MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Ma soeur, moi, et nos poids...

S
31 ans 3465
Bonjour à toutes.

En fait, je ne sais pas comment formuler ce qui arrive, alors ça risque d'être un peu du grand n'importe quoi.

Je n'avais plus revu ma soeur depuis  
quelques mois, du fait qu'on ne vit pas ensemble et qu'elle était en froid avec ma mère. Depuis quelques temps, elles ont repris contacte et du coup je l'ai revu...Et je dirais qu'elle a bien pris 15 kgs dans les dents.

Je vous explique, quand on était plus jeune, elle a toujours été plus fine que moi. Pas plus mince, juste plus fine, parce qu'elle a une constitution menue et moi non. Ce qui fait qu'à un poids tout à fait normal, j'ai toujours été, un peu la "grosse", parce que j'étais plus large qu'elle, alors qu'on a pas une grande différence d'âge. C'est, je pense, ce qui a poussé ma mère à me mettre au sport étant gamine et à me priver des sucreries et tout ça.

Arrivé à l'adolescence, avant ma prise de poids, c'était devenu un véritable enfer. Je me ramassais des remarques d'un peu partout. Alors que ma soeur avait le feu vert, pour bouffer tout ce qu'elle voulait quand elle le voulait, moi ma mère surveillait mon alimentation minutieusement. Du genre, ma soeur avait droit à sa glace après les repas, moi j'avais droit à une pomme. Ma soeur pouvait se resservir, moi non. Et l'excuse, c'était " Oui mais elle, elle prend pas de poids". Mais moi non plus je prenais pas de poids bordel! En y repensant, ma seule erreur c'était d'être plus massive musculairement et osseusement ( Ca se dit?). Bah ma fois, moi je ressemble à mon père, qui, sans être un gros, est un homme, grand et massif. Et la réponse quand je disais ça..." Oui, mais lui, c'est homme, c'est normal qu'il soit massif"...Allez comprendre la logique. Pourtant j'étais athlétique, grace aux heures de sport que ma mère m'infligeait, j'avais carrément des abdos et des os saillants. Mais rien à faire, il fallait que je sois FINE.

Enfin bref, tout ça pour dire que j'en ai énormément souffert et que ma soeur, n'a rien fait pour arranger ça, elle était plutôt du genre à mettre de l'huile sur le feu, en disant " Oh regarde maman, la grosse elle mange encore du chocolat"...Et je vous raconte pas la descente encore pire, quand un matin je me suis réveillée à 110 kgs. Alors là, ça a été la persecution.

Enfin depuis j'ai maigri, ma soeur est partie et ma mère à compris que peu importe le poids que je pèse, jamais ne rentrerai dans un 36, c'est morphologiquement impossible.

Si je vous raconte tout ça, c'est parce que, comme je l'ai dit plus haut, ma soeur a pris du poids. Elle ne rentre dans plus aucun de ses vêtements...Et l'autre jour elle est venue nous rendre visite, dans l'espoir que je lui prête des habits. Parce que oui, mon "énooooorme" 38, lui ira forcément. Sauf qu'à vu d'oeil, elle ne met pas du 38 mais un bon 42. Mais enfin bon, je l'ai laissé essayer pour qu'elle voit d'elle-même et surtout, c'est sadique je l'avoue, mais qu'elle prenne en pleine gueule le fait que même les habits de sa "grosse" soeur ne lui vont pas.

Sauf que là, elle s'est écroulée en pleure, en me disant qu'elle comprennait pas comment elle ne pouvait pas rentrer dans mes jean's alors qu'on faisait le même poids, pour aproximativement la même taille. Je me suis dit qu'elle finirait par comprendre que c'est juste une question de constitution. Mais du coup en la voyant en pleure, ma mère m'est tombée dessus en me disant que c'était très bas de ma part de l'inciter à essayer mes vêtements, sachant très bien que ça lui irait pas etc...etc...Bon primo, j'ai rien demandé à personne. C'est ELLE qui est venu pour trouver un truc qui lui irait. Et combien même, je voudrais me venger, ce serait justifié.

Enfin, tout ça pour dire que ça me fait mal au coeur. Pas pour ma soeur, mais pour moi. Parce que moi, quand j'étais considérée comme la grosse, j'ai eu droit à des remarques, à des inscriptions forcées, dans des salles de sports, à des régimes. Alors que elle, on la console, et ça devient de ma faute, si elle pleure, parce qu'elle craque ses jeans.

Je suis hyper rancunière, et je mène la vie impossible à ma soeur, comme elle, elle la fait. Je sais que je devrais pas, mais j'y peux rien. La réaction de ma mère, celle de ma soeur, qui continue à me mépriser en disant carrément " Mais putain, si même tes jeans me vont pas, qu'est-ce que je suis devenue..." Mais ce qui me blesse le plus, c'est ma mère. Je comprends pas...J'étais son enfant aussi, mais jamais elle m'a consolée, ou réprimender ma soeur, parce que pour la énième fois, elle m'avait traité de Thon ou de grosse vache. Non moi j'avais droit à des " Bah t'as qu'à maigrir si tu ne veux pas qu'on t'insulte".

Est-ce une préférence pour ma soeur? Est-ce qu'elle me fait payer le fait que je ressemble à mon père?

Vous, vous en pensez quoi? Comment je dois réagir? Parce que je deviens vraiment méchante avec ma soeur. Quand je dis méchante, c'est vraiment du sadisme. Je sais que je lui fais mal et ça me fait plaisir...
36 ans 142
Je comprends ta réaction (je la cautionne pas) !
Je pense pas que tu sois mechante parcequ'elle est grosse! ton comportement se justifie seulement par le genre de relation que tu as avec ta famille. Je pense que le seul moyen d'en sortir pour tout le monde c'est une discussion calme, que tout le monde finisse par comprendre le ressenti de chacun !

Mais bon j'ai bien conscience que c'est en théorie, et que le monde des bisounours n'existe pas ! alors courage :)
41 ans 04 5576
:shock: :shock: :shock:

ah ouais quand même.

Ben ecoute... en dehors de tout problème de poids et même si je n'ai pas envie de ressembler à un vieux bonze rabougri qui joue son maître zen : eloigne toi un moment, le temps de calmer ta haine envers ta soeur. Parce que ce que je vois en te lisant c'est que ta mère a une préférence ou une attitude différente entre toi toi et ta soeur, c'est vrai, mais c'est pas à ta mère que tu en veux le plus c'est à ta soeur. Elle, elle n'a fait que prendre l'habitude de claquer et de singer ta mère, peut être assez jeune pour que cela devienne une habitude. Ce n'est pas bien, certes, et je ne sais pas si elle est plus jeune ou plus vieille que toi mais avec un peu de reflexion personnelle de sa part, ça lui passera.

Quant à toi, tu es en train de te démolir avec une bonne vieille haine pourrie et bien rance.

tu connais le Schadenfreude ?
S
31 ans 3465
Non, je ne connais pas. C'est quoi le Schadenfreude?
45 ans 1896
Tu as dit à ta soeur et à ta mère que tu avais beaucoup souffert de leur attitude et que tu continues à en souffrir aujourd'hui? Si ce n'est pas le cas, il faudrait le faire ne serait-ce que pour tâter le terrain. Il n'est pas sûr que ça les fera évoluer, ou pas tout de suite, mais au moins elles auront toutes les informations pour comprendre.

Sinon, je ne peux que te conseiller la même chose qu'à beaucoup d'autres: faire un travail sur toi pour accepter (supporter?) ton entourage tel qu'il est à défaut de pouvoir le changer.
45 ans 1896
Sibell a écrit:
Non, je ne connais pas. C'est quoi le Schadenfreude?

Le fait de se réjouir du malheur des autres.
S
31 ans 3465
Mais elles savent parfaitement que ça m'a fait mal. On insulte pas une personne, dans le but de lui faire plaisir. Je ne sais pas si ma mère se rend compte, à quel point, elle privilégie ma soeur, mais je veux même plus leur parler. Honnêtement, je me renseigne pour quitter le pays et être le plus loin possible d'elles.

Je n'ai plus envie de lui donner de nouvelles, je veux qu'elle comprenne, qu'elle va finir par me perdre, si ce n'est pas déjà fait. J'ai aussi envie de la punir.

Et Toad, j'ai été voir sur internet sur le Schadenfreude...J'avoue, que ça me correspond assez en ce moment.
41 ans 04 5576
Maiadi a écrit:
Sibell a écrit:
Non, je ne connais pas. C'est quoi le Schadenfreude?

Le fait de se réjouir du malheur des autres.


on le traduit aussi par "joie malveillante". Je trouve cette expression plus réaliste : elle met bien en valeur le côté destructeur de ce sentiment.
48 ans 35 10308
Je dirais comme Toad, essaye de prendre de la distance, parce que là c'est à toi que tu fais du mal, surtout.
41 ans 04 5576
Sibell a écrit:


Je n'ai plus envie de lui donner de nouvelles, je veux qu'elle comprenne, qu'elle va finir par me perdre, si ce n'est pas déjà fait. J'ai aussi envie de la punir.
.


Bon. J'ai connu cela, un peu plus jeune que toi. J'imagine qu'il faut en passer par là pour comprendre et que les mots ne serviront à rien, mais ce que je te demande c'est de faire ce que tu as à faire en gardant ces mots ci en tête :

Majoritairement parlant, les parents ne haissent pas leurs enfants, et quand ils leur font du mal, c'est souvent par maladresse (Câline, ici je t'arrête tout de suite : je ne répondrais même pas au couplet sur les mères malveillantes, les parents sadiques, irresponsables etc).
Sibell, très souvent, à un moment de sa vie, on a besoin de faire payer aux autres pour ce qu'on a souffert par eux. C'est humain, certains leur font payer, certains arrivent à passer outre, d'autres ruminent leur mal pendant des années.
Si tu veux partir, et leur faire du mal, fais le. Mais garde en tête que peut être à un moment, tu auras besoin de retrouver tes racines. Peut être à un moment tu comprendras qu'ils ont juste été humains et fait des conneries, que tu as payées cher, c'est vrai, mais qu'ils n'ont pas cherché à te faire du mal.
pour ma part, je suis comme un arbre, j'ai besoin de savoir que je suis accrochée à quelque chose. Alors mes parents ont été loin d'être parfaits mais ils ont été et sont toujours parfaitement humains. Et depuis que je sais cela, que j'ai compris cela, je me sens mieux.
36 ans 5932
Je pense que tu devrais laisser exploser tout ce que tu ressens. Et je ne parle pas là de discuter avec elles, mais d'évacuer, de reprendre par le menu tout ce qui te reste sur le coeur. Même en hurlant, s'il le faut.
Peut-être qu'une fois que tu auras vidé tout ça, tu en seras libérée.
Parce que ça a l'air de te bouffer de l'intérieur, toi, plutôt qu'elles.
S
31 ans 3465
Mon problème est que, je n'ai jamais réussi à mettre des mots sur ma colère. Ni à savoir exactement, ce qui me met en colère. C'est pour ça, je pense qu'on me qualifie d'impulsive et de colérique. J'éxplose, un peu dans tous les sens, et ça n'a ni queu ni tête. Si ce n'est que je suis ultra agressive et que je n'arrive, malgré tout, pas à me faire entendre.

Du coup, ça me rend encore plus argneuse. Aujourd'hui, je crois que j'ai juste besoin de m'éloigner. Oui, pour les punir, mais aussi, pour me retrouver avec moi-même et construire ma vie en dehors de cette sphère familiale, qui me détruit. Je crois que j'ai même plus envie qu'elles comprennent le mal qu'elles m'ont fait. Je veux juste qu'elles restent loin de moi.
52 ans Région nîmoise 1567
Sibell a écrit:
Mais elles savent parfaitement que ça m'a fait mal. On insulte pas une personne, dans le but de lui faire plaisir. Je ne sais pas si ma mère se rend compte, à quel point, elle privilégie ma soeur, mais je veux même plus leur parler. Honnêtement, je me renseigne pour quitter le pays et être le plus loin possible d'elles.

Je n'ai plus envie de lui donner de nouvelles, je veux qu'elle comprenne, qu'elle va finir par me perdre, si ce n'est pas déjà fait. J'ai aussi envie de la punir.

Et Toad, j'ai été voir sur internet sur le Schadenfreude...J'avoue, que ça me correspond assez en ce moment.


Je n'ai ni mère ni soeur ressemblant de près ou de loin à cela. Et pourtant je comprends totalement ta réaction. J'ai l'impression de voir 2 bourreaux (parce que enfant, ta soeur avait PEUT ETRE des excuses mais plus maintenant) qui comprenent qu'ils ont perdu la partie et redoublent de cruauté. Ta mère et ta soeur te doivent des excuses et ont l'air de complètement l'oublier, ne perdant toujours pas une occasion de te mépriser. De quel droit ? Elles ne sont pas nées avec des droits au mépris que tu n'aurais pas. Autorise-toi donc la colère, plus que justifiée dans ce cas, mais n'oublies pas de leur rappeler de vive voix toutes les "saloperies" qu'elles t'ont balancé depuis longtemps. Oui, je ne suis pas trop d'humeur victime en ce moment...
sandydidou a écrit:
Je n'ai ni mère ni soeur ressemblant de près ou de loin à cela. Et pourtant je comprends totalement ta réaction. J'ai l'impression de voir 2 bourreaux (parce que enfant, ta soeur avait PEUT ETRE des excuses mais plus maintenant) qui comprenent qu'ils ont perdu la partie et redoublent de cruauté. Ta mère et ta soeur te doivent des excuses et ont l'air de complètement l'oublier, ne perdant toujours pas une occasion de te mépriser. De quel droit ? Elles ne sont pas nées avec des droits au mépris que tu n'aurais pas. Autorise-toi donc la colère, plus que justifiée dans ce cas, mais n'oublies pas de leur rappeler de vive voix toutes les "saloperies" qu'elles t'ont balancé depuis longtemps. Oui, je ne suis pas trop d'humeur victime en ce moment...


Je plussoie complètement, tu as le droit d'être en colère, ce n'est pas parce que ta sœur est malheureuse à cause de sa récente prise de poids que ça excuse le comportement qu'elle et ta mère ont eu envers toi depuis des années!! :2gunfire:

Le mieux maintenant serait que tu puisses exprimer tout ce ressentiment et si elles n'ont pas compris le message, que tu puisses t'éloigner d'elles pour ne plus subir leur comportement.
S
31 ans 3465
Vos messages me font vraiment plaisir ( à toutes hein). L'espace d'un instant, je me suis fait l'impression d'être un petit monstre, à force de malmener ma soeur.

Mon problème, c'est que je suis très loin d'être diplomate et que ma colère se manifeste par de la méchanceté. En fait, je fais vivre à ma soeur ce que ma mère et elle m'on fait vivre. Et à défaut d'avoir ma mère sur le dos, c'est moi qu'elle a.

A chaque fois qu'elle mange devant moi, je suis là pour la rappeler à l'ordre, lui faire des remarques et même la tourner au ridicule devant ses amis. C'est degue, mais ça me fait plaisir, c'est plus fort que moi. Pour moi elle n'a que ce qu'elle mérite, et ce qui me fait carrément monter au septième ciel, c'est qu'elle se réfugie encore plus dans la nourriture.

J'ai tenté de parler à ma mère cette après-midi, en lui demandant, si elle savait pour quelle raison je me comportais comme ça avec ma soeur. Elle m'a répondu " Je sais...Mais tu vas pas nous souler avec ça, ça fait longtemps, ya prescription, passe à autre chose". C'est tellement facile... Je lui ai aussi demandé pourquoi, elle ne la traitait pas, comme moi elle m'avait traité. Alors il paraîtrait que ma soeur est fragile et qu'elle n'a pas besoin de ça. Que moi, je ne comprends que la manière forte, d'ailleurs la preuve, j'ai maigri....

J'aurais même pas dû essayer de discuter avec elle. Tout ce que je veux maintenant c'est lui cogner la tête contre les murs. Et le pire c'est que ma soeur compte revenir chez maman...Sous le même toit...
B I U