

En fait je suis allée aux urgences gyneco de l'hôpital le plus proche de chez moi comme j'étais en transport surtout que c'est un hôpital assez réputé quand même.

Sur le coup je n'ai pas vraiment réagit en ce qui concerne le manque de professionnalisme, trop choquée je penses mais c'était il y a presque 4 mois et c'est maintenant que ça me saute aux yeux.
44 ans 2413
C'est normal que sur le coup, tu n'es pas signalé ce fait.
Vu que tu as subi un sacré choque autant physique que psychologique.
37 ans très au sud 7393
Tu étais vulnérable et en état de choc (émotionnel et physique), il est normal que tu n'aies pas réagit sur le coup et que tu comprennes maintenant l'ampleur de leur incompétence.
Tu parles d'ailleurs de l'absence de suivi, tu as revu un médecin depuis? Tu as eu un examen de suivi quelques semaines après? Tu as fait un petit point (même si peu de fausses couches s'expliquent et que ça n'augure en rien de ta ou tes futures grossesses si tu en souhaites, ça a le mérite de faire un bilan retour et de rassurer)?
Tu peux même si c'était il y a 4 mois écrire une lettre à l'hôpital pour exprimer ton mécontentement (chef de service et copie au directeur/directrice de l'établissement). Peut être que cette démarche (et peut être recevoir des excuses) peut t'aider?

Prends soin de toi, prends le temps de ton deuil (car oui c'est un deuil et non rien ne l'atténue, je suis désolée mais il n'y a pas de deuils "moins pires" que d'autres, c'est quoi cette connerie de quantifier l'inquantifiable?!).
30 ans 44
Comme j'ai eut des douleurs longtemps après la fausse couche j'ai revu mon sage femme quelques semaine après. Il m'a fait une écho et a dit qu'il ne voyait rien d'anormal. Il m'a également dit que ce n'était pas de ma faute si j'avais fait une fausse couche et de ne pas culpabiliser. Lui a été très gentil avec moi.
B I U


Discussions liées