Céphalées et apnée du sommeil : quelle relation existe-t-il entre ces deux pathologies ?

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ?

En France, entre 5 et 7 % de la population souffre d’apnée du sommeil, un trouble nocturne qui a d’importantes répercussions sur la santé. Il existe trois types d’apnée du sommeil : le syndrome d’apnée du sommeil centrale, le syndrome d’apnée du sommeil obstructive et l’apnée du sommeil mixte.

L’apnée du sommeil centrale est causée par une défaillance du système nerveux central. En clair, durant le sommeil, le cerveau oublie tout simplement le fait de respirer. Ce type d’apnée du sommeil est rare et demande une prise en charge neurologique adaptée.

En ce qui concerne l’apnée du sommeil obstructive, la plus répandue, elles ont une cause purement mécanique. Le syndrome d’apnée du sommeil obstructive, ou SAOS, se caractérise par des phases répétées d’apnées au cours de la nuit, pendant au moins 10 secondes, déclenchées par une obstruction totale ou partielle des voies aériennes. Dans ce cas, il y a un relâchement des muscles du pharynx empêchant l’air de circuler normalement.

Le diagnostic d’apnée du sommeil n’est pas facile à établir pour un médecin. Ce diagnostic repose essentiellement sur divers examens médicaux ainsi qu’un interrogatoire du patient au sujet de ses symptômes et de sa santé en général. Un examen du sommeil est à réaliser à domicile ou bien dans une clinique du sommeil, afin d’établir certaines mesures comme le profil respiratoire, le taux d’oxygène, le rythme cardiaque, etc. Une polysomnographie vient également compléter ces examens, en enregistrant l’activité cérébrale et notamment la qualité du sommeil ainsi que les anomalies respiratoires.

Qu’il s’agisse d’apnées du sommeil obstructives comme centrales, leurs causes peuvent être multiples. L’apnée du sommeil peut toucher tout le monde, cependant, les personnes en surpoids ou obèses ainsi que celles avançant dans l’âge sont plus susceptibles d’en souffrir. L’obésité multiplie de fait les risques d’apnée du sommeil par 7, de même, les hommes sont 2 à 3 fois plus atteints que les femmes. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont également plus à risque.

L’apnée du sommeil entraîne de nombreuses complications et des symptômes réellement handicapants dans la vie quotidienne. Ainsi, outre un sommeil agité, avec des épisodes de ronflement, des micro-réveils et une respiration accélérée, les patients souffrant d’apnée du sommeil souffrent également de réveils en sursaut avec des sensations d’asphyxie. Le sommeil, très perturbé, est non réparateur. De ce fait, les réveils sont difficiles, avec une sensation de bouche sèche et d’importantes céphalées avec une sensation de pression dans la tête. Une somnolence diurne, des troubles de la mémoire et de la concentration durant la journée, ainsi que des sautes d’humeur, sont également présents lors d’apnée du sommeil. D’autres problèmes de santé ont aussi pour cause l’apnée du sommeil, comme une hypertension artérielle, une dépression et autres maladies chroniques.

Les céphalées, symptômes handicapants de l’apnée du sommeil

Les apnées du sommeil sont susceptibles d’entraîner d’importants maux de tête, dès le réveil. Ainsi, les troubles du sommeil et la céphalée sont intimement liés. Différentes études menées à ce sujet ont d’ailleurs prouvé que les troubles du sommeil sont associés à la survenue de la migraine chronique et jouent notamment sur l’intensité des maux de tête et leur progression.

Une analyse présentée en 2015 à Amsterdam, par le chercheur Daw Buse, avait précisément comme objet d’étude les relations entre les troubles du sommeil et les apnées du sommeil, lesquels entraînent des migraines chroniques ou épisodiques. Pour mener cette étude, un panel choisi sur le web, représentatif de la population américaine, a permis de caractériser les symptômes migraineux, leur sévérité, mais aussi leurs comorbidités avec les troubles du sommeil tels que l’apnée du sommeil.

Les caractéristiques démographiques ont démontré que les personnes souffrant de migraine chronique sont généralement des femmes en surpoids et souffrant d’apnée du sommeil. Pour les personnes souffrant de migraines épisodiques, elles sont nettement moins nombreuses à souffrir également d’apnée du sommeil. Une autre donnée intéressante concerne précisément la céphalée du matin. Daw Buse et ses collègues ont ainsi établi que les patients souffrant de migraines chroniques comme épisodiques ainsi que ceux souffrant d’apnée du sommeil présentent plus de céphalées le matin. En conclusion, le chercheur estime qu’il existe une forte corrélation entre la migraine et les troubles du sommeil. La plupart des chercheurs pensent également que le taux de personnes migraineuses et souffrant d’apnée du sommeil, mais l’ignorant, est important. Cela signifie probablement que le problème de l’apnée du sommeil, qui n’est pourtant pas sans conséquence, est sous-diagnostiqué chez les migraineux, en particulier les migraineux chroniques.

Le traitement de la migraine

Si vous souffrez de migraines chroniques ou épisodiques, notamment dès le réveil, et que de surcroît vous présentez un surpoids, parlez-en à votre médecin. Si ce dernier suspecte une apnée du sommeil, ce diagnostic pourra être confirmé ou infirmé par divers examens médicaux.

Si vous souffrez bien d’apnée du sommeil, alors la prise en charge médicale de cette maladie devrait vous aider à en diminuer les symptômes, tels que les céphalées avec sensation de pression dans la tête.

De manière générale, la migraine se traite à l’aide de médicaments comme le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’Ibuprofène, ou encore l’aspirine. Des traitements à base de dérivés de l’ergot de seigle, vasoconstricteurs, peuvent également aider à réduire l’intensité de la migraine. Le repos, dans le silence et l’obscurité, est également conseillé en cas d’épisode migraineux.


... Charger plus