MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

domination féminine: auto censure?

S
52 ans centre 19
Si certaines femmes ayant comme fantasme d’être violées n’ont légitimement aucune envie de passer à l’acte…d’autres ayant des penchants dominants n’osent pas passer à l’acte ?

Est-ce la conséquence d’une auto-censure  
pour se mettre au diapason d’une société frappée par la domination masculine ?
41 ans là 5969
c'est peut être juste parceque les fantasmes ne sont que des fantasmes...

quand le fantasme devient réalité, bien souvent, il perd tout... il devient cru...

il faut garder certaines choses dans la tête, fantasmer est plus jouissif que la réalité...
46 ans Alpes de Haute Provence 25
Bonjour,
Je rejoins Amnesis quand au fantasme… une fois réalisé, par essence, ce n’est plus un fantasme. Cela devient une réalité, agréable ou non, dont le contrôle nous échappe, contrairement à un fantasme ou l’on reste le maître, conscient ou inconscient…

J’utiliserais plutôt le terme « d’envie ».

D’ailleurs, qui contrôle vraiment l’autre dans cette relation ? celui ou celle qui aboi ses ordres, frappe ou humilie, ou celui ou celle qui rampe, s’exécute et jouit (noter le double sens :D ) de toutes ces « attentions » ?

J’ai le sentiment que tu fais référence à une dimension assez physique de la domination, en ce cas, à quelques exceptions prêt, la force physique est plutôt du côté des messieurs, effectivement. Mais, il y a d’autres façon de soumettre quelqu’un, sans recourir à la force pure, certain(e)s vous impose leur loi d’un regard ou peuvent vous mettre à l’agonie de la même manière.

Je ne pense pas que les femmes, et en particulier celles de ma génération, se censurent sur leurs penchants. Elles ont peut être une autre manière de les exprimer.
De toute manière, c’est de l’ordre du privé… alors, comment être sur ? hum ? :-k :lol:
50 ans Belgique 3287
Dis, en y réfléchissant sérieusement (oui ça m'arrive)à ton fantasme, il m'est venu une interrogation : où est le plaisir de soumettre un mec déjà soumis ?

Bah oui la vraie jouissance dans une domination c'est d'amener l'autre à abdiquer sa personnalité naturelle pour se soumettre, sinon c'est plus du jeu...

Donc que peut faire une dominante d'un déjà soumis ?
49 ans Val de Marne 37
Eveange a écrit:
Donc que peut faire une dominante d'un déjà soumis ?


Plein de choses, Eve, plein de choses..... ;)
S
52 ans centre 19
Merci pour ces échanges et je souhaite humblement apporter mon point de vue

La porte d’entrée ne peut être une « économie » de corvée, il faut aimer jouer à ce jeu et d’ailleurs on ne peut avoir comme critère de sélection cette « économie » sinon ça serait très réducteur…un peu comme si qu’on posé des questions type: pourquoi les gens se fatiguent à courir derrière un ballon et on omettrait l’essentiel qui est la passion.

La question du « qui commande en réalité » est assez révélatrice pour moi mais pas dans le sens… il faut un consensus sur les pratiques et donc le pouvoir est partagé car chacun dit de qu’il a envie de faire ou non...une bonne relation SM est basé sur la complicité et la confiance, par contre la question se pose pour les femmes qui dominent leurs compagne uniquement pour lui faire plaisir, dans ce cas la relation est faussée et elles sentent qu’elles ne sont que des exécutantes…et que c’est leur compagne qui a établit le cahier de charge…c’est un cas que j’ai connu personnellement et je peux vous assurer qu’il ne convient pas à moyen terme au soumis non plus…

Par contre je crois qu’une fois trouvé la bonne personne, beaucoup de portes cachées s’ouvriront et là, ça vaut vraiment le coup de vivre son fantasme. J’ai enfin une remarque par rapport à la question : faut-il ou non réaliser son fantasme. La réalisation d’un fantasme ne l’éteint pas, elle le fait évoluer, ainsi elle donne naissance à des nouveaux fantasmes auxquels on n’a jamais pensé !
46 ans Alpes de Haute Provence 25
la subtilité du SM... voir le paradoxe ?
sous des apparences de violences, d'humiliations et parfois de douleurs, qui peuvent parraitre primitive et irréfléchies se cachent des rapports hyper codifiés, cadrés par des regles pré et bien définies entre chaque partie. Il y a les limites que chacun ne veut pas franchir et l'obligation de l'autre de ne pas les franchir, des codes, des interdits, des refuges... d'ailleurs tu parles de cahier des charges, c'est assez révélateur comme terme selon moi ;)
certains passent meme des contrats (dans le cas de nouveaux partenaires je suppose, parce qu'entre partenaire de 20 ans, ça tient plus du décorum à mon sens). l'aspect juridique doit y être aussi pour qq chose.
mais l'objectif n'est pas de dominer ou d'être soumis, mais de prendre ET de donner du plaisir en étant dominé ou soumis. d'ailleurs les roles peuvent s'inverser selon les désirs des participants.
pour en revenir à la question première, l'auto censure de la femme se mettra en place en fonction des désidératas de son partenaire soumis, ni plus, ni moins. dans le cadre d'une vraie relation SM, ou chacun recherche le plaisir et à attiser le désir de l'autre.
si elle ne trouve pas de partenaire de jeu, là oui, difficile de passer à l'acte.

Réaliser son fantasme ? Je maintiens. Si l'imaginaire passe dans le réel, ce n'est plus un fantasme.
Si la "chose" a été planifiée, reflechie, mise en place et executée... elle devient acte érotique.
pour moi, ce sont deux choses différentes... et oui oui oui, réalisons nos envies avec un partenaire complice !^^
50 ans Belgique 3287
Planifier ?
Réfléchir ?
Mettre en place ?
Exécuter ?
Codifier ?
Contrat ?

Moué, où se cachent donc l'érotisme, la spontanéité dans tout cela ??? Ce vocabulaire rappelle plus le monde du travail (et quel travail que celui d'exécuteur des hautes oeuvres !!!) que celui de la sexualité...
41 ans là 5969
un épisode de la première saison de desparates housewives décrivait tres bien tout ça...

"si jamais on va trop loin pour toi dis un mot qui sera le mot de passe..."

ben je trouve ça normal, parceque le sm c'est quand même la recherche du plaisir et tout le monde n'a pas les même limites, alors faut pas traumatiser l'autre...
56 ans 91 25732
soumispronde a écrit:
Si certaines femmes ayant comme fantasme d’être violées n’ont légitimement aucune envie de passer à l’acte…d’autres ayant des penchants dominants n’osent pas passer à l’acte ?

Est-ce la conséquence d’une auto-censure pour se mettre au diapason d’une société frappée par la domination masculine ?


Je sais que le fantasme de viol existe, mais dans ce cas, c'est la personne qui fantasme qui détient le scenario. Il n'y a donc aucun risque ! Donc là ça peut être excitant. Mais il y a une grande marge avec la réalité. Une femme qui fantasme sur le viol le fera peut-être sur la dimension sexuelle, mais pas sur les blessures qu'elle peut recevoir, les yeux au beurre noir, le risque de se faire tuer. D'un acte dangereux et dégradant elle fait un acte acceptable en fantasme, parce que c'est elle qui tient aussi, en fantasme, le rôle du violeur !

Avoir des penchants pour la domination ou la soumission peut être pareil.
En fantasme, on décide du scenario, on tient les rênes, donc c'est acceptable. De là à passer à l'acte...

Ce n'est pas forcément que l'on n'ose pas, c'est parce que ce qui est excitant en fantasme peut ne pas être excitant du tout une fois projeté dans le réel.

En tout cas pour ma part c'est comme ça. Il y a des choses que je trouve très excitantes au niveau du fantasme mais que je n'ai absolument pas envie de vivre dans la réalité. Ce n'est pas de l'auto-censure, c'est juste que c'est super dans mon imaginaire mais que je n'ai pas envie de le vivre en vrai.

Tiens par exemple, le SM en fantasme, à la rigueur. Mais en vrai... :roll: Avec ces règles, ces codes, cette préparation, ce principe même qui va à l'encontre de mes convictions... Pffff... J'aurais l'impression de jouer un rôle dans un mauvais film. Toutefois je comprends que ça puisse plaire à d'autres !

Je ne pense pas m'auto-censurer, ce qui me fait envie, je le fais ! Il m'a fallu plus de temps pour certaines choses mais quand je les ai faites j'étais prête à les vivre en vrai, donc ça c'est bien passé !

Un fantasme réalisé n'en est plus un et la réalité ne colle pas toujours avec l'image qu'on s'en faisait. Je préfère donc garder certaines de mes images jusqu'au jour où j'aurai envie de les rendre réelles... Un jour... Ou jamais ! ;)
3923
Il est vrai que la codification à outrance à de quoi laisser perplexe...Quand chacun vient avec une idée précise de son rôle,le charme est peut être moindre que celui que de rares hasards peuvent parfois procurer.

J'ai découvert au fil des années que les femmes prennent de l'assurance vis à vis d'un homme lorsqu'elles ont la conviction qu'elles n'ont pas à redouter de se retrouver dans une situation qu'elles n'auraient pas clairement recherché.
Les situations engendrées sont parfois très surprenantes....
50 ans Belgique 3287
Je ne comprends toujours pas (sacré cerveau de blonde ;) ) : les femmes qui aiment être attachées disent qu'elles aprécient le fait de s'abandonner complètement, de ne plus rien contrôler. Où sont cet abandon et cette perte de contrôle si on sait pertinement que tout ne peut pas arriver, qu'il y a des limites ???
3923
De la même manière que les gamins peuvent aimer jouer aux cowboys et aux indiens sans qu'il n'y ait de mort à la sortie.... :lol:
41 ans là 5969
PierreLyon a écrit:
De la même manière que les gamins peuvent aimer jouer aux cowboys et aux indiens sans qu'il n'y ait de mort à la sortie.... :lol:


j'aurai pas trouvé mieux !!!

c'est exacetement ça...

tout peut arriver jusqu'à ce que tu ne tolères pas,
ce que tu juge comme au delà de tes limites (intégrité, douleur, umiliation ou autre...)

en même temps chacun son truc hein... ;)
41 ans là 5969
Eveange a écrit:
Je ne comprends toujours pas (sacré cerveau de blonde ;) ) : les femmes qui aiment être attachées disent qu'elles aprécient le fait de s'abandonner complètement, de ne plus rien contrôler. Où sont cet abandon et cette perte de contrôle si on sait pertinement que tout ne peut pas arriver, qu'il y a des limites ???



en fait c'est surtout dans la tête, tu imagine que tout peut arriver, que ceci que celà, mais tu ne peux t'abandonner que si tu sais qu'il ne t'arrivera rien...

autre exemple pour illustrer le saut à l'elastique ou en parachute...

tu saute dans le vide, mais tu sais qu'il ne peut rien t'arriver...
B I U


Discussions liées