MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Et pour vous ?

134
(Dsl mais je ne savais pas ou mettre mon post )

Depuis petite et jusqu'à il y a quelques années j'étais plutôt curieuse de sensations. Mais en grandissant et surtout en  
"grossissant" j'ai remarqué que je perdais peu à peu mon assurance au niveau de mon équilibre et du vertige surtout.
Je n'ai absolument pas le vertige , de n'importe qu'elle hauteur je peux me pencher et regarder sans problème , mais des qu'il s'agit de grimper ou comme cette aprèm par exemple escalader des rochers en randonnée, sauter au dessus d'un ruisseau un peu large, la crainte du vide commence à me gêner sans dire paralyser non plus. J'ai moins confiance en mon corps.
Et c'est sûrement à cause de mon poids, je le sais...

Ressentez vous les mêmes sensations ??
C
45 ans là 2187
J'ai vécu les mêmes impressions mais pas à cause de mon poids, plutôt à cause d'entorses que j'ai pu me faire et de là la peur que j'avais de me blesser à nouveau ou bien tout simplement d'avoir mal.

Est-ce que tu penses avoir à la base des à-priori sur les personnes qui pèsent lourd ? Si oui, peut-être que ton appréhension vient de là. Peut-être es-tu devenu plus prudente dans tes expériences, peut-être que tu as moins usé de ton corps et que celui-ci, peu habitué, te fait ressentir une certaine appréhension.

Pour ma part, sans avoir significativement maigri, je me suis beaucoup renforcée physiquement et mes douleurs ont disparu, du coup j'ose plus de choses, j'ai moins peur de sauter, de descendre les escaliers rapidement sans me tenir à la rampe (habitudes que j'avais perdu de peur de mal tomber ou de ressentir de la douleur).
47 ans à la maison ! 10072
Chez moi, c'est le contraire. J4ai fait de l’accrobranche l'an dernier alors que j'en aurai été incapable il y a 20 ans (avec 20 kilos de moins). ça montre juste que tu as moins confiance en toi et en ton corps.
134
Je pense pas avoir d'à-priori , il y a quelques années même avec un peu de poids en plus je faisais énormément de choses, donc je pense que l'on peut tout faire du moment qu'on s'en sens capable. Et c'est vrai qu'en comparant mes activités par rapport à avant je me sens plus craintive, j'ai moins confiance en mon corps et j'ai cette impression de vertige que je n'avais pas.

Je pense que c'est sûrement le fait de moins l'usé comme dis cool40 , ça m'a "fragilisé".. Après je sais aussi que je me refuse des choses par rapport à mon poids et à ma capacité à faire l'activité, c'est bête mais je me sens capable de moins de choses du coup
33 ans 1547
De mon côté j'ai ressenti un peu la même chose que toi et c'était plus lié à l'évitement que j'avais développé du mouvement et des situations de déséquilibre.

C'est, comme Cool40, en me renforçant musculairement (notamment en pratiquant des petits jeux d'équilibre dont je suis friande), que j'ai retrouvé confiance en mon corps et que j'ai aussi mieux connu ses limites et différencié celles-ci des limites qui étaient plus "mentales". Je me sens bien plus solide qu'avant et pour avoir connu de forts sentiments de fébrilité physique, je trouve ça très soulageant.

Il y a un cheminement différent entre le temps que le corps mets à être familiarisé à un mouvement, un effort, et celui de la tête. Parfois, la tête veut aller trop vite, trop fort, parfois, le corps a un potentiel entravé par les peurs. En tout cas, c'est possible de retrouver une certaine sensibilité réciproque et un ajustement en faisant des expériences agréables mettant en jeu ton corps dans le mouvement. Ça ne se fera pas sans une expérimentation concrète et ajustée à tes sensations par contre à mon sens.

Ce n'est peut-être pas que dans la tête ou que lié à ton corps, c'est probablement un peu des deux et l'un et l'autre peuvent s'entretenir comme tu sembles le dire. Tu auras tout intérêt à tâtonner, expérimenter, jouer, et essayer de réunifier tes perceptions plutôt qu'à taire la fragilité que tu ressens dans ton corps en te disant que ce n'est qu'un manque de confiance ou inversement à toujours penser que c'est ton corps qui fait limite en négligeant ta façon de te percevoir dans ta globalité.

Cela dit... mes sensations étaient plutôt de l'ordre de l'impression que j'allais chuter, tomber d'un coup, me casser, en particulier au niveau des articulations, que ma jambe allait céder comme si j'étais sur des échasses instables et précaires. Ce n'était pas à l'idée de faire l'activité mais bien en la faisant. Après seulement cela créait une peur de la faire et une perte de confiance en ma capacité de la faire. J'avais des douleurs corporelles localisées (dos, pieds, par exemple) mais pas de sensations internes dans ma tête elle-même, du coup je n'aurais pas employé le terme de vertiges.

Seul un médecin peut exclure un problème d'oreille interne ou autre souci potentiellement neurologique qui peut être à l'origine de vertiges. C'est un signe à ne pas trop vite expliquer et négliger à mon goût.
B I U