MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Adoption : parcours du combattant ?

43 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Bonjour,

Je lance une nouvelle discussion sur le sujet de l'adoption car j'ai lu tous les posts (si, si, il n'y en a pas tant que ça) et j'aimerais avoir des  
nouvelles de celles qui ont adopté, celles qui sont en procédure...

Pour ma part, j'ai appris ma stérilité "définitive" il y a 2 semaines mais cela fait plus d'un an que l'on avait préparé le terrain avec mon gygy.

Je n'envisage pas ma vie, NOUS n'envisageons pas NOTRE vie sans enfant. L'adoption est maitenant notre seul espoir.

Nous avons eu le malheur de regarder le documentaire "Immersion Totale" hier soir qui parlait du sujet.Ca me dépasse un peu tout ça. Et encore, il n'y avait pas de détails sur la fameuse agrémentation... :roll:

Zhom est tombé de haut quant au délai, moi j'ai eu le malheur d'aller consulter des sites après et ça m'a achevé. Quant on voit tout ce qu'on demande...Pour ne même pas être sûr que les démarches aboutissent. Et là, j'ai pleuré pendant plus d'une heure. :?

Bref, j'aimerais tant lire d'autres expériences car j'ai bien conscience que chaque cas est différent.

En espérant vous lire,
53 ans 91 25731
Pour le moment je passe juste te faire un bisou, j'interviendrai après, parce que mon expérience c'est celle d'un couple qui a choisi de ne pas adopter alors qu'il n'était pas contre cette idée au début.

Mais pour commencer je préfère laisser la parole à ceux et celles qui tentent ou ont tenté l'aventure ! ;)
43 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Patty a écrit:
Pour le moment je passe juste te faire un bisou, j'interviendrai après, parce que mon expérience c'est celle d'un couple qui a choisi de ne pas adopter alors qu'il n'était pas contre cette idée au début.

Mais pour commencer je préfère laisser la parole à ceux et celles qui tentent ou ont tenté l'aventure ! ;)


Merci Patty ! :kiss:

J'admire ce choix tu sais. Je serai incapable de m'y résoudre...
S
31 ans france 2687
Coucou,

Pour la procédure actuelle je ne saurais pas beaucoup t'aider, je sais juste qu'il faut prendre rdv avec une assistante sociale du conseil général, ensuite il y a des visites à domicile ( pour voir un peu la future maison du bibou) , des rdv avec puéricultrices, psychologue ( voir si votre couple est stable etc ... ). Ensuite il y a agrémentation si tout est ok. Je sais par contre qu'on va vous demander l'age de l'enfant que vous souhaitez adopter, si vous voulez un nourrisson en général l'attente est plus longue.

Je sais que dans les années 80 la procédure était moins longue, je suis moi même une enfant adopté :D j'avais 3 mois quand je suis arrivée chez mes parents.
43 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Merci beaucoup Elvia ;)

Je connais la procédure d'agrément et je suis consciente que ça va être long...Il nous faut être plus stable psychologiquement, financièrement aussi.
32 ans 2775
je n'est pas vu le début du reportage hier soir.

Ce type d'émission montre à la fois le bonheur et l'abouttissement de ce parcours mais aussi, les difficultés à surmonter.

J'ai étudié le sujet de l'adoption pour mon mémoire. Je te conseil de te rapprocher d'association telle qu'Enfance et Famille d'Adoption. Une antenne existe dans chaque département.

C'est vrai que l'adoption exige des parents un certains nombres d'éléments, et qu'il faut être fort pour supporter tout cela.... Malgré tout, quel bonheur quand on arrive enfin au bout du chemin ;)
53 ans 91 25731
Je vais donc parler de mon tout petit parcours "adoption" et des raisons qui ont fait que nous avons choisi de ne pas adopter.

Quand nous avons cessé les traitements, nous avons d'abord laissé passer quelques temps, histoire de nous retrouver un peu et d'encaisser le fait que nous ne serions jamais des parents biologiques (on dit "faire le deuil de l'enfant biologique" mais en fait "on encaisse" ! ;) ).

Ensuite nous avons commencé à nous renseigner sur les possibilités et les formalités d'adoption. Nous avons lu des bouquins et fait des recherches sur le net.

Dans notre département (puisqu'apparemment les procédures peuvent différer d'un département à l'autre, même si beaucoup de choses sont communes), il fallait envoyer un courrier "de motivation" en expliquant son parcours et pourquoi on souhaitait adopter. On l'a fait.

On a eu une réponse laconique et enregistrée sur ordinateur, dans le genre "Bienvenue dans le parcours de l'adoption, on a bien reçu votre courrier, venez à la réunion d'information organisée le ... à ...".

On avait vraiment fait un courrier motivé avec plein de choses perso dedans... Et on a eu une réponse totalement impersonnelle. Un peu déçus, on s'est dit que ça devait être normal, qu'on était pas les seuls à faire la demande et que l'ASE ne pouvait pas faire une réponse personnalisée à tout le monde et que notre courrier servirait sûrement à un stade ultérieur de la procédure.

Dans le courrier il y avait aussi un formulaire à remplir et à renvoyer avec toutes les pièces demandées, mais pas avant cette réunion qui était obligatoire. Sur le formulaire il fallait donner des infos perso bien sûr mais ça allait assez loin (revenus mensuels, propriétaire ou non du domicile, origine du couple, origine des parents, frères et soeurs, problèmes de santé éventuels...) Et puis ce qu'on attendait comme enfant (un bébé, un plus grand, une fratrie, un bébé français ou étranger, si on accepterait un enfant handicapé...).

Donc nous nous sommes rendus à la réunion, le jour dit, au lieu dit... On s'est retrouvés avec des tas de couples venus là pour la même chose que nous. Il y avait des intervenants de l'ASE, mais aussi des couples qui avaient adopté et qui parlaient de leurs expériences et ce n'est pas toujours aussi rose qu'on veut bien nous le dire, surtout quand les enfants sont plus grands.

Une maman qui avait adopté au Brésil un bébé, devenu un adolescent de 15 ans, disait les difficultés qu'elle rencontrait. Son fils lui demandait pourquoi elle l'avait "acheté" au lieu de donner l'argent à sa mère biologique pour l'élever, lui disait qu'elle et son mari s'étaient juste "fait plaisir" en achetant un enfant... Idem pour les parents d'une adolescente haïtienne. D'autres disaient que leurs enfants voulaient absolument connaître leurs parents biologiques et qu'ils le vivaient assez mal.

Bien sûr il y avait aussi du positif, mais essentiellement pour les couples qui avaient des enfants jeunes.

Un monsieur a expliqué que pendant la procédure d'agrément, son épouse avait dit au psy qu'elle avait perdu son papa à 9 ans et que le psy l'a littéralement harcelée avec ça et qu'elle l'avait très mal vécu.

Les personnes de l'ASE ont expliqué la procédure d'agrément et en quoi elle consistait.

Ensuite on s'est retrouvés autour d'un pot pour des questions et nous avons parlé avec une des personnes du service de l'ASE... Elle nous a dit qu'en tant que couple mixte (zom est français par sa mère et algérien par son père), ça serait moins facile... Mais elle n'a pas voulu dire pourquoi. Ensuite le fait qu'on était locataire en appartement, ça ne lui a pas plu (parce que pour l'épanouissement d'un enfant, une maison avec un jardin c'est mieux !) et nos revenus l'ont laissée dubitative (c'est tout ?).

Elle nous a fait comprendre que pour adopter en France, c'était pas gagné (on s'en fichait en fait) et que pour l'étranger, ce n'est pas avec nos revenus qu'on allait y arriver ! :?

Et pourquoi on n'avait pas d'enfant au fait ? Parce que j'avais été malade ? Une tumeur de l'hypophyse ? Ah mais oui mais c'est un gros problème ça madame ! Confier un enfant à une personne en mauvaise santé... Et puis vous n'êtes plus tout jeunes ! (on devait avoir 36 ans je crois, il me semble que c'était en 2000).

On est ressortis de là complètement abattus... Mais pas encore vaincus ! Et puis il a fallu faire les devoirs parce qu'après la réunion, il fallait que les couples souhaitant adopter envoient à l'ASE un résumé de ce qu'ils avaient retenu de la réunion. On l'a fait... Mais sans dire qu'on en avait pris plein la figure... On s'est dit que c'était normal, que confier un enfant dans le cadre d'une adoption c'était particulier, qu'il fallait que les couples soient suffisamment forts, parce qu'après l'adoption il faut gérer ! Alors autant voir si les gens sont réellement motivés.

On a continué à faire des recherches sur l'adoption à l'étranger, mais on ne répondait pas aux critères exigés par certains pays (comme tu le dis pour la Chine par exemple) ou bien c'était cher, bien trop cher pour nous...

Je n'étais déjà pas capable d'être une vraie femme qui pouvait porter la vie et voilà qu'en plus on me disait que je n'avais pas assez de fric ou que j'étais trop grosse ou que je n'avais pas de maison avec jardin et que ma santé était trop mauvaise et qu'on était vieux... Ben ça fait beaucoup ! :lol: :(

On a laissé passer un mois... puis deux... puis trois... Le dossier à envoyer était toujours dans le placard du salon, aux 3/4 remplis. On avait toutes les pièces demandées...

Alors on en a parlé avec zom. Il m'a dit qu'il ne se sentait pas le courage, après tout ce qu'on avait vécu en PMA, de repasser par encore des procédures, des déceptions, du temps qui file sans rien. Et puis son souci d'alcool s'était aggravé... (pendant plusieurs années il buvait mais ça restait "supportable").

Pour ma part, j'ai trouvé que pendant la PMA je m'étais suffisamment foutue à poil physiquement, je n'avais plus envie de le faire moralement, plus envie d'expliquer, de me justifier... Les espoirs et les déceptions j'en avais eu ma dose...

Alors le dossier est resté dans le placard (je me demande s'il n'y est pas toujours d'ailleurs !).

On n'était probablement pas assez motivés, je veux bien le reconnaître.

En fait je crois que notre envie, c'était un enfant biologique, pas un enfant à tout prix. Et ce n'est pas plus mal de l'avoir compris à temps. Si on n'a pas eu la force de faire toutes ces démarches, on n'aurait peut-être pas eu le profil de bons parents adoptifs.

Peut-être aussi qu'on a tellement souffert moralement et physiquement pendant la PMA que le deuil de l'enfant on l'a fait complètement (pour ma part je crois que c'est le cas).

Voilà notre petit parcours avorté... ;) Il n'est absolument pas représentatif mais je voulais montrer que c'est bien un parcours du combattant et qu'il faut être sérieusement motivé pour y arriver ! ;)
S
94 ans 4480
PAtty, ton récit me laisse :shock:

Quel parcours du combattant.... Ca fait peur :?
106 ans Bretagne 1920
Patty a écrit:

Pour ma part, j'ai trouvé que pendant la PMA je m'étais suffisamment foutue à poil physiquement, je n'avais plus envie de le faire moralement, plus envie d'expliquer, de me justifier... Les espoirs et les déceptions j'en avais eu ma dose...

En fait je crois que notre envie, c'était un enfant biologique, pas un enfant à tout prix.

Peut-être aussi qu'on a tellement souffert moralement et physiquement pendant la PMA que le deuil de l'enfant on l'a fait complètement (pour ma part je crois que c'est le cas).


Patty, ton histoire me touche beaucoup et je me reconnaît totalement dans les phrases que j'ai extraites de ton témoignage (PMA, deuil de l'enfant biologique, et pas envie de recommencer un autre parcours du combattant :? )
53 ans 91 25731
C'est juste notre parcours, comme je le dis il n'est probablement pas représentatif (pas plus que ne l'est mon parcours de PMA ! :roll: ).

Je connais un couple qui a adopté deux enfants en France (ils ne voulaient pas adopter à l'étranger). On leur a d'abord confié un petit garçon d'origine tunisienne (né en France sous X) au bout de la 5e année d'attente (l'agrément est valable 5 ans, après il faut tout recommencer), puis ils ont refait une demande d'agrément, l'ont eue et on leur a confié une petite fille, d'origine algérienne (née en France sous X).

Ils te raconteraient le même parcours (avec la suite, celle de la procédure d'agrément) mais pas avec les mêmes mots que moi, parce qu'ils ne l'ont pas vécu pareil. Pour le second agrément ça a été plus dur parce qu'entretemps son épouse avait été greffée d'un rein et l'ASE s'est fait tirer l'oreille.

Mais ils ont réussi ! :D (bon ils ont une maison avec un jardin, de bons revenus, ne sont pas obèses et ne sont pas un couple mixte...).

Tout dépend comment on part et comment on voit les choses. Comme je l'ai dit, nous nous sommes tournés vers l'adoption mais cette solution n'était pas pour nous.

C'est peut-être un bien que le parcours soit si difficile (sauf les conditions excessives imposées par certains pays...) parce que ça permet de réfléchir et de savoir si c'est bien cela qu'on veut, si on y est prêt.

Adopter ce n'est pas avoir un enfant, c'est d'abord donner des parents à un enfant qui n'en a pas ou plus. On voit l'intérêt de l'enfant d'abord. Et même si certains critères me paraissent plus que douteux, je ne peux pas reprocher à l'ASE de vouloir privilégier l'enfant.
34 ans 12493
Mon dieu patty , de lire ton récit cela me confirme largement ce que me disait une AS avec qui j'avias discuté :?
Dès que tu ne rentre pas les cases le parcourt se complique dès le depart.. C'est même plus que le parcourt du combattant...

Je n'ose imaginé avec mes soucis de santé , un mari handicapé et des revenu standart en étant locataire quand nous aurons enfin la possibilité de lancer la procedure ce que sa donnera...
53 ans 91 25731
Je me souviens d'une autre chose lors de cette réunion, c'est la façon dont on a répondu à 2 femmes venues pour entamer une procédure d'adoption en tant que femmes seules (elles avaient demandé en public si on confiait des enfants aux célibataires).

Il leur a été répondu très clairement que la politique du département était de ne confier aucun enfant adoptable en France à un célibataire et que donc l'adoption internationale serait la seule solution. L'une des deux femmes a demandé si ça valait quand même la peine de faire la procédure d'agrément. La réponse a été moins claire, c'était "oui vous pouvez la faire si vous voulez, vous verrez bien".

Il faut donc en plus tenir compte de la politique du département qui gère le service d'ASE... :?

Dernière modif par le 3744j; modifié 1 fois
34 ans 12493
Patty une question , vous etiez vous renseigner pour effectuer les demande d'agréeement directement à l'étranger ? ou etiez vous rester sur votre departement ?
53 ans 91 25731
La demande d'agrément tu dois obligatoirement la faire en France et dans le département où tu vis. Ce n'est qu'une fois que tu as obtenu l'agrément que tu peux te tourner vers l'adoption internationale pour trouver un enfant à adopter (et seulement sur les pays qui ont un accord avec la France).

L'agrément pour les français ne peut pas être obtenu à l'étranger et il est obligatoire pour adopter à l'étranger (enfin surtout pour valider l'adoption en France).
34 ans 12493
Patty a écrit:
L'agrément pour les français ne peut pas être obtenu à l'étranger et il est obligatoire pour adopter à l'étranger (enfin surtout pour valider l'adoption en France).


naive comme j'etias je pensais qu'en allant vivre à l'etranger on pourrait demander l'agréement dans ce pays ... ce seraot trop beau !
B I U


?>