MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

destruction de l'image de soi et boulimie...

2
35 ans paris 29
Bonjour à toutes (et aux qques tous),
J'ai 20 ans et j'ai un problème qui me bouffe la vie : devinez quoi, la boulimie... c'est pas spécialement original mais bon, ça  
fait souffrir chacun séparement. Ce qui est dur dans la boulimie je trouve, c'est que plus on avance, plus l'estime de soi chute jusqu'à arriver dans le monde de cousteau. Je prends du poids régulièrement malgré mes vomissements (je sais c'est pas bien, mais je vous en prie, ne jugez pas) et je ne suis pas encore obèse mais ne vais pas tarder à le devenir. J'ai l'impression de foutre ma vie en l'air, je sais que je suis pas bête ni spécialement repoussante mais jamais je ne pourrais accueillir l'amour tant je me déteste au plus profond de moi même... Mon gros souci est que je suis étudiante en médecine, les études marchent bien, je crois avoir un bon contact avec les patients et apporter pas mal de soleil là où il en manque, car je suis plutot d'une nature saute partout, optimiste et gaie mais sauf dans mon coeur.

Désolé, mon laius peut paraitre complètement niais mais j'aimerais comparer mon sentiments avec d'autres, et pourquoi pas s'entraider si vous avez un pti moment... en tout cas, je trouve que vos messages sont tous d'une maturité impressionnante, bravo!
34 ans Pau (64) 56
Bonsoir et bienvenu à toi "pouik"!

Tout d'abord que les choses soient claires ;) : nous ne sommes pas là pour te juger mais pour t'écouter et si on le peutt t'aider. Alors surtout, si tu as envie de parler, n'hésite pas!! Tu n'as pas non plus à être négative envers ce que tu peux écrire. Tu es là pour exprimer ce que tu ressens, et peu importe la manière dont tu t'y prends, l'essentiel c'est que tu arrives à dire ce que tu as sur le coeur, et crois-moi cela fait le plus grand bien!
Tu es donc boulimique: c'est déjà important de le reconnaître! Mais que t'est-il arrivé pour que tu es si peu d'estime de toi?... Il y a bien une raison. Tu donnes extérieurement l'apparence d'être heureuse, gaie, mais au fond de toi c'est tout le contraire. Pourquoi? Je te pose beaucoup de questions, mais ce sont ces questions qui nous font avancer... Et puis les réponses que tu donneras, nous aideront à mieux cerner ton "cas", car eh oui, on a beau souffrir du même mal, chacun(e) le vit à sa manière...
En tout cas, sache qu'ici tu es au bon endroit!
Bon courage et à très bientôt j'espère! :)
46 ans 95 1388
Citation:
Tu donnes extérieurement l'apparence d'être heureuse, gaie, mais au fond de toi c'est tout le contraire.


j'ai toujours été étonné par cette capacité qu'ont certaines personnes pour donner le change quand elles sont tristes.



Citation:
Mais que t'est-il arrivé pour que tu es si peu d'estime de toi?...


Il y a une part d'inné mais l'éducation compte beaucoup également. Par exemple, un enfant handicapé qui a reçu beaucoup d'amour de ses parents peut être beaucoup moins sensible aux remarques des autres et présenter ainsi un estime de soi inconditionnelle: il s'aime quoique dise les autres.
Quand il y a une carence à ce niveau, on devient très vulnérable aux réflexions des autres. Si l'on a un défaut physique, on est alors une proie idéale pour tous les sadiques en circulation. Au fur et à mesure des remarques, celles ci sont marquées au fer rouge dans notre esprit et reviennent nous hanter par moment. L'estime de soi diminue alors de plus en plus, et on peut tomber très bas.
2
35 ans paris 29
je sais pas vraiment si je suis boulimique, je déteste dire ça, je déteste, je déteste.... ça résonne dans ma tête et ça me rends folle mais bon, je suis une fille pragmatique, les pieds sur terre donc, je ne dois pas me voiler la face. Je ne sais pas pourquoi, probablement par manque affectif, probablement par timidité, pour me protéger, me donner une excuses pour être rejetée...

Je perds rien à tout vous dire, personne sais qui je suis, en fait, j'ai été étiquetée, surdouée, ou précoce je sais pas comment on doit dire pour être politiquement correcte, en tout cas, on me trouvais bizzare et ce qui est différent, les enfants, ça n'aime pas, oooh non, ça rejette alors et moi : toute seule!

J'imagine que c'est ce qui a fait que je me suis réfugiée dans la nourriture mais savoir ou imaginer des raisons à mon comportement ne m'aide absolument pas dans la mesure où, puisque je connais la raison, je devrais pouvoir me controler, hé non, ça ne marche pas, pfuit, volonté envolée... et je deviens grosse et même énorme, aux yeux de tous, j'expose mon mal être, mes fragilités et mes défaillances et ça, je ne le supporte pas...

Je prends tout sur moi, j'aime apporter le plus possible aux autres, et je veux être un bon medecin, mais tous ces pb m'enpechent d'aider correctement, que peut penser qqn d'un medecin tout gros, car malheureusement, dans notre société, gros veut dire faible, veut dire nul, et j'ai beau absolument pas penser comme ça pour les autres, c'est comme ça que je me vois moi!

Merci bcp de ta réponse Girl lost, c'est gentil de prendre un moment pour répondre. Et toi, tu va bien?
2
35 ans paris 29
Désolé dreamer, nos messages se sont croisés! Effectivement, une carence affective peut ébranler les bases de construction de l'enfant mais en tout cas ce n'est pas mon cas... C'est vraiment malheureux quand ça arrive :roll: Et pdt longtemps, je n'avais pas réellemnt de défaut physique caractéristique, enfin rien qui appelle sarcasmes et moqueries (c'est déplorable les gens comme ça!!!) mais je me construis moi m^me une image immonde de moi et petit à petit, je m'en rapproche de plus en plus et et ça me desespère! (oulah, c'est le coup de blues ce soir...)
34 ans Pau (64) 56
Je vois que tu as mis le doigt sur une des raisons qui fait que tu sois boulimique (un mot difficile à entendre et à accepter je sais...): la nourriture est pour toi un "refuge" (vis-à-vis du rejet d'autrui que tu as subi)... Ce qui est en fin de compte assez paradoxal puisque la nourriture devient alors l'objet de nos tourments :( ... Ce que je peux te dire, c'est que tu n'as pas à avoir honte, honte d'être boulimique, honte d'avoir des faiblesses (car on en a tous, même ceux qui se croient supérieur et intouchable), ni honte de ton corps... Et surtout, tu n'es pas "nulle"!!! C'est juste que quelque chose en toi -la confiance principalement- a été brisé... Et ça, ça prend du temps à être reconstruit, et il faut tout simplement accepter cette "faiblesse"...
Je sais, tout ceci est facile à dire, me dira-t-on. Eh oui, car hélas c'est loin d'être évident (d'ailleurs, je ne serai pas là sinon, perdue, complètement dépassée par le cercle vicieux qui me touche, celui de l'anorexie et de la boulimie...).
Le chemin vers la guérison est long, il sera semé d'obstacles, mais il faut y croire, ne pas perdre espoir.
2
35 ans paris 29
est ce que tu tente de guérir seule, comme ça, ou as tu trouvé un moyen pour avancer plus vite, pour pas t'omnibuler avec tout ça? En tout cas, courage. ;)
34 ans Pau (64) 56
Très bonne question Pouick!
.... A laquelle je ne suis pas en mesure de te répondre car je ne sais même pas si je tente de guérir! Strange... En fait, le "hic" c'est que paradoxalement je ne sais pas si je le veux... je sais c'est terrible de dire ça.... Je fais tout pour aider les autres, mais moi je ne m'aide pas! Je me fais stagner et même régresser face à mon prob :( :oops: ... En fait, tant que je ne parviendrai pas à accepter mon corps, je crois que je ne parviendrai pas à me sortir de tout ça...
2
35 ans paris 29
je comprends très bien, en effet, c'est pas tjrs évident de vouloir au fond de soi, c'est comme boulverser sa petite vie pépére, se donner un gros coup de pied au cul, mais peut être que ça vaut la peine : NE PLUS ETRE DEPENDANTE, NE PUS SOUFFRIR de cette situation où la nourriture régit ton affectif?

En fait, je comprends car pour ma part, ce n'est pas tant la boulimie qui me fait souffrir mais surtout l fait d'être grosse, et si je pouvais être maigre et continuer de même, je ne sais pas si j'arriverai à faire le constat de mon comportement anormal et me faire violence pour arreter...

Ceci dit, il y a bien une raison pour que TU agisses comme ça, je ne sais pas laquelle, peut etre ne le sais tu pas toi même ou si, mais cette raison t'entraine à t'autodétruire un peu, a te faire du mal, ébranle un peu ta vision de toi, ton futur et pour cela, peut etre faudrais t'il te prendre par la main et essayer d'avancer! Je sais comme c'est diffficile, oh oui, j'ai essayé d'aller voir un psy mais ça n'a rien donné mais je vais quand même réessayer et si ça n'est pas pour moi, au moins pour ceux qui m'entoure!

Pour accepter ton corps, il faut aussi accepter de le rendre vulnérable, ouvert à l'autre, pas pour des histoires de sexe (enfin, c'est toi qui vois :roll: ) mais déjà au toucher, au regard de l'autre qui ne sera probablement pas aussi négatif que ton propre regard et si qqn en qui tu as confiance te dis que tout va bien, petit à petit, peut etre reprendra tu confiance en lui!

Bon courage, on a un peu l'impresssion d'avancer à l'aveuglette et de se planter tjrs de chemin mais un jour, on trouvera la bonne voie (je fais témoin de jéovah là... :P ) Sinon, tu fais quoi dans la vie? Tu aimes faire quoi?
34 ans Pau (64) 56
Salut Pouick!

Merci beaucoup pour ton message, et tes réflexions très matures et pertinentes!... Par moment j'essaie de penser au fait de m'en sortir, mais ce n'est effectivement pas évident! Je ne sais pas si tu as lu mes messages dans le topic "Le cercle infernal de l'anorexie et de la boulimie": peut-être pourras-tu mieux me comprendre!...
Sinon, pour changer de sujet et répondre à ta dernière question: je suis étudiante en fac en 1ère année de Licence d'Anglais LLCE! Je suis très passionnée par l'Anglais (je l'ai toujours été) :D ! J'espère devenir prof!!! Mais j'ai encore du chemin à parcourir! Pour l'instant ça va je m'en sors même si ya beaucoup de boulot! Et puis ça me permet de moins penser à la nourriture :roll: !....
B I U


Discussions liées