MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Mon mal de vivre...

35 ans Bordeaux 364
.. ou comment l'hyperphagie boulimique est devenue ma seule activité.

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas posté ici, je me disais que j'avais évolué mais quand je prends  
du recul, j'ai l'impression d'avoir régressé. Vous allez me dire, on change, on évolue, toujours, même sans s'en apercevoir, mais honnêtement, je ne sais plus quoi faire.

J'ai vu une psy pendant un peu plus d'un mois, ce qui est peu je vous l'accorde, pour dépression sévère et Hyperphagie boulimique. Elle a décidé d'orienter ma thérapie sur une TCC, ce que j'approuvais. Cependant, à cause de ma dépression, j'étais incapable de "rompre" mes habitudes alimentaires, mes habitudes de pensée, de faire tous les exercices qu'elle me donnait. Elle en avait conscience, mais elle savait bien qu'il fallait du temps.
Au bout d'un mois de prozac, de limites de TS, d'anorexie passagère où je suis allée jusqu'à jeter l'ensemble de la nourriture que contenait mes placards, alors que je pouvais juste venir de l'acheter.. j'ai mis fin à ma thérapie parce qu'elle ne me convenait pas.
Certes, je ne crisais plus, mais c'était le prozac, et j'avais la sensation d'une grosse mascarade!

Le problème, c'est qu'aujourd'hui j'apprends à vivre avec ma maladie au lieu de m'en défaire. J'apprends à vivre avec mon mal de vivre, persuadée que ça ne pourra jamais changer.
Et je regrossis.
Et je me déteste encore de plus en plus.
Ce double menton qui réapparaît, ce ventre gênant, cette perpétuelle envie de vomir tout ce que je suis. C'est horrible.
Je ne suis pas la première, pas la dernière, à qui cela arrive, mais honnêtement, je n'arrive pas à faire comprendre à qui que ce soit à quel point je me hais. Et ça me pose problème.
y'a-t'il quelqu'un à qui cela parle ce dégout de soi, cette haine de tout ce qu'on est, pas seulement physique, qui fait qu'on se déteste à tel point qu'on se sent parfois obligés, pour se faire taire, d'avoir réellement envie ou besoin de mettre fin à ses jours?
Est-ce que ça parle à quelqu'un de ne pas accepter le moindre compliment, la moindre preuve de désir dans les yeux d'un homme (ou d'une femme).. ?
Je ne comprends pas ce qu'on peut me trouver et je ne supporte pas qu'on m'aime, qu'on me trouve belle ou désirable. Et ça me bouffe la vie. Parce que d'un côté j'ai envie de changer, et d'un autre, je pense que c'est impossible...

Voilà, je ne demande pas de solution, je pense que personne ne peut réellement m'aider. Je compte retourner consulter un autre psy sous peu, mais j'ai du mal à me dire que ça pourra réellement m'aider.
Je voudrais perdre du poids pour me sentir mieux, je voudrais m'accepter, m'assumer, au moins. Porter des jupes, porter des choses un peu plus sexy, arrêter de m'interdire d'être une femme, mais je n'y arrive pas, et c'est en train de me bouffer... :cry:
35 ans Bordeaux 364
Et bien, ça ne dit rien à personne visiblement. :oops:

Je sens que je sombre..
20 chouquettes, 2 tartelettes aux fraises, un pot de haagen dasz, du saucisson sec, du pain, du fromage.. et quoi encore?
Bon sang, je me demande des fois où je mets tout ça :cry:
M
38 ans Rouen 640
Salut Sephira

Je suis vraiment désolé de se qui t arrive...Mais au moins tu as eu le courage d essayer de t en sortir avec un psy!
J ai un peu le même problème que toi concernant l hyperphagie, mais sans dépression...enfin je crois parce que je me suis jamais fait examiner par un psy.. J ai des haut, des bas, et j essaie de ne pas me jeter sur la nourriture mais c est tellement dur...
En ce moment j ai pas une tunes donc ça me restreint car hors de question que je me goinfre devant mon mari, j achète en cachette pleins de bouffe que je dois manger de suite...j y pense la nuit, je me dis " a demain il sera pas là, je pourrai allé faire les courses et me goinfrer sans qu il le sache.." Bref, j ai l impression d avoir évolué à ce niveau là, mais seulement s il n y a rien a mangé chez moi! sans ça j ai l impression de ne jamais être rassasier !
Je ne m aimes pas non plus, je me trouve laide sans 3 tonnes de maquillage et un brushing et encore... ça cache pas le double menton! Et ça n arange rien qd je vais voir ma famille qui me rappel sans cesse que je n ai tjs pas maigris et que c est pas logique car je veux des enfants! :roll: bref tt pour allé chercher une corde et se pendre!
heureusement j ai mon mari parce que je sais pas ce que j aurai fait, et ne crois pas que c etait simple pour moi je ne m acceptais pas avant notre mariage mais j ai appris à mettre ça de coté et à ne plus me poser de question, car a part etre aveugle, il savait ce qu il voyait et il m aimait qd meme! malheureusement je pensai que son amour suffirait mais c est le mien dont j ai besoin, l amour de moi même! J essaie pr ça de faire tt mon possible pour bien m habillé, me coiffer etc... quitte à être grosse, ne pas être en plus moche... :D
Bon je t ai un peu (meme bcp) raconté ma vie, mais j espere que tu vas vite t en sortir, déjà il faut etre bien dans sa tete pour que son corps aille mieux...mais comme je ne suis qu au tt début je comprend que ce soit dur de te conseiller.
En tt cas, ne désespére pas, la vie vaut vraiment la peine d etre vécu et je te conseille de ne pas rejeter les autres, leurs regards, car toi tu n aimes pas le tiens, j ai eu du mal a comprendre mais on ne voit pas tous la même chose. Laisse toi aller ma belle!
Gros bisous et @ bientot!
35 ans Bordeaux 364
Ma famille m'a toujours couru après pour que je maigrisse, en particulier ma mère et ma soeur.. qui viennent me rendre visite dans 3 semaines.. au secours. Depuis que je les ai vues j'ai dû prendre au moins 5 kilos, et j'étais déjà pas en très grande forme à ce moment là. :roll:
J'essaie de jeûner pour pas avoir à me faire reprocher mon poids ascendant, mais évidemment le fait de stresser sur ça me fait encore plus grossir :evil: Je mange, je mange, je mange..
Aujourd'hui j'avais théâtre, le seul lieu où d'habitude j'oublie tout. J'ai bloqué sur pas mal des impros, je savais pas quoi dire, je me sentais hypra mal. A la fin du cours je suis rentrée chez moi m'effondrer en larmes.
Comment expliquer aux gens que je n'en peux plus d'être moi?
Merci pour ton message..
Ce soir je me sens seule, abandonnée, et biensûr, la nourriture m'appelle. J'en ai marre. :cry:
56 ans Région parisienne 2154
A part consulter, que te dire ?

Que tu ne veuilles pas d'antidépresseurs, c'est une chose, mais ça ne t'empêche pas de te faire aider.

Et si, au lieu de perdre à tout prix du poids pour tout cacher à ta mère si tu lui disais que tu as un problème ? Tu crois qu'elle entendrait ? Est-ce que ça ne te permettrait pas au moins de moins porter seule ton fardeau, et dans la dissimulation ?

Juste, les crises sont un signe. Celui qu'il y a un problème, ou quelque chose qui bouge.
Desfois, c'est une réaction de défense. La seule qu'on connaisse...
35 ans Bordeaux 364
Ma mère nie mes problèmes. J'ai déjà essayé de lui dire, elle n'a rien voulu entendre, plusieurs fois.. Elle ne voit que mes kilos, mon corps gras et lourd, pour elle c'est pas beau et elle s'en fiche du reste.

Je sais bien que c'est une souffrance, un appel à l'aide..
Honnêtement, je sais tout ça, comme je disais, je cherchais pas de solution, juste à partager ma peine.
Parce que là, ben, j'ai personne à qui en parler, en fait.

bref..
M
38 ans Rouen 640
Je comprend, ma famille c est pas les plus compréhensif! moi on me dis ben ta qu a mettre l anneau! comme si c etait aussi facile, une opération et hop on maigrit!! pfff
Je fais en ce moment des consultations pour la pose de l anneau mais ça fait 5 ans qu on m en avait parlé dans mon entourage et je refusais parce qu avec des TCA ça ne va pas marcher! maintenant je me sens prête aussi bien à le poser qu a ne pas le faire, je sais que je ne vais pas m effondrer si on me dis non car ce n est pas la seule solution mais comme je me sens mieux j essai d avancer et on a besoin d aide même si c est chirurgical!
Bref tu disais que tu n avais pas a qui parler, même pas une amie?
En tt cas nous on est là et n hésites pas a poster parce que même si c est qu un forum derrière le clavier y a des filles qui te soutiennent et te laisseront pas tombé! d ailleurs je m accepte plus depuis que je me suis inscrite ici et j ose même dire mon poids depuis, car avant meme ma meilleure amie ne le savait pas! c est des petites victoires mais ça en vaut la peine!!
je sais que c est plus facile a dire qu a faire mais ne te laisse pas abattre ou même si! pleure un bon coup même si ça dure 2 ou 3 jours mais après tu te sentiras mieux!!
gros bisous et courage ma belle! tu n es pas seule!
35 ans Bordeaux 364
En réalité, ça fait tellement longtemps que je souffre, que je trouve plus de solution, que j'arrive pas à exprimer ce qui se passe réellement dans ma tête qui fait que je suis comme ça, que les gens comprennent pas pourquoi je m'en sors pas. Je peux pas leur expliquer, car je ne le sais pas moi-même. Y'a comme un truc enfoui, caché, qui me fait être comme ça. Mais comme quoi? Je ne le sais même pas. J'agis et je pense des choses innommables, personne ne me comprend..
Alors, mes ami(e)s arrêtent d'essayer de m'aider car ils se sentent impuissants... c'est dur, je les comprends.

J'aimerais faire une RA, mais je n'arrive pas à réellement comprendre le principe. Je lis tous les articles, etc, mais j'arrive pas à mettre en application le truc.
Il faut que je consulte à nouveau, oui. Mais je sais pas, c'est comme si je pouvais pas mettre les mots sur ce que je ressens.
Incompréhensible... :?
46 ans Epinal 264
Bonsoir,

J'ai pas mal de choses à répondre, par où commencer?

Tu as été diagnostiquée dépressive, c'est déjà une bonne chose (pas la dépression sévère hein, le diagnostic!) quand on connait le mal, on peut trouver le remède. La dépression est une maladie lourde et handicapante mais CURABLE. Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Tu ne guériras pas toute seule, il faut en être consciente. Et comme tu es malade, c'est logique que tu souffres. Par contre ce n'est pas normal de l'endurer alors que des solutions existent. Alors oui, le traitement est souvent long et douloureux aussi... mais par rapport à ta souffrance, hein... ce sera du pipi de chat. Donc reprends rendez-vous avec un psychiatre qui puisse te soigner et t'aider à guérir.

Ensuite tu souffres aussi d'hyperphagie. Bon, j'ignore absolument si cela peut être une conséquence/manifestation/symptôme de la dépression... Mais je ne suis pas sûre que le savoir aujourd'hui te soit d'une grande aide. Toujours est-il que l'hyperphagie aussi se traite et se guérit. La RA telle qu'elle est préconisée ici me semble une bonne solution. Maintenant j'ai lu aussi que certaines psychothérapies fonctionnaient aussi. Bref, des solutions il y en a donc: 2ème bonne nouvelle de la soirée 8) .

Tu parles enfin de ta haine à ton égard et précises que tu ignores d'où elle provient. Euh, comment te dire.... Tu trouves pas assez difficile de s'aimer quand on est malade? C'est vrai quoi, on a toujours l'impression de ne savoir que souffrir, on est sa propre victime et son propre bourreau à la fois! Comment ne pas être tentée de se séparer de soi dans ces conditions? Et cerise sur le gâteau, ta propre famille, les personnes qui sont sensées t'apprendre l'amour et de là l'amour propre, te "rejette" ne tenant compte que de ton surpoids.
Moi, je veux qu'on m'explique comment tu pourrais te sentir bien!

Voilà, ça c'était un peu le bilan de ce que j'ai lu.

Maintenant je voudrais que tu lises attentivement ce que je vais te dire: RIEN DE TOUT CELA N'EST INELUCTABLE.

Je ne minimise pas une seconde ta souffrance, je connais, j'ai vécu la même chose. Mais si cette souffrance est inacceptable, elle est légitime, j'espère que tu en es consciente. Ce n'est pas de ta faute, personne n'est responsable de tomber malade. Pas de ta faute non plus si ton entourage ne peut pas t'aider à te soigner.
Ce qui m'a fait bien plaisir dans tes propos c'est cette phrase :
"Le problème, c'est qu'aujourd'hui j'apprends à vivre avec ma maladie au lieu de m'en défaire."
Tu as vraiment le début de la solution là.

Je ne vais pas monopoliser le topic, j'ai déjà écrit un roman :roll: ,je vais juste te proposer de me contacter en mp, si tu en as envie et te conseiller aussi de faire un tour sur le forum psy.

En me relisant, je me trouve assez froide et péremptoire, alors sache que je compatis vraiment et que si je peux t'aider, ce sera avec un grand plaisir.
Je te souhaite beaucoup de courage :kiss:
35 ans Bordeaux 364
Merci pour ton message Caliope.

Tout ce que tu dis est vrai, et tout ce que tu dis, je le sais. Depuis des années déjà, je le rumine. Bon sang, je ne sais pas ce qu'il me faut pour aller mieux, je ne sais pas.. Franchement, plus le temps passe, moins j'ai d'espoir pour moi.
Je compte faire soigner ma dépression, oui. Mais mon corps.. mon Dieu mon corps, je ne le supporte plus, mais je n'arrive pas à maîtriser un min ce que je mange. Enfin, je ne dois pas maîtriser, précisément pas, mais m'écouter, savoir quand j'ai faim, quand je n'ai plus faim.. Je ne pense qu'à manger toute la journée, rien qu'à ça.. aux aliments que je vais bien pouvoir ingurgiter dans la soirée, quand je fais mes courses.. j'y vais tous les jours en ce moment, me ravitailler. Et je grossis à vue d'oeil. Je n'en peux plus!

Je ne comprends pas grand chose au système de la RA. J'ai beau lire les articles, je capte pas concrètement ce qu'il faut faire... :?:

Ah, tu sais, ne pas me sentir responsable de mon état de santé, je ne le peux pas. J'ai bien conscience que c'est bien à cause de mon passé que j'ai développé ce comportement, mais je pense aussi que je n'a pas su réagir de la bonne manière, pas assez tôt...
Aujourd'hui, ma maladie fait partie de ma vie, ou plutôt, elle EST ma vie. Ma vie tourne autour de ma boulimie, c'est insupportable. C'est une obsession, une addiction.. Je suis à bout!
Ce n'est pas la première fois, oh, je connais par coeur ma manière de fonctionner...

Concernant ma haine à mon égard, si je dis que je ne sais pas d'où elle vient, c'est qu'en fait, j'ai l'impression de me détester depuis le jour où je suis née. Disons, avant que je commence à grossir et qu'on commence à me faire des tonnes de réflexions, je ne m'aimais déjà pas... Alors, comment expliquer cela?
46 ans Epinal 264
Bonjour Sephira,

C'est reparti pour un roman!

Je me doute bien que tu sais tout ce que j'ai écrit, c'est ça d'avoir un bon esprit d'analyse (règle de défense n°1 dans la dépression!). Mais intellectualiser ne sert à rien pour gérer des émotions. C'est en ça qu'une psychothérapie est indispensable et seule efficace.

Je me doute aussi que la maladie est devenue ta vie, c'est normal, ça bouffe toute la place, toute l'énergie cette :bad-words: . Mais concrètement, médicalement, ce quand même qu'une maladie. Qui se soigne. Et qu'il faut remettre à sa place. C'est-à-dire truc super enquiquinant à guérir, au même titre qu'une mycose.
Oui, je sais, plus facile à dire qu'à faire. Pourtant quand la dépression est remise à son statut de pathologie, on peut "compartimenter" son existence.Et récupérer un peu de temps et de souffle pour vivre et s'occuper du reste.

Maintenant, en ce qui concerne la boulimie, il faudrait savoir quelle est sa raison d'être? T'en sers-tu comme dérivatif ou comme punition? En clair, est-ce un doudou ou une autre façon de te faire du mal? Manges-tu quand tu es triste ou quand tu es en colère?
Dans les exercices de la RA, il est préconisé de tenir un carnet où tu notes les circonstances de ta prise alimentaire.
Ben c'est hallucinant avec le recul de voir pourquoi on mange. Ca peut-être par ennui, par tristesse, par vengeance... Moi c'était clairement une autre façon de me détruire. Je le savais confusément mais le carnet a été une révélation impressionnante. Il ya une différence énorme entre savoir et voir.
Une fois les émotions associées à la nourriture identifiées, il est plus facile de remettre les aliments à leur place de carburant, point barre.
Par contre, je n'aurais pas pu appliquer la RA avant d'avoir acquis un peu d'amour-propre et de respect pour moi. Je ne sais pas comment il est possible de faire des efforts pour s'écouter quand on a l'habitude de se mépriser. Et ça demande pas mal d'énergie au départ.
C'et pour ça que je te bassine avec la thérapie. Il faut agir par ordre de priorité. Et je crois que soigner la dépression passe en 1er. Sans pour autant attendre d'être guérie pour t'occuper de la boulimie. Dans ton discours tout est dans le même sac, la dépression, la boulimie, la haine, la douleur... Faut commencer par démêler tout ça, remettre chaque chose à sa place pour pouvoir les résoudre. T'inquiète pas, ce n'est pas forcément incompatible: tout est lié en fait donc chaque petite victoire dans un domaine a des répercussions sur le reste, c'est souvent concomitent.

Enfin, en ce qui concerne cette sensation qu'il n'y a pas de cause particulière à ton "non-amour-propre", ben c'est normal, il n'y en a pas. C'est juste une caractéristique de la maladie. N'étant pas psychiatre, je ne saurais pas t'expliquer clairement le fonctionnement du cerveau humain, mais en gros lors d'une dépression il délivre des messages complètement erronés, genre "danger" quand il n'y en a pas. Disons que tu te trompes d'ennemi à combattre quoi! Et tu uses une énergie folle là-dedans, c'est pour ça qu'on est tellement fatigué avec cette maladie.

Bon, je m'arrête là, je pourrais développer pendant des heures (je vais peut-être écrire un livre sur le sujet moi... ;) ).
Je te réitère ma proposition du mp pour éventuellement discuter via msn ou autre, si tu en as envie.

:kiss:
J
27 ans France Bretagne 1
bonjour , tout le monde , que dire ,la je sè pa , je voi ke toute lè persone sur se site son majeur moi je vien davoir mè 15an et je me demande si chrè la pour mè 16 ? cè peu ètre con mè jè le mal de vivre depui plus de 4 mois , jè plus envie de me lever pour aller en cour,, ché moi cva pa , il se moque tous de moi, o collège certin se foute de moi , il dise que je ss grosse .. et tout lè soir je pleurè juska ke jè pri 1 décision ki étè la movèse et ke mintenan je regrette car je garderè toute ma vi sè trace sur mè bras .. :cry: et puis depui biento 2 smène jè comencé a me fère vomir pour kon arète de se foutre de ma gl , je ne me suporte plus du tt, jen peu plus , chui a bou :cry: :cry: :cry: !! je sè pa se ki marive , jador mangé je ne peux pa menpéché, jè dè pulsion je peux boufé d'énorme kantité et la kan je mange jè iper mal o ventre et a la tète et je nè pa envi de vomir mè cè come si kelkin me poussè a le faire donc je le fè !! pour tout vou dire je sè mm pa pk jvou écri tou sa jè jms ozé de peur dè critik dè otre , kon me juge pck je suis iper suspectible, et conne de fère ca surtt ,javou mè cè o dcu dmè force darété , surceux a 1 de sè jour jespère !!
L
71 ans 7508
J3ssiica désolé de te dire ça mais ton texte est illisible: gros pavé + sms. J'ai à peine lu la première ligne.
Pourrais tu nous traduire en français histoire de nous envie de te lire parce que beaucoup de gens quand il voit que c'est en sms passe à autre chose.
37 ans gironde 965
Sephira a écrit:
En réalité, ça fait tellement longtemps que je souffre, que je trouve plus de solution, que j'arrive pas à exprimer ce qui se passe réellement dans ma tête qui fait que je suis comme ça, que les gens comprennent pas pourquoi je m'en sors pas. Je peux pas leur expliquer, car je ne le sais pas moi-même. Y'a comme un truc enfoui, caché, qui me fait être comme ça. Mais comme quoi? Je ne le sais même pas. J'agis et je pense des choses innommables, personne ne me comprend..
Alors, mes ami(e)s arrêtent d'essayer de m'aider car ils se sentent impuissants... c'est dur, je les comprends.

J'aimerais faire une RA, mais je n'arrive pas à réellement comprendre le principe. Je lis tous les articles, etc, mais j'arrive pas à mettre en application le truc.
Il faut que je consulte à nouveau, oui. Mais je sais pas, c'est comme si je pouvais pas mettre les mots sur ce que je ressens.
Incompréhensible... :?


as tu pensé à l'hypnose..?
c'est une technique qui permet de rentrer dans soi et d'explorer des coins inutilisés ou que l'on a caché.....le voile pourrait se lever et certaines peurs que tu ressens pourraient enfin etre misent au grand jour et t'aider un tant soit peu dans ton combat.....
bon courage à toi .....
35 ans Bordeaux 364
L'hypnose.. j'y pensais un certain temps, notamment parce que je faisais des rêves significatifs qui semblaient plus être des souvenirs que des rêves, et que je n'arrivais pas à démêler le faux du vrai..
Mais j'avoue que cette méthode me fait un peu peur.
Enfin, le plus important, je pense, c'est de consulter pour ma dépression, pour le moment. Mais j'ai toujours l'impression que je n'arriverai jamais à mettre les mots adéquats sur ma douleur intérieure. Et tant que je l'aurai pas sortie, ça n'ira pas. C'est un peu comme s'il fallait que je "crache" mes démons, et au lieu de ça je les nourris, ils sont là, tapis en moi, et ils grossissent, quand je mange, quand j'angoisse, quand je me fais du mal..

Sinon, quelqu'un m'avait demandé si je savais pourquoi je mangeais autant.. Je ne sais plus exactement qui, et j'ai pas répondu je crois.
A vrai dire, je mange pour toutes ces raisons: quand je suis angoissée, quand je me sens seule, quand je suis en colère, quand je suis triste, quand je m'ennuie.
Y'a que quand ça va à peu près que je suis pas tentée de manger.. Et puis quand je suis en période boulimique, ça devient ma principale activité et du coup, je mange même par automatisme.
B I U


Discussions liées