MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

je n'y arrive pas

33 ans là bas, au loin 1705
bonsoir

je n'ai pas voulu poster il y a quelques temps quand ça a commencé, mais je n'ai pas pu poursuivre ma RA :? lorsque je faisais ma rééducation je  
me sentais super bien (d'ailleur j'en avais parlé sur le forum). tout allait bien dans le meilleur des mondes, je me sentais légère, je ne ressentais pas vraiment le besoin de manger, je maigrissais à vue d'oeil .. je maigrissais tellement vite que mon médecin l'avait remarqué alors que je consultais pour des grippes il y a quelques semaines. je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai commencé à me sentir très mal, je pleurais tout le temps .. je connais très bien cet état d'esprit et je me suis donné le temps pour que ça aille mieux tout seul, pourtant, me voilà encore maintenant, encore plus mal qu'avant, plus grosse qu'avant, n'arrêtant pas de manger ...

même qu'une fois j'avais déjeuné au réfectoire de l'école, j'avais beaucoup mangé et des amis n'arrêtaient pas de me charrier sur ce que je mangeais, après avoir terminé je me suis sentie si mal qu'il fallait faire ressortir tout ce que j'avais englouti. j'ai bien due passer un quart d'heure la tête au dessus de la cuvette avant de décider de ne pas le faire :shock: ... je ne me rendais pas compte combien ça allait mal

qu'est ce qui cloche chez moi? j'ai l'impression de trainer des échecs alors que j'ai les meilleurs notes de l'école, une école d'ailleurs difficile à intégrer. on n'arrête pas de me dire combien j'ai de la chance et combien je suis parfaite, mais je suis obèse morbide et je me suis toujours sentie mal dans ma vie

désolée pour le pavé, je sais qu'il n'y a qu'ici que l'on pourrait peut être me comprendre.

et puis je repense à ces chances ratées, à ces amis perdus, à mes actuels camarades qui ne m'appréçient pas vraiment et ne me parlent pas. je repense à combien je me sens seule et combien j'ai l'impression que tout le monde me dévisage. je repense aussi au fait que je sois toujours la bonne copine qui passe ses cours mais jamais la fille avec qui l'on peut sortir ...

finalement, je pense à cette impression de ne pas avoir la force de continuer, c'est si dur et je suis si fatiguée
46 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Pas facile de trouver les mots tellement on sent la souffrance transpercer les tiens... :|

Je vais faire ma vieille chose mais je n'ai pas pu m'empêcher de regarder ton âge et me dire que tu avais un sacré recul en parlant de ta vie, comme si elle était très avancée alors que tu n'en es qu'au début de celle ci et tu n'es pas encore dans la vie active.

Peut-être que tu as trop tout mené de front ? Les études, la RA, la vie sociale.

Peut être aussi que grisée par ta perte de poids, tu as moins écouté tes sensations et tu t'es inconsciemment privée ?

Ce ne sont que des hypothèses.

Même si tu te sens très malheureuse et que tu as l'impression aujourd'hui maintenant que rien ne va, sache que ce n'est qu'une étape de ta vie. Un passage. Un de plus.

Je ne cherche pas à te faire la morale et j'espère que tu ne le prendras pas comme ça, chaque étape nous apporte quelque chose même si ce n'est pas facile de voir quoi...

Courage.
52 ans Région nîmoise 1567
Je ne veux surtout pas jouer les psys amateurs mais à ton âge, je me trainais d'états dépressifs en états dépressifs et ça ne se traduisait pas au travers de la nourriture.

Le grand avantage de l'âge, tu peux me croire, c'est d'arriver à passer au-delà de ses angoisses exitentielles mais aussi du regard des autres (pas toujours, hein ;) )et de bien de pressions imposées par la société qui ne correspondent pas forcément à nos aspirations.

Je ne te connais pas du tout mais je sens aussi dans tes paroles une grande colère rentrée quand tu dis être la nana sympa mais pas celle avec qui l'on sort...c'est absolument normal et tu aurais peut-être intérêt à le verbaliser, quitte à paraître un peu moins sympa, un peu moins parfaite, justement. S'interdire la colère est souvent fortement déprimant. Tout le monde peut comprendre qu'il est plus important de se sentir aimé et de rechercher l'affection que d'être la première de sa promo.
Au lieu de te faire des remarques sur ce que tu manges, y'a personne qui t'a demandé tout simplement si t'avais pas des problèmes ? Je ne crois pas qu'on puisse aider un alcoolique en lui disant qu'il boit trop mais juste en lui laissant comprendre qu'il peut continuer à boire et qu'on ne l'en aimera pas moins ; c'est la toute première étape et tes copains ne semblent pas forcément l'avoir atteinte.

To be continued...

Courage !
60 ans Au bord de la mer 15536
Je ne vais pas savoir t'aider....
Mais depuis le temps que je te côtoie sur ce forum, que je lis tes messages, je ne pouvais pas rester indifférente à ce message rempli de souffrance.
Donc juste pour dire que je t'ai lue. Et que tu as évidemment bien fait d'en parler ici.
:kiss:
33 ans là bas, au loin 1705
bonjour

merci à vos trois réponses. il est vrai aussi que je culpabilise quand je poste sur le forum parce que je sais que je ne fais qu'écrire des messages pareils que celui ci et que je ne veux pas "déranger" ! je ne sais pas, je me dis que ce ne sont peut être mes hormones qui me jouent des tours, car j'ai des épisodes de profonde joie, comme si je flottais et je suis si excitée pendant ces moments que personne dans mon environement ne me comprend parfois! mais après il y a des périodes d'extrême souffrance où tout ce en quoi j'ai cru quand j'étais heureuse s'évapore et j'ai de profonds doutes. mais je ne pense pas avoir de trouble bipolaire non plus

Bouquet_de_Violettes a écrit:
Peut-être que tu as trop tout mené de front ? Les études, la RA, la vie sociale.

oui .. c'est exactement ça! je me suis toujours battu, j'ai toujours eu le sentiment que le monde qui m'entoure est dangereux et qu'on ne pouvait faire confiance à rien ni personne. c'est d'ailleurs l'une des raisons qui font que je suis incapable de me laisser aller, de déstresser, de lacher prise. c'est extrêmement fatiguant de vivre dans le paradoxe de, par exemple, vouloir avoir une profonde relation avec quelqu'un et en même temps ne pas pouvoir le faire car depuis mes 5 ou 6 ans j'ai commencé à battir un énorme mur entre moi et le monde extérieur.

Bouquet_de_Violettes a écrit:
Peut être aussi que grisée par ta perte de poids, tu as moins écouté tes sensations et tu t'es inconsciemment privée ?


oui, dans un sens je pense qu'effectivement c'est le cas, d'ailleurs je n'arrive pas à trouver un juste milieu et vivre comme tout le monde. je pense à la bouffe et à comment l'éviter 24h/24. ça me met en colère contre moi même quand je vois tous les autres manger à leur guise, en ayant du plaisir et sans se poser de questions.

Bouquet_de_Violettes a écrit:
Même si tu te sens très malheureuse et que tu as l'impression aujourd'hui maintenant que rien ne va, sache que ce n'est qu'une étape de ta vie. Un passage. Un de plus.

je n'ai pas arrêté de m'en persuader depuis que j'ai 13 ans, mais j'ai toujours aussi l'impression que je dois avoir quelque chose qui cloche en moi et que je ne pourrais jamais changer.

sandydidou a écrit:
je sens aussi dans tes paroles une grande colère rentrée quand tu dis être la nana sympa mais pas celle avec qui l'on sort...c'est absolument normal et tu aurais peut-être intérêt à le verbaliser, quitte à paraître un peu moins sympa, un peu moins parfaite, justement.

je n'arrive pas à exprimer ma colère, j'ai peur que ça ne fasse trop de dégats. jai toujours tendance à me retirer quand la tension monte. quand j'ai un problème avec quelqu'un je préfère tout régler dans le calme, une fois que j'ai enfoui ma colère bien au fond de moi, là où je peux la maitriser.

en fait, peut être que mon problème c'est que justement je cherche à tout contrôler, c'est pour cela que quand j'arrive à m'interdire de manger pendant des semaines je ressens un délicieux plaisir à savoir que je peux tout controler.

sandydidou a écrit:
Tout le monde peut comprendre qu'il est plus important de se sentir aimé et de rechercher l'affection que d'être la première de sa promo

j'ai bien essayé le semestre dernier de ne pas être la première de ma promo mais je n'y suis pas arrivé! je sais c'est stupide .... dans mon esprit si je ne suis pas la meilleure dans ce que je fais c'est que je ne vais pas exister aux yeux des autres. en ayant la première de ma promo je suis au moins quelqu'un, quitte à être détesté pour cela. au fond je sais que ça ne veut pas dire grand chose le fait d'avoir d'excellentes notes, mais ça fait la fiéreté de mes parents. moi qui ai toujours l'impression d'être la plus grande déception qu'ils aient eu, je leur dois au moins ça non?

et finalement, merci Provence.
37 ans 12494
Lors de ma première tentative j'ai eut la même réaction que toi...
Ce qui m'a généré tout sa ? que l'on se rende compte de ma perte de poids.
Sa m'a influer un vent de panique qui m'a été dificile a enrayer et je suis repartie dans les crises de plus belles...
Je ne voulait pas qu'on le remarque , que l'on me félicite là dessus...parce qu'en plus on ne m'aurait pas cru si j'avais expliquer la méthode imposé.... Cela implique aussi de perte ses défenses, plusieurs peur se mélange, celle de ne plus etre soi, de devenir une autre,et pire que les autres le pense et ne nous regarde plus de la même façon...
Cela m'a fait réfléchir sur le pourquoi réel du désir de faire cette RA et je me suis apperçu que je l'avais commencé pour de mauvaises , tout simplement.
Je l'ai repris plus tard et la les remarques ne m'ont plus atteinte, bon c'est autre chose qui m'a refait dérailler lol mais pas celle ci....
33 ans là bas, au loin 1705
salut

je viens de voir ton message, et c'est vrai que je m'y retrouve énormément. avec du recul, je comprend mieux, je gère mieux et je me prend moins la tête :)

merci ^^
37 ans 12494
De rien ^^ je suis contente si ma maigre expérience a pu t'aider un ti peu !
B I U