MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Dépression, sors de moi, s'il te plait...

370
Rebonjour
L'autre compte ''anonyr'', a été supprimé, du au sujet trop grave. Je voulais juste dire que oui, je suis en suivi, mais cela reste énormément dur, je voulais pas utiliser  
ce compte pour pas que vous trouvez cela exagéré que encore une fois, je sois en train de me plaindre alors que je suis parfaitement outillé pour aller mieux
Cette maudite dépression refuse de partir et ça me gave, comme pas possible... 😢
Bonne journée à vous.. 🌺
44 ans 505
je suis en depression, pour des tas de raison depuis mes 18 ans ;, pas facile d'envisager une vie quand on souffre d'une maladie chronique, qu'a cause d'elle on est differente, que la vie quotidienne est compliquée!que l'on est rejetée ...mais t vois, cette depression j'ai reussi a la devoiler qu'a partir de la quarantaine, je pensais que souffrir moralement ainsi etait juste une formalite, puis les deceptions amoureuses, le rapport que j'ai avec mon corps n'a pas arrange les choses, alors un jour, j'ai hurle j'en ai marre, putain !suis en colere !! donc 3 ans de traitement, 'medecine douce , car ne pouvant pretendre aux medocs classiques , et j'ai tente de parler, mais ce n'est qu'en me mettant serieusment a ecrire , a travailler sur moi, que j'ai pu aller mieux !ma depression s'aggravait d'une melancolie e t d'idees noires, concernant ma vie sentimentale , et 2 hommes tres betes sont passés par là aussi ...Elle trainait ...pas de psy, mais bcp de soutien virtuel; !j'ai mis longtemps a pouvoir exprimer ma souffrance , physique ou morale , car la source du mal etre remontait a ma 1ere deception amoureuse , a mon harcelement scolaire , aux regards exterieurs, ...l'hyperphagie aussi, les soucis familiaux....

je vais te dire une phrase qu'a ton age , je tolerais mal!"tu es jeune , tu vas t'en sortir",
oui, tu vas t'en sortir, car l'age et le temps passant, tu parviendras a dire , a sortir les mots qui guerissent , une depression a guerir, ca prend du temps !et viendra aussi la maturite ...
ici en france , il est 21 h 46...je vais tenter de me detendre devant une betise tv , en sous titrage car mon hyperacousie ce soir est particulierment douloureuse
courage a toi, ne te fais pas de mal, ne retourne pas ta colere, ta rage , et ta tristesse contre toi ...
370
PTITE a écrit:
je suis en depression, pour des tas de raison depuis mes 18 ans ;, pas facile d'envisager une vie quand on souffre d'une maladie chronique, qu'a cause d'elle on est differente, que la vie quotidienne est compliquée!que l'on est rejetée ...mais t vois, cette depression j'ai reussi a la devoiler qu'a partir de la quarantaine, je pensais que souffrir moralement ainsi etait juste une formalite, puis les deceptions amoureuses, le rapport que j'ai avec mon corps n'a pas arrange les choses, alors un jour, j'ai hurle j'en ai marre, putain !suis en colere !! donc 3 ans de traitement, 'medecine douce , car ne pouvant pretendre aux medocs classiques , et j'ai tente de parler, mais ce n'est qu'en me mettant serieusment a ecrire , a travailler sur moi, que j'ai pu aller mieux !ma depression s'aggravait d'une melancolie e t d'idees noires, concernant ma vie sentimentale , et 2 hommes tres betes sont passés par là aussi ...Elle trainait ...pas de psy, mais bcp de soutien virtuel; !j'ai mis longtemps a pouvoir exprimer ma souffrance , physique ou morale , car la source du mal etre remontait a ma 1ere deception amoureuse , a mon harcelement scolaire , aux regards exterieurs, ...l'hyperphagie aussi, les soucis familiaux....

je vais te dire une phrase qu'a ton age , je tolerais mal!"tu es jeune , tu vas t'en sortir",
oui, tu vas t'en sortir, car l'age et le temps passant, tu parviendras a dire , a sortir les mots qui guerissent , une depression a guerir, ca prend du temps !et viendra aussi la maturite ...
ici en france , il est 21 h 46...je vais tenter de me detendre devant une betise tv , en sous titrage car mon hyperacousie ce soir est particulierment douloureuse
courage a toi, ne te fais pas de mal, ne retourne pas ta colere, ta rage , et ta tristesse contre toi ...

Merci de ta réponse mais honnêtement... Je sais pas trop comment m'en sortir...
Le seul moyen de m'en sortir serait de tout dire à ma famille et sortir un
"Papa, maman, je dois vous dire un truc. Il y a 2 ans, (cousin d'une amie fille) m'a violé. On a été en couple et vous étiez pas au courant, j'ai jamais été avec mes amis cette soirée là, je vous ai menti pour aller le voir et il en a profité"
C'est disons... Pas top. Et je connais mes parents, ils vont juste me faire culpabiliser, remettre cela sur mon homosexualité, me dire que si j'aurai pas été chez lui, rien de cela serait arrivé...le faire savoir à la terre entière et mon amie en question sera sûrement informée et ça va mettre de la marde dans sa famille...
Donc vraiment? Me vider pour le prix d'une très bonne copine malheureuse? J'hésite...
Et pour ma coupure, s'ils savaient... ils me feraient savoir à quel point ça les déçoit et qu'ils pensaient que j'étais plus endurant que ça... Je les connais...
Selon la psy, je dois attendre d'être prêt avec moi-même... mais attendre jusqu'à quand?
C'est ça que je trouve pénible.. 😢
74 ans 2484
Je ne sais pas si on connaît jamais vraiment ses parents. Ils peuvent nous surprendre.
37 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Ive-bleu on entend ta souffrance et je ne crois pas trop m'avancer en disant que tu trouveras toujours ici une oreille attentive :-)

tu as LE DROIT de te sentir mal, CE N'EST PAS DE TA FAUTE tu subis le contre coup d'une épreuve très dure qu'il t'est arrivée

La dépression en générale est souvent longue à soigner, par les mots ou les médocs (je préfère l'option 1 pour ma part),
c'est difficile de remonter la pente quand le symptôme premier de la maladie est de se sentir abattu, sans énergie vitale
Je sens aussi beaucoup de culpabilité chez toi, culpabilité d'avoir été agressé mais aussi de te sentir mal

Bon reprenons si tu voyais un mec avec une jambe dans le plâtre lutter pour monter une côte
je doute fortement que tu lui dises "oh accélère t'es trop mou là ", tu lui proposerais sans doute plutôt ton aide nan ?!
Bon ben dis toi que tu es ce mec, la jambe cassée c'est les conséquences de cette agression et la difficulté à monter cette satanée pente c'est les symptomes de ta dépression
Ne lache pas, tu as une grande force en toi et tu mérites d'être heureux
Quand tout va mal et que ta souffrance intérieure est si forte que tu ressens le besoin de te faire du mal pour l'apaiser,
pose toi 2 sec avant, respire, prends un papier et une feuille et note tous tes ressentis, ne juge pas ce que tu ressens laisse juste défiler les mots, sors tes maux !!
Tu verras que bien souvent tu ne ressentiras plus le besoin de te mutiler et enfin tu parviendras à sortir tout ce qui te pèse :-)


concernant ton agression et la réaction de tes parents
De prime abord j'aurais eu tendance à te conseiller de parler de tout ça avec tes parents,
pas besoin des détails de la scène, juste j'ai subi une agression, ça m'a détruit, je suis mal, j'ai besoin d'aide
Il se trouve que selon ce que tu décris tu n'as pas l'air forcément entouré de bienveillance par ta famille et je lis beaucoup de peur d'être jugé et condamné pour un acte dont tu n'es en rien responsable, le seul responsable est le connard qui t'a violenté pour prendre ce qu'il voulait prendre de toi
Si tes parents ne sont pas assez fiables pour te soutenir cherche dans tes amis, autres membres de ta famille ... Le soutien nécessaire, tu en as besoin et tu es en droit de le demander

Quant à ne rien dire pour ne pas blesser la cousine de ton agresseur, ma foi lui cette perspective ne l'a pas dérangé quand il est passé à l' acte donc hein franchement ...

Courage ive-bleu, ça a l'air insurmontable pour le moment mais on s'en sort,
accorde toi le droit de te sentir mal, ça ne fait pas de toi un faible ça fait de toi juste un être humain,
sors cette souffrance sans essayer de la cacher des autres et de toi même ça peut beaucoup aidé et viens ici tant que tu en ressens le besoin on est là aussi pour ça

Si tu m'y autorises je te fais un calin virtuel :-)

laetitia
30 ans Paris 3680
Hello

Je rejoint WDpowoa sur son excellente réponse.
Je me permets de répondre car ma soeur a subi une situation qui par certains aspects ressemble à la tienne.
Elle est actuellement en dépression suite à divers soucis pas les mêmes mais quand même.
Elle ce n'est que quand elle a réussi à en parler à mes parents que cela a pu avancer un peu.
Elle avait aussi très peur d'en parler à mes parents. Et elle a été soutenue ils ont été là pour elle. A leur manière car ce n'est jamais évident à gérer pour un parent quand son enfant lui annonce des trucs graves.

J'avais la même réaction face à mes parents pour parler de mon agression il y a maintenant 10 ans... et j'ai gardé ça en moi des années avant de m'en libérer, par peur, pour pas déranger etc. Idem, ils ont été présents pour moi, maladroitement, mais là.

Je serais donc plutôt dans l'otique de te conseiller de t'en ouvrir à tes parents, en effet ils pourraient te surprendre et réagir pas du tout comme tu le penses et être là pour toi. C'est ce que je te souhaite vraiment et si cela te permet d'avancer c'est la bonne chose. Et tout comme WDpowoa le dit, si tes parents ne sont pas les bons interlocuteurs, peut-être que d'autres peuvent l'être.

Je te souhaite de pouvoir te libérer de ce poids et réussir à avancer.
Un pas après l'autre

bon courage dans tous les cas et tu n'es pas coupable, nononononon !
370
Je suis présentement en train de pleurer... et ce n'est pas une blague
J'en reviens pas comment des gens peuvent être intelligents et compréhensif comme vous dans ce monde merdique... savoir qu'il y existe encore des gens sensés d'esprit est un peu encourageant
Même si ce n'est sûrement qu'une impression, je sens ma vie lourde, au point 0 et oui, je me sens coupable, car ce n'est pas semblable à moi d'être en dépression...
Je me corrige: Ce n'est pas l'image que les autres ont de moi.
De dehors, je suis le type content, toujours positif, mature qui se laisse pas faire
Alors qu'en vrai, c'est d'autres choses...
J'ai l'impression de jouer une double personnalité pour éviter tous ennuis
Je suis la personne qui ris et parle tout le temps
Je suis la personne qui n'hésite pas à parler franchement aux gens qui poussent trop loin (Pour moi.. mais pour les autres surtout)
Je suis la personne qui aide le monde à voir positif
Je suis la personne qui donne des conseils
Alors que quand c'est moi qui va pas bien, bah y'a personne, étrange non?!
On pense que je suis quoi...un saint?!!! Ou peut-être que je suis pas assez important pour qu'ils se soucient de moi un peu...

Mais vous avez raison... Je me sens coupable... car même s'ils ont tord
Je me sens coupable quand ils me disent qu'ils omptaient sur moi pour les aider
Je me sens coupable de leur "on te croyait différent..."
Je me sens coupable quand mes parents me disent que ça les déçoit que je sois pas plus endurant qu'ils croyaient...
Je me sens coupable quand je suis pas à la hauteur des gens que j'aiment... et qui m'aiment
Je me sens coupable car je sais qu'ils se sentent mal à cause de moi...
Ce sentiment de culpabilité me détruit... Je veux m'en débarrasser mais je me sens coupable de vouloir m'en débarrasser car je ne veux pas devenir égocentrique et fermé avec mes ami.es et ma famille...
Même si je sais que penser à moi n'est pas égoïste, je vais me sentir comme tel 😢
M
43 ans Ici et là... 2042
Comme je te l'ai dit dans ton autre sujet sur ton suivi psy, le chemin est long et difficile mais en consultant la psychologue tu as fait le 1er pas, et ce n'est pas le plus facile, pourtant tu as réussi. Sois en fier !

La dépression est une maladie chronique parfois, et même si tu as des moments où ça va mieux, elle finit par revenir dès que tu es un peu fatigué ou que tu subit un choc. Perso je suis en depression depuis que j'ai 20 ans, vers 25 ans j'ai commencé à prendre des antidépresseurs, et je ne les ai jamais arrêté depuis : les doses et les molécules ont changé au cours du temps mais j'ai toujours besoin de ce soutien chimique. Je ne sais pas comment ça se passe au Canada. En France nous avons des psychologues qui ont fait des études de psychologie à l'université, ils peuvent proposer des thérapies par la parole. Et nous avons des psychiatres qui ont fait des études de médecine et son donc médecin, à ce titre ils peuvent prescrire des médicaments. Peut-être aurais-tu besoin de prendre un médicament qui te permettrait de surmonter cette période particulièrement difficile pour toi.

Concernant tes parents, je l'avais déjà évoqué : ils pourraient effectivement te surprendre... ou pas... Surtout il faut que tu te sentes prêt et que tu puisses le faire au bon moment, dans de bonnes conditions. Je pense que le mieux est de voir comment et quand avec ta psychologue.

On sent ta souffrance dans tous tes post et j'espère que tu trouveras l'aide dont tu as besoin. Prends soin de toi : tu es important et tu vaut le coup !
M
75 ans 327
Et si, au lieu de vouloir être quelqu'un que tu n'es pas pour les autres et te sentir ensuite coupable de ne pas être qui ils pensent que tu es, tu décidais d'arrêter de faire semblant ? Que se passerait-il concrètement ?

Comment vis-tu ton homosexualité au sein de ta famille ? Qu'est-ce que tu penses que tes parents et ton entourage pensent de toi ? Pourquoi penses-tu ainsi ? Dans quelle mesure projettes-tu tes pensées sur celles des autres (je pense que je suis un incapable, c'est donc ainsi que doivent penser les autres) ? Et dans quelle mesure adoptes-tu des pensées qui ne sont pas les tiennes (on m'a toujours dit que j'étais un bon à rien, c'est donc que je dois être un bon à rien) ? Parce que quelles que soient tes réponses, la vérité est que toi seul décide de ce que tu penses. Penser est notre premier choix d'être humain.

Tu sembles penser que tu as la responsabilité de rendre tes parents fiers de toi, de rendre les gens contents de t'avoir pour ami, de les faire t'aimer et t'apprécier. Et si tout ça n'était pas de ta responsabilité et était entièrement hors de ton contrôle ? Si tes uniques responsabilités étaient envers toi-même ? La responsabilité de penser pour toi et ta santé mentale plutôt que contre toi ? La responsabilité de prendre soin de toi avant tout ? La responsabilité d'être en accord avec tes valeurs ? La responsabilité de te construire une vie qui te convient ?

Par rapport à l'agression dont tu as été victime, tu n'as pas pu à ce moment-là faire respecter ton choix, tu étais la victime. Quelles que soient les circonstances qui t'ont conduit dans la chambre de cette homme à ce moment-là, ce qui s'y est passé n'est pas de ta responsabilité, c'est entièrement de la sienne, tu n'es pas coupable, tu n'as pas à avoir honte, tu n'as pas à t'en punir, tu n'as pas à continuer à en souffrir pour faire reconnaître que tu étais la victime.

Et depuis, la vérité est que tu as tous les choix. Tu peux choisir d'en parler à tes parents, ce qui se passe ensuite, l'acceptation, le soutien peut-être, ce sera leur choix, et en aucun cas ta responsabilité. Tu peux choisir de leur demander de te laisser le choix d'en parler à d'autres personnes, s'ils ne le font pas, là encore, ce sera leur responsabilité. Si elle l'apprend, ton amie qui je comprends est ou était en couple avec un violeur fera ses propres choix, ce n'est pas ta responsabilité.

La dépression est une maladie vicieuse et pernicieuse qui nous persuade de deux choses : que la souffrance est la seule réalité possible, et qu'elle ne s'arrêtera jamais. La vérité est que c'est faux. Tout être humain est doué pour le bonheur, et on peut en sortir.

PS : Sinon
M
75 ans 327
PS : Sinon, côté hygiène de vie, est-ce que tu dors suffisamment ? Est-ce que tu as des activités physiques ? Est-ce que tu te nourris correctement et bois suffisamment ? C'est malheureusement un peu le serpent qui se mord la queue cette affaire, car la dépression ôte l'envie de faire quoi que ce soit. Au plus mal pour moi, même aller aux toilettes me réclamait un effort. Mais ce n'est qu'une fois que j'ai remis ces piliers en place que j'ai vraiment pu m'occuper du reste. Je précise que ces recommandations n'ont rien à voir avec le poids, il s'agit vraiment d'une hygiène de vie nécessaire à une hygiène mentale.
B I U


Discussions liées