Le 27.05.04 Par Dee

Crainte du maillot de bain.

Vite, vite les kilos, voilà l’Eté qui arrive, cachez-vous.

Comme vous le savez, l’Eté arrive, et avec lui, les beaux jours et les grands mouvements de panique.

Crainte de la canicule ? Que nenni !

Crainte du maillot de bain.

Un minuscule bout de tissu composé généralement à 80% de polyamide et de 20% d’élasthanne et qui nous pourrit copieusement la vie.

Les offices de tourisme vantent les mérites de la montagne en Eté, appuyés en cela par des études très sérieuses qui tendent à démontrer que de plus en plus d’estivants préfèrent la montagne à la mer en Eté.

Pourtant, force est de constater que les plages sont toujours aussi bondées et que la majorité d’entre nous prend encore les plages d’assaut pendant la période de Juillet/Août.

Note : cet article n'est plus à jour
Nous vous recommandons plutôt

A partir du mois d’avril, dans les magasines printaniers, les solutions pour perdre rapidement tous les kilos superflus fleurissent comme les escarres sur les lépreux en phase terminale.

Plus on se rapproche du jour J, plus les slogans sont alléchants et nous promettent des résultats aussi expéditifs que miraculeux.

Il se produit alors un phénomène très étrange. Les futurs juillettistes et les futurs aoûtiens sont pris d’une frénésie incontrôlable, avec tout de même une plus grande pression sur les juillettistes. S’engage alors une redoutable course contre la montre. Pas question de laisser du gras déborder du maillot.

Au lieu de se réjouir des beaux jours qui approchent et qui leur promettent du sable brûlant et une eau à la température parfaite, ils décident de se reprendre en main et vite !!!

Les kilos ignorés pendant l’automne et l’hiver doivent déguerpir en un temps record.

Là, plusieurs méthodes sont appliquées et je dirai qu’elles varient selon l’âge, le nombre de kilos à perdre, l’énergie que l’on souhaite consacrer à la perte de poids, la taille du maillot de bain, et surtout le sexe de la personne qui souhaite maigrir vite.

En effet, là encore la différence d’approche entre les hommes et les femmes est criante.

Les hommes vont se ruer dans les salles de gym, envahir les pelouses des parcs, slalomer entre les voitures en respirant les gaz des pots d’échappement (on appelle aussi çà faire du jogging).

2ème quinzaine de mai, Roland Garros aidant, ils vont se découvrir des talents de sportifs de haut niveau et ils vont squatter les courts de tennis délogeant au passage les habitués (intégristes pour la plupart car ils n’avaient pas peur de s’entraîner en plein air ET en plein hiver).

Dans les salles de gym, ils vont soulever de la fonte à une vitesse telle que Monsieur Univers en a des vapeurs. Sous l’œil narquois (et peu coopératif) des moniteurs, ils vont se faire moult claquages et vont rentrer chez eux transpirants, blessés, mais satisfaits.

En effet, qui à part un sportif de haut niveau peut se targuer de souffrir d’un claquage ou d’une déchirure musculaire ?

Si on est parvenu à se déchirer un muscle, c’est qu’on est pas gros non ?

Certains hommes auront vu dans les magasines féminins qu’ils ne lisent pas (même en cachette) que la natation, pour les deltoïdes et les abdominaux, c’est le meilleur moyen pour avoir le corps de Stéphane CARON (reviens Stéphane tes tablettes de chocolat nous manquent) ou de Jean GALFIONE (arf, on lui verserait bien un baquet de chocolat fondu sur le corps et on n’en perdrait pas une goutte, slurp, slurp, slurp).

Donc, disais-je, on voit ces hommes se jeter telles des enclumes dans les bassins de nos chères piscines délogeant au passage les baleines que nous sommes et qui essayons tant bien que mal de lever la jambe en rythme lors de nos séances d’aquagym.

Ils nous éclaboussent copieusement au passage et nous font boire la tasse sans pitié, mais c’est pour la bonne cause. Et puis un peu de compassion que diable ! Nous les femmes, nous avons la possibilité de cacher nos bidons sous des maillots une pièce, mais quel choix reste t’il aux hommes ?

Après quelques longueurs de bassin, ils se souviennent avoir vu quelque part que ces athlètes de haut niveau s’entraînent quelque chose comme 6 heures par jour minimum, 6 jours par semaine.

Décidément c’est trop dur se disent t’ils, alors, ils décident de sortir du bassin, sans espoir de retour.

Sous l’œil narquois des aquagymeuses, ils rentrent le ventre (enfin ce qu’ils peuvent de leur ventre car les muscles sont quand même bien détendus, et en plus rentrer le ventre et respirer en même temps quand on vient de faire une longueur de bassin éprouvante, c’est pas évident) et s’en vont rejoindre le canapé qu’ils n’auraient jamais dû quitter.

Messieurs, loués soient vos efforts et à l’année prochaine !

Pour ce qui est de nous mesdames, nous sommes bien plus intelligentes qu’eux, c’est bien connu.

Nous savons parfaitement que risquer un claquage ou une déchirure musculaire risquerait fort de nous faire passer de très mauvaises vacances.

De plus, pansements et maillots de bains n’ont jamais fait bon ménage

Heureusement l’industrie de l’amaigrissement pense à nous et invente chaque année de nouvelles méthodes et de nouveaux produits dont le seul but est de nous faire maigrir vite, maintenant, tout de suite.

Devant le choix astronomique qui s’offre à nous, on ne sait que choisir.

Alors, suivant que l’on a beaucoup (d’argent et de kilos) à perdre ou pas, on cumule.

Afin de préparer notre corps aux bienfaits d’une cure amaigrissante, nous commençons par l’enduire d’une pommade aux algues dont l’effet a été scientifiquement prouvé. En effet, son principe actif vient d’une plante rare qui ne pousse que dans la jungle amazonienne.

Pendant notre sommeil, il a été scientifiquement prouvé (selon la notice de la crème) que nous brûlons certaines substances au nom compliqué mais dont la principale fonction est de créer des capitons sur notre peau. L’action combinée de la plante amazonienne et de ces substances produit un effet réducteur de cuisse, taille et fessiers après une utilisation de 14 jours seulement.

Le produit étant cher (ben oui pour tester sa motivation quoi de mieux que le portefeuille ?), il n’est pas en plus nécessaire de salir les draps. Alors, pour notre plus grand bonheur, les fabricants de crème amincissante nous vendent aussi des caleçons.

Nota : Ces caleçons sont bien plus efficaces quand ils sont dits de sudation.

Au petit matin, on commence le programme d’attaque.

Pour pouvoir être dans les temps, il faut frapper là où çà fait mal : En plein cœur de la graisse.

Et là, on n’a rien trouvé de mieux que les substituts de repas, ou les régimes hyper protéinés, où les régimes hypo caloriques.

Sachant que la méthode la plus efficace est aussi la plus radicale à savoir : Combiner un régime draconien avec une prise de produits de substitution, incluant des coupes faims.

Pour les kilos les plus coriaces, l’emploi de laxatifs en forte dose est aussi très fortement conseillé…. Tout le monde en prend, mais personne n’en parle…

L’envie de maigrir à tout prix nous aurait donc fait perdre tout sens commun ?

Depuis de nombreuses années, il a été constaté que les régimes sévères, s’ils entraînaient une perte de poids rapide engendraient aussi des problèmes de santé et presque toujours, les kilos rapidement perdus étaient aussi intégralement repris, et ce, à plus ou moins long terme.

Pourquoi alors ne se préoccuper de son corps que quelques semaines par an et pas tout le reste du temps ?

Pourquoi la perspective de partir en vacances n’est t’elle plus vécue comme un plaisir, mais comme un évènement angoissant ?

Comment expliquer que malgré les nombreux régimes tentés, 40% de la population adulte soit en surpoids en France ?

Et malgré ce chiffre impressionnant, le dictat de la minceur est encore à son apogée.

Comment expliquer que les pouvoirs publics (et plus particulièrement le ministère de la santé) n’aie vu dans le problème du surpoids qu’une seule partie du problème ?

S’il était si facile que cela de maigrir, pourquoi tant d’échecs ?

Beaucoup disent que les gens qui ne parviennent pas à maigrir (alors qu’ils enchaînent les régimes) manquent de volonté.

Est-ce vraiment une question de volonté uniquement ? Est-il possible que 40% de la population française soit assimilable à des amibes sans volonté ?

Et que dire des gens qui prônent la « size acceptance » ? Est-ce que ce sont des fainéants invétérés qui se vautrent dans les excès et qui se trouvent après toute sorte d’excuses pour faire « semblant » d’accepter et d’aimer leurs corps ?

Est-il donc impossible de s’aimer quand on taille au-delà d’un 42 ?

Pourquoi les instances médicales n’informent pas plus les gens sur les dangers des régimes à répétition ?

Sans aller jusqu’à radier les médecins peu scrupuleux qui prescrivent des régimes restrictifs et qui se cachent derrière des bilans sanguins pour demander à leur patiente de continuer, pourquoi ne pas contrôler un peu plus leurs prescriptions ?

Et surtout mesdames, le port du maillot de bain justifie t’il tous ces risques ?

Pourquoi faire ces efforts surhumains sur une si courte période ? Ne serait-t-il pas plus simple et surtout plus sain de répartir ces efforts tout au long de l’année ?

Les règles pour perdre du poids et ne pas en reprendre sont pourtant simples et connues de tous :

  • Faire de l’exercice,
  • Manger de tout en quantité raisonnable,
  • S’autoriser des écarts,
  • Mais ne pas se jeter sur la nourriture en se disant : C’est pas grave, je ferai un régime cet été.

Et surtout, surtout, désacraliser la nourriture.

Pourquoi donner tant de pouvoir à des éléments qui par leur nature même sont inanimés.

A-t-on déjà vu une tablette de chocolat bondir de la table ou du placard et forcer l’entrée de la bouche de quelqu’un ?

Essayez aussi de désacraliser les produits et solutions dit(e)s miracles. A quoi cela sert d’ingurgiter les potions, pilules et de frotter vos corps avec des crèmes peu sûres si c’est pour refaire les mêmes excès une fois la période estivale passée ?

Je ne dis pas qu’il ne faut pas tenter de maigrir, je dis juste que je ne comprends pas pourquoi il faut maigrir vite.


... Charger plus