MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Tu n'aurais jamais du avoir d'enfant

46 ans quelque part sur la route du bonheur 621
Bonjour à tous,

ça fait bien longtemps que je ne suis pas venue sur le forum (comme participante)... Voilà, après 5 ans de traitements et de dossier d'adoption, nous avons adopté  
notre petit garçon il y a 4 an et demi.
Quelques mois plus tard, j'ai perdu ma mère, j'avais un travail qui me contraignait à 3h40 de transport par jour, un enfant qui pleuré 1h30 tous les soirs, le père qui rentrait le soir à 19h30/20h, et moi tiraillais entre lui qui sollicitait mon attention et le petit qui me réclamait... Le petit a toujours bcq pleuré, mais à partir de 18 mois très colérique, provocateur etc.

Je pense que j'ai fait un "burn out" martenel, j'ai pensé à me suicider, m'éliminer de l'équation, me sentant une mère pas assez suffisante, avec le sentiment que le père me renvoie cette image en pleine figure à longueur de temps : je ne prends pas les bonnes décisions, je suis trop laxiste avec le petit, ou trop sévère avec lui... pour en finir par me dire il y a 1 semaine "tu n'aurais jamais du avoir d'enfant, tu est une mauvaise mère, tu es incapable de t'occuper du petit"... j'ai fait l'erreur de lui dire que j'avais pensé à me suicider...

Je n'arrive pas à lui pardonner. J'ai besoin de votre avis
87 ans 9576
Adopter c'est très compliqué, je l'ai vécu de l'intérieur (je suis l'enfant biologique du couple).

Ce qu'il t'a dit est ignoble, c'est déjà très difficile à deux, mais seule...

Ma sœur est arrivée à 18 mois (j'en avais 27), et pleuré plusieurs heures chaque jour jusqu'à 6 ans, avait des TCA (boulimie) de sommeil...
Le couple parental a explosé et il y a en beaucoup comme ça autour de nous (association de parents qui avaient adopté dans le même pays). Et pourtant ma mère ne bossait pas et mon père instit était beaucoup à la maison...

A l'époque pas d'aide psy ou quoi (ma sœur est arrivée en 1974).

Fais toi aider, seule et/ou en couple !

Et peut être que ton petit garçon devrait voir quelqu'un lui aussi ?

Je te souhaite bon courage pour la suite :kiss:
87 ans 9576
3h40 de transport, tu n'as pas besoin d'être mère pour faire un burn out... fais toi arrêter !
87 ans 9576
et (je suis bavarde :oops: ) pas besoin que l'enfant ait été adopté pour ressentir ce que tu ressens, ça m'arrive régulièrement (8 ans que j'élève seule trois garçons de 12,5 14,5 et 16,5 ans) parfois j'ai juste envie comme tu dis de me retirer de l'équation, plus envie de jouer... mais pas le choix, on a signé pour en ch... :lol:

Chaque jour je me dis... ça ira mieux demain ;)
46 ans quelque part sur la route du bonheur 621
J'ai mis en place un suivi pour lui chez une psy spécialiste de l'adoption. C'est chez cette psy que j'ai eu le malheur de trop parler, de livrer mes doutes, mes angoisses, mes étouffements, mon impuissance... et mon mari s'en sert contre moi, pour me blesser, ce n'est pas la première fois.

J'ai demandé qu'on se sépare, il refuse.

Je lui ai demandé si il pensait ce qu'il avait dit, ou si s'était sous le coup de la colère. Il a confirmé ce qu'il pensait... et s'est à nouveau mis en colère "parce que je cherche la merde ou quoi..."

J'ai reconnu et je me suis excusée parce que je suis agressive et je lui parle parfois mal, je me mets en colère.

Lui n'a rien à se reprocher biensur. C'est moi la méchante la névrosée... il joue sur du velour... j'ai tellement peu confiance en moi...

Il est arrivé à me faire penser que je suis mauvaise.

J'avais mis en place un suivi psy, avec traitement car je sentais que je n'arrivais pas à gérer le stress, la fatigue, mais j'avais besoin de la voiture, pour des raisons pro il l'a prise, j'ai essayé d'aller à pieds, le deuxième rdv, j'ai du l'annuler parce qu'il ne pouvait pas assurer la sortie de l'école.
Là je vais aller voir un psy qui pratique l'hypnose et m'inscrire à la rentrée dans des activités artistiques pour avoir du temps pour moi.

MAIS, le problème, c'est que je ne lui pardonne pas de ce qu'il m'a dit, je n'ai plus confiance en lui, j'ai décidé de l'exclure de ma vie intérieure, plus déchanges, tout va toujours bien...

je suis perdue
46 ans quelque part sur la route du bonheur 621
il y avait en plus une mauvais ambiance au boulot. J'ai changé de travail, mais je mets encore 2h10. Mais la fatigue est installée, on m'avait dit tu verras tu t’habituras à te lever à 6h du mat, ben non :oops:
87 ans 9576
oulà, le problème n'a pas grand chose à voir avec l'adoption alors...


vu ce que tu nous racontes, c'est pas génial... et si tu veux te séparer, il n'a pas à refuser, c'est comme ça c'est tout, j'hallucine :shock:
87 ans 9576
en tout cas prendre du temps pour toi est une super bonne idée, j'espère qu'il jouera le jeu pour ne pas t'empêcher d'y aller...

je vois qu'on a le même âge, et j'imagine à quel point ça doit être fatigant de gérer un petit bonhomme au caractère bien trempé...

peut être que tu pourrais trouver un psy près de ton boulot pour y aller entre midi et deux ? ainsi pas de souci de dispo de te conjoint, de ta voiture...
46 ans quelque part sur la route du bonheur 621
non, je ne pense pas que le problème soit le fait que le petit soit adopté. Ce n'est pas un enfant facile d'un certain point de vu, mais adorable d'un autre. Je me suis sentie dépassée par ses colères qui duraient 1h/1h30 (et ce à partir de 1 an) et le père qui me laissait seule avec le petit, car il ne supportait pas ses cris...
Le problème c'est que notre couple parentale et conjugale dysfonctionne de manière flagrante depuis l'arrivée du petit.

J'ai accumulé bcq de rancœur en 4 ans : 2 hivers de suite à dormir sur le canapé inconfortable, parce que pour des raisons de santé diverses je toussais, donc je l'empêchais de dormir, une immense solitude face aux besoins de notre fils puisqu'étant la mère je devais connaitre toutes les réponses, avoir le savoir universel, mes demandes répétées de trouver des moments pour nous deux, pour notre couple, plus d'attention envers moi, plus de réconfort. Le sentiment d'avoir deux enfants dont je dois m'occuper. A titre d'exemple, un soir, le petit devait avoir 2 ans, mon mari rentre, veux me parler de lui, de son boulot, de mon coté je dois donner à manger au petit, le baigner, le coucher, mon mair qui dit "tu peux bien t'occuper de moi mainteant, il t'a eu pendant 2 heures à lui tout seul"... et moi qui pense "qui s'occupe de moi ?"
83 ans 4491
minouchette2007 a écrit:
J'ai mis en place un suivi pour lui chez une psy spécialiste de l'adoption. C'est chez cette psy que j'ai eu le malheur de trop parler, de livrer mes doutes, mes angoisses, mes étouffements, mon impuissance... et mon mari s'en sert contre moi, pour me blesser, ce n'est pas la première fois.



Est-ce que cette psy ne peut pas vous suivre tous les deux, ou te conseiller quelqu'un.

Tu peux avoir des difficultés avec ton enfant en dehors de l'adoption, simplement que ton enfant ne peut pas te dire plus grand "tu n'es pas ma mère" mais il peut te dire " j'aurais tellement que tu sois pas ma mère biologique et avoir été adopté".

Ce que je veux dire par là, c'est que ton fils est arrivé avec une blessure initiale d'abandon avec laquelle il va falloir compter c'est sur, mais qu'en dehors de cela, il faut te reconstruire en tant que femme, mère.

On se sent assez vite une mauvaise mère quand notre enfant pleure beaucoup fait des colères etc.. or, c'est pas toujours lié à nous, mais si on a pas confiance en notre capacité de maman, si on a idéalisé aussi cette relation par exemple et si notre conjoint s'engouffre dans la brêche pour règler ses comptes avec nous, c'est clair qu'on a tendance à s'enfoncer encore plus.

Quand tu dis que tu as dit que tu voulais te suicider, c'est à ton fils que tu l'as dit ou à ton mari ?

l'hypnose pourquoi pas ? si c'est accompagné d'autre chose, d'un travail de reconstruction également.

C'est la psy de ton fils qui t'a conseillé l'adresse du psy ? tu peux y aller sans la voiture et assez facilement ?
87 ans 9576
l'adoption a sûrement agi comme un révélateur de problèmes latents... il était aussi motivé que toi pour l'adoption ?

dans le cas de ma sœur ma mère était moins motivée que mon père... et comme la petite était trèèès compliquée à gérer...

ton mari se comporte comme un sale type, essaie de décorréler cet état de fait de ta maternité, et de prendre soin de toi au maximum...

il faut juste oser le décréter... après avoir frôlé le cimetière l'an dernier j'ai expliqué à mes fils que maintenant maman allait avoir une vie à elle, et ils s'y sont faits. Je fais au moins 4 séances de sport par semaine et l'organisation familiale en tient compte. Bien sûr ils sont plus grands... mais ça n'empêche pas qu'ils me pompaient un peu mon oxygène !
je regrette une seule chose de ne pas l'avoir fait plus tôt... et d'avoir eu besoin de cet avertissement de la vie pour OSER me prendre en considération... La maternité est le truc le plus culpabilisant qui existe je crois !!
46 ans quelque part sur la route du bonheur 621
Citation:
Ce que je veux dire par là, c'est que ton fils est arrivé avec une blessure initiale d'abandon avec laquelle il va falloir compter c'est sur


c'est pour ça que j'ai voulu mettre en place un suivi psy pour le petit, je ne voulais pas passer à coté de qqchose.

Je n'ai pas dit à mon fils que je voulais mourir, non !! Je lui ai dit au contraire qu'il pouvait faire tout ce qu'il voulait, me provoquer faire des colères, je ne partirais pas, je serais là pour lui.

Je me sens seule, c'est sure, et j'ai bcq de problèmes de santé, pas très graves, mais douloureux, qui entrave mon quotidien, le rend pénible physiquement, ça aide pas à 44 ans avec un petit très actif de 4 ans et demi. Et sonpère me l'a reproché aussi, me disant que je ne pouvais pas courir derrière lui...

Le psy, je l'ai trouvé seule, c'est dans l'heure du midi, à coté de mon travail.

Il n'était pas aussi motivé pour l'adoption, il voulait une fivdo, ce qu'on venait de faire quant le petit est arrivé, et qu'on a refait pour donner un petit frère, meme si j'aurais préféré adopter une nouvelle fois. Mais justement là, il ne veut pas divorcer parce "je suis incapable de m'occuper du petit au quotidien" et parce qu'il veut que son fils le voit toujours les jours. Donc son gosse il l'aime, et ça se voit d'ailleurs, c'est un père suffisant (comme dirait un psy).

MAIS, C'est moi qui m'occupe du petit au quotidien, je lui fait à manger, lui donne à manger, je le baigne, je le couche (que des moments de conflits hein, il s'entend), lui, comme il est chômage, joue bcq avec lui (bon j'aime pas jouer aux petites voitures, mais je patisse avec lui, je regarde des dessins animés, blottis l'un contre l'autre, je fais des activités manuelles etc)...

Citation:
La maternité est le truc le plus culpabilisant qui existe je crois !!


c'est bien vrai
83 ans 4491
minouchette, je suis un peu remontée dans tes posts car il me semblait avoir déjà échangé avec toi.

En 2012, il y avait eu déjà des problèmes entre vous, qui étaient apparus avec la venue de votre fils.

Il y a peut etre quelque chose à voir avec sa paternité également, et peut etre qu'il règle aussi des comptes avec sa mère par toi interposer.

Il t'a peut être mis une pression par rapport à la mère parfaite qu'il veut pour son fils ?

La mère parfaite n'existe pas, mais parfois on ne le sait pas.

Pour moi, il y a vraiment deux couples quand on est parents, le couple amoureux et le couple parental et la difficulté est de faire coincider les deux.

Parfois un des deux ou même les deux parents se projettent dans l'enfant et du coup il y a des rôles qui se retrouvent mélangés, tout d'un coup on se retrouve à parler à son conjoint comme on parlerait à sa mère ou à son père.

D'ou l'importance parfois de faire une thérapie familiale en parallèle d'un travail sur soi, pour apprendre à remettre chacun à sa place et mieux communiquer.

En tout cas, c'est bien difficile ce que tu veux, en rajouttant en plus des problèmes à ton travail, c'est extrêmement lourd.
87 ans 9576
attends il bosse pas, tu te tapes tout avec en prime une maladie ? :shock: :o

il veut voir son fils tous les jours ? ben il fera comme les autres pères séparés si vous en arrivez là... il l'aura au mieux la moitié du temps... c'est le jeu ma pauvre Lucette, il a qu'à se bouger le ... pour ne pas en arriver à la rupture ! parce que clairement la marge de progression de son côté est assez large !
83 ans 4491
c'est bien difficile ce que tu vis, pas ce que tu veux, je ne me relis pas excuse moi !
B I U


Discussions liées