MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La presse médicale, l'obésité et les TCA

2812
Bonjour,

J'ai souvent eu l'occasion de lire la presse médicale et plusieurs fois le sujet de l'obésité a été évoqué.

Très souvent, lorsque sont abordées les causes de l'obésité, les  
TCA ne sont pas évoqués. Et ce oubli me choque car ces articles sont destinés aux médecins. Je ne veux pas mettre en cause les connaissances des médecins et autres professionnels de la santé sur le sujet mais cette absence me gène. En effet, en lisant ces articles, j'ai le sentiment qu'il est très facile de vaincre les kilos en trop : manger plus sainement, faire du sport, arrêtez le grignotage. Or la réalité est différente. Et le fait que même les professionnels de santé ne l'évoque pas me gêne.

C'était un petit coup de gueule.

S'il y a des professionnels du secteur sur ce forum, je serais ravie d'avoir leur avis.
109 ans Bretagne 1920
Je suis tout à fait d'accord avec toi. Tout le monde le sait que pour perdre du poids, il suffit de manger équilibré et de faire du sport !!!
Mais s'il y a autant d'obèses, c'est bien que ce n'est pas si simple que ça et que le facteur psychologique est le plus fort, et conduit à des TCA qui sont rarement pris en compte par le corps médical (sauf par les psy).
Ca m'énerve d'ailleurs les émissions ou les articles sur ce que les médecins appellent "le rééquilibrage alimentaire" qui n'est ni plus ni moins qu'un régime de plus. Evitez certains aliments (sous-entendu si vous mangez des frites, vous croyez vraiment que vous allez maigrir ???), réduisez les quantités, forcez sur les légumes et bougez !! voilà le programme du Docteur Cohen et de ses confrères. Le facteur psy n'est jamais abordé et comme cela ne marche pas, que l'on a des TCA (crises de boulimie et d'hyperphagie) qui sont vus par les médecins comme des "écarts", des "craquages", on vient nous dire que si l'on est gros, c'est parce qu'on n'a pas de volonté :roll: Culpabilisés, on replonge encore plus vite dans les TCA :roll:
2812
Je suis d'accord avec ce que tu as écrit, Marjolaine, seulement tu fais plus allusion aux émissions et magazines destinés au grand public. Mon coup de geule concernait les articles paraissant dans des revues destinées uniquement aux professionnels de la santé. C'est pourquoi j'aurais aimé avoir l'avis de personnes travaillant dans ce secteur. Que des magazines "grand public" ne parle pas des TCA mais uniquement de volonté, de régime ne me choque pas plus que ça. Mais lorsqu'il s'agit de presse professionnelle, je fais un blocage devant les mots "régime", "faire du sport"...
42 ans barcelona 5852
Juste une hypothèse :

L'industrie pharmaceutique est une industrie comme les autres. Derrière la soi disant sacrosainte mission de défense de nos santés il y a aussi d'énormes pressions de profit financier, surtout en matière de perte de poids.

Le calcul est simple : faites le vous même !
Faire peur aux gens, leur vendre des régimes inefficaces mais très en vogue ad vitam est infiniement plus lucratif et facile que tenter de leur apporter des clés de comprehension GRATUITES qui vont peut être leur permettre de guérir définitivement.

Cette industrie finance quasiment toutes les études médicales, et il est très facile de faire dire ce qu'on veut à une étude.
Cette industrie sait aussi à quel point les pro de la santé sont des prescripteurs, et en même temps les pro de la santé peuvent être des gens pressés, qui n'ont pas le temps, mais qui doivent être au fait, se mettre à jour dans pas mal de domaines en même temps.

Les publications médicales seraient donc une cible incontournable pour de bonnes opérations marketing...



Maintenant, oui çà serait vraiment bien d'avoir des avis, des témoignages venant de professionnels de la santé, de gens qui recoivent ces publications, qui recoivent des représentants de labo, des gens qui leur distribuent des brochures pour mettre dans leurs salle d'attente... comment celà se passe il ? A quelle fréquence ? que comprenez vous ? Comment le vivez vous ? Faites nous part de vos observations SVP !
33 ans là bas, au loin 1705
je suis tout à fait d'accord avec toi david.

c'est vraiment dommage que l'argent passe avant la santé et le bien être des gens
2812
David, tu as une bonne hypothèse.

L'industrie pharmaceutique tire les ficelles dans le domaine médical puisque c'est elle qui décide quels traitements les gens vont pouvoir trouver chez leur pharmacien.

En même temps, les articles ne font pas toujours mention de médicaments. Ils mettent plutôt en avant toujours les mêmes clichés : si la personne fait plus de sport, mange plus de fruits et légumes, elle peut réduire son poids. Dans ce cas-là, on pourrait dire que c'est l'industrie agro-alimentaire qui tire son épingle du jeu (et les salles de sport :) )! Sans oublier le côté "santé publique" et politique : le ministre, tout fier, de dire qu'on va réduire le nombre de personnes en surpoids de 20 % en les faisant faire du sport et manger sainement.
N
29 ans 91 EssONnE 41
Peut-etre que je me trompe mais cette absence est peut-être due a ça :
Je pense que la plupart des gens qui écrivent ça ne sont jamais passés par des TCA, ni même les professionnels de la santé et ne peuvent donc pas comprendre ce que nous vivons toutes...
Mais c'est sur quand on écrit quelque chose sur un sujet, vaut mieux tout développer...
49 ans Belgique 3287
Dans les revues médicales (je ne parle pas des trucs qu'on trouve en kiosque mais des revues en anglais avec des noms compliqués rédigées par des pros pour des pros que l'on trouve dans les bibliothèques médicales comme celle où je travaille), les auteurs doivent indiquer leurs liens avec l'industrie pharmaceutique, nommer tous les organismes qui ont financé leur recherche. C'est une obligation appliquée par toutes les revues dignes de ce nom. Bon ça n'évite pas certaines fraudes, des fraudeurs y'en aura toujours, mais ils sont vites démasqués en général.

Il ne faut pas confondre "Top Santé" ou "La revue du médecin généraliste" avec "International journal of obesity and related metabolic disorders"...

Le patient peut toujours refuser une prescription médicale : mon endocrino voulait "m'aider à éviter la tentation du sucré cet hiver" en me mettant sous antidépresseur, j'ai dit non et je n'en prends pas. Elle m'a parlé du Xenical aussi, en me disant que ce n'était pas un truc à prendre au boulot vu les effets secondaires...
S
97 ans 4480
Je suis infirmière et j'ai donc eu des cours sur l'obésité. Je confirme que jamais les TCA n'ont été abordés (enfin juste la boulimie et l'anorexie en tant que telles ;)) mais jamais liées à l'obésité.
Et certaines filles de ma promo (aujourd'hui diplomées) ont même dit que l'on est gros parce que l'on manque de volonté et qu'il suffit de amlnger équilibré pour maigrir :roll:
B I U