MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

colere et culpabilite quand tout se melange...

D
36 ans yvelines 415
Ca y est des membres de ma famille se relance dans la spirale des regimes ( bon peut etre le moins stupide de tous puisqu'il s'agit de WW), mais maintenant  
avec le recule que j'ai grace a vive les rondes ca ne peut que me mettre en colere.

Deja parce qu'elles en sont deja a leur eniemes regimes et que a chaque fois elles ont repris et non toujours pas compris que leur corps leur fera payer leur privations.
Mais aussi parce que d'un certain cote ca me renvois a l'image que j'ai de moi. Je commence tout juste a m'assumer a peut pret bien et je sais que d'ici peu je verais ma cousine et ma tante se pointer plus mince ( parce que forcement elles perdent tres vite) et me demander ou j'en suis. Alors que moi tout ce que je veux c'est reussir a controler mon alimentation. Reussir a avoir la sensation de faim et controler mes pulsions. Maigrir n'est plus pour moi une priorite bien au contraire par contre me maintenir ou j'en suis en est une.
En fait j'ai des sentiments qui sont assez paradoxaux car d'un certain cote je me dis que je m'en fou mais d'un autre savoir qu'elles vont devenir de plus en plus mince me declenche une grde culpabilite car moi je ne maigris pas!
( je ne pense pas avoir ete tres clair alors excuser moi mais l'heure commence a etre avancee)

enfin bref voila, jvoulais juste dire que j'etais pas contente! :evil:
kame a écrit:
Ca y est des membres de ma famille se relance dans la spirale des regimes ( bon peut etre le moins stupide de tous puisqu'il s'agit de WW), mais maintenant avec le recule que j'ai grace a vive les rondes ca ne peut que me mettre en colere.

Deja parce qu'elles en sont deja a leur eniemes regimes et que a chaque fois elles ont repris et non toujours pas compris que leur corps leur fera payer leur privations.
Mais aussi parce que d'un certain cote ca me renvois a l'image que j'ai de moi. Je commence tout juste a m'assumer a peut pret bien et je sais que d'ici peu je verais ma cousine et ma tante se pointer plus mince ( parce que forcement elles perdent tres vite) et me demander ou j'en suis. Alors que moi tout ce que je veux c'est reussir a controler mon alimentation. Reussir a avoir la sensation de faim et controler mes pulsions. Maigrir n'est plus pour moi une priorite bien au contraire par contre me maintenir ou j'en suis en est une.
En fait j'ai des sentiments qui sont assez paradoxaux car d'un certain cote je me dis que je m'en fou mais d'un autre savoir qu'elles vont devenir de plus en plus mince me declenche une grde culpabilite car moi je ne maigris pas!
( je ne pense pas avoir ete tres clair alors excuser moi mais l'heure commence a etre avancee)

enfin bref voila, jvoulais juste dire que j'etais pas contente! :evil:


WW, moins bête de tous ? En tout cas pas le moins lucratif pour l'entreprise... Une collègue le fait et je me fous de sa tronche autant que je le peux, tant elle est prétentieuse... "Mais si, ça marche". "Ca va te servir à quoi ? Perdre un os ?!". Elle fait 40 kgs à tout casser.

Je vois ton sentiment. J'ai longtemps eu ça à l'envers : je veux maigrir, je veux maigrir, je veux maigrir mais je ne veux surtout pas passer mon temps à me priver ... Et puis, si je maigris, que vont penser les autres ? Que je ne m'assumais pas en tant que ronde ? Et ils viendront me voir en me disant "tu es mieux maintenant"... Je devrai les envoyer bouler en leur disant qu'ils n'avaient qu'à me dire ce qu'ils pensaient quand j'étais ronde... A l'école on va se foutre de moi... Allez, là, j'ai aucune attache, je commence. Oui mais si je maigris, ma mère va rester ronde, elle. C'est une trahison à son image... Et si je maigris, je devrai faire face à d'autres responsabilités. On croira que je suis en forme alors que je ne l'ai jamais été, même "mince". Et si je maigris, ça voudra dire que j'ai fait un régime donc qu'effectivement, le poids était du à la nourriture et pas à mes antécédents familiaux ni à un truc incompréhensible qui me frappe... Pourtant, c'est vrai que ce n'est pas du à la bouffe car si je maigris, c'est uniquement en baissant le niveau de nourriture au minimum. Si je maigris, je vais risquer ma vie .. J'aurai des problèmes de santé.
Si je maigris, je ne ferai pas honneur à ma condition de ronde que j'aurais pu assumer...

Etc. etc. Tout ça me fout en colère et dans des paradoxes à la noix. Je ne sais jamais quoi faire.
J'imagine que toi non plus.
Tout ce que je te conseille, c'est de faire un bon travail sur toi même.
Je ne vois pas pourquoi parce qu'on fait ça dans ta famille, pourquoi tu devrais suivre. Et qu'est-ce qui t'impose la compagnie de ces femmes? Si elles te lourdent, tu as toujours la possibilité si pas de ne pas les voir, de les voir moins.
Et qui te pousse à accepter leurs remarques ? Pourquoi devrais-tu ? En quoi sont-elles meilleures, plus intelligentes, plus belles, plus réfléchies que toi ? Qu'apportent-elles au monde de plus que toi ? Et quand bien même ? Ne sont-elles pas humaines ? Elles doivent vivre dans le respect des autres et de leurs différences, si non, elles ne sont pas dignes ...

Nombre de filles sur ce forum disent souvent que réagir face aux critiques des autres ne mène à rien. Moi je crois que ça clarifie les choses. On n'est pas obligé de le faire violemment mais en étant en accord avec soi dans la méthode la meilleure qu'on ait trouvée.
Quand mon grand père m'a fait chier au sujet de mon poids, je lui ai fait remarquer.
Tu crois qu'il m'aimait moins après pour ça ? Si c'est une question d'amour, je crois que quand les gens t'aiment réellement, de un, ils savent ce qui te blesse. De deux, si tu leur fais remarquer qu'ils agissent mal avec toi et que tu n'as même plus envie de leur causer, s'ils t'apprécient vraiment, ils s'excusent et arrêtent le comportement en question.

Mais sans rien dire, comment veux-tu que ça marche ? Pourquoi ne pas leur expliquer TA façon de voir les choses, que maigrir n'est pas pour toi une priorité? Qu'il y a autre chose à faire dans sa vie que de ne penser qu'à son nombril et à celui des autres... Ce n'est pas vrai peut être ? Bien sûr que si. Personne ne s'aurait s'opposer à ça. Il s'agit d'un choix personnel. Si elles s'y opposent, tu n'auras perdu que des vipères égocentriques dans ton entourage, ce qui n'est pas une perte.
D
36 ans yvelines 415
Merci bcp Infernaleeee ce que tu m'as ecris. Ca ma permis de reflechir un peu sur ce qui se passe autour de moi . Et en soit de ne pas dramatiser non plus.

Je vais voir comment cela evolue avec le temps et ce qui va se passer pour elles et pour moi. Je prendrais des mesures en temps voulu. Tout en gardant a l'esprit que je suis tel que je suis et que je dois continuer a m'assumer.

Merci de m'avoir fais relativisé.
40 ans Liège, Belgique 427
[quote="Infernaleeee]Si c'est une question d'amour, je crois que quand les gens t'aiment réellement, de un, ils savent ce qui te blesse. De deux, si tu leur fais remarquer qu'ils agissent mal avec toi et que tu n'as même plus envie de leur causer, s'ils t'apprécient vraiment, ils s'excusent et arrêtent le comportement en question.

Si elles s'y opposent, tu n'auras perdu que des vipères égocentriques dans ton entourage, ce qui n'est pas une perte.

Je te conseille quand même de bien réfléchir avant de décider de leur faire part de tes sentiments.J'étais exactement dans la même situation que toi avec mes tantes et mes cousines (toutes des filles canons)qui chaque été faisaient des régimes et par la même occasion me lançaient que je ferais bien de faire de même. Un jour je leur ai dit que ca commencait à m'énnerver et j'ai tenté de percé l'abcès.
Pour avoir été percé il l'a été en profondeur: on m'a clairement dit que j'étais la honte de la famille, que j'étais la "tache", "la seule mocheté" de la famille et en plus complètement conne de ne pas maigrir.Ca a dégénéré en dispute, forcément j'allais pas me laisser traiter de tous les noms non plus, les répliques étaient bien plus violentes que le "dialogue" que j'espérais avoir avec elles.
Résultat: je me suis débarassée des vipères, oui... mais je suis toute seule. J'ai perdu toute ma famille. Mes parents y compris.
Pour me rassurer je me dis que oui, je suis tranquille de ne plus avoir a subir ça... mais si j'avais tout simplement fermé ma bouche et laisser les critiques me passer au dessus de la tête, j'aurais toujours une famille, même imparfaite, autour de moi... Ais-je fait le bon choix?
41 ans 2883
N'oublie pas une chose: l'important n'est pas de perdre du poids, l'important, c'est d'être heureuse et en paix avec toi-même. Le corps, c'est un "outil", non pas un but.

Si elles, ça les amuse de perdre leur temps, ben écoute, tant mieux, mais toi, ne perd pas ton objectif final de vue. Tu ne fais pas "rien" pour ton corps, tu travailles activement dessus, et ce n'est pas parce que ce n'est pas aussi visible que leur perte de poids, ou que tu ne souffres pas, que c'est moins important ou négligeable.
Il faut que tu vois ton travail sur le long terme, et que tu ne minimises pas tes efforts et les résultats potentiels!
38 ans 22/29 2570
Ma mère me dit à chaque fois que je retourne chez mes parents en Bretagne : "Pense à faire un petit régime".
Au début, je me vexais, l'envoyais bouler. Maintenant, je lui explique qu'à mon stade, le plus important est de contrôler mon poids. Je lui ai parlé de la RA, je lui ai dis qu'un régime ne sera pas bon pour moi, etc.
Et ça marche, elle me bassine moins, me fait moins de reflexion et surtout, elle me pompe moins avec les régimes et ne me gonfle plus quand je mets du beurre salé sur mon pain. :lol:
Prends le temps d'expliquer à ta famille ce que toi tu veux.
Si ça ne marche pas, laisse tomber car les gens ont toujours l'idée qu'il suffit de faire un régime pour perdre du poids. :roll:
Hinata a écrit:

Je te conseille quand même de bien réfléchir avant de décider de leur faire part de tes sentiments.J'étais exactement dans la même situation que toi avec mes tantes et mes cousines (toutes des filles canons)qui chaque été faisaient des régimes et par la même occasion me lançaient que je ferais bien de faire de même. Un jour je leur ai dit que ca commencait à m'énnerver et j'ai tenté de percé l'abcès.
Pour avoir été percé il l'a été en profondeur: on m'a clairement dit que j'étais la honte de la famille, que j'étais la "tache", "la seule mocheté" de la famille et en plus complètement conne de ne pas maigrir.Ca a dégénéré en dispute, forcément j'allais pas me laisser traiter de tous les noms non plus, les répliques étaient bien plus violentes que le "dialogue" que j'espérais avoir avec elles.
Résultat: je me suis débarassée des vipères, oui... mais je suis toute seule. J'ai perdu toute ma famille. Mes parents y compris.
Pour me rassurer je me dis que oui, je suis tranquille de ne plus avoir a subir ça... mais si j'avais tout simplement fermé ma bouche et laisser les critiques me passer au dessus de la tête, j'aurais toujours une famille, même imparfaite, autour de moi... Ais-je fait le bon choix?


Je serais tentée de te dire oui tout en n'ayant pas envie de t'imposer ma vision. Je crois que parfois, les familles sont toxiques. La famille de mon mari par exemple. Sa mère l'insulte, le harcèle, veut le modeler à sa façon de voir la vie.
Où est la place pour sa personnalité ? Et où est la tienne dans cette construction familiale ? Et puis, toute cette culpabilité, n'est-elle pas difficile à porter ? Avant tu culpabilisais car on ne t'aimait pas ronde, maintenant, tu culpabilises d'avoir dit ce que tu pensais. Où est ton choix, ton espace à toi ?
Tu n'en as aucun car tout simplement, on désire t'imposer un mode de pensée. C'est comme ces parents qui rêvent de leur enfant imaginaire et étouffent complètement l'enfant qu'ils ont.
Ma mère aurait voulu faire de moi une cruche finie, une innocente, une fille douce et gentille, une fille qui suivrait de longues études et fonderait une famille.
Conclusion, elle a eu une fille de caractère, méfiante, pas douce ni gentille, respectueuse, tout au plus. J'ai suivi des études supérieures et j'ai trouvé un job bien payé. On n'a pas toujours été d'accord sur les méthodes mais je ne vois pas ce qu'elle pourrait me reprocher. J'ai trouvé un mari très chouette, j'ai eu vingt petits amis avec elle, je ne lui ai jamais menti et elle m'a toujours critiquée là dessus.
Et alors ? Aujourd'hui, je vis tout aussi confortablement et sans doute plus heureuse que si je m'étais fixée des barrières. Je me suis amusée, j'ai appris des trucs, j'ai évolué, je me suis plantée et reconstruite.
Je crois qu'on doit laisser à ses enfants la possibilité d'agir et de penser par eux-mêmes. C'est ça être parent. Et la famille, ce n'est que ça aussi.
Pour te donner un exemple, je n'ai pas voulu aller à l'enterrement de mon grand-père pour la simple et bonne raison que je ne vais pas aux enterrements par principe. C'est peut-être égoïste mais je pars du point de vue que je préfère avoir un bon souvenir d'un proche vivant plutôt que d'un proche dans une boite. De plus, je pense que le proche n'a pas besoin de moi en ce moment là et que de toute façon, s'il a besoin, il sait que j'ai de la peine car s'il y a une vie après la mort, ça se sent, même à distance. Ce serait triste d'avoir besoin d'aller au cimetière pour penser et regrette (à) ses proches. De plus, je n'aime pas les simagrées faites autour de la mort. On a des tonnes de parasites aux enterrements, des gens qui viennent soutenir mais qui n'étaient pas là du vivant du mort ou de sa maladie. Je préfère soutenir le mort avant qu'il ne meure et la veuve, l'orphelin, le frère, après la mort et sur du long terme.
Les simagrées me donnent envie de taper sur les hypocrites qui viennent jouer aux pleureuses. Donc je m'efface.
Je ne suis pas allée à l'enterrement et au départ, ma grand-mère s'est fâchée. Elle a voulu m'imposer de venir, j'ai refusé. J'ai dit non. Je ne suis pas allée. Je suis arrivée APRES la cérémonie chez elle.
M'en a-t-elle voulu ? Non. Pourtant, c'était important à ses yeux. Rien n'a changé entre nous car elle a été tolérante.
Je pense profondément qu'on n'a pas besoin d'une famille intolérante.
Maintenant, c'est ton expérience et je ne veux pas t'imposer la mienne. Je suis un esprit libre. Ma famille, c'est ma mère, mon père, ma grand-mère et mes amis. Si mes parents étaient de fourbes intolérants, je les renierais comme je l'ai fait avec le reste de ma famille.
Mais c'est personnel. J'ai un caractère trempé aussi. Et jamais de regrets ou de sentiments de culpabilité quand je sais que JE n'ai rien fait de mal :).

A chacun sa personnalité.
40 ans Liège, Belgique 427
Infernaleeee a écrit:

Je pense profondément qu'on n'a pas besoin d'une famille intolérante.
Maintenant, c'est ton expérience et je ne veux pas t'imposer la mienne. Je suis un esprit libre. Ma famille, c'est ma mère, mon père, ma grand-mère et mes amis. Si mes parents étaient de fourbes intolérants, je les renierais comme je l'ai fait avec le reste de ma famille.
Mais c'est personnel. J'ai un caractère trempé aussi. Et jamais de regrets ou de sentiments de culpabilité quand je sais que JE n'ai rien fait de mal :).

A chacun sa personnalité.


Biensur, je pense à peu pareillement que toi, pour ce qui est des familles toxiques. C'est vrai que sur le moment j'étais fière de moi, j'avais surmonté une certaine timidité, affirmé mon opinion mais, comme je me suis retrouvée vraiment toute seule, je me suis demandée si ce n'était pas plutot moi qui avait un problème, hors je suis fidèle à moi même, à ma personnalité (parceque j'en ai aussi et je la développe, VLR m'aide beaucoup pour cela) j'ai toujours été franche et honnête mais je me demande quelque peu vers ou cela va me mener... Hors de question pour moi de faire la paix avec ma famille, il n'y a pas de paix, trop de mal a été dit, trop de choses pour lesquelles je ne pouvais rien m'ont été reprochées, pas seulement pour mon poids mais pour toute ma personne, tout ce que je suis, mes goûts... Enfin bref, je voulais insister sur le fait que je n'étais pas préparée à tout cela, je m'attendait à un dialogue constructif mais à la place ma famille s'est déchainée... C'est pour cela que je disais à notre amie d'être prudente et de bien réfléchir à cela avant de se risquer à la confrontation.
J'espère que je n'ai pas été trop longue, ni trop confuse...
B I U


Discussions liées