MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Au recrutement, on a le droit de poser ce genre de question?

C
33 ans Paris 4887
Coucou,

Actuellement, je recherche un nouveau stage en secrétariat,et donc, j'ai penser qu'il était bon d'aller demander à la personne s'occupant des recrutements. Toutefois..quelque chose m'a un peu mise sur le  
C*l..

Le mec m'a posé des questions sur mes piercings (quel rapport avec mon stage? Je tiens à préciser que je n'avais gardé que deux trous aux oreilles et un labret ), mais également des questions sur ma vie personnelle telles que :

-Pourquoi prenez vous des médicaments? Quelle sorte?
-De quoi votre père est mort? Quand? Comment?C'était dur?

Je sais pas, ça me parait pas très professionnel de poser ce genre de question aussi.. Intime..

Dois-je en parler à mon responsable, ou faire passer cela sous silence?

Merci

[edit modo : Discussion déplacée depuis le forum Discussions, débats ]
36 ans marseille 2582
non non ta vie est privée et ils n'ont pas le droit de te poser ces questions... maintenant si tu leur réponds bah faut dire que c'est toi qui en prend la responsabilité.

Ils te posent des questions en général sur tes motivations, ce que tu aimes, n'aimes pas, tes ambitions, tes qualités et défauts etc...
37 ans Entre ici et là bas 2237
fannydusud a écrit:
non non ta vie est privée et ils n'ont pas le droit de te poser ces questions... maintenant si tu leur réponds bah faut dire que c'est toi qui en prend la responsabilité.

Ils te posent des questions en général sur tes motivations, ce que tu aimes, n'aimes pas, tes ambitions, tes qualités et défauts etc...


pareil!
je crois que face à ce genre de questins, tu es complétement en droit de répondre, poliment, un truc du genre, désolée mais cela concerne pleinement ma vie privé et ne change rien à mes capacités profesionelles!!!
A
36 ans Nice 21965
pitchiou a écrit:
fannydusud a écrit:
non non ta vie est privée et ils n'ont pas le droit de te poser ces questions... maintenant si tu leur réponds bah faut dire que c'est toi qui en prend la responsabilité.

Ils te posent des questions en général sur tes motivations, ce que tu aimes, n'aimes pas, tes ambitions, tes qualités et défauts etc...


pareil!
je crois que face à ce genre de questins, tu es complétement en droit de répondre, poliment, un truc du genre, désolée mais cela concerne pleinement ma vie privé et ne change rien à mes capacités profesionelles!!!


exact, c'est beaucoup trop personnel et en plus je pense que t'as pas vraiment envie d'en parler à quelqu'un que tu ne connais pas
46 ans albertville 1799
C'est là tout un problème.

La loi précise effectivement qu'un entretien professionnel doit être mené pour vérifier les capacités du candidat à tenir le poste, donc on aborde les questions formation, expériences, motivation, progressions futures...

Le recruteur qui s'amuse à ça ne doit probablement pas avoir de métier dans le recrutement (ou alors il aime jouer avec le feu).

Maintenant dans les pratiques, effectivement on est amené à parler de sa vie perso.

Pour ma part, lorsque je passais des entretiens, j'ai toujours parlé de moi perso (le but étant de tourner ma vie à mon avantage).

En tant que recruteur, j'essaie d'amener le sujet au candidat. Je lui tends une perche sur ce qu'il désire me dire ou non. Libre à lui d'en parler.

Evidemment, il y a des moments où j'ai des doutes et j'aimerais en savoir plus sur lui/elle mais lui poser des questions indiscrète directement il n'en est pas question.
Donc si j'ai des doutes, je ne le/la recruterai pas.

Si on se place côté candidat, ce n'est pas une situation facile de répondre à ce genre de question.

Soit ça t'es indifférent d'y répondre et dans ce cas tu peux y répondre. Soit tu trouves cela déplacé et tu le dis (avec tact et diplomatie biensûr). Soit tu racontes ce que tu veux.

De mémoire (il faudrait que je reprenne mes cours pour vérifier) mais il y a des cas de jurisprudence sur un candidat qui avait répondu qu'il était athée au recruteur qui lui avait demandé et lorsque l'employeur avait découvert qu'il était musulman avait tenté de le licencier. L'employeur avait bien entendu été condamné, la justice considérant que le candidat peut répondre ce qui l'intéresse dès lors que cela touche à sa vie privée.
25680
Lors d'un recrutement pour devenir formatrice on m'a demandé si j'avais un petit copain, le travail que faisais mes parents ...

Comme je ne vayais pas le rapport avec le job et que je trouvais cela super intime, avant de repondre j'ai demandé pourquoi elle voulait savoir cela et comment cela pouvait influé sur le poste.

Elle m'a répondu un truc tout à fait cohérent auquel je n'avais pas pensé et du coup je lui ai répondu pour la rassurer sur ma motivation, mes possibles prédisposition, l'univers professionnel que je connaissais et mon investissement.

Résultat on m'a donné le job :)

Si vous trouvez cela trop intime, demandé simplement le pourquoi de la question par rapport au poste pour savoir si c'est justifié ou si il s'agit juste de curiosité mal placé ou autre
41 ans 2883
Il a le droit de poser des questions peut-être sur ta vie privée, et tu as le droit de ne pas y répondre, mais par exemple, il n'a pas le droit de te demander si tu prends des medicaments incompatibles avec le poste, de se renseigner sur ton état de santé, etc.
Seul le médecin du travail, au cours de la visite médicale obligatoire d'embauche peut te poser ce genre de questions, si lui le fait, c'est punissable par la loi si tu te plains.

Il a juste le droit de te dire des choses du genre: le travail est pénible et peut être difficile si vous souffrez de maux de dos, si vous avez des pertes de mémoire, ou quoi sais-je, etc, mais il n'a pas le droit de te demander explicitement si toi tu souffres d'une de ces choses.
47 ans Face au vent 5339
Il m'est arrivé de faire passer des entretiens, et très honnêtement je ne suis pas certaine qu'on ait besoin de poser ce genre de question. Maintenant, c'est vrai que je suis du genre à préférer mettre les gens à l'aise, donc d'une façon ou d'une autre ils en viennent à me parler d'eux, d'une façon bcp + personnelle je veux dire. Et je crois que c'est crucial pour un recrutement de voir ce qu'est la personne, au-delà de ce qu'elle sait faire et de ses connaissances.
Par exemple, à une époque où je travaillais dans une boîte de conseil où la pression était très grande (on était une petite boîte qui démarrait et devait faire ses preuves, donc beaucoup de stress pour tenir les objectifs, la survie de la boîte en dépendait) on ne pouvait pas se permettre de s'appuyer sur des gens qui ne tenaient pas la pression, ou qui étaient dans une période de leur vie où ils n'étaient pas stables émotionnellement. Et ce, à tous les niveaux hiérarchiques (y en avait pas bcp, des niveaux hiérarchiques, c'était plutôt du genre organigramme plat dans cetet boîte où on était tous les chefs de nous-même 8) ).

Alors certes, certaines questions peuvent paraître choquantes, mais j'ai vécu de très mauvaises expériences, en embauchant des gens que je trouvais sympas, qui avaient les connaissances et les compétences pour le poste, mais pas les capacités sur le plan humain, et ce qui est certain, c'est que ça s'est tellement mal passé que lse conséquences ont été beaucoup plus dramatiques pour les personnes qu'on a dû licencier que si on leur avait dit non à l'embauche...
Ben oui, on se remet beaucoup plus facilement d'un entretien raté que d'un licenciement. L'un est une tentative infructueuse, l'autre un échec. :?
C
33 ans Paris 4887
Merci de vos réponses !
Aujourd'hui, j'ai rendez vous avec une responsable de service, qui devait voir hier la personne s'occupant du recrutement..
La responsable à accepter de me prendre en stage..si il y avait accord du recruteur.. Donc si il refuse, jme poserais des questions..
A
47 ans Genève 732
Compte rendu d'un stage sur l'entretien d'embauche que je viens de suivre. On a justement abordé ce sujet :

Le recruteur, par ce genre de question essaye de se rassurer sur tes motivations. Ou si tu vas le lacher rapidement pour cause de problème divers.

Ne pas répondre, c'est lui donner la réponse qu'il cherchait de toute façon : tu as quelque choses à cacher.

Le mieux à mon avis, c'est de répondre avec des réponses fermées. De telles sorte qu'il soit rassuré et qu'il ne puisse pas aller plus loins. En sommes, sans rentrer dans ta vie intime, tu dois rassurer l'employeur sur tes capacités et ta motivation. Et pour lui, se rassurer, passe aussi pas ce genre de réponse.
2812
Lors d'un entretien, 4 types de question sont stritement interdites par la loi. Elles concernent la situation matrimoniale, l'orientation sexuelle, la religion et le syndicalisme. En dehors de ces questions, la vie privée peut être abordée. Je crois qu'un recruteur peut en savoir plus sur la disponibilité et la motivation d'un candidat sans pour autant être trop indiscret.

Début septembre, j'avais ouvert un fil de discussion sur le même sujet car j'avais été confrontée à des recruteurs très indiscrets :
Entretiens d'embauche et questions interdites
41 ans 2883
Alors, trouvé sur un site de conseil en droit (mais je ne sais pas si j'ai le droit de mettre le lien, vu que c'est un site privé):

"L’histoire :

Mme X avait été engagée par une association afin d’exercer les fonctions de garde à domicile.
Son contrat indiquait 2 mois de période d’essai. La salariée avait passé une visite médicale d’embauche un mois après le début de son contrat.
Or, la médecine du travail avait constaté que la salariée souffrait d’un handicap ne lui permettant pas d’occuper le poste pour lequel elle avait été engagée. L’employeur avait décidé de rompre le contrat, mais il avait tardé et l’avait fait alors même que la période d’essai avait expiré.
Le licenciement a été considéré comme nul. Toutefois, l’employeur estimait que Mme X l’avait trompé en omettant sciemment de lui parler de son handicap lors de l’entretien d’embauche.

Ce qu’en disent les juges :

Les renseignements relatifs à l’état de santé du candidat à un emploi ne peuvent être confiés qu’au médecin chargé de l’examen médical d’embauche. Par conséquent, l’employeur ne peut pas invoquer le fait qu’il a été trompé par le salarié sur ses capacités physiques à occuper le poste. D’autant plus, si l’employeur a laissé débuter le salarié avant sa visite médicale d’embauche.

Ce qu’il faut retenir :

Le licenciement basé sur l’état de santé :


Le licenciement basé sur l’état de santé d’un salarié est illicite et donc considéré comme nul.

Si le salarié ne demande pas sa réintégration il a le droit à une indemnité au moins égale à 6 mois de salaire.

Le fait de mentir par omission sur son état de santé lors de l’entretien d’embauche :


Le salarié n’a pas à confier ses problèmes de santé à l’employeur.

Seule la médecine du travail peut être informée des éventuels problèmes de santé du salarié.


Arrêt de la Chambre Sociale de la cour de cassation du 21 septembre 2005"
B I U