MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin d'en parler

27 ans 294
Bonjour!

J'écris ces quelques lignes mais, je ne sais pas trop ce que je veux.Je ne pose pas de question, j'ai juste un besoin vital de laisser sortir un mal être  
dont je n'ai jamais parlé et qui commence à devenir lourd. Désolée d'avance, ça va être long.

Depuis que je suis toute petite, je suis un peu rondelette mais voilà, mes parents ne s'en sont jamais souciés outre mesure. Je suis fille unique et ma mère m'a toujours adorée. Elle ne se trouvait pas très belle et je sais qu'étant enceinte, elle voulait juste une fille plus jolie qu'elle. Elle m'a toujours complimentée, sur tout. Je chantais bien, j'étais intelligente, etc. Mais ma mère, elle m'aimait tellement qu'elle ne me laissait pas trop sortir et je n'avais le droit d'aller que chez une seule amie car elle connaissait bien son père. Elle était mignonne, intelligente, je l'ai toujours un peu admirée cette fille. Puis un jour, suite à la mort de son père, elle a déménagé en Espagne,pays natal de sa mère. Et là, je me suis retrouvée affreusement seule.

Je suis entrée en secondaire (collège/lycée en France). Il n'y avait plus de garderies, ma mère était forcée de me laisser rentrer seule à la maison mais je devais lui téléphoner tout le temps. N'ayant pas l'habitude d'aller vers les autres, je n'ai pas réussi à me faire d'amis et, étant grasse, je suis vite devenue le souffre douleur de la classe, puis de 80% de l'école, assez petite. Je me faisais insulter, traiter de sale grosse, menacer. Et c'est là que je suis tombée de très haut. J'ai commencé à en vouloir à ma mère, de m'avoir menti et fait miroiter des choses. Je ne voulais plus aller en cours et j'ai réalisé avec encore plus de force qu'il n'y avait rien, personne. Je fuyais ma mère le plus possible et au plus je le faisais, au plus elle me harcelait pour savoir pourquoi, me disant qu'elle était là pour moi. Je faisais des crises d'angoisses. Avec le recul, je me rends compte qu'elle faisait de son mieux mais sur le moment, j'étouffais. A la même période, j'ai commencé à regarder des mangas animés et a faire fonctionner mon imagination. Alors dans ma tête, je créais mes propres personnages, des filles belles et pleines de confiance, ce que je ne serais jamais. Et elles bouffaient la mienne,de confiance en moi, a petit feu. Je me réfugiais dans mon monde au moindre problème, je passais ma vie à manger, je séchais les cours.

Mais un jour, j'ai eu un déclic. Ces personnages dans ma tête ils n'avaient pas de chaleur, ils n'existaient pas et j'étais incroyablement seule. Juste après, j'ai fait une tentative de suicide. Ma mère était folle de panique et me demandait à tout bout de champ si j'étais dingue, m'empêchait de m'approcher des couteaux ou objets pointus et, évidemment, de sortir. Ce qui m'a relevé, c'était un garçon, auquel je parlais sur le net, il vivait à Toulouse. Au bout d'un an de discussion, il m'a annoncé qu'il allait passer me voir. Et, c'était à prévoir, j'ai paniqué. Je ne pouvais pas lui montrer à quoi je ressemblais. Une fille avec qui je correspondait parlait de régime et, dans ma tête, ça a fait tilt. C'était le début des problèmes.

Je ne m'étais jamais pesée avant, à part aux visites médicales. C'est pour dire si le problème était abstrait. Avec le recul, je me dis que je ne pesais pas tant que ça. Et j'ai tout de même entamé un régime. Je n'ai eu aucune difficulté à m'y tenir, étant donné que je venais de me faire opérer de la cheville et que j'étais destinée à ne plus bouger pendant deux mois. Le temps que je sorte de convalescence, j'avais développé un dégoût pour la nourriture. J'ai vu le garçon que je voulais voir, il ne s'est rien passé de particulier mais c'était trop tard, l'objectif était fermement ancré dans ma tête. "Perde encore, un peu plus, devenir plus belle, libre". Un jour, par hasard, j'ai fini par craquer après un an. C'était sur des pâtes,je m'en souviens parfaitement. J'ai un peu paniqué et puis, l'idée m'est venue "Et si je me faisais vomir? Grosse comme je suis, de toute façon ". Puis, voyant mon ventre s’aplatir de plus en plus, je l'ai refait. Une fois, deux, fois,...Puis j'ai commencé à faire plus et plus de sport, je luttais contre mon corps, je le savais et ça me donnait la force de continuer. Si j'arrêtais, il allait me rattraper.

Un nouveau problème s'est ajouté à l'équation. Je me suis pesée, pour la deuxième fois et j'ai commencé à me fixer des objectifs. Je me suis rendue folle en constatant qu'en buvant en litre d'eau, je prenais un kilos. Ça a été l'enfer et pourtant, j'avais peur de grossir en lâchant prise alors j'ai continué.

Aujourd'hui,j'ai un copain. Je pense qu'il m'aime pour ce que je suis et pourtant, parfois, je songe à le quitter. Parce que je me dis qu'aujourd'hui, je fais une taille 38 mais qu'un jour, je reprendrai peut-être et qu'il m'abandonnera sûrement. Parce que j'évite de dormir chez lui et les repas de famille comme la peste. Aujourd'hui, je fais des études, ou du moins j'essaie, j'en sors pas. J'ai repris deux kilos, ma mère me prend pour une folle,elle fait l'inventaire de tout ce que j'ai mangé ces dernières heures. Je suis fatiguée, brisée, j'en ai marre, j'en vois pas la fin.

Merci d'avoir lu tout ça. Je sais que c'était long, que c'est pas très important, mais j'avais besoin de le laisser sortir.
48 ans CERGY (95) 871
C'était long, mais contrairement à ce que tu dis, c'était TRES important, au contraire.

Je ne sais pas trop quoi te répondre finalement, car je n'ai pas vécu les mêmes choses que toi, je ne voudrais pas être maladroite. Simplement, prends soin de toi. Et bravo d'avoir laissé sortir tout ça ici, vraiment.
45 ans région parisienne 5831
C'est dur tout ce que tu as vécu. Je crois que tu devrais te faire aider par quelqu'un: d'après ce que tu écris, j'ai l'impression que tu as des TCA, c'est ça?

Est-ce que tu te fais encore vomir? Tu sais, c'est vraiment très dangereux...

Je pense que ce serait bien que tu vois un psy, il pourra t'aider, tu pourras tout lui raconter, il pourra te conseiler. Ne reste pas toute seule dans ta douleur.

Je te souhaites beaucoup de courage pour la suite. Tu sais, il est possible de se sortir de tout cela et de reprendre une vie normale, c'est possible pour toi aussi. ;)
27 ans 294
Merci pour le soutien :)

Mamykro, je sais que c'est dangereux. Je me suis particulièrement bien documentée sur le sujet. Je ne me fais plus vomir, ou presque. Ce que j'ai tendance à faire, c'est manger à ne plus pouvoir puis "faire attention" pendant deux jours, perdre ce que j'ai pris puis me laisser les reprendre, puis les reperdre...Mais il arrive que ça devienne légèrement hors de contrôle

Le psy n'est pas forcément une bonne idée, j'ai pas les moyens, je ne peux (toujours) pas sortir quand je veux et ma mère refuse de comprendre qu'il y a un vrai problème. Pour elle, c'est une espèce de caprice, un truc qui pourrait aisément se résoudre avec un peu de volonté :?

Je voudrais en sortir mais, le truc, c'est que j'ai toujours trop mangé (et encore, ça semble loin) puis y a eu ce régime et je ne sais plus quoi manger, en quelles quantités. J'ai pas de repères.
45 ans région parisienne 5831
Mycea a écrit:
Je voudrais en sortir mais, le truc, c'est que j'ai toujours trop mangé (et encore, ça semble loin) puis y a eu ce régime et je ne sais plus quoi manger, en quelles quantités. J'ai pas de repères.


Mais ça, personne ne pourra jamais te le dire! On est tous différents, on a tous des besoins différents: telle personne mange comme un ogre et maigrit, telle autre mange peu et grossit. Telle personne mange des produits laitiers à chaque repas, telle autre n'en mange jamais sinon ça la rend malade... :?

De plus, chaque journée est différente aussi: selon que tu t'es dépensée ou pas, que c'est l'été ou l'hiver (etc) tu auras des besoins plus ou moins importants et différents à chaque fois (besoin de légumes, de riz...).

Je pense qu'aucun régime ne fonctionne car tous tendent de te dicter ta façon de manger, alors que chacun a la sienne. Tu devrais aller voir sur ce site, il y a pas mal d'articles qui expliquent pourquoi faire un régime conduit à des compulsions alimentaires.

perso, comme beauocup de personnes ici, j'ai suivi une ré-éducation alimentaire, et maintenant, je n'ai plus de problèmes avec la nourriture (ou presque, c'est pas totalement fini, mais ça a énormément diminué). Tu peux aller voir sur le site que je t'ai mis plus haut, ou sur le forum RA pour mieux comprendre tout cela. ;)
30 ans dans le lot et garonne 131
Ton histoire m'a touchée , elle me renvoie a ma propre histoire tres similaire a la tienne . Ma mere été comme la tienne elle ne voulais pas que je sorte elle avais tout le temp peur pour moi , au point de menfermer dans une vie ou j'ai grandis seule , sans amis , sans sortie ... J'Ai arreter ma scolarité au college et je l'ai continué a la maison avec des cours par correspondance ,moi je voulais devenir estheticienne mais l'ecole été selon elle trop loin :roll:
J'ai donc passée 3 ans chez moi a suivre des cours par correspondance qui ne me plaiser même pas, sans sortir , plus d'amis , j'etait seule terriblement seule et j'avait honte , honte de moi , honte de mon corp (du au nombreuse moquerie que j'avais subit
tout au long du college).
Je passer mon temp a manger et a grossir.Je mettait crée une vie parallele , une vie imaginaire ou je m'imaginais mince et belle avec plein d'amis et un copain . Mon seul moyen de communication été internet ou je parlais avec un garçon comme toi . Tout comme toi il a voulu me rencontrer et je me suis dit qu'il fallait que je maigrisse pasqu'il ne m'accepterai pas avec mes kilos en trop .C'est la qu'a commencé ma spirale infernale du regime , je ne mangeais et le peu que je mangeais je me fesais vomir . J'avais une telle volonter de maigrir que je me moquer de toute les recomendation de mes proches , j'etait decider a prendre ma vie en main , pour la premiere fois de ma vie mon corp m'appartenais , j'était la seule a decider pour lui et il m'ecoutais ...
J'ai perdu 43 kilos en 6 mois je fesait une taile 34 , mais je me trouvais terriblement grosse . Je te passe les details mais j'ai fini par trouver mon copain actuel avec qui je suis depuis 3 ans au debus moi aussi je me disait : "et si il m'avait connue avant ? Serait il sortie avec moi"
C'est question me bouffais litteralement , il me rassurais tout le tempmais sa ne me suffisait pas .
Je suis tomber enceinte au bou de 7 mois de relation sous pillule , nous avons pris la decision de garder ces bébés (des jumelles) , j'avais une peur enorme de grossir et je ne mangeais pratiquement rien , j'ai pourtant prit 17 kilos et mon homme me trouver belle il m'aimer même avec ces kilos , il a ete la pendant tout le long a me rassurer . Je fais maintenant une taille 38 j'ai des kilos en trop (oui je suis petite ) mais je n'y pense pas mon homme est toujours la , il me trouve encore plus belle qu'avant . Je pense a mon homme , a mes filles ...
Je sais pourtant que mes demons ne sont pas loin , ils sont quelque par dans un coin de ma tête je n'ai pas de solution a t'apporter je voulais juste te faire par de mon histoire .
En tout cas courages je sais combien ces dur ..
27 ans 294
Désolée pour la réponse tardive. Merci du témoignage, louanemaelle, je me suis sentie un peu moins seule.

J'ai découvert le forum en profondeur et plus particulièrement la section RA. J'ai rien à perdre, je crois que je vais tenter. Si ça marche vraiment,ça ne peut me faire que du bien. Même si ça risque de ne pas être facile...

Merci pour tout :D
52 ans Région nîmoise 1567
Mycea a écrit:
Désolée pour la réponse tardive. Merci du témoignage, louanemaelle, je me suis sentie un peu moins seule.

J'ai découvert le forum en profondeur et plus particulièrement la section RA. J'ai rien à perdre, je crois que je vais tenter. Si ça marche vraiment,ça ne peut me faire que du bien. Même si ça risque de ne pas être facile...

Merci pour tout :D


Salut Mycea !
Oui, le RA ça marche, ça te permet de redevenir un mangeur régulé, ce que nous serions si les régimes et/ou les TCA ne nous avaient pas déréglés. Mais ça prend du temps, notamment parce que ça remet sur la sellette TOUT ce que manger peut impliquer au niveau psychologique. Et qu'il faut du temps pour se libérer de ses démons.
Il me semble par ailleurs que parler avec un psy(chologue, chiatre, chothérapeute, etc.) ne pourrait que te faire du bien en vous permettant d'instaurer, ta mère et toi, une nécessaire distance entre vous. Quand tu dis que tu n'as pas les moyens, c'est à quel niveau ?
38 ans aude 792
Bravo Mycea pour ton courage et ta lucidité! Je pense aussi que la RA ne peut que te faire du bien, notamment en te permettant de te "désobséder" de la nourriture et de lâcher prise.
J'ai l'impression que tu vis sous pression, de ta mère, de la nourriture, de tes idéaux physiques... Tu as pensé à faire de la relaxation, de la sophro ou du taï chi? ça permet d'apprendre à se détendre et à harmoniser le corps et l'esprit.
Un psy peut aider aussi, peut-être qu'il pourrait t'aider à différencier tes propres besoins et désirs de ceux de ta mère (tu dois beaucoup l'entendre dans ta tête, non? Moi je me suis rendue compte qu'elle m'infantilisait et me prenait pour une incapable). Si tu es étudiante, tu dois habiter loin d'elle, aujourd'hui, non?
Bonne route :D et parcours un peu le forum, il est formidable :bday: ! Un vrai bol d'air!
27 ans 294
J'imagine que ça ne se fait pas en une semaine. Mais si ça vaut le coup, je pense que je peux essayer. Je n'ai aucun mal à ressentir la faim. Le truc ça va être d'arriver à manger sans culpabiliser et surtout, d'attendre.

Sinon, je n'en ai pas les moyens au niveau financier. Je suis étudiante, je n'ai aucun revenu sinon de l'argent de poche et ma mère regarde tous mes extraits de compte. Je lutte pour qu'elle arrête depuis un moment mais elle pense qu'étant ma mère, ça la regarde. Mais puisque mon père est parti elle a un peu de mal a joindre les deux bouts donc je doute de pouvoir y arriver. Et, même si je trouvais l'argent, je me fais bombarder de questions quand je sors. Je vais où, quand, comment, je reviens quand et je dois envoyer un sms par heure et être rentrée avant la tombée de la nuit :? .

Pour ma mère, elle m'a forcée à faire mes études ici mais ça ne pose pas trop de problèmes. Je l'ai haïe pendant un moment mais maintenant, même si elle me tape parfois sur le système, ça va mieux. Elle me prend clairement pour une incapable. J'ai pas encore la permission d'allumer le four parce que je pourrais mettre le feu a la maison (ce qui ne m'empêche pas de le faire de temps à autres). Pareil pour les bougies et l'encens (j'adore ça en plus).Un jour, je partirai mais tant que je vivrai sous son toit, je me plierai à ses règles. J'ai eu beaucoup de mal à avoir confiance en moi, sans doute à cause d'elle, mais je ne lui en veux plus et j'arrive tout doucement à grandir. Puis, je me rends compte que je n'ai qu'une mère et que, même si on ne se comprend pas, elle sera toujours là pour moi. Au plus je me débattrai, au plus elle resserrera son étreinte, j'ai fini par comprendre ça (enfin,je suis quand même pressée de pouvoir partir ).

pour la relaxation, j'y ai jamais vraiment pensé. J'ai dû arrêter le sport il y a quelques années et c'est comme si j'avais mentalement fait une croix sur les activités extérieures. Mais pourquoi pas. Je pense que ne pas faire grand chose de mes journées va jouer en ma défaveur donc je vais me renseigner :) .
B I U


Discussions liées