MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Quelques réflexions d'une néophyte

52 ans En bas à droite de la Voie Lactée 19
Bonjour,

Je suis nouvelle sur le forum, et pour le moment, je parcours les différentes rubriques. C'est comme ça que j'ai atterri sur "Chirurgie de l'obésité".

Je vais peut-être passer pour une  
extra-terrestre... mais je savais à peine que ça existait !!! J'avais plus ou moins entendu parler il y a une dizaine d'années de l'anneau gastrique. Et assez récemment, un acteur que je ne connaissais pas s'est confié sur une "sleeve" (j'ai découvert cette opération à cette occasion). Le by-pass, j'ignorais même le mot.

Donc pour moi, c'était quelque chose de rare, un "truc" d'acteurs d'une certaine façon... Je sais ça va paraître invraisemblable, mais c'est vrai !

Et là, je réalise soudain que rien que sur ce site, ce sont au bas mot des centaines de personnes qui ont subi l'une ou l'autre de ces interventions ! Et apparemment, il y aurait des sites qui ne seraient consacrés QU'À ça ! Donc, des milliers d'opérations ?

J'ai bien compris que certain(e)s l'ont fait parce qu'il n'y avait plus d'autre moyen. Parce que leur santé était gravement en jeu du fait de leur obésité : HTA, diabète, taux phénoménal de cholestérol, problèmes respiratoires, hormonaux, etc. Et là, s'il y a quelque chose qui peut apporter une solution à ces problèmes, tant mieux, et je suis heureuse pour celles et ceux qui ont vu leur santé s'améliorer.

Mais j'ai lu d'autres choses assez hallucinantes : des échanges sur des noms de médecins même si c'est en mp, des exemples de perte de poids bien chiffrées (parfois effacées), des personnes sont l'IMC ne correspondait pas aux demandes exigées (j'ai bien retenu ma leçon, puisque ça aussi je l'ignorais), une absence de pathologies associées... Des gens qui sont mal dans leur peau, qui veulent trouver l'amour, ou un boulot et qui sont prêts à se faire opérer pour ça.

Je ne méconnais pas la souffrance morale, loin de là. J'en ai assez bavé moi aussi. Mais de là à aller à des opérations aussi lourdes ! Qui vont tellement modifier la vie de façon définitive ! Je passe les détails, je les ai appris ici, mais vous les connaissez mieux que moi. Sans compter tous ceux/celles qui ont repris, pour qui ça a été un échec.

J'ai lu aussi des récits qui font froid dans le dos. Ceux de Phaedra, Céline, plein d'autres dont je n'ai pas retenu les noms, désolée. La jeune Justine qui est décédée, le blog de la sœur d'Anaïs...

Alors forcément, en néophyte complète, je me pose des questions. Est-ce que la minceur vaut toutes ces souffrances ? En enlevant encore une fois le cas de celles et ceux pour qui c'était vital !


Je n'ai jamais songé à ces opérations tout simplement parce que je ne les connaissais quasiment pas. Mais il y a quelques années, je me sentais très mal dans ma peau, j'étais influençable, et je me dis que si j'avais lu ce genre de choses à cette époque de fragilité, j'aurais peut-être tenté moi aussi.
Même si je n'avais pas l'IMC requis. Même si je n'avais pas de maladie provoquée par le surpoids (c'est aujourd'hui, avec un poids "normal", que j'ai des problèmes de santé !). Même si ces problèmes de poids étaient dus à des TCA (ce qui est une contre-indication absolue à l'opération, j'ai bien tout suivi ?).

Le problème, c'est que vu la région où j'habite, j'aurais certainement trouvé un toubib qui serait passé outre parce que je l'aurais payé. Parce que j'ai bien vu des cas où on a falsifié des IMC, déclaré des maladies inexistantes, voire incité à prendre du poids, je n'ai pas rêvé ?

Franchement, ce que j'ai lu m'a fait peur. Et je suis finalement soulagée de n'avoir pas connu tout ça à une époque où ça m'aurait certainement attirée.

Je ne pense pas que ces réflexions fassent avancer le débat, puisque je n'ai pas été confrontée à cette chirurgie, et que je ne livre ni une bonne expérience, ni une mauvaise.

Mais voilà, j'avais juste envie de dire ce que cette lecture m'avait inspiré.
C
32 ans 1001
De nos jours, certains ont oublié le bon sens au profit de la satisfaction des frustrations. C'est un problème qui touche tous les domaines.

On appelle aussi le bon sens, le " sens commun". Les frustrations sont des problèmes très individuels. D'une part, je me réjouis que de plus en plus de voix puissent se faire entendre, d'autre part, j'ai l'impression que ce phénomène prend des proportions parfois absurdes. Je me dis alors que fort heureusement l'instinct de survie finit toujours par prévaloir et que l'on s'en sortira de gré ou de force.
52 ans En bas à droite de la Voie Lactée 19
Bonjour Chapinette,

Je suis heureuse de cette réponse, car après avoir pratiquement tout lu, je me demandais vraiment si j'étais une anormale.

Le problème, comme je l'ai écrit, c'est que quand on est en souffrance et qu'on lit des pertes de poids vertigineuses, des réflexions du type "je n'ai jamais été aussi heureuse", etc., est-ce que ça ne peut pas inciter des personnes à des opérations lourdes et non sans risques, à y aller ? Alors que du point de vue de la santé, rien ne le justifie vraiment ?

Le vrai danger n'est-il pas là ?

Je me dis que c'est finalement une chance pour moi d'avoir été jusqu'ici aussi mal informée. Je me suis débarrassée de mes TCA pratiquement seule, et ça a suffi à ce que je retrouve un poids jugée approximativement normal. Sans cicatrices, sans douleur, sans séquelles quasi irréversibles...

Cette chirurgie utilisée un peu à tort et à travers me fait peur, je crois. Peur pour ce à quoi j'ai échappé, et peur pour ceux et celles qui y sont passés et en subiront peut-être les conséquences.
C
32 ans 1001
Vous êtes loin d'être la seule à vous poser des questions ici, vous êtes peut-être passée à côté, mais il y a eu des débats, des discussions à ce sujet, certaines n'hésitaient pas à intervenir pour informer, questionner et encore informer, pour éviter justement les comportements que vous dénoncez. Je crois qu'elles ont un peu fini par baisser les bras car le phénomène est devenu tellement répandu qu'il en est incontrôlable.
52 ans En bas à droite de la Voie Lactée 19
En fait, j'étais justement en train de me dire qu'il fallait que je rajoute quelque chose à mes réflexions qui peuvent paraître trop abruptes : celles-ci en effet ne concernaient en aucun cas toutes celles (ou ceux) qui, sujet après sujet, ont essayé ou essaient de décourager les candidat(e)s trop empressé(e)s à bénéficier d'une chirurgie. J'ai bien lu les "Réfléchis", "Tu n'entres pas dans les critères", "Ne retourne pas voir ce chirurgien", "Essaie de te tourner vers la RA", etc. Et je comprends que l'on puisse être découragé quand on prêche dans le désert.

Mais honnêtement, j'ai été ahurie par cette partie du forum, même si j'ai bien compris qu'elle n'est qu'une petite partie du site.

Le problème étant bien sûr : quelqu'un qui veut absolument se tourner vers une opération ne va-t-il pas lire uniquement ce qu'il a envie de lire, et laisser tomber les mises en garde ?

Cordialement.
C
32 ans 1001
Je ne le prends pas mal, je ne fais pas partie de ces participantes mais je reconnais leur mérite.
C'est vrai que la présence de cette sous-section du forum est difficilement compréhensible. Je crois me souvenir qu'il avait été dit qu'elle existe justement pour avoir un lieu de parole différente des autres sites sur la question de la chirurgie bariatrique, c'est louable. Tout le monde n'est pas dans la démarche de venir entendre ce qu'il a envie d'entendre et peut-être que ce forum a aidé certains à mûrir leur réflexion autour de cette opération et d'annuler ou au contraire de continuer. Ces quelques cas valent sans doute la peine.
31 ans 1539
Je comprends ta réaction, ces démarches m'ont aussi effrayé au départ, je trouvais le recours à l'atteinte de l'intégrité corporelle extrême, en tout cas pas du tout négligeable et évidente. Quant aux récits de dérives, ils sont effectivement inquiétants.
Sur le fait de découvrir la chirurgie, c'est effectivement très popularisé aujourd'hui, depuis une petite décennie je dirais ? Avant ça il me semble que je voyais surtout des reportages sur des centres avec cures de x mois par exemple ou bien sûr les régimes. Curieusement, j'ai l'impression de n'avoir que très peu entendu parler des médicaments perso, mais j'étais peut-être un peu trop jeune.

Perso en lisant le forum, je crois que ce qui m'a le plus heurtée c'était plutôt les témoignages exprimant une grande violence envers soi, la honte et les complexes, les reproches et les remarques dévalorisantes des autres ou des personnes envers elle-mêmes, cette foule de personnes qui vivent à des degrés divers la faute culturelle d'être gros. C'est très dur pour moi par exemple ces messages où les gens parlent de leur corps avec des expressions populaires très disqualifiantes, sous le coup de colère et peut-être encore pire sous un trait d'humour, ça reste pour moi violent.
La discrimination et la façon dont elle est cultivée, par soi ou par les autres, me paraît tellement plus répandue que le recours à la chirurgie, et influente sur l'ensemble de la communauté, gros ou pas.

Par rapport au forum, j'ai beaucoup appris sur les chirurgies à travers cette partie du forum car je ne serais pas allée m'exposer à des forums favorisant la féchitisation de la méthode ou de l'amaigrissement en lui-même.
D'ailleurs je me dis que ça peut aussi être très intéressant les sujets concernant le fait de maigrir en dehors des discours en tout rien (genre c'est bien ou c'est mal). Le plaisir de maigrir et les avantages à l'amaigrissement ne sont pas forcément des glorifications, simplement c'est tellement souvent le cas en dehors du forum que lorsqu'on s'y aventure il vaut mieux ne pas laisser planer le doute. Du coup la plupart du temps les sujets qui le traitent sont plutôt les difficultés vécues à cause de l'amaigrissement (changements du corps et/ou regards de l'autre). Là aussi parce qu'ici dans une culture forumesque portée sur la non glorification que c'est précisément là que ça me plairait de lire des témoignages sur l'amaigrissement dans sa globalité. Bon, je m'égare encore beaucoup, désolée ! Tout ça pour dire que la chirurgie ne me semble pas plus hors sujet que l'amaigrissement en général sur ce forum (histoire de résumer ^^)

Suis intéressée par savoir ce que d'autres en pensent en tout cas. :-)
C
32 ans 1001
Oui, je suis d'accord avec vous, papille. Ce serait intéressant et aurait tout autant sa place qu'un sous-forum sur la chirurgie.
52 ans En bas à droite de la Voie Lactée 19
Ce forum est en fait très nouveau pour moi, il y a plein de choses auxquelles je n'avais jamais vraiment réfléchi, c'est pour ça que je pose des questions et que je prends mon temps.

Ma propre expérience "se résume", si j'ose dire, à une trentaine d'années à me battre contre les TCA, assez peu de régimes finalement (que je ne tenais pas, de toute manière), la connaissances de quelques médicaments, en effet, une forte culpabilisation personnelle ("Je n'ai aucune volonté", etc.).

Je suppose que c'est pour ça, parce que je me suis bagarrée dans mon coin, que je suis arrivée tardivement ici, que je ne connaissais quasiment pas la chirurgie de l'obésité, et oserai-je l'avouer, je n'ai entendu parler de la RA que depuis environ deux mois !

Du coup, en lisant pas mal, c'est surtout un ressenti immédiat que j'exprime.

Citation:
Tout le monde n'est pas dans la démarche de venir entendre ce qu'il a envie d'entendre et peut-être que ce forum a aidé certains à mûrir leur réflexion autour de cette opération et d'annuler ou au contraire de continuer. Ces quelques cas valent sans doute la peine.


J'ai bien vu en effet que certains membres, dont certains qui ont l'air de piliers du site, ont plusieurs fois suggéré que la rubrique de la chirurgie disparaisse purement et simplement.
Mais il me semble aussi que certaines personnes qui semblaient prêtes à se lancer dans des opérations se soient mises à réfléchir en lisant les témoignages, et je ne voudrais pas dire de bêtises, mais au moins une personne a quitté quasiment au dernier moment l'hôpital où elle s'apprêtait à subir une intervention.
Donc oui, sans aucun doute, pour ces quelques cas, ça vaut la peine.


Citation:
Tout ça pour dire que la chirurgie ne me semble pas plus hors sujet que l'amaigrissement en général sur ce forum (histoire de résumer ^^)


Je n'ai pas dit en effet que la chirurgie était hors sujet sur ce forum. Mais disons que la surprise pour quelqu'un qui arrive, par rapport à la philosophie du site, est de voir, au milieu de réflexions sensées, réfléchies, pesées, tout un discours enthousiaste du style "Allez vite vous faire opérer, c'est formidable". Donc si quelqu'un comme moi qui arrive, qui n'y connaît rien, ne lit que ça, certains témoignages semblent tellement "miraculeux" que cela pourrait devenir tentant pour quelqu'un de fragile...

Citation:
Le plaisir de maigrir et les avantages à l'amaigrissement ne sont pas forcément des glorifications, simplement c'est tellement souvent le cas en dehors du forum que lorsqu'on s'y aventure il vaut mieux ne pas laisser planer le doute. Du coup la plupart du temps les sujets qui le traitent sont plutôt les difficultés vécues à cause de l'amaigrissement (changements du corps et/ou regards de l'autre). Là aussi parce qu'ici dans une culture forumesque portée sur la non glorification que c'est précisément là que ça me plairait de lire des témoignages sur l'amaigrissement dans sa globalité.


Sur ce dernier point, je veux bien quelques explications ! L'amaigrissement dans sa globalité, c'est-à-dire santé, regard de soi-même et des autres, changements en bien ou en mal dans sa vie ?
K
40 ans 720
Tu as parler plusieurs fois de TCA. Il faut savoir que les TCA sont incompatibles avec une chirurgie de l'obésité. Il faut que ce problème soit réglé avant. Mais certains patients mentent et certains chirurgiens n'hésitent pas à opérer malgré des TCA.
52 ans En bas à droite de la Voie Lactée 19
Bonjour Klarisa,

Et désolée si je me suis mal exprimée.

En fait, voilà un bon moment que je n'ai plus aucun TCA. De ce fait, mon poids est redevenu "normal" puisque ses variations étaient dues à l'anorexie ou la boulimie. Et je ne suis en aucun cas candidate à une opération. (Sauf raison vitale, on ne me ferait de toute manière pas mettre les pieds dans un hôpital.)

Mais ayant lu justement que certain(e)s mentent aux chirurgiens, que ceux-ci par ailleurs peuvent se montrer peu scrupuleux, je me demandais si quelqu'un qui aurait le profil que j'avais il y a un certain nombre d'années, très mal dans sa peau, prêt à à peu près tout y compris au pire, ne pouvait pas être poussé en quelque sorte à cette chirurgie en lisant un certain nombre de témoignages qui présentent ces opérations comme banalisées, une solution miracle.

Là, je ne suis pas concernée, donc aucun risque de mon côté. Raison pour laquelle j'ai voulu quasiment tout lire pour me faire une véritable idée.
K
40 ans 720
J'avais bien compris que tu n'avais plus de TCA et que tu ne voulais pas te faire opérer. J'apportais juste une information ignorée par certains.
S
38 ans 113
Quand je me suis posé la question de me faire opérer ou non, j'ai réalisé que cela revenait à s'imposer une maladie. Je suis solide, résistante, j'aime l'aventure et les sport extrêmes. L'idée de devenir plus faible et plus fragile, d'avoir besoin régulièrement de faibles quantités de nourriture, de perdre donc de la liberté d’action m'a révoltée.
Perdre ma capacité à jeûner si nécessaire, me mettre en danger en restant loin de tout à l'occasion donc voir ma liberté entravée tout ça pour quoi ? Pour que des cons arrêtent de me regarder "comme un grosse" ?
Le rapport gain / perte n'en valait vraiment pas la chandelle pour moi.
Depuis j'accepte beaucoup mieux mon poids, le regard d'inconnus bornés ne vaut pas que je me torture et m'asservisse volontairement.

Mais oui, lire tout ce dont tu parles m'a retournée aussi. Ton témoignage est clair et mérite d'être partagé pour mieux informer.
52 ans En bas à droite de la Voie Lactée 19
Franchement Sportonde, si tu es en bonne santé, sportive, et que tu peux pratiquer tous les sports que tu aimes, quel serait l'intérêt de te faire opérer ? Il y a les risques de l'anesthésie, ceux de l'intervention, le fait de toute sa vie être obligée de manger différemment, si j'ai bien compris... plus les risques que ça ne marche pas (parce qu'il y a quand même bien des témoignages d'échec !). Comme tu le dis, tu y perdrais une part de ta liberté. Et l'aventure et les sports extrêmes, est-ce que ce serait encore possible ? Parce qu'il faut quand même une sacrée résistance pour ça.

Je sais que je vais dire un truc d'une extrême banalité, mais la chose la plus importante à mes yeux, c'est la santé. L'amour, l'argent, la réussite, le regard des autres, à quoi ça sert si on est malade ?

OK, c'est un lieu commun, mais j'assume. Plus jeune, je ne sais pas si je me serais exprimée ainsi. Mais maintenant que je multiplie les problèmes de santé, je relativise. Angoisser en permanence pour savoir ce que sera l'avenir, n'est-ce pas pire que de ne pas pouvoir s'habiller en 36 ?

Se faire opérer quand on n'est pas malade, ça me paraît une hérésie, voilà, c'est dit. J'ai bien précisé quand on n'est pas malade !

Cela étant, je répète que je comprends la souffrance morale liée au poids. Mais il y a sûrement plein d'autres choses à essayer avant de passer sur le billard. Là, j'en suis à la lecture de la section RA (parce que ça non plus, je ne connaissais pas ! :D ). Eh bien, ça fait moins peur que la chirurgie, même si ça n'a pas l'air tous les jours facile.
27 ans 56
Je pense qu'une société tellement focalisée sur le physique (il n'y a cas voir le nombre de pub pour des régimes) ne peut qu'encourager la chirurgie pour "résoudre" les problèmes de poids. Quand on reçoit tous les jours de manière consciente ou non, des remarques comme "être gros c'est être malade", "si tu es obèse c'est que tu n'as aucune volonté" on se met à penser que c'est peut être vrai.

Et on est aussi dans un système où on veut tout et tout de suite, une rééducation alimentaire ça prend plus de temps et ça demande aussi un investissement mental plus important.
La chirurgie apparaît (selon moi) comme plus facile avec des résultats très rapides et impressionnant.

Quand on est en souffrance on a du mal à penser sur 10 ou 20 ans, on pense à demain, et l'attrait de la chirurgie est encore plus grand. Maintenant qu'on a plus de recul sur les chirurgies, le nombre d'échec, les complications et autres, les chirurgiens devraient réévaluer leur cibles. Avant de prendre la décision d'ouvrir, d'orienter les gens vers une RA.
B I U


Discussions liées