MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Je pensais au bypass et je me retrouve en RA ;)

B
41 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Fin juin, j'ai pris ma décision, je prends rendez vous chez un chirurgien!
Je n'y avais jamais pensé sérieusement "ce n'est pas pour moi".
Cependant, même si je n'ai jamais vraiment  
souffert de mon surpoids psychologiquement (sauf quand mon gyneco spécialiste m'a demandé de perdre du poids pour avoir un traitement pour être mère), c'est physiquement que je commence à le sentir... Et mes problèmes hormonaux sont pas là pour m'aider non plus!
1 étage à monter devient une montagne; courir avec mes enfants, l'Hymalaya; au boulot j'ai du mal a reprendre ma respiration quand je cours pour une urgence; mes genoux, mon dos parfois etcetera etcetera. Je vais avoir 35 ans, ce n'est pas à 50 qu'il faut que je me decide. C'est maintenant que je dois en profiter!!!! Meme si la chirurgie, les inconvenients, les risques sont là... je dois faire quelque chose!!!


Je rencontre un chirurgien, qui me parle by pass aussi vu le tableau de moi que je presente: hyperphage grignoteuse.
Il m'oriente vers un endocrino, un dieteticien, un psy. Je dois passer par eux et commencer le travail avec le diet. Ils donneront leur feu vert. Je suis allée dans le privé, il me parle de délai pour intervention en début d'année, cela dépendra de moi, de mon investissement, de mon évolution.


Et je rencontre le dieteticien... Son nom me dit quelque chose, il me semble l'avoir vu il y a peu ce nom, mais où???? J'ai une mémoire visuelle, je l'ai deja lu quelque part mais plus moyen de me souvenir!!! Grrr
"Bonjour Mr je viens en prévision d'un by pass."
Et lui commence à me parler de sensation de faim, de sassiété, de croyances alimentaires etc... Bizarre, cela me rappelle quelque chose. Il ne me dit pas clairement le nom de la méthode, mais j'en ai déjà entendue parler, ou lue plutôt!!!! Je suis face à un diet qui me parle de rééducation alimentaire :shock:

J'y avais pensé mais trouvais cette chose bizarre. J'avais regardé effectivement si il y en avais près de chez moi, j'avais vu la liste. Et là ça fait tilt: son nom je l'ai vu sur le site du GROS!

J'en suis à 3 rdv depuis mi juillet et dès le 2e rdv je me pose déjà la question de poursuivre ou non mon projet by pass. Au 3e rdv je lui en ai même parlé.

Je n'ai pas encore beaucoup de recul mais je mange quand j'ai faim, ce que je veux et sans donner de chiffres ;) je perds du poids.
Je me suis rendue compte que finalement je n'etais pas la grignoteuse que je pensais; je ne suis pas autant frustrée que ce j'aurai pu penser au départ.

Le bypass est loin pour moi et comme je disais au dieteticien si j'allais jusqu'une intervention cela serait desormais l'anneau et encore... l'idée de l'intervention s'efface un peu plus chaque jour.

Comme je disais, j'en suis à même pas 3 mois de RA, mes propos ne seront peut etre pas les mêmes dans 6 mois mais cette approche est vraiment interessante.
Je pense avoir eu de la chance de rencontrer ce diet meme si au final c'est d'une façon détournée. Je ne pense pas que beaucoup de programme de chirurgie bariatrique débutent de cette façon.
Je n'ai jamais vraiement eu un rapport conflictuel à la nourriture ( je ne me refuse aucun aliment par exemple) mais je me suis rendu compte de pas mal de chose me concernant qu'il faudrait en fait que j'ai toujours en tête:
- je grignote quand je m'ennuie, du coup quand j'y pense je me trouve un truc à faire et ça passe.
- j'ai du mal à ne pas finir une assiette servie, je n'aime pas jeter: je diminue mes portions quit à me resservir si j'ai encore faim
- la convivialité est mon point faible: je n'ai pas forcement faim mais c'est l'heure du repas en famille ou j'ai invité des gens du coup j'ai plus de mal a gérer: suis en plein travail sur ça
- j'ai du mal à dire non quand on me propose à manger (chocolat etc): "ai je faim" est devenu ma phrase leitmotiv et m'a permis de refuser poliment de nombreuses sollicitations.


Bref je m'étale mais voilà, je partais pour me faire operer et je me retourve en RA :lol:
44 ans Paris 9866
Très intéressant parcours, merci!
44 ans région parisienne 5831
Merci pour ton témoignage. Il me semble vraiment très encourageant. N'hésite pas à revenir nous donner des nouvelles sur ton futur parcours...
46 ans à la maison ! 10072
De nombreuses chirurgies seraient sans doute évitées si tous les candidats tombaient sur un diététicien du gros !
33 ans 1547
Ah tiens, c'est intéressant ! "La RA, par où commencer ? un protocole pré-opératoire " ;)
Tu as déjà repéré des choses intéressantes dans ton comportement alimentaire. N'hésite pas à continuer à partager ici ou sur ce post ton évolution.
http://www.vivelesrondes.com/forum/viewtopic_352069.htm
43 ans Paradise island 524
Très contente pour toi!
Tout bon protocole pré-opératoire devrait commencer par une RA,non pas forcément pour éviter la chirurgie (mais ça peut être le cas) mais déjà pour se donner toutes les chances de réussir son opération à long terme.Si on n'a pas travaillé sur son rapport à la nourriture avant une opération,c'est un gros risque d'échec.
C'est bien dommage que tous les services de chirurgie bariatrique ne fassent pas suivre le même parcours,ça n'empêche pas en attendant que les gens s'informent avant de vite se faire opérer.
Perso j'ai fait une RA de 2 ans avant de choisir de me faire opérer,tu fais très bien de te laisser le temps qui ne sera pas perdu,en revanche je comprends mal le passage sur l'anneau plutôt que le by-pass,c'est une erreur à mon sens.
Bonne continuation
B
41 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Merci les filles ;)


Le by pass m'a toujours semblé trop radical, contraignant, irreversible, à risque, etc. Cependant étant à un point physique de non retour, il fallait que je fasse quelque chose!
Comme je le disais hapinesstherapy, me pencher sur mon rapport à la nourriture m'a fait me rendre compte que je ne suis pas l'hyperphage grignoteuse comme je pensais.

Hyperphage, ben finalement pas dans le sens médical pur du terme ou en tous cas pas tous les symptomes qu'on veut lui donner. Oui je mange beaucoup à table mais pas que du calorique mais pas de pulsion incontrolable, de nervosité, ni de culpablité au jour le jour.
Le coté grignoteuse argumentait aussi le plus le fait de choisir un by pass que les 2 autres techniques.
Hors je ne pense plus finalement être grignoteuse aux vues de ces presque 3 mois passés en RA.

Après , je suis surement encore en phase lune de miel avec la RA et la chirurgie quelqu'elle soit n'est plus ma priorité. Et si chirurgie il y a, n'etant pas grignoteuse, l'anneau redevient une possibilité qui me fait moins peur que sleeve ou by pass. J'ai de toute facon bien le temps d'en reparler avec le chirurgien!


POur l'anecdote, je suis sensibles aux signes...
Le jour où j'ai telephoné pour prendre rdv chir, j'ai envoyé un message à une amie bypassé 18 mois plus tôt pour lui dire que je passé le cap. Elle m'a alors répondut qu'elle était aux urgences suites à un problèmes graves inhérents à son bypass... :? Tout va bien pour elle mais la coincidence est marquée.
47 ans Lorraine 4326
tres interessant !
Lune de miel en RA ? nan je crois pas , ou la mienne dure depuis 3 ans ;-)

tu nous tiens au courant de la suite ?
Ca m'interesse ce que tu dis sur le "manger convivial" .
B
41 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Ladybugette, je dis lune de miel car quand on decouvre quelque chose, en general au debut tout est beau tout est rose :lol:



Mon diet a relevé que j'avais une oralité très forte suite à mon questionnaire. Beaucoup de chose passe par la bouche chez moi: j'ai faire a manger, manger, faire a manger avec mes fils, inviter, aller au resto entre amis etc, mais j'ai aussi un métier de communication et je suis une pipelette :lol: Et le "manger convivial" fait partit de cela.
Ce midi, je suis allé au resto avec ma petite famille, j'avais clairement la dale. J'ai pris ce que je voulais, j'ai meme reussit à ne pas finir mes frites et sans pour autant etre frustrée lol Ce soir au moment du repas, je n'avais pas faim, je ne me suis pas mise a table avec mes hommes. Ca m'a un peu couté mais j'ai su passé le cap en m'occupant à autre chose ;) Les week end meme sans sortie ni invitation sont plus difficile car quand je ne travaille pas, je suis en famille midi et soir... même sans faim.
47 ans 35 10308
Très intéressant ton parcours. Il y a quelques passages de ce que tu dis qui me parlent particulièrement par rapport à ma propre histoire avec la RA.
boubou59 a écrit:
Oui je mange beaucoup à table mais pas que du calorique mais pas de pulsion incontrolable, de nervosité, ni de culpablité au jour le jour.
Le coté grignoteuse argumentait aussi le plus le fait de choisir un by pass que les 2 autres techniques.
Hors je ne pense plus finalement être grignoteuse aux vues de ces presque 3 mois passés en RA.
(...)
Mon diet a relevé que j'avais une oralité très forte suite à mon questionnaire. Beaucoup de chose passe par la bouche chez moi: j'ai faire a manger, manger, faire a manger avec mes fils, inviter, aller au resto entre amis etc, mais j'ai aussi un métier de communication et je suis une pipelette. Et le "manger convivial" fait partit de cela.

Je me reconnais beaucoup dans cette description, j'étais également une "grosse mangeuse" à table mais pas une vraie hyperphage, pas de pulsions. Et une grande importance aussi de la convivialité liée à la cuisine et à la nourriture.
Avant de découvrir la RA, j'avais un IMC un peu supérieur à 40 et je continuais à prendre du poids. Je ne m'étais pas posée la question de la chirurgie mais j'aurais pu être "dans les clous". J'ai commencé à m'intéresser à la RA il y a 4 ans je pense, et je ne suis pas revenue en arrière parce qu'il n'y a rien (mais vraiment rien) qui me déplait dans cette démarche. J'ai l'impression d'avoir tout gagné et rien perdu (enfin, si, un peu de poids! ;) IMC de 35 maintenant). J'ai toujours autant (voire plus) de plaisir à cuisiner et manger, je peux aller au resto tranquillement, je peux me permettre des repas conviviaux plus conséquents sans trop réfléchir parce que je sais que mon appétit va naturellement s'équilibrer sur les repas suivants, je ne me sens plus "lourde" en sortant de table... Je ne vois pas pourquoi je reviendrai à "avant", je n'ai rien à y gagner (et particulièrement rien à y gagner au niveau plaisir). Donc je te souhaite la même route que moi sur le chemin de la RA et les mêmes satisfactions.

J'ai aussi beaucoup apprécié que tout se fasse lentement, progressivement, ça permet de vraiment comprendre comment on fonctionne et garantir qu'on trouve son équilibre propre.

La différence avec ce que tu dis, c'est que comme j'aime être à table avec les autres, je me mets à table même quand je n'ai pas faim. Soit je mange peu, mais je goûte quand même, soit si c'est un repas convivial spécial je mange quitte à dépasser ma faim et je me rattrape après. Ne pas partager le moment du repas avec mes proches, je trouverai ça difficile, même si je ne partage que le moment et pas le repas (je ne sais pas si c'est clair).
B
41 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
je te comprend Angia. Ce soir c'est la premiere fois que je ne mettais pas a table avec les loulous... mais mon mari en fait non plus du coup je me suis sentie moins en difficultés. POur moi le repas est un moment famillial important, faut juste que j'apprenne effectivement à gérer ma sassiété à ces moments là. Etre à table et juste profiter du moment en famille sans forcement manger un repas entier.

Ton parcours me rassures, de voir que d'autre dans la meme situation alimentaire lol que moi s'y tienne, ça encourage
46 ans à la maison ! 10072
Angia a écrit:

Je me reconnais beaucoup dans cette description, j'étais également une "grosse mangeuse" à table mais pas une vraie hyperphage, pas de pulsions. Et une grande importance aussi de la convivialité liée à la cuisine et à la nourriture.


Je me reconnais aussi beaucoup dans cette description. Avec une difficulté à ne pas manger ce que j'ai devant moi nettement en train de changer (à part quand je suis vraiment nerveuse ou que je m'ennuie : il faut que je m'occupe les mains).
En tout cas, me rendre compte que je peux me servir des petites portions (même quand mon père est là !), que le plat n'allait pas disparaitre pendant que je mange mon assiette, que j'ai "le droit" de manger quelque chose à n'importe quel moment si j'ai faim. Que j'ai le droit de manger ce qui me fait envie quand j'ai faim (donc que si le gâteau ne me fait pas envie à midi, je pourrai en manger l'après-midi, le soir ou même le lendemain), m'a permis de changer beaucoup de mes comportements.

En effet, je ne vois pas d'aspect de la RA avec lequel je ne sois pas d'accord.
B I U