MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Situation triste, stagnante et plombante

29 ans 1489
Bonjour les ami(e)s!

attention risque de gros pavé

Pour être honnête, ça fait déjà un certain temps que j'hésite à vous parler de mes problèmes sentimentaux. Y'a rien de rocambolesque,  
de fabuleux, de badaboum, j'ai juste l'impression d'être dans la vase (pour ne pas employer un terme plus grossier :roll: )

Alors voilà: Il y a un peu plus de deux ans, j'ai rencontré un garçon (enfin un homme) et on est tombés amoureux. On a passé plein de super moments! Nos deux personnalités sont très différentes. Il est extrêmement expansif, bavard, très honnête (n'hésite pas à raconter ce qu'il a sur le coeur sans avoir peur du jugement des autres), pas franchement indépendant. Tandis que moi je suis beaucoup plus réservée, plutôt à essayer d'agir avant de causer à droite à gauche, plus débrouillarde aussi je pense, pour des questions d'éducation notamment. On est tous les deux très nerveux et angoissés, sauf que lui le "partage", tandis que moi je garde tout à l'intérieur, ce qui n'est pas super je le concède.

L'estime qu'il a de lui est désastreuse, surtout sur son physique. Il se voit comme un tas de graisse d'une tonne alors qu'objectivement il est un grand type costaud (qui aime bien manger certes :P ). Je devais le rassurer 24h sur 24h sur tout, que ce soit sa vie professionnelle, son physique, ce qu'il a dit la veille etc.

Il m'a rapidement pris beaucoup d'énergie, dans tous les sens du terme. Tout le temps à compter sur moi, n'avait pas de situation de logement très stable (changements fréquents de collocs), contrairement à moi. Toujours fourré chez moi, ça a commencé par son vélo dans le couloir, pour finir par tout son linge sale (dont je m'occupais), ses affaires de sport, mon frigo et mes placards retrouvés vides sans qu'il m'en aie informée... Il pouvait aussi débarquer chez moi à une heure du matin parce que ça l'arrangeait de dormir chez moi qui habite au centre ville, sans m'avertir auparavant. Si je lui demandais de m'aider (faire la vaisselle ou les courses par exemple), il le faisait, mais je devais toujours lui demander, pour le moindre petit truc, il ne faisait rien par lui même. Je lui ai souvent aussi prêté de l'argent, mais il m'a toujours rendu, pas de soucis de ce côté là.
Je ne parle pas du plus ch*ant, les téléphones trois fois par jour pour le rassurer sur ses projets, ce qu'il devait faire, ce qu'il avait fait etc. J'ai parfois discuté la nuit entière avec lui alors que le lendemain j'avais une journée de 12h devant moi (heureusement que je n'ai pas besoin de beaucoup de sommeil!)
Et quand moi j'avais un souci, il ramenait tout à lui. La discussion commençait par "ah c'est comme moi...".
C'est pas très sympa pour lui de dire ça, mais à la fin il était même flemmard dans nos relations sexuelles. Imaginez un type qui reste coucher tout du long, ne fait pas le moindre effort pour que ça "dure" un tout petit peu.. Pourtant il était demandeur et moi aussi d'ailleurs.

Mon énorme erreur, c'est que je l'ai très peu "rappelé à l'ordre", ou plutôt que je ne me suis pas assez souvent exprimée là dessus. je l'ai fait parfois, et ça allait mieux pendant trois jours, puis tout comme avant. Un de me gros défauts, et là c'est totalement de ma faute, c'est que je suis capable d'encaisser pendant longtemps mais qu'au bout d'un moment je pète un plomb. Mais alors pour de vrai, si vous voyez ce que je veux dire :roll:

je l'ai quitté à la fin de cet été. Il a été très malheureux. Moi j'avais LA PAIX ROYALE lol! Je n'ai fait que bosser et dormir, ses affaires n'emcombraient pas mon chez moi... Je n'ai jamais cherché à rencontrer un autre. J'ai couché un soir avec un type alors que j'étais partie 4 jours à Berlin avec mes amis, mais c'était la définition même de ce qu'on appelle le "coup d'un soir", un rapport sexuel protégé entre deux adultes responsables.
Mon ex et moi se croisions toujours, pour des raisons professionnelles. On ne bosse pas ensemble mais dans le même milieu, on est obligés de se voir des fois. Nos relations restaient tout à fait correctes, malgré le fait qu'il souffrait beaucoup, il était poli, ni plus ni moins, il a assuré de ce côté là. Il me manquait quand même, mais j'étais trop contente de ne pas avoir à m'occuper de quelqu'un. C'est un peu égoïste je vous l'accorde.

Il y presque deux mois, on s'est un peu retrouvés, et on s'est remis ensemble, Ca n'a pas été le feu d'artifice, mais on se sentait bien je pense, je crois qu'on s'aime beaucoup quand même... Sauf que ça recommence. Malgré nos bonnes résolutions (lui d'être plus responsables et moi de me faire aider par une psy pour ma nervosité qui est quand même assez extrême), les mauvaises habitudes reviennent. Il se remet à bouffer mon temps, mon énergie, mon appart. Je le prend un peu mieux car le truc de la psy ça m'aide vraiment, et en plus j'ai repris le sport et arrêté de fumer depuis juin. Sauf que maintenant, il m'agace. Son immaturité (il a 30 ans) m'agace, dès qu'il dit un truc un peu bête, ce qui arrive à tout le monde, il m'agace, dès qu'il me demande quel bus il faut prendre ou comment on débouche un évier il m'agace... Enfin vous voyez le truc :D
Et j'ai beaucoup de peine à ressentir du désir pour lui :(

Je sais que ce n'est pas une baisse de libido car je ressens du désir pour d'autres hommes. Mais je vous arrête tout de suite, je ne cherche même pas forcément autre chose. Pour vous donner un exemple, il y a quelques temps j'étais au bistrot avec deux amies et j'ai trouvé le serveur super beau et je leur ai dit. Et bien j'y suis retournée hier avec l'une d'entre elles, le même serveur était là. Ma pote me dit "Lady in green, c'est ton chouchou le beau serveur", et bien j'avais complètement oublié :shock:

Ce qui m'aide beaucoup, c'est que j'aime mon travail, et j'ai de bons amis. Mais je n'ose pas trop parler avec eux car je suis assez pudique là-dessus et peut-être un peu trop fière. Et j'ai toujours peur de les ennuyer avec ça, ou alors je pars défaitiste, me disant qu'ils ne peuvent rien faire pour moi.
J'ai également été dans des situations stressantes ces derniers temps, beaucoup de boulot, rendu de mémoire car je finis mon master à côté de mon travail, légères tensions familiales qui heureusement ne me concernent pas directement, et un de mes meilleurs amis qui a replongé dans la polytoxicomanie... ça n'aide pas pour le moral!

Actuellement, si je m'imagine avec ou sans mon copain ça donne ça:
avec lui: ça craint
sans lui: ça craint

:lol:

Mais je n'ai pas envie de lui faire vivre une situation pourrave. A défaut du désir et de la passion, j'ai beaucoup de respect pour cet homme, j'aurais aussi pu écrire un pavé sur pourquoi c'est quelqu'un de très bien. J'ai l'impression que ce sera encore à moi de prendre une décision mais cette fois c'est moi qui suis à la masse!
Les quelques potes à qui j'en ai parlé ont des avis divergents. Autant on me dit de couper court pour arrêter les dégâts, autant on me dit de laisser du temps pour que ça se reconstruise... arg!
J'avoue aussi manquer de courage, j'ai de la peine à imaginer tirer un trait sur ce qu'on a vécu, sur nos intérêts et amis communs...

bref, voilà pour le roi des pavés! merci aux bonnes âmes ayant tout lu et bisous à tout le monde, quand même!
M
90 ans 1565
Effectivement,c'est compliqué...
Peut-être que tu devrais en rediscuter avec lui une nouvelle fois?
35 ans 886
Coucou,

A te lire, dans l'état actuel des choses j'ai l'impression que dans ton coeur il est plus un ami cher qu'un amoureux.

J'ai une question, quel est son point de vue à lui sur votre relation actuelle? Il est vraiment amoureux de toi? Il a l'impression que ça se passe bien, ou non? Il est conscient des choses qui ont fait se terminer votre couple la fois précédente, ou non?
36 ans Dans un petit village dans le Sud 2273
Bon, ma question va peut être te sembler méchante mais ce n'est pas l'intention que j'ai :

Est il amoureux de toi ou s'est-il remis avec toi car ton soutient dans la vie de tous les jours lui manque?

Comme Alia, je me demande si tu ne le voies pas plutôt comme un ami qu'un amoureux.

Après, par expérience, J'ai été avec un homme qui pensait qu'être avec moi résolvait tous ses problèmes. Il m'a fait vivre l'enfer car j'étais responsable de tout et il ne prenait aucune décision. Partir m'a fait un bien énorme!

Actuellement en couple depuis 8 ans, j'ai mis près de 4ans avant de prendre des décisions dans mon couple tellement l'autre m'avait marqué (et pourtant je n'étais pas restée avec lui longtemps 5-6 mois)

Je ne suis pas la meilleure conseillère pour toi car mon expérience fait que je te dirais de passer à autre chose (mais est ce la solution?) mais si tu veux parler par contre, je suis là.
49 ans au feu rouge à droite puis au prochain carrefour à gauche ....... 1367
je pense exactement comme les copines plus haut .
c'est plus un très bon ami qu'un amour ...

c'est tout à fait l'impression que j'en ai quand je te lit .
26 ans Ici 284
Lady_in_green a écrit:

L'estime qu'il a de lui est désastreuse, surtout sur son physique. Il se voit comme un tas de graisse d'une tonne alors qu'objectivement il est un grand type costaud (qui aime bien manger certes :P ). Je devais le rassurer 24h sur 24h sur tout, que ce soit sa vie professionnelle, son physique, ce qu'il a dit la veille etc.


Lady_in_green a écrit:

Il y presque deux mois, on s'est un peu retrouvés, et on s'est remis ensemble, Ca n'a pas été le feu d'artifice, mais on se sentait bien je pense, je crois qu'on s'aime beaucoup quand même... Sauf que ça recommence. Malgré nos bonnes résolutions (lui d'être plus responsables et moi de me faire aider par une psy pour ma nervosité qui est quand même assez extrême), les mauvaises habitudes reviennent. Il se remet à bouffer mon temps, mon énergie, mon appart. Je le prend un peu mieux car le truc de la psy ça m'aide vraiment, et en plus j'ai repris le sport et arrêté de fumer depuis juin. Sauf que maintenant, il m'agace. Son immaturité (il a 30 ans) m'agace, dès qu'il dit un truc un peu bête, ce qui arrive à tout le monde, il m'agace, dès qu'il me demande quel bus il faut prendre ou comment on débouche un évier il m'agace... Enfin vous voyez le truc :D
Et j'ai beaucoup de peine à ressentir du désir pour lui :(


A te lire comme ça, je rejoins les autres. Je pense que tes sentiments ont été usés avec le temps à cause de sa façon d'être, ses complexes envahissants, du fait qu'il se soit presque totalement reposé sur toi. Comme tu le dis il n'en reste pas moins une bonne personne, mais le tout qu'il forme ne te convient peut-être pas amoureusement?
Tu en as eu ras-le-bol et l'a quitté, si j'ai bien compris non pas parce qu'il était une mauvaise personne mais parce qu'il te bouffait la vie, en te remettant avec lui, malgré les résolutions tu remarques qu'en fait les mauvaises habitudes reviennent, ce qui ne saurait pas arranger la situation. Ça ne saurait que t'éloigner de lui malheureusement. JE pense également que lui parler et le questionner pourrait t'aider à y voir plus clair.

La question de cflorence3 est assez pertinente :?
48 ans 35 10308
Je trouve aussi intéressantes les questions d'ali-a et cflorence.

On peut aimer quelqu'un et ne pas arriver à vivre avec lui. Quand quelqu'un commence à nous agacer quoi qu'il fasse, il faut une sacrée capacité de recul pour que ça ne devienne pas une spirale. En gros, plus il t'agace et plus il va t'agacer, sauf si tu deviens une championne du lacher-prise, mais d'une part ça n'est pas toujours facile - bravo de travailler sur tes réactions émotionnelles, ce n'est pas évident - et d'autre part il ne faut pas non plus que ça conduise au renoncement (c'est à dire au point où tu t'en fous de ce qu'il fait, et donc tu finis par t'en foutre de lui).

J'ai l'impression à te lire qu'il vous est en fait compliqué de vivre ensemble à moins de devenir des gens complètement différents. On peut changer des choses dans son attitude, on évolue tous (encore une fois bravo d'avoir entrepris un travail avec un psy, ça t'aidera de toute façon) mais c'est difficile de se changer complètement. Ça ne fait pas de vous des mauvaises personnes pour autant, juste qu'ensemble ça ne fonctionne pas.

Je pense aussi que ça serait intéressant de savoir comment lui se sent dans cette relation, est-ce que ça lui convient, est-ce qu'il a l'impression de faire des efforts, ça lui coûte, etc etc... Bref essayez de discuter franchement.
29 ans 1489
Coucou, et merci à ces réponses qui me semblent toutes pertinentes!

Alors lui est amoureux de moi. Il le dit, je le sens, il estime que je l'ai beaucoup aidé à trouver un peu d'équilibre, enfin de tranquillité plutôt... Il estime faire des efforts, et honnêtement je le crois. Mais mon seuil de tolérance est très bas à l'heure actuelle. Bien que je trouve normal qu'on ne puisse pas zapper ses mauvaises habitudes en quelques semaines.. J'en suis consciente. Et paradoxalement, je n'aime pas être dans cette position de lui demander de changer, je trouve que personne n'a vraiment le droit de lui demander ça. Or, lui-même dit qu'il veut changer.
Pour répondre plus précisément à Cflorence, cette tendance qu'il a à se reposer sur les autres, ce n'est pas qu'avec moi. C'est pareil avec sa mère, son frère, ses exs, et certains de ses amis. C'est comme ça depuis toujours visiblement. Je pense que ça pourrait convenir à certaines personnes, mais moi pas. De ce côté là, je pense que Black Leather et Angia ont bien cerné le truc.
Surtout cette remarque sur l'usure. Franchement, j'arrive encore à avoir des discutions calmes avec lui, mais je me sens tellement fatiguée émotionellement..

Le fait qu'on n'arrive pas à vivre ensemble, je crois que c'est sur aussi. On est quasiment opposés.. Lui assume son côté très paresseux (ce que je trouve très bien et que j'envie presque), il ne stresse pas après une journée sans rien faire ou sans sortir. Or, ma psy m'a "diagnostiquée" comme étant hyperactive. Vivre avec quelqu'un d'hyperactif n'est pas très marrant, même si je suis visiblement un cas léger et que j'essaie sincèrement de faire des efforts. Je n'ai jamais fait de remarque à mon copain là-dessus, mais il m'a dit qu'il se sent comme une grosse feignasse à côté de moi, ce qui n'arrange pas son manque de confiance. J'essaie de lui faire comprendre que c'est plutôt moi qui ai un souci à ce niveau là mais il ne veut rien entendre.

Il y a aussi ce truc tout bête, qui va au-delà de la culpabilité: je n'ai pas envie de faire souffrir quelqu'un à qui je tiens, ça me rend simplement triste. Quand j'évoque nos différents, lui est ouvert à la discussion. Par contre à l'idée de séparation, il me fait presque une sorte de chantage affectif, du genre "je n'arriverai pas à vivre sans toi, si tu pars je ne croirai plus en l'amour..." :roll: ça ne m'aide pas trop comme vous pouvez l'imaginer! :D

J'en ai parlé avec un ami aujourd'hui même, qui connait bien aussi mon copain. Pour cet ami, mon copain ne fait rien dans une visée manipulatrice, et ne cherche pas à blesser qui que ce soit, mais est profondément égoïste et immature. Tandis que moi j'aurais plutôt besoin de tranquillité..

et puis merci merci merci, je suis contente d'en parler avec vous!
M
90 ans 1565
Je comprends que l'idée de le blesser ne t'enchante pas mais attention à ne pas t'enfoncer dans une histoire sans lendemain,dans laquelle tu perdrais des plumes.
48 ans 35 10308
Lady_in_green a écrit:
Il y a aussi ce truc tout bête, qui va au-delà de la culpabilité: je n'ai pas envie de faire souffrir quelqu'un à qui je tiens, ça me rend simplement triste.

Je comprends ça vraiment très bien.
Le truc, c'est qu'en fait c'est une très mauvaise raison pour rester avec quelqu'un, parce que ça n'est pas sur ça qu'on bâtît une vie à deux. A terme de toute façon tu vas le faire souffrir, peut-être même encore plus (quand quelqu'un m'agace comme ça, je peux être méchante, après je m'en veux, mais le mal est fait), et toi aussi en même temps.

Je dis que je comprends parce que je suis restée un peu trop longtemps avec un ex pour cette raison-là, il était gentil comme tout mais ça ne le faisait pas entre nous (j'étais sa première copine, il était plus âgé que moi et cherchait une femme pour remplacer sa maman en fait! ;) et moi j'avais 20 ans et pas prête vraiment à m'engager comme ça). J'ai repoussé le moment de lui dire par peur de lui faire du mal, quand j'ai fini par le faire bien sûr il a eu mal et il m'a fait le même genre de chantage (ma vie sentimentale est finie, je n'aurais plus jamais confiance, etc etc...) et ça a été dur pour tous les deux. J'ai appris il y a quelques temps qu'il était maintenant marié et papa, donc finalement il a bien réussi à s'en remettre!
80 ans Bretagne 724
Hm. As-tu réellement envie d'être avec lui?
La question est maladroitement posée, mais sérieuse. Si tu mets de côté ton affection, ton attachement, ton respect pour lui, et ces reproches que tu te fais, reste ça. As-tu réellement envie d'être avec lui?


Lorsque j'éprouve un agacement durable en côtoyant quelqu'un, je sais que quelque chose dans mes tripes m'envoie un message clair sur le fait que non, putain, clairement non, je n'ai pas envie d'être là, à ce moment, avec cette personne.
Et c'est parfois dur à accepter. Il peut s'agir de quelqu'un que j'ai aimé, dont j'ai auparavant profondément apprécié la compagnie, et il m'est difficile d'entendre que ce lien n'est plus, qu'il n'a plus sa force. Alors je me force à continuer. Et l'agacement progresse , parce que je me sens prisonnière. Pas de l'autre, mais de cette relation que je m'impose moi-même.

J'ai eu cette histoire avec un homme. J'ai perseveré. Longtemps. Pour ne pas le blesser, par nostalgie, par confort du connu aussi. Et je le regrette. J'ai laissé la situation arriver à un stade où l'agacement était si fort que l'entendre parler, le laisser me toucher m'était désagréable. Pas insupportable. Juste désagréable. Ce n'était pas un jugement de valeur le concernant. Juste...C'était ainsi. Je ne voulais plus ce que j'avais voulu la veille, sans accepter pourtant ce changement. C'était une erreur. J'ai usé de mon obstination même mon amitié pour lui.

Comme toujours, il est possible que je projette de vécu.

Ainsi, je pense que tu devrais cesser de rationaliser votre relation, vos torts et mérites mutuels, les avantages et inconvénients. Tout ceci n'amène jamais de réponse clair.
As-tu simplement envie d'être en couple avec lui, avec tout ce qu'implique être en couple?
36 ans Je suis ici. 846
Je rejoins un peu tout le monde en fait. Peut-être qu'il faut que tu prennes du recul, ou de la distance face à tout ça. Tu parles de lui comme quelqu'un pour qui tu as beaucoup d'affection. Mais au delà de ça...

Concrètement, il se rend vraiment compte de ses "travers", il a conscience de trop se reposer sur les autres, ou pour lui c'est normal? A-t-il vraiment envie de changer, ou l'a-t-il dit juste pour te "reconquérir"? Et quand bien il venait à changer, est-ce que tu ressentirais davantage d'amour pour lui?
29 ans 1489
Remus a écrit:
As-tu simplement envie d'être en couple avec lui, avec tout ce qu'implique être en couple?


Je veux vivre sur le nuage supersonique de Sangoku dans un monde sans sexisme, tout en buvant des hectolitres de cidre sans que cela aie d'incidences sur ma santé :lol:

(ça c'est aussi un truc que je devrais arrêter de faire des fois, me cacher derrière un humour de très haut niveau pour dédramatiser)

Non sérieusement Remus, je ne pense pas que tu projettes ton vécu, mais que tu tapes juste. Je n'en suis pas au point que tu décris, à avoir cette réaction quasi allergique au contact de l'autre, mais pour le reste c'est tout à fait ça. Et pour répondre à ta question; et bien non :(
Surtout le "tout ce que ça implique" d'être en couple avec lui... arg non. Je pense que si je "théorise" autant les aspects de cette relation, c'est car une partie de moi a ou avait envie d'y croire tout de même.

Et puis d'accord aussi avec MaudK et Angia, je sais que ce n'est pas lui rendre service de me freiner par peur de le blesser, et à moi non plus
29 ans 1489
Eliza_Doolittle a écrit:
Et quand bien il venait à changer, est-ce que tu ressentirais davantage d'amour pour lui?


non je ne pense pas.. sans compter ce que j'ai déjà évoqué, c'est-à-dire le fait que je pense ne pas avoir à lui demander de changer.

Je sais/sens que vous avez raison, c'est juste que ça fait ch*er, encaisser les soucis, petits ou très gros toute seule, je sais que je peux y arriver.
Mais quand quelqu'un d'autre (que j'estime qui plus est) est impliqué, ça me retourne complètement. Ca va être dur.
38 ans très au sud 7830
Lady in Green, tu penses à lui c'est bien et c'est tout à ton honneur. Mais (oui tu doutais qu'il y avait un mais!) est ce une raison suffisante pour rester en couple? Un couple peut il reposer sur le sacrifice de l'un des 2? Et en allant plus loin... s'il t'aime vraiment, peut il supporter que tu ne sois pas heureuse/épanouie? Peut il être heureux en te sachant pas heureuse?

HS: Eliza-Doolitle j'adore ton nouvel avatar, t'es trop belle dessus! y'a des fois je rêve d'être une brune super sexy moi aussi :oops: :lol:
B I U