MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

RA et budjet alimentation: quel degré de compatibilité?

29 ans 16
Je suis une "ancienne" boulimique qui essaye depuis quelques années de suivre une RA. Résultat j'ai globalement éliminer pas mal de crises (une large part de celles du à la  
restriction cognitive, à la surcompensation des crises précédentes d'où épuisement, à la peur de grossir ou de ne pas maigrir...).

Mais bon hier j'ai fait une crise ... parce qu'en voyant mon compte en banque je me suis dis qu'il fallait absolument que je réduise mes dépenses alimentaires. Immédiatement sentiment intense de frustration...

C'est pas que je mange de la nourriture de "luxe" mais c'est vrai que j'arrive pas trop à me restreindre...

Comment gérez vous ce problème? Comment peut on se persuader qu'on peut manger tout ce qu'on veut(selon ses sensations alimentaires bien sûr) si en fait financièrement c'est pas trop viable?
Vivez vous différemment le fait de faire attention financièrement à la nourriture du fait de ne pas succomber à vos envies parce que "de toutes façons vu mon poids j'ai pas besoin de manger et puis bon je ne vaux même pas cette nourriture au final"?

Je suis un peu perdue entre contraintes de la vie réelle et gros besoin de sentir que "la nourriture ne manquera pas" pour pouvoir manger en paix...
39 ans Angers 1761
Il y a une différence entre restriction financière (donc là, faut s'adapter à son porte monnaie, découvrir d'autres manières de manger, de faire ses courses) et restriction cognitive (cet aliment là, c'est mal)

Je ne sais pas comment tu consommes actuellement mais. Cuisiner soi même est plus économique et gratifiant que d'acheter du tout prêt. Investir dans des produits de bonne qualité qui seront plus satisfaisant gustativement parlant que des produits de moins bonne qualité (objectivement, un truc qui n'est pas satisfaisant à 100%, j'en consommerais plus pour "compenser" alors qu'un truc super bon, je pourrais me contenter de peu).

Pour moi la nourriture n'est vraiment pas un poste sur lequel on devrait rogner (toute mesure gardée hein !) Il y a trop de choses qui passent par la nourriture en dehors du fait de "se nourrir pour vivre". Beaucoup trop de plaisir, de (ré)confort, de convivialité, de satisfaction.

Bon, c'est décousu ce que je raconte mais c'est ce que m'inspire ton message.
35 ans 74
pour reconnaître que la nourriture ne manquera pas, tu peux faire la liste de tes placards...

tu verras, quand on commence on se dit qu'on a rien et que c'est finit en deux minutes, et puis la liste s'allonge s'allonge et on finit par trouver bizarre d'avoir autant de trucs stockés.

moi je l'ai fait, ça prenait deux pages entières figure toi... depuis je le fais avant d'aller faire les courses, comme ça je détermine ce que je peux faire à manger sans courses, et j'achète le reste...


même comme ça, je n'arrive pas à écouler... c'est te dire! on achète toujours trois fois trop...


ce que je veux te dire, c'est que je pense que c'est beaucoup plus pour toi une sensation que tu n'auras jamais assez dans tes placards, qu'une réalité, non?

si c'est ça ça s'apprend:
d'abord tu liste ce que tu souhaiterais manger la semaine (tous les repas, inclus petit dej)
ensuite tu regarde ce que tu as dans tes placards pour le faire
ensuite tu vois ce que cela va te coûter de courses (en gros, 2 euros par article)
ensuite, si tu dois réduire ton budget, tu regardes comment adapter ton menu en fonction du placard

la liste des menus de la semaine te servira à avoir la preuve que tu ne manqueras de rien même en achetant uniquement ce dont tu as besoin.

moi je fais ça : et bien, j'ai réduit de 30€ mon budget courses chaque semaine (et je n'éxagère pas)et nous ne nous privons de rien
47 ans 35 10308
Je pense que tu as raison Lisabeth sur le fait qu'on a souvent bien trop de choses dans ses placards. Mais quand même je voudrais juste réagir sur ça:
Lisabeth a écrit:
d'abord tu liste ce que tu souhaiterais manger la semaine (tous les repas, inclus petit dej)

Je dois dire que dans une démarche de RA personnellement c'est quelque chose que je n'arrive pas à faire. Savoir le lundi ce que je vais avoir envie de manger le vendredi, c'est impossible pour moi... Je prend toutes les semaines un colis de produits bio (légumes, laitages) que je compose moi-même, mais je dois le composer pour le lundi soir et je le récupère le jeudi soir, et ça m'arrive d'avoir des choses dedans dont je n'ai en fait plus envie 3 jours après. Je les mange quand même parce que, bon, quand même, mais je trouve que c'est un peu en contradiction avec la RA.

Je me retrouve souvent en fait à faire mes courses au jour le jour, et en effet pour le budget c'est un peu moyen. Du coup ben on en revient au fait que je stocke des produits un peu variés (ou des plats que je cuisine moi-même et que je met au congélo) pour essayer de faire face à des envies variées...

Et je suis aussi tout à fait d'accord avec le message de Celia, privilégier les plats qu'on fait soi-même et les produits de qualité (qui ne sont pas forcément toujours plus chers, mais ça dépend pas mal de là où on vit, quand même).

Bon, c'est un peu décousu aussi. ;) (et je ne suis pas sûre d'aider beaucoup).
46 ans à la maison ! 10072
Comma Angia, j'achète mes légumes et produits laitiers le jour du marché, ce qui fait que je ne sais pas forcément si j'en aurai envie le reste de la semaine. En même temps, ce sont de toute façon des produits de saison et les autres ne me font pas forcément envie.
Ce que je ne consomme pas, je le prépare et le congèle pour le reste de l'année : ça permet d'acheter des quantités quand les prix sont intéressants. J'essaye aussi de profiter quand il y a des promos vraiment intéressantes même sur des choses dont je n'ai pas envie tout de suite mais qui se conservent (chocolats et biscuits, par exemple).
On a oublié qu'il n'y a pas si longtemps, la nourriture représentait une très grosse part du budget.

De toute façon, tu as bien plus de valeur que n'importe quelle nourriture.
25680
Entre produits congelés et conserve bio j'arrive à avoir toujours des légumes à la maison.

Mon truc pour le budget, j'ai trouvé une coopérative qui vend des produits de meilleure qualité et moins cher qu'au supermarché :)
33 ans 1547
La question que tu me poses m'a bien travaillé aussi. Il y a quelques mois j'ai eu à sacrément revoir mon budget, du coup ça a été un peu la panique. Je me suis dit "il ne faut plus que tu ailles faire de courses", et ça n'a pas manqué, j'ai pas arrêté de manger pendant deux jours. L'angoisse!

Du coup, j'ai pris les choses autrement et j'ai changé ce que j'achetais en évitant le plus possible les aliments déjà faits. Je croyais ne pas en acheter car je ne prenais jamais de plats préparés, mais en fait, j'en achetais quand même (comme les crèmes au chocolat que j'adore ou la brioche) et j'ai cherché à les faire moi-même (car m'en priver ne risquait que d'accentuer mes compulsions).
J'ai redécouvert la cuisine depuis ce jour, à ma mesure car pas équipée et pas très habituée, mais c'est une sacrée révolution et c'est vrai que je mange différemment quand je pense à l'histoire des aliments que j'ai dans mon assiette.
La qualité des aliments du coup ne tient plus forcément à leur prix.

Je pense à différentes choses. Le soin porté à leur création, à leur préparation ensuite. La nourriture me paraît beaucoup moins "chère" quand je pense aux vies, au temps et aux énergies de différentes matières qu'il a fallu pour en venir à ça. Mais elle me paraît plus précieuse et mériter plus mon attention. Ça me fait du bien. Dans mon supermarché il y a un grand panneau avec les photos des producteurs locaux. A chaque fois je repars en regardant plus précisément un des portraits, parce que ça participe pour moi à la valeur de ce que je mange: d'où ça vient, qui y a participé.

Après, j'étais contrainte d'aller au moins cher mais la seule chose à laquelle je tenais c'était les fruits et légumes bio (au marché).
Mais un cake fait par mes soins, même avec des produits discount, comme j'y avais porté du soin pour le faire, me donnait plus de satisfaction à être mangé et me donnait envie d'y faire attention.

Je me souviens que pendant un moment je me suis demandée si la culpabilité de la restriction cognitive ne se déplaçait pas sur la restriction financière (culpabiliser de manger tel produit un peu plus cher par exemple).
Et puis j'étais un peu perdue par rapport à tout ce qu'on entend sur l'alimentation, le bio ou non, etc.
J'en ai parlé avec ma nutritionniste et ça s'est apaisé.

Et ces questions me font aussi penser à Epicure!

Ce qui m'a apaisé c'est de ne plus considérer le manque comme un interdit. Si je n'ai plus tel aliment que j'aime tant, ce n'est plus parce que je n'y ai pas droit et que jamais plus je ne le goûterai, c'est juste parce que je préfère attendre (d'avoir plus d'argent/d'avoir une occasion où j'en ai très envie/de le partager avec quelqu'un qui l'aime aussi) pour en profiter davantage.
Evidemment, je ne fonctionne pas pour tout ainsi et j'ai encore beaucoup de soucis dans la RA, mais ça a fait partie des idées rassurantes qui m'ont fait du bien. "J'ai le temps, je peux ne pas avoir ça, je peux aussi aller l'acheter si vraiment je le veux, est-ce que je le veux pour lui ou parce que j'ai peur de ne pas pouvoir "ne pas l'avoir" ? est-ce que j'en ai vraiment envie ?"
44 ans région parisienne 5831
Je pense que gérer son budget en même temps que la RA, c'est ce qu'on fait tous à plus ou moins grande échelle: je pense que peu de gens peuvent se payer le luxe de choisir au jour le jour les produits qui leur font le plus envie sur le moemnt (ils peuvent être trop chers, ou introuvables car hors saison, ou trop loins, ou pas assez de temps pour les faire). C'est quelque chose que nous devons toutes gérer (sauf les milliardaires, mais je ne sais pas si il y en a beaucoup sur ce forum :lol: ).

Perso, je n'ai pas de problème de budget, mais pour autant, honnétement, je pense que je mange la même chose que toi au jour le jour. Ce n'est pas forcément une question de moyens, mais aussi une question de temps (j'adore les frites que je fais moi-même, mais ça prend beaucoup de tems), et de disponibilité du produit (j'adore les fraises, mais hors saison, c'est dur de s'en procurer).

Pour moi, la RA, c'est pas forcément n'acheter au jour le jour QUE ce qu'on a envie de manger (ça, c'est être très riche ;) ), mais c'est se dépatouiller avec ce dont on a le plus envie parmi ce qui est disponible, et se dire qu'en cas d'une grosse envie, on se permettra d'acheter le fameux truc qui nous fait tant envie, meêm si c'est pas tout de suite.
41 ans 91 1472
Je suis un peu interrogative.
Le titre du post suppose que la RA coute cher... or je n'ai pas du tout cette impression là.
Les mois où ça va (peu de crises), je baisse drastiquement mon budget alim. ça passe du simple au double en fait.

je n'achète presque pas de plat cuisiné (sauf période de grosse déprime car dans ce cas, je ne cuisine plus. déjà que je ne cuisine pas beaucoup.

Je ne suis pas une bonne cuisinière, je ne retiens pas les recettes donc ce que je cuisine me déçoit donc c'est là que le bât blesse.
ce que je mange n'est pas très élaboré (salade composée jambon, pommes de terre... on fait vite le tour).

qu'est ce qui pourrait faire exploser le budget selon vous?
C
45 ans là 2187
yakari a écrit:
parce que "de toutes façons vu mon poids j'ai pas besoin de manger et puis bon je ne vaux même pas cette nourriture au final"?


C'est hyper violent ce que tu écris là, et bien triste !

Une personne obèse DOIT manger, tout simplement parce dans le gras qu'on porte tous les nutriments, toutes les vitamines, etc... ne sont pas présents, il y a des tas de nutriments importants que le corps ne stocke pas.

Et puis ce n'est pas parce que tu es obèse que tu n'as pas de valeur, c'est interdit de dire ça ! Tu es un être humain avant tout, un être vivant et sensible.

Ce me révolte et me terrifie que tu puisses penser des trucs comme ça sur toi.
B I U