MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

On me propose une rupture conventionnelle...et j'ai peur.

33 ans 4879
Voilà, je viens vers vous pour avoir des conseils car je ne me sens vraiment pas à l'aise face au monde de l'emploi et aux requins qui le peuplent et  
qui je suis dans une situation délicate...

Pour situer. Je bosse actuellement et depuis 2 ans dans un gros groupe. C'est mon premier emploi dans ma branche d'études, avant je n'avais fait que des petits boulots (secteur bouché). Entre l'obtention de mon BTS et cet emploi se sont écoulés 5 ans, une dépression, des petits boulots qui je n'arrivais pas à garder. Puis un ami quitte ce poste, fait passer mon cv et là, miraculeusement, je suis embauchée.

Je manque cruellement de confiance en moi à cause d'un passif lourd (père pervers narcissique), et j'ai excessivement du mal à m'autonomiser, avoir confiance en mes compétences, m'imposer dans le monde du travail, je suis assez lente aussi car j'ai toujours peur de mal faire... Je travaille là dessus mais c'est difficile, et carrément handicapant pour garder un poste.

Bref, concernant le poste que j'occupe. Nous sommes 3, ma chef, une "collègue" et moi. Cette "collègue" m'a prise en grippe dès mon arrivée (jalousie, peur pour son job, blocage? je ne sais pas...). c'est quelqu'un de très manipulateur qui fait les yeux doux à notre chef (petits cadeaux, attentions, etc...). ma chef fonctionnant énormément à l'affectif elle agit en conséquence... Mais avec moi c'est constamment des mimiques désagréables quand je lui parle (yeux au ciel etc..), parfois des piques, elles prend systématiquement le contrepied de ce que je dis, se montre condescendante etc... Au dlà de ça elle fait un maximum de rétention d'informations.

Bref, j'en souffre, et comme je suis assez "fragile" j'en ai parlé plusieurs fois à ma chef qui, ayant une aversion totale pour le conflit, refuse catégoriquement d'intervenir. Au fur et à mesure ma collège a réussi à la monter contre moi, en lui disant que j'affabulais, qu'elle n'avait aucun souci avec moi etc, que j'étais parano. Bref, selon ma chef il y a un problème de relationnel entre nous, et comme elle ne va pas s'en prendre à ma collègue (plus agée qu'elle, adorable avec elle, ne se plaignant pas de la situation) ça me retombe toujours dessus...

Bon jusque là une situation pesante mais rien de dramatique. Là ou ça se corse c'est au niveau du travail. Depuis mon arrivée ma somme de travail a été multipliée facilement par 3. J'ai toujours fait des heures sup (non rémunérées bien sur) comme tout le monde dans ma boite. Mais avant de partir en vacances il ya un mois j'en suis arrivée à faire plus de 12h sur dans la même semaine, avec une moyenne à plus de 5 h sup par semaine depuis janvier.

Ca plus la mauvaise ambiance...je ne tenais plus le coup...deux gastro coup sur coup, deux angines, des conjonctivites, le dos bloqué...j'avais l'impression de passer ma vie à la pharmacie (je ne me suis arrêtée que 2 jours pour tout ça). En plus de ça je rentrais rarement avant 20h30/21h à la maison...bref j'étais épuisée, physiquement, moralement.

J'en ai donc parlé à ma chef, en lui expliquant que je n'arrivais plus à faire face...que j'essayais de tenir le coup mais que si ça continuait à ce rythme je ne savais plus quoi faire. Elle aussi débordée a paniqué, demandé un rdv chez le directeur...et c'est comme ça qu'à mon retour de vacances j'ai trouvé la DRH dans mon bureau...
Rien d'officiel dans tout cela, on m'a conseillée de m'interroger sur ma capacité à tenir le coup, en insinuant que je n'y arriverai pas, parlé de burn out etc...et on a fini par me parler rupture conventionnelle.

Ce n'était qu'une proposition mais je n'ai pas dit non, sur le coup j'étais bouleversée, j'ai admis en larmes que je ne m'en sortais plus etc... J'en ai discuté avec mon conjoint (effondré, on parlait d'acheter, de mettre en route un bb etc)... Et j'ai décidé de leur proposer de passer à mi temps, et de me concentrer sur une partie de mon poste. Ma chef m'a dit que c'était une bonne idée mais qu'elle ne décidait pas elle même, qu'elle devait en discuter avec le directeur. Mais certaines choses dans son attitude me font penser qu'en fait ça n'aboutira pas...

Bref, je ne sais pas quoi faire.

Accepter la rupture conventionnelle? (sachant que je vais énormément galérer à retrouver du travail, et qu'il parait que maintenant, avec une rupture conventionnelle on ne touche plus que 60% de son salaire au chomage).

Demander qu'ils me licencient? Pour toucher les 75% du chomage classiques, mais sachant que je vais là aussi galérer à retrouver du boulot.

On me conseille de me mettre en arrêt, pour les faire chier, sachant que rien d'officiel n'a été dit ou fait, et sachant qu'ils n'ont aucun scrupules à virer quelqu'un qui s'est donné à fond et n'a pas compté ses heures... Mais ça implique de me griller le jour ou je vais recommencer à chercher du travail, car un futur employeur les appellera forcément... Bon l'avantage c'est que je garderai ma paye, que je peux mettre un BB en route et que ma psychiatre me propose depuis qques temps de m'arrêter vu mon état...mais bon peur des conséquences...et ça ne durera pas éternellement :(

Bref je suis complètement paumée...
J'ai un cdi, un salaire pas mirobolant mais des avantages de grands groupes, on faisait des projets avec mon homme et je sais que je suis complètement démunie pour retrouver du travail, à cause du contexte mais aussi à cause de mon incapacité à me vendre, de mon secteur qui est bouché. J'ai fait une énorme dépression qui a duré 3 ans après mon BTS parce que je me rendais bien compte que je n'arrivais rien à trouver, et que quand je trouvais je n'arrivais pas à garder mon poste, je suis paniquée à l'idée que ça recommence...

bref, si vous avez des avis, des conseils, je suis preneuse, parce que là... Et si quelqu'un a vécu une rupture conventionnelle il y a peu, peut il me confirmer cette histoire de 60% de chomage car jene trouve d'infos nulle part (c'est une amie qui a vécu ça il ya deux mois qui m'a alertée là dessus).

Désolée pour le pavé et merci à ceux qui auront eu le courage de le lire...
36 ans 886
Oula ce n'est que pas une situation facile :(
Pour le mi-temps je pense que ça n'arrivera pas car ils préfèreront prendre qqn d'autre à temps complet que devoir retrouver un autre mi-temps pour compléter.
Quand tu leur as dit que la charge de travail est trop importante, ils n'ont pas parlé de solutions ? Embaucher, redistribuer les tâches ?
Je pense qu'à ta place je ferais tout pour garder mon poste mais si c'est intenable il ne faut pas te rendre malade non plus. Est-ce que vous ne pourriez pas rediscuter de tes activités avec ta chef pour prioriser et laisser tomber certaines choses, ou les déléguer à qqn d'autre ? Ta collègue désagréable elle fait autant d'heure que toi?
Je sens que je ne t'aide pas beaucoup mais vu le contexte que tu décris je crois que j'essaierais toutes les solutions avant la rupture conventionnelle. Je ne pense pas que l'arrêt maladie soit une bonne idée en tout cas. Sinon reprendre un peu de vacances ou de sans solde pour faire le point calmement.
33 ans 4879
Merci pour ta réponse.
Embaucher est clairement impossible en ce moment, d'autant que nous ne sommes pas un service "essentiel"...mais la boite va "mal" (comme les grands groupes peuvent aller "mal" si tu vois ce que je veux dire") donc embauche impossible.

Concernant ma collègue, elle fait ses heures point barre, elle est a 3/5 (statut travailleur handicapé...passons...) et elle a la cinquantaine, c'est la seule à ne pas être sous l'eau du service, et dès que j'évoque ça vis à vis de ma chef j'ai droit au fait qu'elle elle n'a plus à faire ses preuves après 30 ans dans la boite...et qu'elle n'a pas à la surcharger plus...voilà voilà. Sachant qu'elle doit faire certaines choses pour relayer ma chef, qui sont marquées dans sa fiche de poste, mais que ma chef préfère demander à une autre nana de la boite, pas dans notre service (ce qui commence à saouler les chefs de la dite nana d'ailleurs).
Bref, visiblement ma collègue pourrait bosser 5h/j 3 jours par semaine elle serait toujours "super, pleine d'initiatives (ah ben oui facile d'avoir des initiatives quand on a rien d'autre à faire) et très efficace dans son travail"...
Je pense qu'elle est protégée en fait. Donc non, impossible de rajouter du travail à cette dame, et impossible d'embaucher également.
36 ans 886
Et laisser tomber une partie de tes tâches quand tu n'as pas le temps de tout faire? D'ailleurs est-ce que la charge de travail va maintenant toujours rester comme ça ou ça pourrait aller mieux dans le futur?
37 ans Dans un petit village dans le Sud 2273
Bonjour!

Quel est ton métier si ce n'est pas indiscret?

Effectivement j'ai une amie qui a eu une rupture conventionnelle et qui ne touche pas la totalité du chômage.

Pour moi, ce que te fait vivre ta collègue, c'est purement et simplement du harcèlement moral. J'ai envie de te dire de ne pas baisser les bras car cela lui ferai trop plaisir mais je sais que ce genre de situation (pour l'avoir vécue) n'est pas aussi simple que cela. Des fois, tenir tête au harceleur n'est pas facile et le moral en prend encore un coup de plus.


As tu gardé des traces (email, sms, voire noté sur papier les réflexions qu'elle te fait de préférence en présence des autres?) Si tel est le cas, vu que ta chef ne bouge pas, je te conseillerai d'aller déposer plainte pour harcèlement. Cela peut faire bouger les choses.

Sinon, commence à chercher un peu autour de toi des possibilités de poste.

Se mettre en arrêt maladie n'est pas focément une bonne idée. Par contre, si toi et ton compagnon projetez un bébé, foncez! Certes, avoir un travail stable est important pour pouvoir assumer un enfant mais pas forcément nécessaire. Si nous avions attendu d'être tous les deux en poste stable avec chéri pour faire un enfant, ben on attendrai encore!
Pour bébé 1 j'étais en CDD et pour bébé 2 moi en CDI et chéri au chomage. Pourtant, on s'en sort très bien (certes, on a les aides de la caf qui nous soulangent un peu mais même sans la caf, on serai juste financièrement mais on y arriverai) On vient même d'acheter une maison!


(Puis un congé mater + congé parental, c'est mieux qu'un arrêt maladie et ça peut les embêter tout autant! :twisted: )

Comme dit Ali-a, je tenterai au maximum de garder mon poste et a temps plein.
Le jour où on t'en reparle tu dis que tu t'es reprise de ce léger mouvement de faiblesse et que tu continue comme avant.
ça peut destabiliser ta collègue en face, surtout si tu ignores ses piques et réflexions.

Courage! :)
47 ans à la maison ! 10072
Et si tu gardais ton temps plein et soit arrêtai les heures sup, soit te les faisais payer ?
40 ans Lille 4849
Je compatis mais je ne pourrais malheureusement pas t'aider, étant dans la situation inverse ou je n'ai rien à faire de mes journées.

J'ai l'impression que c'est le "truc" des grandes entreprises en ce moment, de dégraisser leurs effectifs en les écœurant de leur boulot, soit en les surchargeant, soit en les mettant au placard.

Je suis d'avis des autres commentaires, essaye de garder ton boulot en cherchant à côté avant de démissionner et si vous avez envie de fonder une famille, lancez vous dans bébé 1 ;-)

Ton entreprise a t'elle mis en place un programme de prévention des risques psycho sociaux ?
Si oui, n' hésite pas à y recourir, voire à solliciter la médecine du travail.

Bon courage en tout cas!!!
34 ans Orgrimmar 6511
Pareil que la majorité, garde ton boulot... Ne fais plus tes heures sup' sans qu'elles ne te soient payées. Et une petite plainte pour harcèlement moral, c'est bon aussi.
Au pire du pire, s'ils te virent pour ça (déjà, il leur faudra trouver une VRAIE raison, sinon prud'hommes), ça te fera pas plus mal qu'une rupture conventionnelle (parce que si ton futur employeur les appelle, dans les 2 cas de ce que je lis ils ne te feront pas de fleur, donc bon...).

Et mets bb1 en route! Comme dit plus haut, congé mater etc, ca te fera une belle pause, tu seras invirable pendant ce temps là, et, bon, l'aspect pro c'est bien mais l'aspect perso c'est bien aussi, dans une vie...

Courage :kiss:
61 ans ile de france 7912
dans ton cas , il ne faut pas accepter une rupture conventionnelle , tu perds les droits de reclassement , formation qui doivent être proposées par l'entreprise

le mieux pour toi , c est licenciement économique, c est plus compliqué pour eux

mais le mieux c est de ne rien accepter du tout , de faire tes heures et de continuer vos projets
33 ans 4879
Merci à toutes pour vos réponses...pour mon boulot je ne préfère pas trop en dire sur le secteur dans lequel je suis...je suis peut être parano mais bon, on ne sait jamais lol ^^...
Concernant ma collègue et la plainte... Le souci est qu'elle fait ça uniquement par allusions ou subtilement, quand ma chef n'est pas là, sans aucun témoin. Elle n'est pas bête, c'est fait tellement subtilement que ce serait très dur d'apporter des preuves concrètes...il n'y a jamais d'attaque à l'écrit par exemple. Elle s'est fait griller une ou deux fois par des collègues à moi, mais même si elles compatissent je doute qu'elles acceptent de témoigner pour quoi que ce soit...de toute façon je n'ai pas assez d'éléments, c'est vraiment fait de façon subtile.

Concernant le fait de faire mon boulot et d'arrêter les heures sup ou de demander à ce qu'elles soient payées... Alors ma boite ne paye jamais d'heures sup, à qui que ce soit, c'est juste inenvisageable, ils ne le feront pas pour moi.

Et clairement si j'arrête d'en faire je n'ai plus le temps de faire mon travail. Or j'ai des délais à impérativement respecter, c'est un boulot ou il y a des choses à rendre, impérativement et toutes les semaines et si ça n'est pas fait on peut facilement me virer pour ça.

Concernant la charge de travail, c'est ça qui a poussé ma chef à en parler aux RH, le directeur lui a dit que ça allait aller en s'accentuant... Ils s'appuient sur ça pour dire que je ne pourrai pas tenir éternellement et qu'il vaut mieux que je parte.

Et pour finir pour le BB oui, mais encore faut il qu'ils n'aient pas réussi à me virer avant...c'est pour ça que je pensais à l'arrêt maladie en fait...tant que je suis en AR ils ne peuvent pas me licencier je pense? Alors que si je continue à travailler ils vont me pousser à bout (ma chef l'a sous entendu en me disant qu'elle ne pourrait plus être "aussi gentille qu'avant"...) et vont chercher dans les coins et recoins tout ce qui sera possible pour me virer. Or il y a une chose de sure que tout le monde sait dans ma boite "quand ils ont décidé de te virer ils y arrivent"... voilà un peu la situation.
33 ans 4879
Et pour le licenciement économique, impossible je pense, mon poste est indispensable et ils devront me remplacer forcément, ce qui est incompatible avec un licenciement économique je crois?
33 ans 4879
Et Ketai j'avais lu ton post et hésité à y répondre, un peu dans le même sens que toi "je ne peux pas t'aider car je vis la situation inverse" lol. Je compatis, ce que tu vis à l'air pas évident du tout aussi. Et non aucun programme de prévention des risques sociaux...même si les burn out sont nombreux chez nous... tu penses que je devrai prendre rdv auprès de la médecine du travail toi?
40 ans Lille 4849
Nenufar a écrit:
Et Ketai j'avais lu ton post et hésité à y répondre, un peu dans le même sens que toi "je ne peux pas t'aider car je vis la situation inverse" lol. Je compatis, ce que tu vis à l'air pas évident du tout aussi. Et non aucun programme de prévention des risques sociaux...même si les burn out sont nombreux chez nous... tu penses que je devrai prendre rdv auprès de la médecine du travail toi?

merci :)
si tu dis que ta psy te parle régulièrement de t'arrêter, je pense que tu devrais rencontrer la médecine du travail pour évoquer ce que tu vis dans ton entreprise.
En tout cas je te souhaite vraiment beaucoup de courage, je sais que c'est dur à vivre au quotidien.
36 ans 886
Nenufar a écrit:

Concernant la charge de travail, c'est ça qui a poussé ma chef à en parler aux RH, le directeur lui a dit que ça allait aller en s'accentuant... Ils s'appuient sur ça pour dire que je ne pourrai pas tenir éternellement et qu'il vaut mieux que je parte.


Mais je ne comprends pas bien, ils s'imaginent qu'ils vont pouvoir embaucher quelqu'un d'autre à ta place qui va pouvoir gérer une charge de travail pire que celle que tu as actuellement sans jamais craquer? :-k
34 ans Orgrimmar 6511
A mon humble avis, dans ce cas mieux vaut "même" l'arrêt maladie que la rupture conventionnelle. Rien que, parce qu'ils ne sont pas sympa avec toi, alors pourquoi devrais tu l'être avec eux alors que tu as la loi pour toi, et aussi la "morale"?

Prends soin de toi.
B I U


Discussions liées