MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

papa qui ne veut pas être là pour le jour J

36 ans très au sud 6843
Bonjour, je ne suis pas enceinte mais une amie l'est et se retrouve dans une situation délicate qui me fait me poser pas mal de questions.
Ils ont voulu ce BB  
tous les 2, c'est vraiment un enfant désiré. Là enfin le test vire au positif, prise de sang, et 1ères discussions concrètes/techniques sur le BB.
Il lui avait toujours dit détester les hôpitaux, et ne pas supporter la vue du sang des autres. Mais elle elle n'avait pas pensé que cela incluait aussi son accouchement en dehors de la partie où BB sort. C'est à dire que concrètement il a annoncé la couleur "même pas tu me vois à l'hôpital ce jour là"
Bref gros choc pour elle, d'autant que sa grossesse se passe sous anticoagulants et est "à risque". Elle est en train de se taper des injections tous les jours, elle a de gros risques d'hémorragie le jour de l'accouchement. Elle en est à 5 mois et monsieur n'en démord pas, il ne sera pas là point barre. Il est venu pour les ecchos, semblait content mais pas à l'aise. Quand elle se pique il ne fait rien. Il ne l'aide pas à s'installer, sort de la pièce. Pourtant c'est difficile pour elle, elle a des bleus, et a demandé à une infirmière de venir car elle n'arrive plus à ce piquer (à cause de son bidon et psychologiquement aussi)

Alors du coup elle lui en veut à fond les ballons et ça commence à sérieusement les éloigner. Elle conçoit tout à fait qu'il ne veuille pas assister à la parte "expulsion" à proprement parler, mais la planter là pendant les heures de contractions, ça ça ne passe pas. Surtout qu'elle angoisse beaucoup à cause des risques de cet accouchement.
Elle n'a jamais envisagé d'affronter l'accouchement seule, du moins sans le papa.
Là il a été question des cours de prépa à l'accouchement et il refuse catégoriquement d'y assister vu qu'il ne sera pas là le jour J donc elle doit se trouver quelqu'un...
Pour le coup elle en est à se dire que vu qu'elle le fera toute seule ce BB, ben elle se casse et elle le fait seule de a à Z. Elle lui en veut à mort de la laisser subir ce qui est désormais inévitable et lui ne rien assumer et se planquer, alors qu'elle elle n'a pas le choix.
Autant dire que pour le coup elle ne se voit plus du tout élever cet enfant avec lui.

Moi je ne sais pas quoi lui dire à part "dommage qu'il t'ai pas dévoilé ça avant la grossesse" et j'aurai tendance à l'enfoncer lui pour cela. C'est ce que je trouve de plus lâche là dedans, avoir attendu qu'elle soit enceinte pour annoncer la couleur.
Alors du coup j'aimerai vos points de vue de maman et futures mamans. Parce que moi je ne sais pas ce que c'est que d'accoucher, je ne peux qu'imaginer. Et surtout comme je l'ai dit j'aurai nettement tendance à finir de le charger lui...
31 ans Orgrimmar 6478
Est ce qu'il est là pour l'aider à se reposer, est ce qu'il fait plus de choses à la maison pour la soulager, prend-t-il soin d'elle, est-il présent autrement?
Si c'est une phobie, je ne vois pas comment il pourrait faire autrement et passer au dessus...

Certes, il aurait dû lui en parler avant, et elle elle aurait dû lui dire avant que pour elle cela comptait énormément qu'il soit là le jour J.

Après, elle peut se faire accompagner par une soeur/un frêre, un/une ami(e), un parent... Ce n'est pas pareil mais elle ne sera pas seule, au moins.

Personnellement je vivrais très mal le fait que mon chéri ne veuille pas m'accompagner. Après, s'il était complètement paniqué à la vue de la moindre goutte de sang je pense que je comprendrais. Une phobie, c'est une phobie, il n'y a pas d'effort possible.
C'est en partie triste pour ta copine, mais j'imagine qu'il ne doit pas le vivre super bien non plus.
36 ans paris 1304
je pense aussi que ca doit pas etre simple pour le papa ...d'un coté le ressentiment legitime de sa compagne et sa phobie de l'autre ...

faut pas que ton amie réagisse comme ca meme si je la comprend qq part mais faut essayer de comprendre les raisons profondes de ce refus
une dicussion serieuse s'impose entre les futurs parents doit bien y avoir un moyen de trouver un compromis!!

la maman doit trouver par qui se faire accompagner ens alle de travail ....
le papa ne peut pas venir et rester en salle d'attente ? accompagné lui aussi et avec de quoi se " distraire " ? de facon a etre " a portée de voix " c'est tjs rassurant pour la maman et y a pas de sang ;)
au moins il sera la pour decouvrir bébé et partager ces moments de découverte avec la maman <3

peut etre a t il peur d'etre impuissant face aux douleurs ? peut etre a t il peur de voir sa femme dans un moment " pas glam " .... peut etre a t il peur lui aussi des risques a cause des piqures d'anti co ?

bef je trouve que qq part on en sait " trop peu" pour juger ce papa qui s'il a désiré ce bébé merite pas de se faire jeter pour une phobie ...

LE DIALOGUE est la seule solution

il devrait aussi ce futur papa discuter avec une sage femme .. elle pouyrrait ariver a lui faire verbaliser ce qui lui fait si peur


apres , une dose d'espoir ;)
je suis infirmiere et quand je bossais a domicile 'javais une malette pour les prises de sang ..avec des aiguilles ... mon homme supportait meme pas de les voir lool :roll:


il s'est coupé un jour avec des ciseaux il a tourné de l'oeil ... :D


quand il doit faire une prise de sang ( et je peux absolument pas m'en charger lool ) c'est tout un monde faut lui tenir les bras et faut pas qu'il voie quoique ce soir !! :lol: :lol:


et il etait la pour les 3 accouchements =D>


il a meme regardé bébé sortir pour le 3eme et quasi a coté de la sage femme ( 1er je voulais pas et 2eme arrivé trop vite )


donc pour faire bref :

dialogue +++
rdv avec la sage femme
et compromis !!! si papa et dans la salle d'attente y aura pas grand pas a faire pour aller en salle de naissance ... ;)
44 ans à la maison ! 10072
Est-ce qu'il ne l'a pas averti de sa phobie ou est-ce qu'elle ne l'a pas pris au sérieux ?
36 ans très au sud 6843
Alors, il a déjà eu des soucis de santé et a été hospitalisé lui même pour une lourde intervention. Il dit que ses blessures à lui ne lui posent pas soucis, c'est le sang des autres.

Ensuite il a aussi une éducation très vieux jeu et "la place de l'homme n'est pas dans une salle d'accouchement", bref vous voyez le style "l'homme rapporte l'argent à la maison". Ça ne gênait pas trop mon amie tant qu'ils étaient OK pour qu'elle bosse.
Mais là aussi le discours commence à changer...
En fait cet accouchement le dévoile pas mal même si ça faisait tout de même 4 ans qu'ils sont ensemble.

Il a sincèrement peur je pense oui, phobie je ne sais pas...
Il est quand même allé dans des hôpitaux à certaines occasions. Mais est ce que les choses ont évolué depuis la dernière fois qu'il y est allé? En tout cas il veut bien venir la voir à la maternité donc...
Elle elle le vit comme une profonde injustice. Ce qui la dérange le + c'est l'idée qu'il ne veuille pas être là pour accueillir leur petite fille. Que ses débuts de maman se fassent dans un abandon, y compris les premiers instants de la vie de sa fille. Pour elle ça remet vraiment en cause le papa qu'il pourrait être. Elle se dit qu'en cas de pépin de santé il ne pourra pas faire face et ça lui fait très peur pour elle comme pour leur fille.

Le hic c'est qu'à ce stade le dialogue est rompu et chacun se radicalise. Ça me fait mal au coeur de les voir ainsi, j'étais tout de même leur témoin de mariage. Mais j'avoue aussi qu'une facette de lui se dévoile qui est hyper macho depuis qu'il la sait enceinte. Il a aussi commencé à mettre la pression pour un congé parental mais ne veut pas prendre un congé de paternité par ex :roll:
31 ans Orgrimmar 6478
Là, c'est un autre problème... :/
Comment on peut cacher son jeu pendant 4ans??? Je comprends les angoisses de ton amie.
36 ans paris 1304
ah ouais la c'est chaud ... :?
vu le caractere que tu decris c'est clair qu'il ira pas ... il aimerait probablement avoir sa tite femme soumise a la maison , qui s'occupera des enfants et du menage , totalement dependante de lui ..

fou que ton amie ait rien " vu " depuis 4 ans ... il est plus vieux qu'elle ?
en tout cas c 'est terrible comme situation pour accueillir un bout chou ...
36 ans très au sud 6843
Il a 38 ans et elle 31, donc pas un grand écart d'âge.
En fait elle interprète certaines chose comme s'il voulait être un père comme le sien (militaire, strict, vieux jeu) et qui est parti avant même qu'elle le rencontre. Elle en a entendu parler par lui et sa belle mère (qui elle aussi essaie de secouer son fils).
Là elle m'a dit demander à ce qu'il aille voir un psy, c'est un peu comme si cette grossesse révélait tout. Du coup je ne sais pas dans quelle mesure il a caché son jeu et si la grossesse n'est pas surtout un déclencheur.
Mais là la naissance se profile (elle entre dans le 6ème mois) et il ne reste donc pas 107 ans mais à peine 3 mois.
36 ans paris 1304
ca arrive oui que la grossesse aie ce genre d'effets ..ca revele des peurs des comportemnts....et le psy il est plutot pour ou totalement opposé ?
31 ans 3196
En tout cas, si elle devait le quitter, selon moi elle devrait le faire avant l'accouchement.

Ce n'est que mon avis hein, j'essaie d'imaginer comment je réagirais, notamment par rapport à mon accouchement.

Si les choses ne changent pas rapidement grâce au dialogue, elle doit penser avant tout à elle et à l'enfant. Cela arrive plus souvent que l'on ne croit, des couples qui se séparent pendant la grossesse. Ce n'est pas le top, certes, mais c'est surmontable.

Elle ne peut pas accoucher en colère, angoissée, abandonnée. C'est un moment dur et intense. Si elle a surmonté la rupture auparavant, elle pourra le vivre, "libérée", avec le soutien d'une amie ou de la famille.

C'est un peu dur, je sais, mais c'est mon avis ;)

PS : explique lui bien qu'elle n'a pas à culpabiliser de ne pas avoir anticipé le "changement" de son mec. Elle n'y est pour rien, il doit assumer ses responsabilités.
C
32 ans 958
Mais, en parlant projet bébé, ils n'ont pas abordé la question de l'éducation que tous deux souhaitaient offrir à cette enfant ? C'est à ce-moment que le caractère "traditionnaliste" de cet homme aurait pu se révéler, non ?
45 ans 35 10308
reinette81 a écrit:
Elle se dit qu'en cas de pépin de santé il ne pourra pas faire face et ça lui fait très peur pour elle comme pour leur fille.

C'est cet aspect là aussi auquel j'ai pensé en lisant ton premier message. Si son enfant (ou sa femme) sont malades ou se blessent, il ne fera rien sous prétexte qu'il a peur des hopitaux?
Mais c'est sûr que c'est une situation difficile, ils ont chacun un "besoin" (ou une exigence, je ne sais pas comment dire) diamétralement opposé concernant ce moment de l'accouchement... Si c'est en effet une phobie, ça se soigne, et l'idée du psy est intéressante, mais comment il réagit à cette idée?
53 ans 91 25731
Je ne sais pas si ça va aider, mais pendant que je faisais des traitements pour la stérilité, j'avais abordé avec Monsieur Ex le fait qu'il soit là ou pas lors de l'accouchement si jamais ça marchait.

Il ne voulait pas. Déjà il n'aime pas les hôpitaux, ni le sang. Mais surtout, et ça je lui ai fait "sortir" au bout d'un bon moment, il avait très peur de l'image que je pourrais avoir en accouchant, me voir souffrir, "ouverte" pour qu'un bébé sorte, le sang, les odeurs, il ne s'en sentait pas capable. Il avait peur après d'avoir toujours cette image de moi et que ça perturbe notre relation.

Pour avoir moi-même assisté à pas mal d'accouchements quand j'étais infirmière, je suis bien obligée de reconnaitre qu'il y a tout de même une certaine "violence" dans un accouchement. J'en ai ramassé des papas qui tombaient dans les pommes, qui devenaient aussi verts que leur blouse, j'ai vu sur leur visage qu'ils avaient vraiment la trouille et qu'ils étaient choqués. Pas tous bien sûr ! Mais pour certains, je crois vraiment qu'ils auraient du rester en dehors de ce moment.

Peut-être que le compagnon de ton amie a aussi ces peurs et pour ma part, je peux les comprendre,d'autant que moi-même, je reconnais que je n'aurais pas vraiment aimé donner cette image de moi à mon mari. J'avais donc tout à fait accepté son choix.

Nous n'avons pas eu besoin de nous poser la question, mais je crois que même si c'est très difficile, même si on a besoin du papa dans ces moments là, il faut essayer de comprendre qu'un accouchement c'est tout de même très particulier, même si on reste près de la tête de la maman, il y a quand même plein d'autres choses qui peuvent choquer et perturber.

Elle a certainement peur aussi d'accoucher surtout si elle craint l'hémorragie. Mais lui est au courant aussi de cette possibilité et imagine certainement ce qui pourrait se passer et je suis prête à parier qu'il n'envisage pas le meilleur. Si elle a peur, lui aussi et qu'elle lui transmet ses propres angoisses, sa réaction est un peu normale.

Effectivement l'aide d'un psy pourrait être utile, mais il faut qu'il puisse dépasser certainement plein de choses qui lui font terriblement peur et la peur est irrationnelle.
36 ans très au sud 6843
En fait ils étaient OK sur des choses avant l'annonce de la grossesse. Du style elle continue à travailler et on cherche un mode de garde, ils sont contre les écrans avant l'âge de 2 ans, ils veulent l'allaitement etc etc...
Donc il y avait bien eu des discussions et ça se passait bien, pas de gros clash. Puis l'annonce de la grossesse, l'echo et le BB concret et là gros virage de sa part à lui.

Il a annoncé cash donc qu'il ne serait pas à l'hôpital ce jour là et à pousser le truc jusqu'à dire que les accouchements "ça doit rester entre femmes, les hommes n'ont rien à y faire". Puis donc la pression pour arrêter de travailler (jusqu'au refus de signer les 1ers papiers de demande pour la crèche), refus de prendre son congé paternité (argument: pour faire quoi? je suis plus utile au boulot ).
Je l'ai encore eu hier au tel et elle est désespérée, elle a la sensation que son mari c'est transformé en Mr Hyde à l'annonce de cette grossesse. Le plus étrange dans tout cela? Il est super heureux d'être papa, le crie sur tous les toits. J'ose pas lui dire "il est peut être juste fier de la preuve de sa virilité", mais j'y ai songé. Mais je ne veux pas encore plus peiner mon amie, moi j'essaie de la soutenir comme je peux.
La propre mère de ce monsieur essaie de le raisonner, en vain. Elle lui explique combien le quotidien avec son père à lui était pesant et qu'elle n'était pas épanouie mais il fat la sourde oreille...

Il c'est vraiment transformé en macho super réac'. C'est sidérant ce changement, mais pas en bien. Je pense aussi qu'il croit dur comme fer qu'elle ne le quittera pas enceinte. Là il se trompe car elle y songe vraiment très sérieusement.
peut être qu'il lui faut ce gros coup de pied aux fesses...
Mais elle a super peur aussi. De sa réaction car au final elle ne le connait plus. De la suite: garde de l'enfant, sa 1ère année, un allaitement mais comment? où vivre? Comment subvenir aux besoins du BB seule etc etc...
Je lui ai dit que je serais là pour tout, même s'il faut l'accompagner en salle d'accouchement c'est no problèmo et elle a aussi sa famille.
Et oui cette situation commence à avoir de répercussions sur sa grossesse (pas un gramme de pris ce moi ci, fatigue énorme et quelques contractions).
42 ans région parisienne 5831
Il me donne l'impression d'être complétement paumé, en fait. je ne sais pas si l'annonce de la grossesse a été un révélateur, ou si au contraire, elle l'a fait complétement paniquer jusqu'à ne plus savoir trop quoi faire: il donne l'impression qu'il ne sait pas comment aborder son rôle de père et que du coup, il se dit qu'il va pomper sur le seul repère qu'il ait: son propre père.

Je pense que ton amie doit lui faire comprendre qu'il dépasse les bornes qu'elle peut accepter, et qu'il faut faire quelque chose: je pense qu'ils devraient aller voir un médiateur, un conseiller conjugal ou un psy, histoire de savoir si son attitude est juste une crise de panique ou si c'est un choix de vie qu'il fait maintenant.
B I U


Discussions liées