MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

L'école à la maison.

47 ans 76 10598
A chaque rentrée, les plaintes contre l'Ecole sont nombreuses: classes surchargées, cartables trop lourds, méthodes inadaptées, absentéisme des profs etc....

Mais en France, l'école n'est pas obligatoire. Ce qui l'est,  
en revanche, c'est l'instruction. C'est pourquoi des parents choisissent de dispenser eux-même les cours à leurs enfants à la maison.

Que pensez-vous de ce choix? L'avez vous fait? Y avez-vous songé? Quels avantages/quels inconvénients selon vous?

A vos claviers.... :)
45 ans 17521
à mon humble avis :

le bon côté, c'est que l'enfant ne verra pas son éducation "pourrie" par le contact avec les petits hooligans qui vont à l'école, qui disent des "gros mots", etc...

le mauvais côté, c'est que pour fabriquer des associaux, à mon avis, l'école à la maison, c'est idéal...


la vraie vie, c'est pas l'autarcie en famille, la vraie vie c'est les rencontres, les conflits, les confrontations avec des gens qui n'ont pas les mêmes idées, se bagarrer, échanger, communiquer... tout ça, en bloc, participe à la construction de l'individu...

bref... je suis pour la socialisation des enfants dès le plus jeune âge, et je suis contre l'école à la maison...
F
41 ans 92 356
Je pense que comme Karen c'est pas la meilleure des solutions... J'avais vu à la télé des mères qui faisait la classe à leurs enfants, sérieusement elles donnaient l'impression d'être des mères abusives. Bon en même temps c'était à la télé. Sinon aujourd'hui il y avait un article dans le Figaro qui parlait de ça en version hardcore....

http://www.lefigaro.fr...s_une_communaute_biblique.html

Citation:
Au cours d'une visite inopinée dans une communauté des
Pyrénées Atlantiques, des membres de la commission d'enquête parlementaire sur les sectes ont découvert 18 enfants non scolarisés, qui ne jouent pas, ne sortent pas et "ne connaissent même pas Zidane".

C’est en enquêtant sur le cas de 14 enfants non inscrits à l'école que plusieurs membres de la commission d'enquête parlementaire sur les sectes ont découvert mardi, à Sus-Navarrenx, près de Pau (Pyrénées atlantiques), 18 enfants, âgés de 6 à 16 ans, complètement coupés du monde extérieur. Ils font partie d'une communauté biblique baptisée Tabitha's place.

Le président de la commission d'enquête parlementaire sur les sectes, Georges Fenech (UMP), le rapporteur Philippe Vuilque (PS), le vice-président Alain Gest (UMP) et le secrétaire du bureau Jean-Pierre Brard (app-PCF), visiblement émus et "secoués" par leur visite, ont constaté que les enfants, qui sont censés être scolarisés sur place, savaient lire mais qu'ils ne restituaient pas convenablement le sens de ce qu'ils avaient lu.

Ils ne sont pas vaccinés, n'ont pas de contacts avec les enfants extérieurs à la communauté, ignorent internet, le cinéma, la télévision et ne sortent qu'occasionnellement pour accompagner leurs parents quand ils vendent sur les marchés les produits du jardin.

Droit de scolariser les enfants à domicile

La petite délégation a pu parler - sans témoin - avec une adolescente de 18 ans qui a un peu décrit les conditions de vie de la communauté. Un médecin scolaire a examiné les enfants et les a trouvés à peu près en forme à part quelques déficiences visuelles. La délégation a aussi posé des questions hors programme scolaire, ce que ne peut pas faire l'inspecteur d'académie. C'est ainsi que les parlementaires ont constaté que les enfants n'avaient pas idée du monde extérieur et qu'ils ne connaissent ni Zidane, ni les Beatles, ni aucun chanteur actuel, qu'ils n'utilisaient pas internet et globalement avaient peur du monde extérieur, dont ils parlent en disant "chez vous". Aucune maltraitance physique sur les enfants n’a été constatée. On ignore combien de personnes vivent dans la communauté et quels sont leurs liens familiaux. Aucun des adultes ne travaille en dehors de la communauté. Celle-ci vit surtout de la vente de légumes et d'artisanat, du mobilier de jardin notamment.

Le président de la commission a convenu qu'il était actuellement sans pouvoir face à la situation, parce que la communauté se retranche derrière le droit de scolariser les enfants à domicile, ce qui est légal. Georges Fenech a indiqué que la commission, qui rendra son rapport le 19 décembre, ferait des propositions pour que "les pouvoirs publics puissent libérer ces enfants de l'enfermement psychologique".

En 2001, deux membres de Tabitha's place avaient été condamné à douze ans de réclusion criminelle et à dix ans de privation de leurs droits civils, civiques et familiaux pour le décès du petit Raphaël. L'enfant souffrant d’une cardiopathie congénitale et ses parents avaient toujours refusé de le soigner.
48 ans pépettesland 1803
Ben j'vais faire une réponse de normande mais j'vais dire que ça dépend ;)

Je pense qu'il y a certains enfants pour qui l'école à la maison peut être véritablement utile.
Je pense notamment à ces petits surdoués qui ont un véritable décalage entre développement "intellectuel" et développement "affectif" et qui, du fait, ne se retrouve ni avec les enfants de leur âges ni avec des enfants plus grands.
Mais dans ce cas, pour la socialisation, ils peuvent toujours faire du sport dans un club ou autre histoire de garder le contact avec leurs congénères.

Mais bon, ça reste des cas super exceptionnels tout de même. :lol: :lol:

Il y a aussi les enfants souffrants de phobie scolaire pour qui un éloignement pendant qq temps de l'école est également une nécessité.

Maintenant, c'est loin de représenter l'immense majorité des enfants en âge d'aller à l'école.
J
50 ans proche Lyon 1
Bonjour à toutes,

Je suis nouvelle sur ce forum, je me présente : Josiane, j'habite près de Chalon sur Saone, je suis mariée et j'ai 2 enfants, Romain et Coralie, qui ont eu 3 ans en août (jumeaux).

Par rapport à l'école à la maison, moi je ne suis ni pour ni contre. C'est aux parents de voir, en fonction du tempérament de leur enfant, de l'ambiance en classe, de l'absentéisme ou non des enseignants, de l'environnement familial... il y a la phobie scolaire et les surdoués, il y a aussi ceux qui vivent avec un alcoolique ou un drogué (l'un des parents ou dans la fratrie), et pour ceux-là, c'est clair que la journée à l'école ne peut qu'être une bouffée d'air frais. Et puis, c'est sympa d'avoir des copains. Mais les enfants peuvent s'en faire à travers les activités para-scolaires aussi. Bref... chacun selon son histoire !

Evidemment, tant qu'on ne tombe pas dans l'extrémisme de la secte, cité + haut....

Bises à toutes !
Josiane :lol:
70 ans 3528
Je n'ai pas d'enfants moi meme, mais vivant a l'etranger, j'ai aide des amis a scolariser leur fille (derniere annee de maternelle puis CP) a la maison, avec les cours du CNED.

Certes, au niveau programme scolaire, l'enfant est tout a fait "a jour" voire meme parfois plus (programmes du CNED vraiment costauds), en fonction aussi du temps que l'on passe a preparer les seances. Ca permet aussi d'adapter l'education aux gouts des enfants: une fois que l'adulte a vu et compris la notion a apprendre, il peut l'enseigner de la facon qui lui convient: livres, videos, sorties etc.

par contre les points negatifs: c'est un veritable travail a plein temps, pas toujours facile a gerer pour les parents, et dans la relation parents-enfants, je trouve ca super important que le petit puisse avoir d'autres referents que ses parents (ben oui, se rendre compte que les parents se trompent aussi).
niveau vie sociale aussi, je trouve dommage que l'enfant soit enferme sur une seule maniere de voir le monde. Meme si tous les parents veulent transmettre certaines valeurs a leurs enfants, il est important que l'enfant sache que d'autres systemes de valeurs existent... et puis avoir des copains, meme si c'est pas toujours facile a l'ecole, ca prepare a la vie en societe... parce que le jour ou il faudra y vivre, dans cette societe, j'ai bien peur que des enfants restes a la maison aient un peu de mal a s'y faire... :roll:
57 ans à la campagne 771
Je suis instit, alors, forcément... pour l'instruction donnée par l'école. En revanche, je ne crois pas utile de les scolariser trop tôt.... Mais, ça, c'est un autre sujet !
35 ans 37 469
je suis plutot contre et pour ce qui est des phobiques scolaires je crois pas que ce soit la solution de les enlever de l'école! se faire aider par psy et compagnie oui mais je pense que les retirer c'est en quelques sorte leur donner raison d'être phobique et que ca risque de renforcer mais jsuis Hors Sujet la.
L
48 ans Picardie 50
Je me pose actuellement la question de savoir si je ne vais pas lui donner des cours à la maison. Il semble qu'à l'école il s'ennuie. Certes, c'est sa première année de maternelle, mais sa curiosité et son avance nous laissent penser qu'il lui en faut plus.
Et d'un autre côté, lui donner 3h de cours dans une journée, cela lui laisserait le temps de faire plein d'autres activités manuelles ou sportives pour se sociabiliser.
Enfin, bref, nous réfléchissons pour le moment.
55 ans sud sarthe 1290
mon fils s'ennuyait aussi en moyenne section et avec sa maîtresse ça ne passat pas du tout; moi je n'ai rien vu et je ne voualis pas entrer en conflit avec elle, surtout devant mon fils!

en grande section il a eu la chance d'avoir une instit qui l'a bien fait avancer pour l'entrée au cp mais moi je n'ai toujours rien vu...jusqu'au ce1, où il commençait à manifester un certain refus d'aller à l'école alors qu'il avait d'excellent résultats! là j'ai discuté avec l'instit qui m'a dit que oui, il serait souhaitable qu'il saute une classe...

le "choc" pour nous, on ne voyait toujours rien! pourtant d'autres problèmes s'alignaient en parallèle mais bon quand on connait pas, on voit pas! après discussion avec le directeur et comme de toute façon il n'y avait pas d'autre alternative, il a sauté son ce2 et a passé une excellente année de cm1 mais dès le cm2 ça ne collait pas trop avec l'instit, nous devions déménager dans l'année et je me suis un temps posé la question de l'école à la maison...

mas ça demande non seulement une disponibilité totale mais encore des facultés pédagogiques que je ne suis pas sûre de maîtriser, sans parler des programmes et du fait que de toute façon il arrive un moment où il faut bien réintégrer le monde qui nous entoure et vivre avec!

mon fils a donc continué son parcours scolaire mais avec de moins en moins de motivation pour la chose...il fonctionne différemment et notre système ne permet pas cela, on est et on reste dans une norme donnée, tout ce qui "dépasse" n'est pas pris en compte (enfin si on fait ce qu'on peut pour ceux qui se "noient"! mais on attend qu'ils en soient là!)...

aujourd'hui il est en 5e, devrait passer en 4e sans trop se fouler (il aurait tort là où il est au collège mais c'est une autre histoire!) mais n' aucun intérêt pour ce qu'il fait, aucune idée réaliste de son avenir proche ou lointain, il vit dans son monde imaginaire et fonctionne beaucoup à l'affectif avec ses profs...

alors l'école à la maison, je pense que ce n'est pas non plus LA solution, elle peut être utile dans des cas précis et somme toute assez rare mais relève bien souvent plutôt d'une idéologie des parents et je ne sais pas si cela facilite vraiement la prise en compte par les enfants de la réalité dans laquelle nous vivons tous les jours, avec ce qu'elle a de négatif aussi... :?:
B I U