MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Comment remettre en place un chef ?

X
81 ans 2365
J'hésite à la faire longue ou pas... L'histoire du bureau où je suis actuellement est tellement compliquée que... je vais résumer et essayer d'en rester à mon problème de ces  
derniers temps.

Le contexte: 1 chef, son grand chef à lui, des collègues, et 1 ancien collègue aux collègue officiellement muté depuis 6 mois qu'aucun des collègues n'appréciait. Une entente impec entre tous les collègues (chose très rare et précieuse). Bref, ex-collègue copain de chef6+grand chef et ennemi des collègues.

Je dois d'ailleurs à cet ancien collègue (Appelons-le Momo) ma mutation dans ce bureau. Lui a été muté d'office parce qu'il harcelait tout le monde et était abjecte selon ce que j'en sais, et moi on m'a pêchée dans un autre bureau alors que je n'avais rien fait... Bref, j'ai été le dindon de la farce sur ce coup-là, mais je m'en suis remise. De surcroît la nouvelle était tombée alors que je venais d'apprendre la veille que j'avais raté un test, et rater ce test, par la magie des mots, fait de moi un agent actuellement incompétent jusqu'à preuve du contraire... J'ai fini par avaler l'histoire aussi (bon, y'a toujours un bout coincé dans la gorge, parce que réussir le test, ça rapportait pas mal de sousous qui m'auraient bien dépannés à l'époque)

Momo a été muté ailleurs, ce qui ne l'empêche pas d'être fourré tous les jours quand même dans ce bureau, chipoter dans des dossiers alors qu'il n'a plus aucune autorité dedans, ce qui fait que l'ambiance générale du bureau s'en ressent... Le conflit chef et grand chef VS collègues.

Voilà pour le contexte, en gros.

Ca fait un petit temps qu'apparemment le chef a décidé de faire de moi un souffre-douleur.

La semaine dernière, je n'avais guère de courrier à signer, il est venu me faire une remarque sur ma "faible productivité du jour". J'ai fait "oui oui, désolée", alors que j'avais pas arrêté de bosser de la matinée (tout travail n'inclus pas forcément un courrier :roll: ) et que les flics m'avaient appelé tôt pour... une affaire liée à mon ancien bureau, et donc j'ai pas mal cogité cette matinée-là. Depuis qu'il m'avait dit ça, la nouvelle a vite fait le tour du bureau et je l'ai pris sur le ton de l'humour, plaçant le mot productivité un maximum :lol: , après tout ça prouve une fois de plus que le chef est idiot.

Aujourd'hui, début de semaine, déjà je suis tombée du lit le matin et suis arrivée très tôt, ce qui m'arrive rarement. Ultra-motivée, ma productivité du matin allait être au top... Et elle l'a été, mon but était un peu de l'emmerder avec toute ma paperasse... Sauf que... début d'après-midi, il me convoque dans son bureau sous prétexte d'un listing à me donner... Et il a de nouveau placé des propos qui me font mal! "T'es gradée ainsi, pourquoi tu fais pas ci, pourquoi c'est pas comme ça, pourquoi mon bureau meurt au niveau de ses statistiques ( :shock: ça fait que 6 mois maximum 7 que je suis dans son bureau, et les stats je les connais, on s'améliore de mois en mois)". Je lui ai tout de même replacé d'une façon pas trop directe l'histoire de la semaine d'avant, lui expliquant que les jours sans courrier, c'était les jours où j'ouvrais des dossiers, afin de faire des courriers le lendemain.

(bwarf, finalement c'est long :oops: )

J'ai vite fait un compte-rendu de cette entrevue avec les collègues proches... Et y'a un mot sur lequel j'ai tilté venant de la part de l'un d'eux "souffre-douleur"... Et j'y ai songé toute la soirée jusque maintenant... Et effectivement, j'ai l'impression que c'est le cas. Ce type ne s'attaque pas à tout le monde aussi ouvertement, parce qu'il sait qu'il risquerait de se faire rabrouer... Et je me rends compte qu'à force d'être trop sympa et d'adopter un profil bas, ça fait de moi une belle victime :? . Sympa, parce que ce type a finalement un cerveau qui fonctionne très basiquement. Il a sans doute énormément de frustrations dans sa vie (j'entrerai pas dans le détail), et a certainement énormément souffert, d'où un comportement sympa de ma part.

Pourtant, je n'ai pas l'impression d'être quelqu'un de faible... Ni de me laisser marcher sur les pieds... Peut-être est-ce le fait de la hiérarchie qu'on vouvoie et qui impose un certain respect (voire une crainte), ou autre chose... Sauf que je n'ai pas envie que ça continue. Ca fait 2-3 mois que je me suis dépatouillée de ma dépression, que je vais très bien, et je ne voudrais pas de nouveau repartir là-dedans à cause du boulot.



A votre avis, je le remballe comment, ce chef... étant donné que la gentillesse et les "oui oui" ne font que le rendre encore plus abjecte ? J'avoue avoir peur de l'aborder de front, de lui dire poliment qu'il "m'emmerde", qu'il n'a pas le droit de se décharger sur moi, que dans mon esprit je suis encore actuellement un agent incompétent (je le vis très bien maintenant, après tout ça ne me dérange pas de jouer sur ce fait pour refuser des tâches compliquées que j'aime pas faire :P ) et que ça ne sert à rien de parler de grade ? Que ma santé mentale reste fragile et qu'à tout moment je pourrais péter sévère un plomb ? L'attaquer sur ses frustrations personnelles ? Utiliser le "je pense que" ?

J'aimerais bien être parée pour la prochaine convocation dans son bureau :evil: , et ne pas revenir ici dans 2 mois voire avant avec la tête en charpie et mes ptits cachets de zénittude.


Et encore désolée pour la longueur, je n'avais pas prévu que ça prendrait autant de lignes :oops:
Règle n° 1. Le Chef a raison.
Règle n° 2. Le Chef a toujours raison.
Règle n° 3. Même si un subalterne a raison, les deux premières règles s'appliquent.
Règle n° 4. Le Chef ne dort pas, il se repose.
Règle n° 5. Le Chef ne mange pas, il se nourrit.
Règle n° 6. Le Chef ne boit pas, il déguste.
Règle n° 7. Le Chef n'est jamais en retard, il a été retenu ailleurs.
Règle n° 8. Le Chef ne prend jamais de liberté avec sa secrétaire, il fait son éducation.
Règle n° 9. Le Chef ne quitte jamais son service, il a une réunion à l'extérieur.
Règle n°10. Le Chef ne lit jamais son journal pendant le service, il s'informe pour protéger l'entreprise et donc les emplois de tous.
Règle n°11. Le Chef fait énormément de sacrifices pour ses subalternes ; ils peuvent donc bien en faire un ou deux pour le Chef en retour.
Règle n°12. Le Chef a le droit d'être toujours de mauvaise humeur et d'insulter les subalterne; c'est dû à son stress de Chef.
Règle n°13. On entre dans le bureau du Chef avec ses idées personnelles, on en ressort avec les idées du Chef.
Règle n°14. Le Chef est toujours le chef.
Règle n°15. Plus on critique le Chef, moins on à de primes.
Règle n°16. Ne jamais oublier que le Chef est obligé de penser pour tout le monde.
Règle n°17. Seul le Chef a une vision globale de l'entreprise.
Règle n°18. Si vous avez un doute conformez vous à la règle numéro 1


Ca répond pas à ta question, mais arme toi de courage quand même ;)
M
36 ans 3802
plus facile à dire qu'à faire mais réponds poliment quand même et fais lui comprendre que tu n'es plus son punching ball verbal!
X
81 ans 2365
2douille a écrit:

J'aimerais bien être parée pour la prochaine convocation dans son bureau :evil: , et ne pas revenir ici dans 2 mois voire avant avec la tête en charpie et mes ptits cachets de zénittude.


Ben voilà, une quinzaine de jours à peine :twisted:

Début d'après-midi, il m'appelle dans son bureau. Là, sa supérieure hiérarchique (grand chef) ainsi que Momo (qui vient maintenant chaque jours en midi et 14H), il signait mon courrier. Momo s'est barré... j'espérais que grand chef en fasse autant mais non... Déjà je la sentais mal... Surtout qu'il m'a invitée à m'asseoir.

Au menu en résumé:
- pourquoi tu envoies ça là alors que patati patata
- t'es tel grade, tu devrais gnagnagna, et en plus tu vaux mieux que tes 2 copines de local qui ont pas ton grade
- de la part de grand chef "et tu ouvres le dossier au moins avant ?" (ça j'ai vraiment pas aimé, si y'a bien 1 seule personne dans le bureau à chaque fois tout traverser pour aller voir dans le dossier, c'est moi :evil:
- moi je suis fainéant, mais je suis intelligent, alors je fais pas ça (et je me vante, aussi)

J'ai évidemment dit "oui oui"... En plus ils étaient à du 2 contre 1... Si je l'ouvrais, je perdais d'office la bataille.

Donc, c'est bel et bien de l'acharnement ! Limite du harcèlement moral (en fait ça en est, qu'il y ait intention ou pas)

Ce que j'ai fait ? Retournée dans mon ptit local, débriefing à mes 2 collègues. J'avais dit après la 2e fois qu'il m'a attaquée, que s'il refaisait ça encore une seule fois, je faisais grêve... J'ai donc mis mon courrier sous enveloppe, et ensuite ait nettoyé mon bureau... A 16H il n'y avait plus aucun dossier dessus. Je tiens réellement ma parole! Ce qui démontre mon immense ras-le-bol de tout ça. Et demain je ne travaillerai donc pas même si je suis là (et je serai là)... (c'est pas dans le privé que j'oserais me rebeller de cette façon, là où je suis je n'encours franchement aucun risque)

Niveau moral... Ben, les larmes habituelles, liées à mon émotivité, mais ça n'a pas réveillé en moi la dépression. J'agit de façon zen.

Je ne sais pas si c'est la meilleure méthode pour qu'il comprenne, mais je ne pourrai jamais m'exprimer face à lui, de surcroît s'il a ses potes juste à côté. Cette après-midi, un collègue faisait un drink, je n'ai pas eu le courage d'y aller, sachant que le chef y serait. Puis il fallait que je laisse décanter toute cette colère intérieure.

Ce que j'attends, je pense que ce sont de véritables excuses de sa part, une grosse prise de conscience sur le fait qu'il me fait énormément de mal (et sa grande chef j'en pense pas moins, sauf qu'elle ne fera jamais ce genre de chose, elle est bien trop amère), et que ce n'est pas en rabaissant continuellement son personnel qu'il le motivera. Mais en attendant, apu travail de ma part... (ce qui m'évitera par la même occasion de me retrouver encore convoquée dans son bureau au moment de signer les courriers)

En gros, niveau "remettre en place un chef", j'en suis toujours à zéro :cry:
38 ans 3935
Ne tends pas le bâton pour te faire battre. Même si tu en as ras-le-bol, fais ton boulot, c'est la règle de base, ainsi il ne pourra rien te dire. Ne rentre pas dans son jeu, n'espère pas qu'il viendra te faire des excuses parce qu'il aura remarqué que tu fais la gueule dans ton coin! Parle-lui franchement, en restant polie, demande-lui ce qui ne va pas dans ton travail, c'est la seule manière de régler les choses de manière adulte.
34 ans Bouches-du-Rhône 1127
Miss tofu a raison! Si tu ne vas pas travailler c'est de l'abandon de poste et c'est toi qui va te retrouver en tord!
X
81 ans 2365
jennymimi a écrit:
Miss tofu a raison! Si tu ne vas pas travailler c'est de l'abandon de poste et c'est toi qui va te retrouver en tord!


Ha mais je vais aller au bureau. Et dans cette structure qu'est ce ministère, je pense qu'il en faut déjà pas mal pour avoir de sérieux problèmes.

C'est juste que j'ai l'impression que c'est la seule solution pour qu'il remarque que quelque chose ne tourne pas rond en ce moment, vu que l'affrontement de face je n'ai pas assez de cran. Et même en l'affrontant, si je lui demande, il me répondra quand même toujours les mêmes choses qu'il me dit sur son ton de vainqueur :? . Je crois réellement que le dialogue avec ce type est impossible, il arrivera toujours à te casser et à te laisser "beh... beh... euh..."

Et je me dis qu'au moins, en n'en foutant pas une (c'est relatif hein, je vais juste éviter les courriers, et m'en tenir à des tâches sur lesquelles il ne pourra rien dire, à part "t'es trop gradée pour ça blablabla", mais j'aime autant ça que des "pourtant t'as le grade pour ça bliblibli". Classement, étiquetage...), il aura cette fois une raison valable de me dénigrer. J'essaye en quelque sorte de me protéger, histoire de ne pas replonger dans mon mal-être. L'élément déclencheur de mon gros craquage l'an dernier était également lié à un dénigrement au boulot. Ce n'était qu'un déclencheur, et pas LA raison, et j'aimerais juste éviter de repousser de nouveau là-dessus.

J'ai passé quelques années dans 2 autres services, qui font exactement la même chose mais pour des secteurs différents, et les chefs de ces services ont toujours été enthousiases et positifs vis-à-vis de mon boulot et ma "réputation" m'avait précédée avant que je ne débarque dans celui-ci. Je sais ce que je vaux, mais je doute de plus en plus dans cette ambiance actuelle :?
X
81 ans 2365
Voilà, j'ai bien vidé mon sac il y a quelques heures, je pense qu'il aura du mal à s'en remettre :twisted:

Il était absent depuis quelques semaines, niveau travail je l'ai fait naturellement en fait... Sans ce poids et cette peur du laid reproche, j'ai tout de suite plus d'engouement dans ce que je fais.

Et aujourd'hui il est revenu. Il avait de toute façon annoncé avant son congé qu'il aurait à me voir à son retour...

Vers 9H, je passe à côté de son bureau, j'entends juste une phrase qu'il dit à un de mes collègues... "2douille on va lui faire faire les dossiers Z"... Déjà, j'ai commencé à fulminer... MERCI de m'avoir tenue au courant... Et surtout d'en parler à d'autres avant... Pour faire bref: d'un côté au bureau il y a les dossiers X à gros montants, et je travaillais dans ce staff... de l'autre, les dossiers Z à plus petits montants, qu'il n'a de cesse de dénigrer, estimant qu'ils n'en valent pas la peine (certes, montants moindres, mais il y a tout autant de dossiers en X qu'en Z... Et exactement le même travail à faire autour, que le montant soit élevé ou pas, la paperasse reste similaire).

Je cogite... Je cogite... Et j'en parle, mets vite tout le bureau au courant "ça y est... Il recommence à peine revenu...". Ma collègue de bureau va le voir à un moment, j'ai pas capté, et elle revient... Il lui a redit qu'effectivement on allait me mettre aux dossiers Z... Là, j'en ai marre! Qu'il dise à quelqu'un qui le remplace parfois, soit... On peut encore laisser couler... Mais qu'il s'amuse à le dire à tout le monde sauf à MOI, la première intéressée...

J'ai attendu 15H, le temps de savoir quoi dire, puis d'un peu calmer mes nerfs... Et j'ai été le voir.... "Je pourrais vous parler 5 minutes ? Trouvez-vous normale que tout le monde soit au courant de quelque chose concernant une personne SAUF cette personne ?"... Il me dit non... Et là j'ai vite emballé sur le reste... Mon Marre d'être dénigrée non stop...

J'ai été assez agressive, tout le bureau a entendu... Mais sa façon de réagir m'a réellement mise hors de moi... "2douille... Maintenant que tu sais que tu n'arriveras jamais à avoir quelque chose de bon venant de ce personnage... Fonce et déballe tout".

Il n'a pas pu répondre à ma question sur le bien fondé du travail que je fais... (il projettait une réunion jeudi, parlant de choses qu'il demandera afin d'assurer un suivi des dossiers..... MAIS GRRRRRRRRRRRR La liste que je traite, c'est justement l'agenda assurant le suivi régulier des dossiers)... Il m'a dit très méchamment de me mettre en maladie si j'en avais marre... Soulevant l'histoire de harcèlement moral, il m'a dit d'aller porter plainte... Et concernant le fait que je ne ferais plus d'efforts... IL S'EN FOUT !

Il m'a dit qu'il n'a jamais voulu que je vienne... Mais moi non plus je ne l'ai pas voulu! Si son con de pote avait pas harcelé les autres, j'aurais gardé ma place dans l'ancien bureau et il aurait pas eu à me voir...

Bref... Son comportement... C'est une véritable ORDURE !

Il va certainement s'amuser à faire rapport à gauche et à droite, et aller pleurer près des autres "2douille elle a été vilaineuuuuh avec moi"... Et me faire une splendide réputation (je n'ai rien à craindre, il est reconnu de beaucoup de monde comme un incompétent et un type malsain, personne ne comprend qu'il soit chef alors qu'il a de sérieux problèmes relationnels)

De mon côté, j'ai pris rendez-vous chez mon médecin (avant cette entrevue, je me suis "préparée" dirons nous), et écope de 3 jours de maladie... Et même pas pour cause de stress au boulot (y m'énerve ce médecin à ne pas vouloir donner de jours le temps que je souffle et que je me remette, parce que j'ai de nouveau la crainte que mon boulot finisse par me bouffer aussi dans ma vie privée), étant donné que j'ai une laringite... Ca sera donc la raison officielle.

Et demain, je prends contact avec la psychologue du ministère qui bosse dans le service où on traite les problèmes de harcèlement moral.

Méfiez-vous de l'eau qui dort, paraît-il... Je crois que je me suis transformée en un torrent abominable :x . Je n'en resterai pas là dans cette affaire cette fois!
B I U