MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Ressources audio/vidéo du GROS

32 ans 1541
Mauvaise nouvelle, les congrès du GROS ne sont plus accessibles gratuitement sur le site du GROS.
Celui sur La tentation des régimes de décembre 2015 est pourtant très intéressant (  
rel="nofollow" href="../go/forum/4314775a1" target="_blank" data-url="http%3A%2F%2Fwww.gros.org%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Flegacy_files%2Fattachments%2Fgros_2015_-_les_13es_rencontres_du_gros__la_tentation_des_regimes_jeudi_3_decembre__vendredi_4_et_samedi_5_decembre_2015.pdf">http://www.gros.org/si..._et_samedi_5_decembre_2015.pdf )
Je trouve dommage que leur diffusion soit limitée par paiement et contenu, même si au fond je le comprends bien.

Zermati indique notamment un changement de sa part dans le travail mené auprès des patients: il ne s'agit plus seulement de manger seulement quand on a faim et de s'arrêter quand on n'a plus faim; il s'agit de manger quand on a faim et quand on a envie de manger et surtout d'apprendre à se réconforter en mangeant pour ne pas créer un déséquilibre créant les compulsions. Il met beaucoup plus l'accent sur le réconfort alimentaire et sur le fait que s'arrêter de manger à satiété a de grosses limites car perçues pour beaucoup comme moyen de contrôle (avec donc le schéma contrôle/perte de contrôle interdépendant).

Mais il y a aussi d'autres interventions très intéressantes notamment sur les fonctions des régimes alimentaires.
43 ans région parisienne 5831
c'est dommage qu'ils arrêtent la gratuité, mais bon, comme tu dis, ça se comprends aussi.

Sinon, je croyais avoir entendu que Zermati avait pris sa retraite et qu'ils ne recevait plus de patients? :?:
88 ans 9582
c'est Apfeldorfer ;)
32 ans 1541
Je pensais que c'était Apfeldorfer, mais c'est peut être les deux en fait !
Je me suis peut être mal exprimée, mais je voulais dire qu'il exprimait que sa position dans la pratique de soin était modifiée dans son discours (ce qu'il souligne), c'est vrai que je n'ai pas été attentive s'il parlait de ses patients ou des patients en général, mais c'était clairement dans le contexte d'une démarche thérapeutique que sa parole s'inscrivait. Car même s'il arrête de consulter, il semble continuer certaines activités, comme sa participation au G.R.O.S. .
88 ans 9582
Z est bien plus jeune que A non ?
32 ans 1541
D'apparence j'en ai l'impression, mais bon, entre la relativité de l'apparence et le choix perso de la retraite en tant que thérapeute ayant probablement par ailleurs d'autres revenus pro, je n'exclue pas qu'il puisse y être aussi si mamykro l'a lu quelque part ?
88 ans 9582
tout à fait ! je pensais que c'était une confusion parce que Poupoule avait annoncé le départ en retraite de A, qui la suivait, mais ptêtre bien que Z aussi ! ceci dit 25 ans c'est une carrière courte pour un médecin...
32 ans 1541
Ah d'accord, ben je ne sais pas donc :D
J'en profite pour rajouter que j'ai découvert le concept du "fat talk" présenté par je ne sais plus quelle intervenante comme un moyen de s'identifier (et se rendre identifiable) au genre féminin. Il s'agit de parler négativement de son corps. Tout en ajoutant qu'il y a aussi ce type d'échanges chez les hommes, le concept semble être issue d'observations chez les jeunes femmes.
(Si ça intéresse j'ai trouvé un petit article en français là dessus: http://prof-il.org/fat...alk-un-phenomene-pas-si-banal/ )
J'ai retrouvé l’intervenante, c'est Sophie Cheval, auteur de Belle autrement, en finir avec la tyrannie de l'apparence. Si certains l'ont lu je suis preneuse d'avis. Ça pourrait m'intéresser après L'histoire de la laideur féminine ;)
88 ans 9582
pour évoluer dans un milieu 99,99 % masculin au boulot… ils n'arrêtent pas ! j'ose pas imaginer si je bossais avec des filles, si l'étude dit que c'est pire…
32 ans 1541
Les études, elles restent de toute façon relatives au milieu étudié... comme nos expériences personnelles. Pour les hommes ceux que j'entends le plus sur ce registre sont ceux que je côtoie dans le sport, et effectivement, la dimension musculature semble plus prononcée que chez les femmes que je côtoie dans le sport. Mais c'est extrêmement réduit comme observation.
Peut être que dans ton milieu pro la notion d'apparence ou d'aspect de puissance sont particulièrement investies ? Dans d'autres milieu ce sera peut être la dimension technique, ou intellectuelle, ou relationnelle, etc. Du coup le fat talk s'observera peut être moins ? Je ne sais pas.

En tout cas je n'avais pas forcément envisagé ce type de discours comme un "signe d'appartenance" à un groupe: celui de ceux qui veulent se maîtriser, celui de ceux qui acceptent de correspondre à la norme, voir celui de ceux du même genre. Etc. J'ai trouvé ça intéressant.
88 ans 9582
ben justement, c'est moins pire dans mon association de musculation (ou on a pourtant du champion de France, et un ancien finaliste Mister Univers) que dans mon boulot où les gars sont plus portés sur la dive bouteille et les gros restos.
Dans le sport ils ont toujours été bienveillants avec moi, quasiment seule fille et seule ronde. Jamais une allusion à mon poids ou à mon évolution, ils ne s'expriment que sur mes progrès (même si évidement certains progrès découlent du ration poids puissance comme les dips ou tractions)
32 ans 1541
Je crois que là il s'agit plus de parler sévèrement de son propre corps que de celui des autres. Mais j'imagine que ça peut se généraliser.
Après j'observe une sorte de bienveillance aussi de certains à mon égard, mais dont je me demande parfois si elle ne provient pas plus de leur a priori sur ce qu'une si-grosse peut faire ou non (ou dans d'autres cas : une femme / une jeune femme / une femme âgée / une femme maigre etc). Par exemple je reçois parfois beaucoup de sympathie, d'encouragements ou de compliments et je ne sais pas si c'est plus lié à ce que j'ai produit qu'à l'apparence de qui l'a produit voire à la performance attendue par l'autre de cette personne en fonction de son apparence.
Et je ne suis pas sûre que la bienveillance que l'on m'accorde soit la même pour les personnes à l'égard d'elles-mêmes. On peut féliciter quelqu'un et en profiter pour se blâmer soi-même par exemple.
43 ans région parisienne 5831
papille a écrit:
En tout cas je n'avais pas forcément envisagé ce type de discours comme un "signe d'appartenance" à un groupe: celui de ceux qui veulent se maîtriser, celui de ceux qui acceptent de correspondre à la norme, voir celui de

Oui, c'est intéressant. On a plus l'habitude de voir le "fat talk" comme une recherche détournée de compliments ou une attaque sournoise de ceux qui sont plus gros/moins musclés que la personne qui parle.

Sinon, pour Z qui partirait à la retraite, je ne suis pas du tout sûre de moi: il est tout à fait possible que j'ai commis une erreur et que j'ai confondu avec A, c'est pour cela que je posais la question d'ailleurs, c'était juste un vague souvenir imprécis dans ma tête. ;)
32 ans 1541
mamykro a écrit:
On a plus l'habitude de voir le "fat talk" comme une recherche détournée de compliments ou une attaque sournoise de ceux qui sont plus gros/moins musclés que la personne qui parle

Peut-être que c'est parce qu'on interprète plus cela par rapport à soi plutôt que du point de vue de l'autre et/ou de la culture dans laquelle on est. Je n'ose pas imaginer ce qu'on dirait de quelqu'un qui se complimente sérieusement sur son apparence si l'on n'est pas soi-même dans une démarche de valorisation de son image (que je différencie un peu de l'acceptation). Enfin c'est toute une autre histoire.
Mais surtout cela me questionne car si cela a fonction d'appartenance à un groupe, ça veut dire qu'on est passé de l'appropriation des injonctions à l'appui sur les effets des injonctions (à la beauté impossible à atteindre puisque qu'irréaliste): souffrir d'être simplement ce qu'on est ?
32 ans 1541
Journée grand public 2015 du GROS en ligne sur leur chaîne youtube: "Les régimes, le yoyo pondéral, comment en sortir ?"
https://youtu.be/BOyPziJPveU
B I U


Discussions liées