MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

comment affronter une rechute vers la dépression?

N
36 ans 16
Bonjour. Je sais que je ne suis pas une membre très active et que donc mon "appel à l'aide" peut passer inapercu, mais j'ai besoin d'évacuer ma douleur, peut-être pour  
me faire rassurer, peut-être pour simplement m'enlever un poid. voici la situation, j'essaie d'être le plus claire possible.

Il y a 2 ans, j'ai fait une dépression qui m'as vraiment anéanti. enfin c'est plutôt qu'elle avait été "découverte" mais j'était dans cet état depuis plus longtemps. Pourtant, avec l'aide de mon médecin et des anti-dépresseur, j'allais mieux. J'ai décider d'arreter tout les traitements toute seule il y a 1 ans et quelques mois. Au début c'était très dure, mais j'ai progressé encore plus vite par moi même. par progrès j'entend de grand changement au niveau de ma facon d'agir et surtout de penser. Mais depuis quelques temps, je suis revenue au stade "pleurer sans cesse, mutilation, pensée suicidaire et épuisement totale".

Au début j'ai tout fait pour passer par dessus, pour faire comme si ce n'était rien et que je n'avais pas besoin d'aide. J'ai chercher un boulot d'été (je suis étudiante) et j'ai tout fait pour me convaincre que je voulais travailler, et donc je me suis trouvé un boulot que je déteste et en plus comme une idiote, j'ai signé un contrat. Maintenant, j'ai démissionné (ce matin) et j'ai peur des conséquences, style me faire poursuivre en justice pour rupture de contrat.

J'ai décider aujourdhui d'aller voir un médecin qui pourra me référer à un psy, que cette fois je compte voir régulièrement et suivre le traitement qu'il me proposera.

hier, j'ai réussis a en parler a mes parents (chez qui je vis), ce qui est miraculeux parce que nous avons une très mauvaise relation et ils m'avaient complétement rassuré, que personne ne me forcait a rien faire etc. mais j'ai l'impression que l'employeur veut me forcer. J'ai peur, et je ne peux pas aller voir de médecin aujourdhui puisque tout est fermé aujourdhui.

j'ai conscience que mon message ne fait surement avancé aucune discussion, mais j'avais besoin d'écrire ici, peut être pour mettre mes idées au claires. En fait pour le moment je rationalise pour ne pas faire de crise de panique (j'avais des anxyolitque pour les arreter, mais il ne m'en reste plus) et je me demandais. est-ce que l'une dentre vous aurait vécu une situation semblable de rechute vers la dépression? est-ce que ca été plus dure a affronter? dans mon ca, je suis complétement épuisé en pensant a ce qui mattend.... merci de m'avoir lu
38 ans Tours 2247
bonjour nekoneko,

Pour commencer je te rassure, active ou pas sur le site tu as besoin d'aide il est donc normal que nous soyons là.

La dépression est une maladie étrange car elle survient souvent sans raison évidente, j'en sais quelques chose.

Tu as choisi d'arrêter ton traitement et c'est ton choix, le fait de se sentir dependant d'un médicament nous empeche d'affronter la réalité et ce n'est peut etre pas la solution.

Pour ta demission j'ai fait la meme chose il y a deux ans et je ne l'ai jamais regretté, j'etais trop malheureuse là ou j'etais.

Tu as reussi a en parler à tes proches: c'est courageux de ta part et prouve que tu as admis que tu avais un probleme, moi je n'y arrive pas encore.

Fais une liste des situations dans lesquelles tu t'es sentie male à l'aise et une autre dans lesquelles tu t'es épanouie et fais en sorte que les secondes soit plus souvent que les premieres.

Courage accroche toi, et si tu as besoin Nous sommes là!! :kiss:
57 ans normandie 406
Coucou,
les médecins ne sont pas "fermés" le lundi le mieux tu files chez ton généraliste qui te conseillra un psy...pas de honte a aller parler à quelqu'un de tes problèmes!par contre on arrête JAMAIS ses médicaments seule le mieux est d'en parler au psy et de faire un sevrage sinon gare à la rechute...
prend soin de toiiiiiiiiiiiii :kiss:
N
36 ans 16
je suis au québec et aujourdhui c'est jour férié, même les cliniques d'urgence ou j'ai appeler étaient fermé :( je vais devoir a attendre a demain pour le docteur. je vous remerci beaucoup. vos réponses me font réaliser plein de chose, et surtout se savoir écouter et que l'on est pas seule a vivre des situation, je l'oublie souvent mais ca m'aide beaucoup..
52 ans Var 2447
Bonjour Nekoneko,

Bon j'espère qu'au plus tôt tu te reprendras en charge avec l'aide d'un bon psy.

La seule chose que l'on puisse faire c'est t'écouter....tout du moins te lire!!
Et puis la dépression est une maladie comme une autre alors pourquoi tarder pour consulter ?

Allez bon courage. Tu as réussi à t'en sortir une fois et tu le feras encore cette fois mais surtout comme te dit titesouris on n'arrête pas un traitement d'un coup. ;)
39 ans Poitiers 186
Salut
Il y a quelques années j'ai fait une dépression assez grave, je n'ai jamais pris de medoc sauf ceux que le CHU ma forcé à prendre.
Vas savoir pourquoi, aujourd'hui je vais mieux, mais quoi que...
Je me méfie de moi même et de mes idées sombres.
J'ai parfois des passages à vide, dans c'est moment là je me change les idées, et si ça ne vas vraiment pas je me force à identifier le probleme vairitable, la raison parfoit cacher à nos yeux embrumé mais qui pourtant, une fois indentifier, est tellement evidente .

J'ai donc une question , Quel est ton "ligt-motive"(phrase, mots, images...) qui passe en boucle de ta tête, ou comme un engrenage d'une machine bien huilé qui face à une situation delicate se met en route pour provoquer une crise.
Ensuite demande toi pourquoi tu pense ça?

Moi je me trouve nul, insinifiante, d'une vie inutil, l'envie de ne pas être... bref la deprime total jusqu'au jour où j'ai compris que l'origine du probleme venait de mon pere.

Pour conculre ce message sens doute trés barbant, tu as donné ta dém,
si tu es en période d'essais "no-probleme"
si ta l'as dépassé tu auras une periode de préavis , FAIS LA, sinontu auras des comptes à rendre devant les Prudhommes

Aller Prend courage et soin de toi
N
36 ans 16
des nouvelles (eh oui, déja) Je suis aller voir le médecin aujourdhui qui m'as donné un papier pour un arrêt de travail et m'as prescrit des anti-dépresseur. Il me reste plus qu'à appeler le psychiatre. mais voila. le doute commence a s'installer au sujet des anti-dépresseur. La dernière fois, j'était complétement amorphe et je n'arrivais pas a me concentrer sur rien. J'avais l'impression que ca me rendait encore plus dépressive que je ne l'était déja. Maintenant, à la base, j'ai plus de controle sur mes émotion. Et j'ai dison l'impression que d'aller voir le psy et de reprendre les AD va être la confirmation que je suis un échec (et ouais, encore un scénario catastrophe). ou encore que j'ai automatiquement sauté sur "la solution facile" les médicaments. (meme si je sais que en fait c'est loin d'être facile) et que je devrais plutot attendre de voir le psy, "pour voir"
52 ans Var 2447
Nekoneko a écrit:
des nouvelles (eh oui, déja) Je suis aller voir le médecin aujourdhui qui m'as donné un papier pour un arrêt de travail et m'as prescrit des anti-dépresseur. Il me reste plus qu'à appeler le psychiatre. mais voila. le doute commence a s'installer au sujet des anti-dépresseur. La dernière fois, j'était complétement amorphe et je n'arrivais pas a me concentrer sur rien. J'avais l'impression que ca me rendait encore plus dépressive que je ne l'était déja. Maintenant, à la base, j'ai plus de controle sur mes émotion. Et j'ai dison l'impression que d'aller voir le psy et de reprendre les AD va être la confirmation que je suis un échec (et ouais, encore un scénario catastrophe). ou encore que j'ai automatiquement sauté sur "la solution facile" les médicaments. (meme si je sais que en fait c'est loin d'être facile) et que je devrais plutot attendre de voir le psy, "pour voir"


NON NON ET NON enlèves toi ça vite fait de la tête. Tu n'es pas un échec. La dépression est une maladie à proprement parlé au même titre qu'un ulcère, un infarctus....

Et quand on est malade on se soigne. Ce que tu es train de faire.
Si les antidépresseurs ne te conviennent pas ton médecin pourra en changer, tu verras avec lui.
Le psy fait partie du traitement et comme son nom l'indique s'attaque à la psychologie du problème. Et cela ne peut être qu'efficace sous prise de traitement.

Allez soignes toi et tiens bon

;)
46 ans Epinal 264
+ 1!

Bina a tout à fait raison. Cette maladie a déjà été diagnostiquée, c'est probablement une rechute que tu fais. Je comprends ton appréhension au sujet des anti-dépresseurs, c'est vrai que ça peut être lourd comme traitement. Mais tu le dis toi-même, c'est presque plus la stigmatisation de la dépression par ces médicaments, leur signification en fait qui te gêne, plus que leurs effets secondaires.
Puisque tu as vécu déjà une dépression, tu te souviendras peut-être que cette maladie est cause de fatigue, de déconcentration... il y a de fortes chances pour que tu te sentes "amorphe", même sans médicaments, avec la souffrance insoutenable en prime.
Prendre un traitement adapté, prescrit et contrôlé par un médecin n'est jamais une solution de facilité, même pas de confort. C'est plutôt une question de survie. Si choisir de se soigner et de guérir est une solution de facilité... je plaide coupable!!!! Je trouve ça plutôt courageux, parce qu'il est tentant de faire l'autruche.

En ce qui concerne ta question sur la rechute, oui, ça m'est arrivée et même plusieurs fois, la guérison n'est pas souvent un parcours linéaire. Je précise que je souffre d'une dépression très sévère, ceci explique sûrement le nombre et la fréquence des rechutes.
J'ai trouvé ça très dur au début, surtout le sentiment d'échec face à mon caractère (trop faible pour guérir, seule ou accompagnée :roll: ) et face à la thérapie que je trouvais fort douloureuse; donc grosse remise en question et doute sur le bien-fondé et l'efficacité d'une thérapie.
Puis j'ai compris que ce n'était que des passages à vide, passagers, puique je me relevais à chaque fois. Les rechutes sont de + en + espacées, de + en + courtes et n'ont aucune incidence sur mon évolution.
Elles dépriment et découragent, mais ne font pas régresser pour autant.
La force que tu as acquise auparavant n'est pas détruite seulement débordée pour le moment. Tes progrès n'étaient juste pas encore tout à fait aboutis, tu les consolideras et approfondiras avec ton psy, mais tu as déjà de bonnes bases à exploiter, c'est énorme.
En tout cas, n'hésite pas à venir en parler ici, le forum sert aussi et surtout d'entre-aide, de solidarité.
Je te souhaite beaucoup de courage.
:kiss:

...et encore un roman de caliope, pfffff :oops: :pardon... :-#
B I U


Discussions liées