MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Ma RA pour une vie meilleure

B
35 ans 11
Chers tous,

Obsédée par mon poids depuis ma pré-adolescence, j'ai connu un parcours alimentaire plutôt cahotique, passant par l'anorexie, et actuellement dans le cercle vicieux des crises d'hyperphagie. J'ai toujours  
été assez gourmande, disons que j'ai un très gros faible pour le chocolat notamment ^^

Il y a un peu moins d'un an, j'ai décidé de faire un régime pour perdre quelques kilos que je jugeais inesthétiques... Depuis, j'ai l'impression d'avoir totalement perdu le contrôle de mon alimentation, et les crises sont apparues de plus en plus fréquentes et de plus en plus importantes, et c'est lorsque je m'en suis rendue compte que j'ai commencé à maudire les régimes, qui m'auront surtout fait perdre ce que j'appelle mon "instinct alimentaire", et en même temps ma confiance en moi.

A partir de ce jour-là, j'ai décidé de bannir pour toujours jusqu'à l'idée même de faire un régime, mais j'ai pris conscience de l'urgence d'agir pour me sortir de la mauvaise situation dans laquelle je me trouve. Je me suis dit: plus de régime, mais juste réapprendre à manger, réapprendre la sensation de faim, que ça redevienne juste naturel, comme ça devrait simplement l'être.

En visitant ce forum, j'ai découvert que de nombreuses personnes sont dans le même cas que moi, j'en éprouve un soulagement car inutile de vous préciser que je me sens honteuse de mon propre comportement... J'ai également appris qu'il y a une solution pour s'en sortir, qu'elle porte un nom: la RA. C'est encore tout nouveau pour moi et je n'ai pas encore eu le temps de lire tous les posts à ce sujet, donc si vous avez le moindre conseil pour m'orienter, m'aider dans ma démarche en partant dans la bonne direction, je suis preneuse.

Encore quelques petites choses en ce qui concerne mon parcours: j'ai tenu un carnet alimentaire pendant près de trois ans, au début c'était parce que j'avais des problèmes de santé, le médecin m'a recommandé un régime alimentaire sans lactose et sans gluten, donc je notais tout ce que je mangeais et également les améliorations ou les dégradations de mon état de santé. Par la suite, j'ai continué de noter ce que je mangeais, mais aussi mon poids quotidien, puis je me suis mise à compter les calories. Il y a peu de temps, j'ai pris la décision d'arrêter mon carnet alimentaire, dans la mesure où ça a carrément viré à l'obsession, tout comme la pesée, qui n'a désormais plus lieu TOUS les jours (bien que je sois encore en mode "sevrage" de toutes ces conneries).

Une petite chose encore: j'ai tendance à être une personne très organisée, limite rigide lol, disons que je suis très vite perdue si je ne suis pas bien cadrée dans mes habitudes, et c'est évidemment valable en ce qui concerne les repas. Mon petit problème c'est que mon copain a des horaires extrêmement irréguliers, du coup pour les heures des repas c'est toujours un peu la surprise (par exemple petit déj vers midi puis plus rien jusqu'au soir, genre grooos repas vers 21 ou 22h), ce qui ne me convient évidemment pas du tout, puisque je crois que mes crises d'hyperphagie sont causées par la peur de manquer... Je commence à lui expliquer en douceur que ça ne me convient pas, mais je suis réticente à lui parler de mon problème... Je vois qu'il fait des efforts, il a même acheté des fruits et des légumes car je lui ai dit que j'en avais BESOIN lol Mais je pense que tout ça est loin d'être une évidence pour lui, qui du haut de son mètre 75 pour 61 petits kilos ne prête évidemment aucune attention à ce qu'il y a dans son assiette.

Voilà je suis désolée d'avoir écrit un roman, c'est encore un peu brouillon dans ma tête car j'en suis au tout début de ma RA et je ne sais pas encore bien comment m'y prendre. Je pense qu'avec vos conseils et votre soutien je trouverai la force d'y arriver et de regagner petit à petit ma confiance en moi

Merci et courage à tous
46 ans Paris 9872
coucou et bienvenue!

dans ma ra, cela a été une étape essentielle et indispensable de ne plus dîner avec mon copain pendant un temps... ensuite c'est revenu mais j'ai dû d'abord m'enlever cette contrainte pour vraiment me permettre de manger lorsque j'avais faim ;)
B
35 ans 11
Merci pour ta réponse poupoule!
Quel était le problème pour toi au fait de dîner avec ton copain? Et tu lui avais expliqué pourquoi?
Pour ma part je préfèrerais trouver une autre solution, de manière à pouvoir continuer de manger avec lui... Il faut seulement que je réapprenne à manger, et puis j'ai appris qu'en période de RA il n'y a aucune restriction sur les aliments comme c'est le cas pour les régimes, on mange de tout mais simplement on s'arrête quand on n'a plus faim, c'est génial!
Et puis une autre chose: si moi j'ai tendance à manger pour deux, mon chéri lui par contre a tendance à oublier de manger lorsqu'il est seul!
F
110 ans 158
En ce qui concerne les horaires des prises alimentaires, voici mon témoignage.

1) Avant la RA, c'était l'anarchie totale, je mangeais dès que j'avais une envie ou bien dès que j'avais faim et ce à n'importe quelle heure.

2) Durant les premiers mois de la RA, je mangeais quand j'avais faim. C'était déjà moins l'anarchie mais l'anarchie quand même. Ça a duré tant que je n'ai pas réussi à identifier la satiété.

3) A partir du moment où j'ai eu ce dernier indicateur, j'ai été capable de réguler la nourriture pour tenir un temps donné. Je sais en gros ce qu'il faut que je mange pour ne pas avoir de fringale à 16h. Ou encore si je vais faire un repas entre potes (c'est à dire entrée pizza, plat principal pizza, dessert pizza :D ), je sais que pour faire honneur à cette cuisine délicate il vaut mieux que je mange un peu moins le midi. En fait, rapidement ça devient un automatisme, comme chez les autres là, les "normaux".

Donc, comme l'a très bien dit poupoule, au début, il est possible que tu sois un peu perdue. En revanche, plus tard, tu pourrais bien avoir un contrôle accru et vraiment précis sur ce que tu as besoin de manger selon ton planning.

Enfin, conseil de ma diet quand je galérais avec les horaires : si toujours pas faim à 2h du mat, prendre un repas ultra léger et au lit. Et demain matin, il fera jour.
46 ans Paris 9872
Tout à fait d'accord avec les remarques de foxtrot!
Mon problème, c'était que je rentrais épuisée et affamée du boulot et que j'avais besoin de manger avant 20h (aussi parce que je mangeais trop léger le midi et que je m'interdisais plus ou moins consciemment le goûter). Mon copain, il a besoin de manger à 22h. Résultat: je dînais deux fois.
Pendant un temps, j'ai donc dîné seule. C'est important aussi symboliquement: non seulement tu manges quand tu as faim mais aussi tu sacrifies qch d'important pour toi, pour ton bien-être à moyen terme (car c'est un gros sacrifice le dîner avec chéri!!!).
En peu de temps, j'ai appris à trouver des compromis: déjeuner plus, gouter, prendre un apéro en attendant mon copain puis manger léger pour ne pas diner deux fois, etc.
Zermati l'explique bien: la désocialisation induite par la ra est relative et de courte durée ;)
46 ans derrière toi!! 3399
poupoule a écrit:
coucou et bienvenue!

dans ma ra, cela a été une étape essentielle et indispensable de ne plus dîner avec mon copain pendant un temps... ensuite c'est revenu mais j'ai dû d'abord m'enlever cette contrainte pour vraiment me permettre de manger lorsque j'avais faim ;)


Pareil, au départ, je ne dînais plus avec mon mari qui rentrait trop tard, du coup vu que j'avais faim, je l'attendais en grignotant et remangeais avec lui..mais c'est vrai aussi que ça ne dure pas, une fois qu'on a trouvé "ses marques"
B
35 ans 11
Merci infiniment pour vos réponses!!!

Effectivement je n'arrive plus à ressentir les sensations de faim et de satiété, et par conséquent je suis complètement perturbée.

Tout comme toi poupoule, j'ai besoin de manger avant 20h, mon copain plutôt vers 22h, et du coup je grignote car je ne tiens plus et ensuite je re-mange avec lui... Typiquement, hier soir j'ai fait un petit repas assez léger car je n'avais pas vraiment faim, et plus tard quand je l'ai retrouvé je n'ai pas résisté à l'envie de partager son repas, qui n'était pas des plus diététiques évidemment: pizza et mousse au chocolat! Bon je n'en ai pris qu'une part, mais au niveau de la faim stricto sensu c'était superflu. Je pense que j'ai encore beaucoup de travail à faire avant de retrouver mon équilibre...

Encore une petite chose: ces derniers jours, après de gros repas en famille et entre amis et plusieurs crises d'hyperphagie successives, je me sens franchement mal, pas seulement au niveau de la conscience, mais au niveau digestif, mon estomac est vraiment patraque à cause du surplus qu'il doit constament digérer... Je ressens le besoin de "jeûner" un peu, c'est-à-dire de sauter un repas, éventuellement celui du soir, histoire de le soulager un peu car ça devient franchement douloureux. Alors je me pose la question: est-ce recommandé pour que je me sente mieux, ou alors ça risque d'empirer? J'ai peur que si je le fais, mon corps va croire que je le prive et qu'il se venge ensuite...
46 ans Paris 9872
n'hésite pas à sauter un repas si tu n'as pas faim... mais écoute bien ton appétit dès qu'il revient! que te demande-t-il de spécifique et en quelle quantité? et surtout ne fais pas de "réserves"...
B
35 ans 11
Question peut-être stupide mais puisque ce n'est pas naturel chez moi... Quelle est la différence entre la faim et l'envie de manger? Là maintenant, je mangerais bien quelque chose, mais j'ai l'impression que c'est plus par "habitude" que réellement par faim, car je crois que je ne ressens aucun manque au niveau de mon estomac...
J'ai tellement perdu les sensations de faim et de satiété que j'ai besoin de votre aide: dois-je écouter ma tête qui me réclame de manger, ou alors mon estomac qui voudrait plutôt que je le laisse tranquille?
F
110 ans 158
blondiie a écrit:
Question peut-être stupide mais puisque ce n'est pas naturel chez moi... Quelle est la différence entre la faim et l'envie de manger?



Ce n'est pas une question stupide. Au contraire c'est un point capital. La faim est une sensation physique, tu la ressens dans ton corps. Les gens la décrive en général comme un creux, une sensation de vide à l'estomac mais pas toujours.

Pour la sentir, je me suis levé un matin et je n'ai pas mangé. A midi je pensais avoir physiquement faim. A 14h je crevais littéralement la dalle et je te promets que tu vois bien que tu as faim à ce moment-là.

Donc quand tu crèves la dalle, tu manges et après tu t'efforces de mémoriser la sensation. Le but du jeu ensuite est de manger chaque fois que tu sens la faim commencer à monter, avant l'étape "crever la dalle". Pas simple pour tout le monde, moi il m'a fallu des semaines.

Toutes les fois où tu veux manger sans avoir cette sensation physique (dans mon cas, creux à l'estomac), c'est une envie mais pas de la faim.
B
35 ans 11
Merci Foxtrot! Au moment où j'ai écrit je ne ressentais effectivement pas cette sensation physique, et après avoir vaqué à mes occupations un moment, ça y est je la sens! C'est une victoire pour moi, ça fait tellement longtemps que je n'ai pas ressenti cette sensation dans mon estomac, parce que habituellement je mangeais dès l'apparition de ma "faim" psychologique... Je suis tellement contente, ça me redonne de l'espoir de pouvoir réussir à écouter mon corps! Et en plus, avec la RA, je n'ai aucun scrupule à manger maintenant, et non pas attendre le lendemain parce qu'il paraît qu'il ne faut pas manger tard le soir, sinon le corps stocke tout et bla et bla...
B
35 ans 11
Pour le moment, ma RA se passe bien. J'en suis encore au tout début du début, j'ai encore des faux préjugés et la peur des crises, mais je remarque déjà des progrès notables:
- Je recommence gentiment à retrouver la sensation de faim, et ne mange pas avant qu'elle apparaisse.
- Je mange à table, sans TV, sans ordinateur, sans bouquin, juste seule avec mon assiette, ce que je n'avais pas fait depuis 5 ans. Inutile de vous dire à quel point j'ai plus apprécié mon repas.
- Je ne suis pas encore sûre d'identifier la satiété, mais j'ai su m'arrêter de manger à un moment qui ne me laissait ni affamée, ni suralimentée, ni frustrée. Je me suis même arrêtée avant la fin de mon repas.
- Chose incroyable, j'ai pris conscience que je mangeais moins que quand je faisais des régimes, car je ne fais plus de "réserves" sachant que je serai en privation plus tard, mais au contraire je sais que je pourrai manger ce que j'aurai envie dès que j'aurai faim, et oui, même du chocolat.

Pour résumer, je débute ma RA en suivant les 10 conseils donnés par Apfeldorfer que j'ai trouvés en parcourant ce forum, les résulats sont probants et je suis complètement enthousiasmée par cette méthode, ou devrais-je dire par ce mode de vie. Je me rends compte que ça va me demander une attention permanente les premiers temps, mais je suis motivée et prendrai le temps qu'il faudra pour retrouver mon équilibre
46 ans Paris 9872
blondiie a écrit:
Pour le moment, ma RA se passe bien. J'en suis encore au tout début du début, j'ai encore des faux préjugés et la peur des crises, mais je remarque déjà des progrès notables:
- Je recommence gentiment à retrouver la sensation de faim, et ne mange pas avant qu'elle apparaisse.
- Je mange à table, sans TV, sans ordinateur, sans bouquin, juste seule avec mon assiette, ce que je n'avais pas fait depuis 5 ans. Inutile de vous dire à quel point j'ai plus apprécié mon repas.
- Je ne suis pas encore sûre d'identifier la satiété, mais j'ai su m'arrêter de manger à un moment qui ne me laissait ni affamée, ni suralimentée, ni frustrée. Je me suis même arrêtée avant la fin de mon repas.
- Chose incroyable, j'ai pris conscience que je mangeais moins que quand je faisais des régimes, car je ne fais plus de "réserves" sachant que je serai en privation plus tard, mais au contraire je sais que je pourrai manger ce que j'aurai envie dès que j'aurai faim, et oui, même du chocolat.

Pour résumer, je débute ma RA en suivant les 10 conseils donnés par Apfeldorfer que j'ai trouvés en parcourant ce forum, les résulats sont probants et je suis complètement enthousiasmée par cette méthode, ou devrais-je dire par ce mode de vie. Je me rends compte que ça va me demander une attention permanente les premiers temps, mais je suis motivée et prendrai le temps qu'il faudra pour retrouver mon équilibre


bravo! un beau message =D>
34 ans 73
contente que çà se passe bien pr toi . La RA c'est le début d'un "long chemin de pensée, de nouveaux reflex "naturels" ( ou d'anciens reflexes perdus à cause des régimes qui refont surface).

Pr ce qui est de la gestion des repas par rapport à ton copain : si tu as besoin de manger avant lui, et bien mange un petit quelque chose : une soupe, ou même ce dont tu as envie sur le moment ; Peut-être qu'avec l'attente, tu te rendras comme que tu as encore un peu faim au moment où lui mange : si la faim est importante, accompagne-le, ou bien prends un dessert ou que sais-je ( comme çà vous êtes ensemble à table au même moment)

Tu vas voir, tout au long de la RA tu vas pas mal en découvrir sur toi-même . C'est un chemin "d'acceptation de soi" progressif également

bonne continuation :D
34 ans 73
perso çà a été vraiment pas étapes ( pas ds l'ordre) :

" mais si je m'écoute vraiment je ne mange qasi rien"

" oh j'ai trop mangé aujourd'hui, pas grave , çà se régulera plus tard, la faim n'arrivera peut être que bien + tard " ;

" j'ai trop mangé, non pas par faim,mais par PURE envie : oui un peu de culpabilité mais .. çà n'est rien par rapport au régime, et puis, parfois on a besoin de ces aliments réconforts,même mangés sans énorme faim, autant profiter de ce moment et ne pas s'enquiquiner de la question de la culpabilité" ; "

" est-ce de la faim ou de l'envie " ( "the" question que l'on se pose bcp ; parfois on connait bien la réponse ^^)

" tiens je mangerai bien quoi aujourdhui? je sens que j'ai vraiment une faim/envie de crudité - chose rare avant -

" à ce paquet de chocolat ouvert, il traine là depuis combien de temps"?

"il me faut absolument tel ou tel aliment, là,maintenant"

"manger est un plaisir"

" mais comment ai-je pu perdre autant de "tout" en faisant des régimes"

...
B I U