MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Et si la depression était héréditaire.

S
37 ans france 2687
et si la dépression pouvait etre due a l'empathie , c'est a dire que certaine personne, plus sensible que d'autre, arrivait a ressentir les meme symptomes que la personne qui  
déprime?
51 ans Nice 591
LaMag a écrit:
Peux tu développer?


Et bien j'ai toujours vu ça comme étant une maladie mental et non physiologique. Que parler, me forcer a rire, a etre agréable avec mon entourage même lorsque je ne le souhaitais pas été une façon de combattre mes demons. Savoir qu'il se pourrai qu'un traitement me permette de quitter cet état me galvanise et j'y vois comme un pere-noel m'apportant un cadeau innespéré. (Phantasme/rêve/utopi) Même si je n'y crois pas trop, il me plait de le faire, et j'avoue avoir hate de discuter de cela avec un docteur.
5210
C'est vrai Yeyelle il faut savoir la prendre à temps et voir un medecin c'est pour ca que je me suis décidée mais pour mon grand père tous les medecins ont ete formel c'etait trop tard, il allait essayer jsuqu'à y arriver et ils ont eu raison.
Ca me fait peur, mon medecin et mon psy disent que je fais une depression, pas une petite deprime, j'ai peur de finir comme lui si vous l'aviez vu à la fin il avait le regard si vide....il n'etait plus lui il avait regresser au stade enfant et il avait perdu la raison. C'est attroce de voir votre "pere" comme ca. Je lis ce même regard chez mon parrain qui se noit dans l'acool.
Je ne supporterai pas de perdre à nouveau quelqu'un comme ca je prefere partir avant même si c'est egoiste.
Et si moi aussi je ne m'en sortais pas? Ca quatre ans quatre longues années que je suis rongé par la peur peur qui me bouffe à l'interieur, mais aussi par les souvenirs les souvenirs du sang partout la main qui pend.....je n'oublierai jamais.
40 ans En haut à droite 2485
Soslan a écrit:
LaMag a écrit:
Peux tu développer?


Et bien j'ai toujours vu ça comme étant une maladie mental et non physiologique. Que parler, me forcer a rire, a etre agréable avec mon entourage même lorsque je ne le souhaitais pas été une façon de combattre mes demons. Savoir qu'il se pourrai qu'un traitement me permette de quitter cet état me galvanise et j'y vois comme un pere-noel m'apportant un cadeau innespéré. (Phantasme/rêve/utopi) Même si je n'y crois pas trop, il me plait de le faire, et j'avoue avoir hate de discuter de cela avec un docteur.


Comme l'a dit yeyelle plus haut, ce n'est pas "que" mental, car il y a un déficit des neurotransmetteurs dans le transport de la sérotonine, et ceci est donc physique. Et c'est d'ailleurs pour cela que certains traitement anti dépresseurs aident dans la dépression, car ils ont une action sérotoninergique. Et il me semble que le but de ces traitements est de donner un "coup de pouce" chimique, pour aider le corps à retrouver son équilibre. Mais biensûr, une aide psychologique en parallèle est indispensable, pour régler le probleme "mental" de fond qui a engendré le déficit de neurotransmetteurs; (Mag et sa vision tjrs tres scientifique des choses :roll: )

Pour ce qui est de rire, de voir des gens, de se forcer à etre aimable meme quand on ne le souhaite pas, je l'ai fait aussi ; c'était pour me convaincre moi meme que j'allais bien. Le problème c'est que du coup j'ai mis de côté/enfoui/marcher sur cette névrose, et qu'elle m'a rattrappé au galop un peu plus tard.
67 ans Alsace 42
la dépression est un état d'ètre aussi, il y a plusieurs facteurs, je ne suis pas certaine que l'atavisme y soit pour qq chose, la bouteille est à moité pleine ou à moitié vide, cela dépend comment on voit la vie, qui n'a rien d'un fleuve tranquille, mais savoir et accepter que l'on fasse une dépression est un pas vers la guérison possible, parfois parler fait du bienm voir un bon psy aussi, cela permet de se redécouvrir soi même, de faire la paix avec soi même, car dans chaque maladie il y a plusieurs stades, bonne journée
feedelanuit
40 ans Zurich 179
Bonjour !

Je me sens assez concernée par ce post vu qu'il y a de nombreux cas de tentatives de suicides (et de suicides "réussis"), de dépressions dans ma famille....
Peut-être qu'il y a une prédisposition génétique dans tout ça (je ne suis pas neurologue donc ne me prononcerai pas), mais, pour moi, ca ne reste qu'une prédisposition, pas un déterminisme...
Quand toute ma famille, côté maternel, part en vrille, ma mère, elle, garde largement le cap, relativise tout ça, fait merveilleusement face et fait preuve d'une bonne humeur contagieuse...
Je serais donc amenée à penser qu'il ne s'agit pas d'héridité mais de comptes à régler avec le passé. Je m'explique. Généralement, les familles où l'on trouve de nombreux cas de dépressions ont une histoire assez "lourde" (et les dépressions en elles-même, voire les TS ne font qu'accentuer ce caractère). Pour ne pas se laisser "bouffer" par ça, il faut prendre du recul par rapport à l'histoire familiale, ne pas la renier mais l'accepter (voire en faire une force), se distinguer de tout ça... En gros, eux, c'est eux, et moi, c'est moi...
Je me demande même si des fois, il n'y a pas une "condescendance" par rapport à ses propres angoisses, lesquelles nous feraient exister au sein de notre histoire familiale (on serait dans la lignée quoi)... C'est peut-être un peu extrême comme propos mais...
Cependant, il apparait quand même que la dépression, la vraie depression, soit une vraie maladie, qui doit donc être traitée comme telle...
J'élargirai (très exposé facultaire tout ca ;)) sur la capacité de resiliance, mis au jour par les médecins, et qui varirait d'un individu à l'autre...
Bien à vous :)
5210
Je reviens sur le sujet puisque j'ai trouvé un truc sur doctissimo qui parle de cela : http://www.doctissimo....s_3384_depression_heredite.htm
B I U