MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Antidépresseurs : frôle-t-on l'overdose ?

32 ans Mons (Belgique) 57
Voilà comme promis, pour faire suite à la discussion hors sujet qui avait eu lieu sur le sujet ici:

http://www.vivelesrond...forum/viewtopic_304845_165.htm

je relance le débat dans les formes et  
dans un sujet tout neuf.

Et pour avoir matière à discussion:

http://www.rtbf.be/vid...-2012?id=1603563&category=info

Voici un reportage (la partie consacrée aux antidépresseurs dure une grosse trentaine de minutes) et aux problèmes qui en découlent. :D

(J'espère que votre position géographique ne posera pas de problème pour le visionnage de la vidéo, si tel est le cas, faites le savoir pour que je me débrouille autrement!)
37 ans Bruxelles 7458
J'ai été déçue par le reportage. La question des antidépresseurs étant largement noyées sous les problèmes causés par les tranquillisants et benzodiazépines, le profane ne pouvait, selon moi, pas faire la part des choses.
Quand ils parlaient de se retrouver "comme un zombie" ou des problèmes de passage à l'acte (violence et cie), il ne s'agissait que des effets possibles d'une mauvaise utilisation des benzodiazépines. Bref, ils ont allègrement fait une bouillasse sur les psychotropes en général. Je m'attendais à plus de rigueur de leur part mais il est vrai qu'on aurait perdu le côté dramatique de la chose.

En ce qui concerne les antidépresseurs en eux-mêmes, ils n'ont soulevé que le problème de prescription abusive et d'éventuelle addiction. Problème bien réel mais nettement moins impressionnant si abordé seul.

Par contre, le reportage sur la rilatine m'a beaucoup plu! C'est également un sujet que je connaissais bien.
32 ans Mons (Belgique) 57
Il est claire que la propension à commettre des meurtres ou à se suicider doit être infinitésimale, mais tout dans le reportage n'est pas à jeter;

Le point t sur la psychologie et l'évolution du manuel des maladies mentales au cours des années grâce aux labos pharmaceutiques :D est assez édifiant de même cette habitude que l'on a de vouloir tout soigner par les médicaments :lol: .
37 ans Bruxelles 7458
Le DSM est principalement utilisé en psychiatrie. Et encore, pas par tout les psychiatres, heureusement! Il ne s'agit d'ailleurs pas d'un manuel de prescription mais d'une tentative de répertorier tous les troubles connus existants. La prescription passe en second plan (même si elle est bien là). Mais si on considère que notre conception de la pathologie et ses classifications sont purement culturelles (les troubles existent bels et bien, pour la plupart, mais sont expliqués et soignés d'une autre manière ailleurs dans le monde), il est évident qu'il faut pouvoir garder un esprit critique.

Le reproche principal fait au DSM par les professionnels de la santé psychique est qu'il oublie le patient et ses particularités en fournissant des schémas de diagnostics prémâchés. Un outil, oui. Une bible, certainement pas. Après, il est évident que les approches différent entre les Etats-Unis et l'Europe.
30 ans 300
Je ne peux pas voir le reportage, je réponds donc au titre du sujet :)

Je pense que d'un coté, les maux qui poussent les gens à devoir prendre ce genre de médicaments sont réels (je parle ici vraiment des MAUX). Donc depression, déprime etc.
Cependant, je pense quem aintenant, il est tellement plus facile de prendre une petite pilule que d'investir du temps pour faire une thérapie ... Les médecins aussi prescrivent plus vite et plus facilement les médicaments.

Je ne pense pas qu'ils sont injustifiés dans tous les cas, je pense qu'ils sont bénéfiques combinés avec une vraie thérapie ou si il y a un réel danger ou entrave dans la vie quotidienne.

Pour ce qui est de la ritaline (post plus haut), j'ai un avis assez catégorique: je suis complètement contre. Environ 90 % des enfants ne sont meme pas hyperactif, ou bien les médicaments sont utilisés à trop haute dose ou trop tôt. Pour les "vrais" hyperactifs (qui rappellons-le, est une maladie physiologique), il existe un bon nombre de méthodes pédagogiques pour limiter les conséquences qui sont très efficaces. Je trouve ca scandaleux de donner de la drogue à ses enfants parce qu'on est pas assez compétent pour les éduquer (je ne parle pas des familles qui ont déjà tout essayé et dont l'enfant en souffre vraiment!).
S
33 ans 10
L'overdose est un danger mais surtout le problème de l'accoutumance car comment vivre quand on est addicts a ce genre de produits?
B I U