MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quand l'anorexie, la boulimie et l'hyperphagie fusionnent...

30 ans 131
137310 a écrit:
bonjour la miss ,
dans se que tu ecris je me voi actuellement !!!

je compte la moindre calorie assimilé etc mais je ne me fais pas  
vomir

je bois beaucoup (thé , mange un carré de sucre car le matin j tremble enormement , sa m arrive de manger un yaourt ou meme de manger des chose du moins macher comme un chewing gum et recraché direct ) je ne sais pas se qui m arrive je suis sur les nerf pour un oui ou pour un non ! c'esst difficile ...
je sais que j veu perdre du poid etre bien foutu mais a quel prix !!!! j y es pris plaisir car en une semaine j ai perdu pratiquement *** kg


Blah blah blah... Je me met en danger pour être soit disant "bien foutue". Réfléchit deux minutes a quoi cela va t'amener; un poids qui est en dessous de celui que tu peut maintenir en mangeant NORMALEMENT. Faut vraiment que tu te remettre en question avec ton comportement alimentaire, parce que tu vas droit dans un mur. Tu ne peut pas te sous-alimenter a vie, ton corps c'est pas un jouet, ce que tu lui inflige il va te le rendre au triple de toute façon.

Continue a t'amuser si cela te chante, mais je te conseille de te renseigner un peu plus sur ce que tu t'inflige et leurs persécutions a long terme. Si cela ne te fait pas réagir, consulte un spécialiste sans attendre.
30 ans 350
Voila je reviens un peu aux nouvelles... Toujours le soir à des heures tardives, quand j'ai faim ou que je me sens rejetée...

Je dois reconnaitre qu'il y a quelques avantages à cette brusque perte de poids... Il en faut bien à travares toute cette merde... Mon regard a changé sur moi, j'ai un peu plus confiance en moi et ça se voit. Les autres hommes (et certaines femmes) me regardent aussi d'un autre oeil, je peux commander ce que je veux au mac do ou prendre un paquet de gateau sans etre jugée dans la rue (et sans me juger moi même), je peux me coudre de jolies fringues de taille standard juste par plaisir (et non plus parce que je n'ai pas le choix) et même refaire du lèche vitrine.

Mais ce sont là quelques maigres compensations par rapport à ma souffrance psychologique et physique. Je refais des analyses de sang la semaine prochaine. J'essaye de remanger un peu plus mais à chaque fois je tombe dans le comptage de calories, et mon copain (avec qui j'habite) ne m'aide pas vraiment à manger équilibré, donc pratiquement tous les soirs, le repas fini dans les toilettes... Et la nuit je suis tenaillée par la faim (normal puisque je n'ai plus rien dans le ventre)...

Je suis obsédée par ce qui entre dans ma bouche. Je ne pensais vraiment pas que ça finirait ainsi. Je sens mon hyperphagie en période de latence, comme si elle n'attendait que de resurgir, la preuve en est que pour le dernier repas que j'ai fait avec ma famille où je me suis autorisée de ne pas vomir j'ai mangé une quantité assez importante de nourriture (moins qu'avant puisque la satiété arrive plus vite, mais quand même).

Niveau psychologique je ne sors plus de chez moi à moins d'y etre forcée, mes amis s'inquiètent pour moi (j'étais quand même une petit fétarde avec eux avant tout ça). Je me sens mieux dans mon corps mais moins dans ma tête. J'ai envie de tout contrôler mais j'ai l'impression que ce n'est plus moi qui contrôle. Mes journées ne sont que suite de comptage de calories et vomissements, la balance a pris le contrôle de ma vie, et la solitude n'aide vraiment pas. Je perds c'est bien, je prends je suis encore plus mal. J'ai envie que ça s'arrête et en même temps je veux continuer à perdre. Oui, je suis toujours en accord avec mon idée d'aller voir un diététicien quand j'aurais atteint tel poids, et honnêtement j'ai hate d'y être, que le cauchemar se termine.

Je me renseigne un peu sur les centres de rééducation alimentaire mais ça semble couter cher, ou etre loin, ou les deux! Je vais voir si je peux le passer sur ma mutuelle parce que je ne peux pas me permettre de dépenser de telles sommes.

Voilà, c'était quelques nouvelles pommées d'une nana pommée.

Je vous souhaite une bonne fin de nuit ou une bonne journée!
S
85 ans 4896
je pense toujours que tu ne devrais pas attendre pour consulter un service spécialisé dans le traitement boulimie anorexie.

En te lisant, on dirait que l'hyperphagie te fait plus peur que la boulime ou l'anorexie, ils mettent pourtant plus vite ta santé en jeu, meme si c'est des troubles alimentaires.

Un centre de rééducation alimentaire, je ne sais pas exactement ce que c'est, mais la psychothérapie comportementale et cognitive peut donner des résultats intéressants.

Mais pour le moment je pense que tu n'es pas encore arrivée au bout car tu veux encore maigrir, tant que tu le voudras, cela ne marchera pas je pense.

Ce n'est malheureusement pas une question de volonté, si les "quand on veut on peut" fonctionnaient cela se saurait depuis longtemps, et comme je sais que tu es à fleur de peau je précise que cela n'est pas ce que je veux sous-entendre.

Je veux juste dire que je trouve que tu es en danger et que tu as besoin d'être suivie par des spécialistes de ce trouble alimentaire.

Si cela te fait du bien de parler ici, n'hésites pas, en tout cas.

Je te souhaite réellement de trouver la voie du bonheur et de l'apaisement.
47 ans 35 10308
Comme d'habitude je ne pourrais pas dire mieux que Saralou, je te souhaite de trouver ton équilibre le plus rapidement mais j'ai l'impression que tu es dans une situation où tu ne peux pas t'en sortir toute seule et tu as vraiment besoin d'aide.
Beaucoup de courage à toi, n'hésite pas à venir parler ici si ça peut t'aider ou te soulager, mais je pense qu'il te faut quelque chose de plus que ça.
:kiss:
30 ans 350
Après plusieurs mois d'isolement je reviens. Je suis toujours dans ma perte de poids, toujours dans la même souffrance. Seulement **roulements de tambours** j'ai rendez vous demain avec un psychiatre! Je ne sais pas si ça va durer, si je vais continuer après la première séance, mais pour moi c'est un énorme pas en avant, donc je suis contente. Mes prochaines analyses sanguines sont pour bientôt aussi.

Côté sorties toujours pareil je sors très peu, prétextant à mes amis qui veulent me sortir de mon appart maladies et autres conneries. Alors que je reste au fond de mon lit a regarder des séries toutes la journée. Seul mon meilleur ami a réussi à me bouger, je pars dans une semaine le rejoindre a l'étranger, plage, soleil et surtout avec lui H24 pendant 10 jours, ça va être génial! En plus il est dans une collocation avec de parfaits inconnus donc pas possible de vomir, et d'un côté tant mieux ça va faire faire un break a mon corps.

Ma famille maintenant: ma mère en totale contradiction avec moi. Avant elle me disait de maigrir, maintenant que je maigris elle me dis de manger. Certains proches voient dans ces derniers actes une forme de jalousie. Je ne sais pas personnellement a quoi elle joue, mais je ne l'avais jamais vue aussi insistante niveau nourriture avec moi... C'est flatteur mais tellement frustrant quand je lui rends visite et que je la vois cuisiner mon plat préféré alors que je ne mange pas (et qu'elle le sait!)...

Avec mon copain toujours pareil, mais il s'inquiète de plus en plus. Je fais des malaises a répétition, et la semaine dernière je me suis (un peu) ouvert le crâne, il réalise donc que perdre du poids c'est moins glamour dans la vraie vie que dans son imagination. Par contre je lui plais de plus en plus, seulement il a commencé à me parler de la limite de poids que je ne devrais pas franchir selon lui. Il n'aime pas les "sacs d'os" et a peur (à juste raison) que j'en deviennent un. J'ai un peu peur que ça prenne cette voie... On verra dans quelques kilos...

J'ai de plus une nouvelle obsession alimentaire : je ne garde plus que du bio (exemple le matin blanc d'oeuf en omelette bio avec une galette de riz bio et un fruit bio aussi; le reste de la journée si je mange quelque chose non bio je l'éjecte de mon corps). C'est non seulement sain mais en plus très pratique quand on me propose de manger quelque chose "non désolée je ne mange que du bio". Une autre de mes nouveautés alimentaires est de manger le moins de viande possible, mais cette fois par principe et non par lubie (pourtant j'aime tellement ça!) mais je réduis beaucoup.

Voilà, toujours le ventre qui gargouille mais cet entretien psychiatrique me redonne de l'espoir. Étant déjà passée par la, je compte lui dire sans détours ma principale pathologie ainsi que l'ensemble de mes symptômes, le but étant je pense de traiter mon gros problème , au moins il ne passera pas 6 mois juste pour poser un diagnostic. Je sais quels problèmes j'ai, je sais pourquoi, maintenant passons aux soins! Si j'arrive a venir a bout de mon problème, les symptômes disparaîtront forcément (et donc mes TCA avec). En tout cas j'espère!

Encore un pavé que je vous sers mais j'avoue que ça fait du bien de venir se confier ici ou on se sent entourée, et surtout comprise!

Merci ;)
Coucou pour te rep en quelque mot jai etait er marrive toujour les crise de boulimie jai u fait des regime a mes 15 16 17 an sa a marcher un peu puis jai vite repri 137 kilo a 17ans edmi mon homme m aime comme j etai er comme je suis! Jai ue denfant jai cacher mes crisedans mes deux grossesse un peu plus de 30kilo chacune je suis monter a 196 kilo oujoudui j en pese 190,4kg ma famille belle famille ami me rejette et je les enmerde car mon homme aime comme je suis et rien que lui me fait oublier tt les mechanceter dez autre une chose a dire le poid c rien quand on est en bonne santer donc avance et laisse leq rageu qui deteste comme tu est deriere une vie on en a que une.
48 ans Lorraine 4326
Je suis contente d'avoir de tes nouvelles lovetemptation
un grand grand bravo pour ton RV demain ! quel grand pas !
tu viendras nous raconter ton entretien ?

tu ne penses pas que ta mere se fait du souci pour toi, qu'elle voit que tu es en danger et que c'est juste pour ca qu'elle veut que tu manges ? (oui je sais , mon coté bisounours qui ressort ;-) )
34 ans 3196
Lovetemptation, j'espère que tu trouveras enfin une issue à tes TCA... qui semblent exprimer un vibrant appel à l'aide ! Que de souffrances... Tes proches ont mis du temps à réagir dis donc :? Etait-ce leur réaction que tu recherchais ? Sais-tu que tu n'as plus besoin de te détruire pour attirer leur attention ?

Vis pour TOI désormais, prends soin de ta santé. J'espère que le travail avec le psy t'aidera.

Donne nous des nouvelles :kiss:
30 ans 350
Comme d'hab je reviens aux nouvelles après quelques temps.

Mon premier rdv chez le psy s'est bien passé, le deuxième j'était un peu plus mitigée. Il m'a prescrit un antidépresseur, et semble plutôt se focaliser sur mes angoisses que sur mes TCA. Je pense que les deux sont liés et qu'il ne faut pas en faire abstraction... J'ai commencé l'AD il y a quelques jours, mais manque de bol il semblerait que je sois touchée par plusieurs effets secondaires notamment la perte de l'appétit (enfin du peu qu'il me restait). Chose qui commence a m'inquiéter car je maigris a vue d'œil et pour le coup ça ne me fait pas plaisir de ne pas contrôler mon corps et par la même d'être aussi faible. Ce médicament me fatigue beaucoup aussi, mais un effet positif c'est que mes angoisses disparaissent un peu (sans doute effet placebo du au soulagement de voir enfin le bout du tunnel).

Mon copain soulagé que je vois un professionnel, soulagé aussi que je prenne enfin un traitement, on dirait qu'il attend plus de miracles de ce traitement que j'en attends.

Mais pour en revenir aux TCA, le psy ne m'en a pas dit grand chose, il était juste choqué par ma perte de poids si rapide, mais bien vite son attention s'est portée sur mes angoisses. Quand je suis partie en vacances j'ai remangé normalement, pas de TCA notables, juste des petites envies, et une crise de boulimie vomitive sur 10 jours, donc ça allait. Mais de retour en France plus aucune envie de manger, ou alors jamais dans vomir. Et cet AD qui "finit le travail" pour "parfaire" mon anorexie, c'est un comble! Enfin j'essaie de ne pas trop m'en faire et je me dis que ça va revenir petit a petit...

Bises a vous toutes!
47 ans 35 10308
Merci des nouvelles LoveTemptation.

Tu as fait un très grand pas en te décidant à aller voir quelqu'un, maintenant que ce pas est fait, si tu as l'impression que ce n'est pas la personne qui te convient il ne faut pas hésiter à rechercher quelqu'un d'autre qui pourra t'accompagner de façon plus satisfaisante pour toi. Ceci dit, ce n'est pas forcément en 2 rendez-vous qu'on peut se rendre compte, mais ne t'acharne pas si tu sens que tu crains de ne pas progresser comme il faut. Ou tout au moins, je pense que c'est important de lui en parler, de lui dire ce que tu ressens de tes séances et ton questionnement par rapport aux priorités qu'il semble te donner. Peut-être aussi qu'il a vu des choses en toi que tu ne vois pas, mais encore une fois n'hésite pas à en parler avec lui, c'est un travail que vous devez faire ensemble, tu n'es pas obligée de te soumettre à tout ce qu'il veut si tu ne comprends pas ou que ça ne te parle pas.

Pareil pour les effets secondaires des AD, n'hésite pas à en parler. Peut-être que c'est juste temporaire, ou que ça peut s'améliorer en modifiant le dosage ou en trouvant une molécule plus appropriée.

Je te souhaite beaucoup de courage dans ton parcours.
30 ans 350
J'avais de nouveau besoin de parler cette nuit... Cela fait une semaine que je subis une phase d'anorexie très très intense.

Ça a commencé lundi matin comme d'habitude par cette envie de perte de poids qui m'obsèdait de plus en plus. Puis ça s'est installé insidieusement. Pas faim le matin, pas de soucis, j'ai l'habitude. Pas faim le midi. Tant pis c'est toujours ça de gagné. Pas faim le soir, mais je fais mine de manger une cuillère de pates devant mon copain, et hop, retour casserole discrètement. Puis le mardi, rien. Même pas pour faire genre devant le chéri, qui s'inquiète un peu. Mercredi, il revient avec des sucreries, et me demande d'en avaler au moins une bouchée. Chose faite. Jeudi, vertiges, un ou deux légumes pour rassurer un peu mon copain, idem vendredi, samedi hypersomnie, fatigue etc (normal me direz-vous, je ne mange pas). Copain qui s'inquiète, car d'habitudes les chocolateries disparaissent a la vitesse de la lumière, et cette fois ci, alors qu'il les avait mises bien en évidence sur la table, le contenu n'a pas bougé. Dimanche, repas de famille, je me sens "forcée" de manger un peu devant tous ces yeux qui me fixent, moi et mon nouveau corps dans lequel je me sens bizarrement étrangère. Et le soir séance intense de sport après le coucher de mon copain pour évacuer les calories, avec en plus laxatifs (ça faisait longtemps tiens!)

Inutile de dire que ça se voit sur la balance, mais surtout sur mon visage fatigué et les traits tirés.

Ces phases anorexiques ne m'étaient pas étrangères, mais c'est la première fois que j'en ai une aussi intense. Et bizarrement cette sensation de faim qui me déchire est agréable. Je me sens diminuer, je me sens disparaître peu à peu. Moi qui était si voyante je deviens invisible. (Je me relis et mes propos font peur. N'y voyez la aucune envie de mort imminente, en ce moment de ce côté la ça va!) Je ne sais pas comment m'exprimer, moi même je n'arrive pas vraiment à comprendre, mais paradoxalement je suis lucide sur ma situation. Un appel d'urgence a mon psy des demain matin s'impose, mais pour l'heure j'avais juste besoin de partager mes sentiments avec des personnes qui pouvaient vraiment me comprendre.

Merci de m'avoir lue.
30 ans 350
PS : merci pour les petites réponses que vous m'avez faites qui font plaisir, c'est la ou on a le sentiment de se trouver en communauté. Et ça fait du bien...

Ladybugette: peut être pour ma mère, je lui accorde le bénéfice du doute, en ce moment elle a l'air inquiète pour moi, donc en effet il s'agit peut être aussi de ça.

Aphasie: peut être que j'attendais (et que j'attends toujours) une réaction d'eux, une réaction de mon père surtout qui m'a avoué qu'il ne voulait pas me voir durant ma prise de poids parce quil avait "de la peine pour moi" :shock:

Angia: AD augmenté par mon psy car angoisses toujours présentes, encore plus fatiguée, heureusement que mes cours se font à la maison!!! Pour mon psy en effet je compte faire d'autres séances avec lui avant de voir si je change de thérapeute ou non... Il me booste mais de l'autre côté j'ai peur qu'il accorde trop d'effets miracle aux médocs. Tu as raison sur toute la ligne, le temps seulement me dira si je peux prolonger mon travail avec lui ou si un changement s'impose. En tout cas je ne compte plus rester sans suivi, c'est impossible vu ma galère...
B I U


Discussions liées