MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Un compte-rendu

100 ans Sur une comète 1981
Alors, par où commencer ? En préambule, je dirai déjà que ceci fut mon choix personnel, et qu'il n'a rien d'universel. :)

Débutons par le fait : j'ai fait un bypass  
il y a un peu moins de trois mois.
A la base, il y a encore quelques années, je me disais que je ne voulais pas en faire. Deux choses ont changé cette idée. D'abord, j'ai commencé à faire du diabète, ce qui j'avoue m'a profondément déprimé (je n'ai que 35 ans). Le second point est terriblement personnel, alors je dirai juste que je dois subir une certaine intervention qui est bien trop risquée avec mon poids.
J'ai donc fini par envisager le bypass. J'entrais dans de très nombreux critères, entre mon IMC ultra élevé et mes problèmes de santé. Ce ne fut pas rapide, j'ai eu plein d'examens préliminaires, on m'a même hospitalisé une semaine auparavant.
L'opération en elle-même fut assez classique de ce genre d'intervention, je n'entrerai pas en détail dedans.
Maintenant la suite. Le but premier du bypass agit. Vite, très vite, au point que je ne le vois pas vraiment. Je suis par contre très agacé par les gens qui me félicitent. Pourquoi me féliciter ? Je suis la même personne qu'avant, et ça me donne l'impression désagréable que gros = mal, donc mincir = bien. Et non, je n'en pense rien. A l'opposé, je suis très agacé aussi par ceux pour qui l'opération serait une solution de facilité et pour qui je n'avais qu'à faire un régime. Outre le fait que si je suis arrivé à ce poids, c'est justement à cause des régimes, pour trouver une opération chirurgicale quelque chose de facile, hum...
Concrètement, c'est loin d'être du rêve. La diarrhée est devenue ma nouvelle copine, et je ne parle pas d'autres troubles gastriques. J'ai pléthore de suppléments vitaminiques à avaler. Ma peau est passée de sèche à ultra sèche. Si je m'attendais à ne plus pouvoir manger de produits gras (oui oui, ça inclue l'avocat), je ne m'attendais pas à ne quasi plus pouvoir manger de crudités. :( Mais je ne me plains pas, car j'ai choisi après avoir très longtemps hésité. Je suis aussi très satisfait d'avoir fait une RA avant, ça change la vie et rend l'opération bien plus facile à vivre (même si je n'avais aucune idée que je me ferai opérer quand j'ai débuté ma RA).

Voilà en résumé gris.
45 ans Paris 9866
Merci pour ce récit et bon courage à toi avec ces difficultés nouvelles ;)
551
Non ce n'est pas quelque chose de facile de décider de se faire opérer
Non ce n'est pas une solution de facilité.
Ca reste un combat de toute une vie et les consequences de l'operation ne sont pas toutes geniales
C'est sur on choisi de le faire du moins on a le choix de le faire ou pas même si bien souvent on y est poussé par les soucis de santé mais voilà une opération ca n'est pas anodin.
Chacun à son propre parcours, sa propre histoire. On ne devient pas gros par hasard ou parce qu'on a aucune volonté comme se plaisent à croire certains.
Tu as été opérée et tu en decouvres les bons et les mauvais cotés et il va falloir faire avec les deux malheureusement.
Le By pass n'est pas une baguette magique on nous le répète souvent.
Continue le combat . Tu l'as fais pour une vie meilleure et tu vas l'obtenir .
Ne baisse pas les bras .
100 ans Sur une comète 1981
Je suis très loin de baisser les bras, c'est juste certaines remarques qui peuvent parfois m'agacer (et dans les deux sens ^^). Merci en tout cas. :)
100 ans Sur une comète 1981
Juste une question. Qui d'autre a vu sa nature de cheveux changer ? J'avais les cheveux gras, ils sont devenus limite secs... Ma peau qui était déjà sèche est devenue le grand désert aussi, mais vu que je suis passé de sec à ultra sec, ça m'a moins choqué ^^;).
551
Perso les cheveux je suis pas un bon exemple

Mais niveau peau c'est clair que ca devient pire que le désert.

Hydratation obligatoire
100 ans Sur une comète 1981
Oui la peau, je dois hydrater tous les jours, chose à laquelle je n'étais pas vraiment habitué. >.<
100 ans Sur une comète 1981
Ah, je suis à mon premier pallier, et je suis franchement toujours obèse. ^^; Maintenant 3 semaines, ni poids, ni mensurations. Le chirurgien m'a dit que c'était normal et qu'il fallait que j'attende. J'avoue que ça m'afflige plus que je ne l'aurais cru. Mais positivons, j'ai retrouvé une endurance réelle que j'avais perdue, et je n'ai plus (pour le moment ?) de médicaments contre le diabète à avaler. Ce qui vu mon IMC actuel de 39 n'est pas si mal. :)
35 ans Paradise 559
Comme toi je vais bientôt faire un petit compte rendu, ça faisait super longtemps que je n'étais pas venue ici !

Il y aura bientôt un an que je suis opérée du bypass oméga. Sans parler de kilos j'ai perdu presque la moitié de mon poids total de départ, je suis maintenant à un IMC en surpoids à 26, alors que je partais à la base avec un IMC proche de 48.

Je ne sais pas si j'ai eu de la chance, un bon chirurgien, une bonne composition physique, ou si c'est du à la pratique du bypass en oméga en elle même, mais je vis assez bien mon bypass, et ça depuis le départ.
Il y a eu beaucoup de changements dans ma vie c'est sur, mais pas tellement de négatif. Il faut dire que je me suis pas mal préparée avant et ça joue énormément.
Je mange de tout, pas de crudités non plus mais ça ne me dérange pas vu que je déteste ça (Et ça m'arrange, maintenant je peux prendre prétexte du bypass pr dire aux gens que je n'en mange pas lol).

La diarrhée aussi est devenue mon amie, mais bon, à corpulence obèse c t la même chose, je connaissais déjà les dumpings et autres désagréments bien avant l'opération à cause du diabète, mon foie saturait tellement du gras, la vésicule, que je souffrais limite bien plus qu'aujourd'hui.
Une fois qu'on comprend ce qu'on peut manger ou pas... Il y a des choses que je dois absolument manger chez moi !

Moi mon problème majeur c'est l'eau, car je ne peux pas en boire seul sans avoir des coliques. Mais j'ai tjrs bu en mangeant finalement, pas des tonnes mais ça fonctionne plutot bien. Ou alors je bois de l'ice tea zéro.

Je continue à manger sucré et gras sans pour autant être malade (C un peu la loterie), je ne me sens pas privée de tout, même coté quantité, j'ai appris à manger tranquille donc je ne regarde même plus ce qui est ou ce qui n'est plus dans l'assiette.

Et puis il y a les gazs... Plus glamour tu meurs, c'est un réel inconvénient ça par contre !!!

Pr les cheveux chez moi ça a été une catastrophe et là ça commence à revenir. Je commence tt doucement à stabiliser.
Zéro carences et pas trop de compléments, juste vitamines le matin et oméprazole le soir.

Voilà voilà.
3 moi c'est encore tout frais. Moi il m'a fallu du temps pour arréter de vivre bypass. Là maintenant je vais bientot tourner la page, si mon bypass se termine ça va me faire bizarre, la fin d'une époque !
100 ans Sur une comète 1981
Ça fait 5 mois pour moi maintenant. ;)

Moi les crudités, j'aime ça, donc je suis un peu triste de ne plus trop pouvoir en manger. Par contre l'alcool, ça m'arrange bien, j'ai toujours trouvé ça infâme, et j'ai maintenant enfin une raison physique de refuser. :lol:

Les dumpings, j'en fais si je mange trop gras. Le sucre, je ne sais pas, je n'en mange pas beaucoup de base (diabète oblige), mais j'ai mangé une fois de la glace, et ça a très bien passé, donc je suppose que ça ne fait rien sur ça.

Les problèmes de transit, je connais bien ça, mais j'alterne diarrhées et méga-constipations, ces dernières étant pires puisque ça fait mal dès que je bois ou mange un truc. (Oui le bypass a des effets très... glamour ^^).

En tout cas, merci de ton témoignage. :)
100 ans Sur une comète 1981
Il y a un truc que je constate, c'est que maigrir me met de sale humeur. Mais vraiment. J'adorerais être heureux et tout mais... ce n'est pas le cas. Je ne suis pas triste non plus, hein, juste agacé, irrité facilement, et devant contrôler des phrases très désagréables que j'ai envie de dire.
Or je ne suis pas vraiment comme ça à la base, je suis plutôt facile à vivre et joyeux. Donc mon humeur exécrable m'agace et mon humeur empire donc, histoire de faire en plus un cercle vicieux.
Je ne sais pas pourquoi maigrir me met de mauvaise humeur comme ça en plus, je n'ai aucune raison de l'être. >.<
551
La fatigue que ca engendre tape sur le moral et l'humeur.

Le fait aussi de ne pas avoir le controle encore une fois c'est frustrant.

Sans compter le regard et les commentaires des autres qui finissent souvent par agacer.

On a des tas de raisons d'etre de mauvais poil ^^

C'est aussi peut être un peu de déprime qui fait qu'on s'enerve pour rien.

On peut pas etre fort tout le temps
100 ans Sur une comète 1981
Je vais poursuivre avec deux points : ce que la chirurgie a fait et les réactions de mon chirurgien et de la diététicienne.

Concrètement, j'ai beaucoup perdu. Je suis là à un IMC de 36. Pour info avant opération, j'étais à 50. J'ai retrouvé mon endurance et ma glyquée s'est assez stabilisée pour qu'on me supprime tous mes médicaments contre le diabète. Personnellement, je suis très satisfait de ma condition actuelle. Certes, je suis toujours rond (je m'habille en 46 voire 48 taille femme), mais franchement, ça me va.
Et c'est là que j'hallucine face à la réaction de mon chirurgien et de la diététicienne. J'ai l'impression qu'ils ne regardent que mon IMC sans me regarder moi. Et m'expliquent que franchement je suis toujours obèse, qu'il faudrait que je fasse au moins 3/4 d'heure de sport par jour, que je continue à m'alimenter comme quand je sortais juste de l'opération et ne pouvais plus avaler que des rations pour bébé, et me disent d'essayer de passer à un IMC d'au moins 30. Mais voilà, cet IMC, je l'ai fait. J'avais 18 ans et je m'habillais en 40. Ben oui, j'ai toujours pesé lourd, même quand j'étais mince (pour ça d'ailleurs que j'ai commencé des régimes...) C'est complètement déraisonnable de croire sérieusement que je puisse un jour retourner à ce poids (je ne parle même pas de moins, je ne l'ai jamais fait adulte), après des années et du yoyo intensif. Je trouve aussi fou que la diététicienne m'ait dit de me forcer à manger quand je n'ai pas faim et que selon son planning je devrais manger, alors que j'ai suivi une RA où j'ai appris à ne manger qu'à ma faim. Je ne comprends pas comment aucun ne se souvient que je m'habillais en 58 et qu'on ne peut donc vraiment pas dire que l'opération soit un échec. Bref, j'ai l'impression d'être réduit à mon IMC, sans tenir compte de... moi.
Bon bien sûr, il y a toujours l'éternel problème que la diététicienne ne comprend rien au végétarisme (sérieux quand on classe en féculent uniquement céréales et légumineuses et qu'on me conseille de carburer aux yaourts nuit et jour, hein ^^;).

Donc voilà, personnellement, je suis satisfait du résultat mais en face, j'entends un discours bien différent. :(
45 ans Paris 9866
RythmIsADancer a écrit:
Je vais poursuivre avec deux points : ce que la chirurgie a fait et les réactions de mon chirurgien et de la diététicienne.

Concrètement, j'ai beaucoup perdu. Je suis là à un IMC de 36. Pour info avant opération, j'étais à 50. J'ai retrouvé mon endurance et ma glyquée s'est assez stabilisée pour qu'on me supprime tous mes médicaments contre le diabète. Personnellement, je suis très satisfait de ma condition actuelle. Certes, je suis toujours rond (je m'habille en 46 voire 48 taille femme), mais franchement, ça me va.
Et c'est là que j'hallucine face à la réaction de mon chirurgien et de la diététicienne. J'ai l'impression qu'ils ne regardent que mon IMC sans me regarder moi. Et m'expliquent que franchement je suis toujours obèse, qu'il faudrait que je fasse au moins 3/4 d'heure de sport par jour, que je continue à m'alimenter comme quand je sortais juste de l'opération et ne pouvais plus avaler que des rations pour bébé, et me disent d'essayer de passer à un IMC d'au moins 30. Mais voilà, cet IMC, je l'ai fait. J'avais 18 ans et je m'habillais en 40. Ben oui, j'ai toujours pesé lourd, même quand j'étais mince (pour ça d'ailleurs que j'ai commencé des régimes...) C'est complètement déraisonnable de croire sérieusement que je puisse un jour retourner à ce poids (je ne parle même pas de moins, je ne l'ai jamais fait adulte), après des années et du yoyo intensif. Je trouve aussi fou que la diététicienne m'ait dit de me forcer à manger quand je n'ai pas faim et que selon son planning je devrais manger, alors que j'ai suivi une RA où j'ai appris à ne manger qu'à ma faim. Je ne comprends pas comment aucun ne se souvient que je m'habillais en 58 et qu'on ne peut donc vraiment pas dire que l'opération soit un échec. Bref, j'ai l'impression d'être réduit à mon IMC, sans tenir compte de... moi.
Bon bien sûr, il y a toujours l'éternel problème que la diététicienne ne comprend rien au végétarisme (sérieux quand on classe en féculent uniquement céréales et légumineuses et qu'on me conseille de carburer aux yaourts nuit et jour, hein ^^;).

Donc voilà, personnellement, je suis satisfait du résultat mais en face, j'entends un discours bien différent. :(


Pour ma part, une sleeve et un chemin plus court (passée "seulement" d'un imc 39 à 34)... mais je reconnais beaucoup le discours du corps médical!
Si tu ne passes pas sous la barre des 30, c'est un échec (partiel mais quand même). C'est d'une stupidité sans nom. Ils ne veulent pas comprendre que le corps choisit lui-même son point de confort, pas la volonté, et ce point peut être plus élevé que lorsqu'on avait encore 18 ans et pas trop tâté du régime!

TIENS BON! Seule l'écoute de l'appétit a un sens! et elle préserve complètement de la reprise de poids. En tout cas c'est mon expérience ;)
100 ans Sur une comète 1981
Merci pour ta réponse. :)
Oui, je m'accroche à ce que m'a appris ma RA et me fie à mon appétit, ça m'avait enfin permis de sortir de mes TCA, ça serait bête d'y retourner. :evil: J'avoue avoir fait un mouvement de recul quand la diététicienne s'est mise à me parler calories, bon sang j'ai passé plus de dix ans de ma vie à les calculer (au point où je sais dire encore facilement combien de calories environ contient chaque chose :roll: ), et le moins qu'on puisse dire, c'est que ça ne m'a pas réussi. >.< Mais en effet, j'ai eu beau l'expliquer, je n'ai eu qu'une incompréhension totale en face, suivi d'un "alors il faut manger tant de grammes de féculents !" Bref, flop total. Donc je crois que j'abandonne l'idée de leur expliquer et vais continuer à être personnellement satisfait du résultat, tant pis si ça ne leur convient pas. Mais c'est triste de ne pas réaliser les changements pour un personnel médical. :( Seul mon endocrino s'en est aperçu un peu, probablement à cause du changement dans la glyquée et la tension. Mais si je n'avais pas eu de diabète (qui est très génétique dans ma famille...), je ne sais même pas si lui aussi s'en serait rendu compte.
En tout cas ton témoignage me rassure. :)
B I U