MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

A la recherche de...

S
35 ans 44
... bien-être, analyse compréhension du rapport à la nourriture, pour contrôler fringales, envies, jet aux orties de mes bonnes résolutions par frustration, etc...

J'ai lu sur cette section plusieurs sujets et  
ça me parait une approche intéressante pour peut-être enrayer prise de poids progressive année après année...

je ne sais pas trop par où démarrer...

ah si réfléchir avant chaque prise de nourriture et essayer de temporiser (faire autre chose, prendre une infusion, un thé, pour voir si ça passe)

Réfléchir à mes progrès et erreurs sur les années passées sur mon rapport à la nourriture...

Quels trucs en vrac par exemple:

Par exemple cette manie que j'avais de me reservir x fois dont je suis presque débarassé...
cette manie de vouloir la plus grosse part, la dernière part qui reste etc, que j'ai réussi par mon couple à réduire énormément...

une manie dont je ne suis pas débarassé... manger parce que je m'ennuie... quand je m'ennuie plutot que de me trouver un truc pour m'occuper, encore que souvent j'essaie, je finis par avoir faim... et je vais manger en douce... j'ai réduit ce genre d'écart mais ça arrive encore trop malheureusement... manger par ennui frustration...

En général quand je suis de sortie toute une journée ou plusieurs jours (voyage etc) je mange très peu... Au restaurant idem je mange peu et ce que je me sens bien d'avoir ce rapport à la nourriture ces jours-là, j'y pense pas ça s'impose seulement quand j'ai faim, c'est génial... pourquoi j'arrive pas à faire ça quand je suis dans un contexte normal...


En espérant que vous m'aiderez à structurer mon analyse ;) Merci
S
35 ans 44
Issu d'une famille qui adore la bonne nourriture savoureuse, de tous les coins du monde ou presque, qui sert toujours en très larges quantités, et en plusieurs plats (au moins plat principal + dessert, souvent fromage aussi ou salade), tendance à l'embonpoint et surpoids dans la famille surtout côté femme... j'ai toujours aimé la nourriture, mais est-ce seulement de la gourmandise et pas aussi additionnellement un problème plus important?

Déjà petit ma mère s'inquiétait de me voir redemander plusieurs fois, batailler pour la plus grosse part, même s'il y avait possibilité de se reservir, vouloir absolument la dernière...
On ne peut pas dire que je rechignais à finir mes plats, à croire qu'on était en temps de guerre et que la moindre miette était vitale, stockée au cas où...

Toujours manger les différentes parties du plat l'une après l'autre. c'est quelque chose qui est resté. Mal?

Acheter des choses en cachette ou piquer dans les stocks et manger en un temps éclair sans vraiment prendre le temps de savourer, juste pour avoir le goût en bouche et ne pas le laisser passer je faisais ça très souvent surtout à partir de la puberté et jusqu'à ce que je quitte le domicile familial...
Il m'arrive encore de filer en douce dans la cuisine et me servir comme ça mais plus rare... déjà parce que ce sont pas les mêmes choses que nous achetons et car je me sens bien plus coupable de manger ainsi sans faim pour je ne sais quelle pulsion

Au fil des années j'ai pris conscience petit à petit du problème, j'ai réduit toutes mes prises de nourriture inconsidérées, notamment quantitativement, en fréquence, malgré ça mon poids n'a jamais fait que se stabiliser temporairement pour monter d'un à trois kilos de plus, etc...

Mon copain ne m'a jamais forcé la main à réduire, il est excellent cuisinier, ayant travaillé en plus dans la restauration, il a un goût inné pour combiner agréablement les saveurs les plus inattendues, il est un "puissant" allié

Je m'étonne d'avoir pu garder mon poids grosso modo dans une tres lente progression au lieu d'exploser des plafonds, peut-être grâce à ma marche quotidienne de une à trois heures (quand j'étais ado notamment) grâce à mes chiens...
34 ans 2879
Malheureusement, je crois que l'ennui et la solitude mènent bien des personnes à la nourriture...parce que ça fout le cafard. Lorsque tu sors de là la nourriture n'est plus un point de fixation, l'esprit est occupé, l'alimentation reprend une place normale.

Alors, la seule solution que je vois c'est de modifier ce quotidien autant que possible pour qu'il soit occupé.
N'hésite pas à te faire tes sorties, à marquer sur un emploi du temps les choses qui doivent être faites, à appeler tes proches, à faire des activités, bref, à ne pas subir la journée qui passe mais qu'elle soit un peu productive :)

J'ai tiqué un peu sur l'idée de la temporisation. Ca ne me semble pas bon, ça crispe sur l'alimentation, et elle reste le point d'intérêt (pouvant virer à l'obsession si tu essaies de le contourner comme ça).

En tout cas, tu peux te dire que ces réactions sont tout à fait normales, et qu'une vie plus sereine vis à vis de la nourriture n'est pas hors de portée ^^

Ah, par contre, il ne faut pas viser la "maîtrise", la perfection ; une vie normale n'est surtout pas une vie qui obéir à des critères prédéfinis (3 repas équilibrés et rien entre), c'est une vie où toi tu te sens à l'aise, en accord.

J'ai des moments de cafard où je mange pour me consoler, ça m'arrive, et je n'ai plus vraiment de souci avec ça.
Je ne subis plus : je me fais plaisir quand j'en ressens le besoin, (souvent j'ai un peu moins faim après, ça se régule tout seul) et du coup tout va bien ^^
34 ans 2879
Okapi a écrit:

Alors, la seule solution que je vois c'est de modifier ce quotidien autant que possible pour qu'il soit occupé.
N'hésite pas à te faire tes sorties, à marquer sur un emploi du temps les choses qui doivent être faites, à appeler tes proches, à faire des activités, bref, à ne pas subir la journée qui passe mais qu'elle soit un peu productive :)

Je tiens à préciser que ce conseil n'est surtout pas une tactique pour éviter la fringale (ça replacerait à nouveau la nourriture au centre des préoccupation), mais un conseil pour se sentir mieux dans ses journées et dans sa vie ;)
S
35 ans 44
Merci Okapi,

Oui je suppose quand je m'ennuie je pourrais prendre à nouveau la laisse de mon chien et repartir en vadrouille meme si j'ai déjà sorti le chien par exemple... Ou essayer pour de bon d'écrire... ou lire...
Une tactique quand je m'ennuyais mais peu productive, c'est aller dormir... je ny recours plus trop et en général c'est encore plus dépriment...
En gros faut que j'évite de me poser devant l'ordi et du coup m'ennuyer...
C'est plus évident de sortir quand mon copain est partant, comme aujourd'hui (plage et route côtière 4h de balade)

Pour la vie réglée (genre trois repas, pas de grignotage entre etc) je suis bien d'accord, j'ia meme un exemple à la maison, mon copain, qui a aucun problème de poids et n'est pas régi par la règle commune, il prend café en petit dej et en général un bon dîner... il se fait une énorme collation de produits laitiers ou dessert dans la nuit limite en somnambule... et ça lui va très bien ainsi depuis des années... S'il a faim avant il mange, s'il a pas faim au dîner il ne mange pas...
Bref il est régi par sa vraie faim et rarement par des envies de manger...

Dans mon cas faut que j'apprenne à me nourrir même en gourmand que quand j'ai une vraie faim et pas par pulsion envie de manger, bien que quelques écarts ne peuvent pas faire de mal... juste réapprendre à manger pour vivre et non vivre pour manger... :roll: si on schématise...

Ces derniers jours se sont "bien" déroulés j'ai presque toujours réussi à manger par vraie faim et non par pulsion... sans diaboliser aucun aliment... j'ai même eu l'audace de dire que je voulais du nutella sur tartine beurrée salée, et mon copain m'a mis au "défi" en achetant toast et nutella avant hier... Le pot est toujours là je me suis fait en trois jours trois tartines finement margarinées, finement salées (pour remplacer le beurre salé introuvable où j'habite) et finement nutellaisées que j'ai savourées avec un plaisir et une lenteur inhabituelle...

Mes repas se déroulent bien plus lentement, souvent je finis en meme temps voire après mon copain qui mange tres lentement (enfin juste normalement mais pour moi j'ai trouvé ça toujours très lent) c'est vraiment incongru, je m'en serais pas cru capable... Comme prévu hier j'ai mangé normalement trop occupé avec l'exposition canine et fatigue de la route... Aujourd'hui avec la grosse balade côtière idem j'ai fait une collation en rentrant pour patienter jusque dîner et j'ai laissé les pommes de terre au dîner, me sentant déjà rassasié...

bien que je ne tiens pas de carnet (encore), je note mentalement le degré de faim avant, au cours et post repas... en général je suis entre 1 et 4 avant le repas, et je me discipline à arrêter dès que je suis à 5-7, plus rarement à 8-10 (comme ce soir je voulais goûter mon gâteau banane pomme, j'ai pris deux petits rectangles (alors que d'hab j'aurai dévoré 5 à 10 fois plus de gâteau) et du coup je suis un peu limite là) j'évite la sensation de calé calé, ventre qui éclate, même si des fois je me dis ... Et le dessert :cry: :?: ...

Une excellente phrase que j'ai lu sur ce forum et que je me répète mentalement dès que je me dis ":cry: je suis déjà à satiété, hé mais je vais rater tel plat, tel aliment", c'est que je vis pas dans le désert et qu'il y a des boulangeries/pâtisseries à tous les angles de rue... bref que quand j'aurai vraiment faim, ce sera toujours là ou facile à retrouver... sérieusement cette phrase m'a vraiment fait tilter et plu :lol:

Par contre avant de me coucher (soit 4-6 heures post dîner), j'ai du mal à pas avaler un truc, ça me ... stresse... donc j'ai décidé au lieu de bouffer un énorme bol de fromage blanc ou de muesli en speed en enfournant sans apprécier en deux secondes chrono (ou autre chose) je prend un petit truc, genre un ou deux biscuits ou un yaourt, je bois un demi verre de lait, bref je prend un petit truc que je prends le temps d'apprécier lentement, même si j'ai pas faim et que c'est juste pour m'aider à dormir... :roll:
34 ans 2879
Prends ton temps, rien n'est urgent, c'est un cheminement...Mais par contre les techniques pour tromper l'ennui je crois que ça n'est pas la bonne voie. Pour être heureuse, comblée, il faut la remplir vraiment cette vie, pas attendre que ça passe :)

Je te souhaite plein de courage et de plaisir pour l'avenir, et je vois que tu as un compagnon compréhensif et attentif à toi, c'est le meilleur allié d'un mieux-être ;)
S
35 ans 44
Merci ;)

Oui, et pour moi m'occuper de ça est en fait probablement plutot la partie plus secondaire et avancée de mon cheminement personnel, vu que j'ai eu à me battre sur un tout autre sujet (mais probablement source de mon rapport déséquilibré à la nourriture) et j'en vois dernièrement le bout, si on peut dire qu'il y a une fin à ce genre de parcours... d'où mon attention accrue depuis deux ans sur le sujet de ma rondeur...

Petit à petit je vais définitivement vers un mieux être que je construis jour après jour année après année depuis mes 20 ans :)... y a bien sur des rechutes mais bon globalement si on ne compte pas la prise progressive de poids y a définitivement année apres année du mieux

Aaah mon copain, la chance que je l'ai trouvé, on ne peut rêver plus attentionné... et lui ne regrette visiblement pas d'être tombé sur un drôle d'homme... bien que je représente parfois un sacré challenge, visiblement je suis le bon chausson à son pied et vice versa...

Allez on y arrive jour après jour :)
S
35 ans 44
Bon je me débrouille pas trop mal, faut que je me surveille comme pour hier (je mange pas assez lentement sans rien faire d'autre)

On a acheté pas mal de petites choses délicieuses (entre autres chocolat sous plusieurs saveurs, mon préféré étant le noir noir, et celui aussi que je mange plus parcimonieusement du fait de son goût très fort)

Je ne me prive pas en qualité et gourmandise mais autant faire se peut arrive à échapper aux pulsions... à part le petit carré ou yaourt ou biscuit avant de se coucher mais bon...

La pesée m'a donné une bonne surprise en début de semaine... efforts à poursuivre et ne pas se reposer sur ses lauriers.... :roll:
S
35 ans 44
J'arrive tellement vite à satiété, c'est... frustrant... En même temps ça me permet de me faire plaisir avec de bonnes choses, je déguste et essaie au maximum de ralentir mes bouchées...

Néanmoins j'ai des envies de manger plus tard qui me tenaillent souvent jusqu'au repas ou la collation rendue nécessaire par la faim...

Bien sûr y a l'ennui mais... peut-etre que la transidentité que je n'ai jamais lié à mes habitudes alimentaires est l'origine principale... ou est-ce ma timidité et tempérament à cogiter sans arrêt? j'ai du mal à comprendre d'où me vient ce besoin de manger quasi permanent...

J'ai une petite angoisse concernant la reprise du boulot bientot après la fin arrêt maladie...
S
35 ans 44
2eme jour de reprise apres arrêt maladie au boulot... Et ça se passe bien...
En fait c'est dingue comme je peux tenir longtemps avant d'avoir faim...
:shock:

Je prends deux tartines légèrement confiturées ou nutellaisées le matin,

Principalement des tasses de thé dans la journée (aspartame)

Vers midi-une heure, je sors mon repas (rien de très appétissant des nouilles-soupe rapides dans un petit bol), je les laisse bien prendre l'eau chaude pendant... 10-30 min? pendant que je surfe et me laisse inoculer avec l'odeur... Là j'éteins l'écran, je fais place nette et je prends le temps de manger-"savourer" chaque bouchée...
Première journée j'ai pas pu finir, aujourd'hui oui mais les portions sont petites......

Hier avant de quitter boulot petit pain sandwich saumon, aujourd'hui rien...
D'habitude je mangeais pas mal de fruits à défaut d'autres encas, là je les ai tous ramenés chez moi! Et si certains fêtaient je ne sais quel truc et ramènent des sucreries etc, autant je ne touche pas aux patisseries, mais bonbons et chocolat :roll: j'en mangeais un puis deux puis etc avant d'arriver ou à écoeurement ou à la fin du paquet... (ou alors j'en planquais dans mon tiroir pour plus tard... (dans dix min, 30 min, 2h etc)... J'espère que la prochaine fois je n'y toucherais pas ou peu; en tout cas de façon saine et non pas comme un ogre...

en rentrant du boulot je dévorais une ou deux tasses de muesli ou autre... :oops: , depuis quelques semaines j'ai presque pas touché le dit paquet... encourageant...

Le soir après le dîner idem je me reservais abondamment de quelque chose... (et dire qu'avant c'était deux ou trois plus en quantité totale par jour... :oops: )
Maintenant rarement et juste ce qu'il faut pour me rassasier avec autant de soin qu'au repas (s'asseoir, manger sans faire autre chose, déguster)

je vais très sûrement amener des petites portions de plats préparés avec amour par mon copain, certaines nouilles ça va d'autres c'est trop fade, et puis ça va vite me lasser... donc me laisser sur une envie de complémenter niveau gustatif...

Le matin j'ai rarement très faim... je devrais prendre de quoi et préparer quand j'ai vraiment faim au boulot... en plus je suis toujours un peu lent et à la bourre au réveil donc prendre le temps de manger... c'est pas évident, entre les chiens qui attendent leur petit dej, le copain qui me fait :roll: tu vas jamais etre prêt à l'heure :lol:

Par contre j'arrive pas à identifier toutes les émotions qui me donnent des envies... et je ne sais pas comment y répondre non plus... pour l'instant j'arrive à y résister, car je sais qu'elles ne sont que des pulsions... et que tout compte fait j'ai pas faim...

Et j'ai cette fichue manie... de ne pouvoir me coucher sans avaler un truc que ce soit carré de chocolat noir, yaourt, etc... (je n'ai pas faim à ce moment-là je précise)
Pourquoi?????????????

Franchement merci à mon amie qui m'a fait découvrir le forum et la RA car wow sacrée révolution jusque maintenant...
37 ans Montréal 1666
Citation:
J'arrive tellement vite à satiété, c'est... frustrant...


Une petite piste: je ne crois pas que tu devrais être frustrée. Sur Linecoaching, Zermati parle de la différence entre la satiété et le rassasiement. On ne devrait pas s'arrêter de manger à la stricte satiété, mais aussi quand on est bien et satisfait de son repas, ce qui suppose des bouchées de plus. Sinon, ce n'est qu'une autre forme de restriction!
S
35 ans 44
Merci :) de confirmer un principe que j'applique implicitement mais dont je n'étais pas sur

Je me suis mal exprimé, :)

(NB : Je mange souvent quelques bouchées de plus que la satiété stricte, car je ne mange pas encore assez lentement je pense… et parce que parfois… le dessert est trop tentant, même un petit bout, après le plat principal non fini… et je me dis que le principe RA c’est le plaisir et satisfaction donc si insatisfait je risque de céder à une pulsion plus tard… donc autant se faire plaisir…)

C'est frustrant dans le sens où bien que je me sens bien et rassasié, ça implique que je laisse souvent de l’assiette ou ne passe pas au plat suivant, non pas parce que ce n'est pas raisonnable, mais parce que je n'ai plus faim et que le goût a changé et qu'il me procure moins de plaisir.

La frustration vient surement du fait de mon ancienne habitude de tout finir, de me resservir à outrance même une fois les plats copieux finis... et le syndrome de faire des réserves avec la crainte de manquer si je ne mange pas tout de suite…

Durant ces derniers jours j'ai d'autant privilégié les portions plus petites (pour ne pas laisser et m’en agacer), des plaisirs personnels plus fréquents en fin de repas notamment (*chocolat noir*) et le choix des contenants pour créer des illusions d’optique bénéfiques (pour éviter le syndrome de peur de manquer et la déception de ne voir ‘que’ ça). Et la frustration s’est quelque peu estompée depuis, vu que j’ai privilégié qualité à quantité. C’est un mini progrès.

Je crois que le jour que j’ai écrit ça je tournais aussi un peu en rond, temps maussade (pas franchement possible d’apprécier une sortie plein air => frustration, ennui, déception), stress de la reprise du taf (4 jours à l’avance oui…) et du coup exacerbation de la place que prenait la nourriture dans ma tête.
S
35 ans 44
Une petite mise à jour sur mon carnet de bord,

Je commence à trouver un rythme qui me convient apparemment.

Rien ou peu le matin.
Peu le midi.
Et diner => repas principal de la journée.
Je m’accorde de petites collations quand je ressens la (vraie) faim depuis 10-30 min, je monte à une heure avant le diner mais elles sont au final très rares.
Et un carré de chocolat noir avant d’aller au lit. (Pure EME, je n’arrive pas à m’endormir sinon, mais au moins je n’avale plus n’importe quoi à toute vitesse et grosse quantité)

J’arrive à résister aux autres EME en général, je privilégie goût et qualité quand je mange, je prends un petit dessert, même si je n’ai plus faim, de temps à autre et je culpabilise moins sur la nature des aliments.

Gestion des EME
Le fait de savoir que ce sont des EME m’aide à résister, règle : ne manger que par vraie faim, je l’ai imprimé au fer rouge et je m’y tiens à peu près. Pour l’instant.
Mon copain me trouve plus colérique et agressif donc apparemment je convertis les émotions qui me font manger en colère (qui ne me fait pas manger à elle seule). A moins que ce ne soit la reprise du THS post-opé… A long terme ce n’est pas une solution. Et que ce soit en RA ou même en général, y a un gros boulot sur les émotions qui m’attend pour être bien dans ma peau…

Par rapport au dernier message, la frustration liée au besoin de me resservir et de finir l’assiette s’est beaucoup atténuée voire disparait, et me permet de mieux profiter des repas, et de moins penser au repas suivant en fin de repas/collation.

Hier j’ai expérimenté pour voir, j’ai demandé à mon copain de moins me servir (car j’avais la sensation sur les derniers diners de me forcer un peu sur les dernières cuillères) quitte à ce que je me resserve.

Fin du plat principal j’avais encore un chouia faim, mais je n’aurai le dessert que deux heures après. Salade de fruit. Ça calme ma faim mais tout juste. Mais vers minuit re-faim. Donc un carré chocolat noir et une tartine de Nutella. Ce matin au réveil j’avais faim aussi (et ce n’est pas le cas d’habitude) j’ai donc pris deux tartines. Ensuite pas de problème jusque midi passé.
A voir, sur les jours à venir ce qui m’arrange le plus…
B I U