MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

RA et fatigue

44 ans 701
Bonjour,
je me tourne vers vous car je suis un peu dans une impasse.

J'ai découvert la RA en même temps que le forum il y a quelques années et si  
je n'ai jamais réellement réussi à suivre ce chemin, ce que j'y ai découvert m'a permis de mieux prendre conscience des sensations de faim et de satiété que j'avais perdu. J'ai pris l'habitude de manger dans de petites assiettes pour mieux "contrôler" les quantités et mieux respecter mes sensations.
Mon soucis pour faire correctement ma RA ce sont les horaires sociaux des repas auxquels je peux difficilement me soustraire : 3 enfants, le repas du soir est le seul que nous partageons.

Mon interrogation porte surtout sur la fatigue : je suis très consciente des moments où je mange pour compenser la fatigue. Seulement cette fatigue s'installe durablement depuis quelques mois. Des analyses n'ont révélé aucun soucis majeur (sauf un déficit en fer), et les raisons de cette fatigue sont à rechercher ailleurs. L'une des pistes envisagée serait l'apnée du sommeil. Ou une fatigue psychologique. Quoi qu'il en soit, je me sens de plus en plus lourde, au propre comme au figuré et je vais devoir envisager la perspective de perdre du poids (surtout si l'apnée du sommeil se confirme, d'après ce que j'ai pu comprendre)

Jusqu'à présent (et grâce à vous) je me supportait et finalement vivais le plus souvent assez sereinement ce grand surpoids. Mais aujourd'hui, mes soucis de santé sont liés en partie à mon obésité. L'opération, que je rejetais totalement, devient aujourd'hui l'une des pistes de réflexion. Mais celle ci suppose que je résolve mon rapport à la nourriture. Et ne représente aucunement une fin. Si je pouvais l'éviter, je préfèrerais.
Donc, reste la "solution" de faire pour de bon une RA, en vue d'abord de stabiliser mon poids et peut être perdre aussi un peu car, en respectant mieux ma faim et ma satiété, je devrai moins manger.
En vous lisant j'ai pris conscience que je compensais des émotions, du stress et de la fatigue en mangeant, grignotant. Je faisais aussi de la compulsions (identifiée grâce à une diététicienne du GROS).
Concernant le stress, des problèmes passés font que mon corps ne régule plus du tout les situations de stress, comme si j'avais usé tout mon capital. Donc je dois faire avec.

Concernant la fatigue, par contre, je dois pouvoir faire quelque chose. Comment gérez vous ? J'identifie parfaitement ces moments mais je ne vois pas du tout comment (par quoi) remplacer la nourriture qui me permet de "tenir". Tenir dans le sens avoir l'énergie pour finir ma journée.

Merci à vous ! ;)
33 ans 1547
Je suis très intéressée par les réponses et conseils à ce que tu décris. Je suis moi aussi concernée par des prises alimentaires qui ont fonction de me donner du courage et volonté de me relancer. Au final pour moi il s agit plus d'une régulation des activités qu'une régulation alimentaire. J'ai besoin de plus de repos, de moins de choses différentes et de temps de latence entre chaque. Et aussi de moins de restriction cognitive la journee. Sur linecoaching dans l'étape consacrée aux fins de journées j'ai l'impression que c'est tout cela qui ressort. Sans sous estimer la difficulté à profiter de la prise alimentaire réconfortante qui devient alors vite compulsion et la digestion me donne alors encore moins d énergie.
Donc si je peux te donner unconseil ce serait de ne pas éviter de manger mais dans ce moment là de choisir l'aliment qui pour toi sera à la fois bon, plaisant mais aussi qui sera très associé à l'envie d'énergie stimulante, à des représentations de vitalité, qui te satisfasse pour de vrai dans cette envie de manger émotionnelle, comme un allié complice et motivant.
S
48 ans suisse 993
Je correspond ou correspondait à ce que tu décris. La fatigue, la mauvaise réponse au stress, l'idée de retrouver de l'énergie en mangeant et la mauvaise récupération du sommeil.

Il y a 3 ans on m'a diagnostiqué un burn out, il y a des tests internationaux sur la questions sur le net, tu peux faire le test seule et voir si ca te correspond ou pas.
J'ai donc du arrêter de travailler plsuieurs mois.

Puis la reprise du travail, mutation, meilleure ambiance mais toujours fatigue. Test d'oxymétrie chez le pneumologue et apnées du sommeil. Appareillage rapide et donc moins de faituge et de bien meilleures nuits.

Reprise du sport depuis 2-3- ans de manière assez conséquente. Le sport permet de mieux gérer le stress et de retrouver de l'énergie parce que notre condition physique est améliorée. Du coup niveau maison, enfant, devoirs ménage j'ai appris à déléguer plus. Les grands parents sont mis à contribution,mon mari bine sur et une répétitrice vient chaque semaine pour les devoirs.

J'ai finalement ressuivi 14 séances avec une diét G.R.O.S. En écrivant tout cela je mesure tout ce que j'ai entrepris pour aller mieux;). Bilan j'ai retrouvé mon poids "standard" après uen reprise. Mais en gros rien perdu depuis des années.

Le bilan est positif pour moi car je fais moins d'apnées, j'ai plus d'énergie, j'ai plus d'activités plaisantes .

Maintenant la fatigue j'y suis très vulnérable, une mauvaise nuit et vlan c'est 3 jours d'humeur détestable derrière. Une semaine très chargée et je me couche ensuite à 21h pendant une semaine. D'une manière générlae je reste attentive au sommeil à la qualité de mes aliments (fraicheur variété pour la santé). Et je garde dans ma tête la possibilité si besoin un jour d'une opération. Mais je compte aussi sur de nouvelles découvertes et techniques et une meilleure maitrise de ces opé d'ici quelques années. J'attends aussi le virage de la ménopause car dans ma famille les femmes fortes perdent du poids à ce moment là.

Voilà ou j'en suis. J'oublie toutes les techniques de pleine consciense , la méditation sous toute ses formes (assise, couchées, yoag qi gong) me sont devenues indispensables. Et puis un enfant qui grandit c'est d'autres soucis, d'autres stress mais moins physiques je trouve.
44 ans 701
Merci pour vos réponses.
Papille, jusqu'à présent, je n'évitais pas ces prises alimentaires d'énergie (parfois juste un café sucré, alors que normalement je le bois sans sucre), Mais je sens que le plus souvent je n'ai pas réellement faim et si on ajoute à cela le repas du soir, je mange nettement plus que ma faim. :?

Sibelle, par rapport à l'apnée du sommeil, on ne t'a pas conseillé de perte de poids ?

J'ai fais de la sophro il y a quelques années et ça me faisait vraiment du bien, puis j'ai essayé le taï chi. Malheureusement, les horaires avec bb3 et le nouveau boulot de mon conjoint c'était devenu compliqué (cours de 19 à 20h, papa qui ne rentre qu'à 19h45, et les grandes qui ne le sont pas encore assez pour garder leur soeur le soir, bref, j'étais finalement plus stressée d'y aller que je n'en tirais de bien être sur la fin).
Déléguer aux grands parents ce serait le top, mais mes parents vivent à 1000km de nous et mes beaux parents sont plus près 120km, mais assez malades. J'ai cependant la chance que mes parents prennent souvent les enfants pendant les vacances. Ou viennent à la maison ce qui aide bien, il faut l'avouer ;) .
Les séances avec la dièt ce serait à reprendre mais pour le moment c'est as top financièrement (chômage du conjoint, puis il a retrouvé mais avec un salaire bien inférieur, alors bof bof) et je n'arrive (ne veux/peux pas) à dégager du temps pour y aller. C'est pareil pour la piscine, nager me donne le sentiment de me vider, mais je n'ai pas pris le temps de m'organiser ces "escapades".

Je vais voir les tests de burn out... mais je n'ai pas non plus l'impression d'avoir une vie différente de nombreuses autres qui travaillent, ont une famille, et les soucis qui vont avec. Mon conjoint fait sa part à la maison, je ne me sens pas surinvestie au boulot, en tout cas pas plus que mes collègues...

Je crois que ce qui m'a fait réagir aussi c'est de lire concrètement mon imc dans le courrier que mon médecin a fait pour le pneumologue. ça m'a un peu (beaucoup) fichu un coup. J'atteins un seuil qui représente un palier psychologique. Mon médecin me pèse juste pour le noter dans mon dossier et ne me dit pas le chiffre. Il ne m'embête jamais avec ça, il se contente de saisir la perche quand je la lui tends, mais toujours de manière très respectueuse.
Sentir cette fatigue (qui me ferait dormir 15h/jour) et cette lourdeur (ça c'est assez nouveau) me conduit à me poser de nouvelles questions... :( et :?
38 ans Sous les pins!!! 7782
Viva je me retrouve pas mal dans ce que tu dis . Avec l'arrivée de bébé 2 en septembre dernier qui ne fait toujours pas ses nuits, ma grande de 7 ans qui régresse pas mal et qui est infernale et la reprise du taf rapide (10 semaines après l'accouchement) je me retrouve dans un état de fatigue très dur à gérer. Je n'arrive clairement plus à manger en fonction de ma faim et je vois bien que je mange trop. J'ai eu la chance de rien prendre pendant ma grossesse mais je sens bien que j'ai pris depuis. Je ne me pèse plus d'ailleurs car je sais bien que ce n'est pas le moment et que vu mon état je n'arriverai à rien.
J'ai réussi à reprendre mes cours de danse depuis 2 semaines ce qui me fait du bien dans le ressenti de mon corps mais sinon je suis vraiment pas bien. Je n'arrive pas pour l'instant à reprendre le dessus et m'occuper vraiment de moi. Je me dis que une fois cette fatigue un peu atténuée ça ira déjà mieux.
Pour l'instant j'essaye surtout de pas trop y penser et de positiver car moralement c'est dur parfois et je sais qu'il ne faut pas que je glisse sur cette pente.
S
48 ans suisse 993
Le pneumologue ne m'a pas stigmatisée pour le poids. Il y a des maigres qui souffrent aussi d'apnées. Il a mentionnée l0obésité comme facteur mais sans plus. Surtout il est très content que je ne fume plus depuis très longtemps et que je fasse du sport. POur lui c'est l'état général qui compte.

De toute facon depuis que je suis équipée d'une cpap je dors bien. Si mon état devait se péjorer (par ex niveau articulaire) je commencerai les démarches pour la chirurgie bariatique. Mais là non.
C
27 ans Au sud de nulle part 31
Hello,
Je ne sais pas ce que t'as dit ton médecin à propos de tes analyses, mais si tu te sens fatigué, le manque de fer n'est pas un détail, mais bel et bien le souci de ta fatigue. Le manque de fer cause l'anémie, dont le symptôme principal est la FATIGUE.

Il faut que tu consommes plus de fer ! Tu en trouveras beaucoup dans la viande rouge, le boudin, les abats, les lentilles et les épinards entre autre...
Tu peux aussi en faire une cure en gelule.
Si tu as tendance à boire du thé, évite d'en manger pendant les repas, j'ai été anémié a cause de ça, ça empêche le fer de se poser dans le corps.

Je ne doute pas que le stress puisse t'affecter mentalement, mais déjà, si tu fais remonter ton taux de fer, ta fatigue sera largement estompée.
89 ans 9582
je confirme, la piste de l'anémie est à écarter si ce n'est déjà fait.
Malheureusement le boudin et les gélules ne suffisent pas toujours, perso sous traitement depuis des mois j'ai royalement réussi à remonter à… 8 au lieu de 15 minimum (ng.l) avant de m'effondrer à 3 post règles hyper abondantes. A ce stade tout s'effondre, hémoglobine hématocrites… et tu deviens un zombie… qui mangerait toute la journée. La vie de tous les jours est à peine surmontable alors je n'imagine pas avec des enfants en bas âge !

A voir Viva si tes bébés/allaitements ne t'ont pas bouffé tes réserves de fer, parfois c'est difficile de remonter la pente après les maternités. Pour un peu que tu aies un stérilet au cuivre, c'est la fête au village !
S
48 ans suisse 993
Par rapport au fer il ne suffit pas d'être supplémentée mais aussi de fixer ce fer. Si tu as des carences en vitamine c tu ne fixeras pas ton fer. Il peut y avoir d'autres analyses à faire comme les minéraux et micro nutriments. Perso j'ai du être supplément en sélénium, acide folique chrome et zinc.

Seul un bilan complet peut dire ce qui te manque.
44 ans 701
Merci pour vos pistes.
Je revois mon médecin cette semaine et on fera le point sur les carences en fer. La sonnette d'alarme a retenti d'ailleurs un jour où je n'étais pas loin de péter un plomb avec une classe ; j'avais mes règles et si elle ne durent pas longtemps, elles sont vraiment trèèèès abondantes. Je pense donc que ça joue aussi.
A-no, javais un stérilet au cuivre quand bb3 s'est annoncée :D depuis, je n'ai pas repris de contraceptif, on se débrouille ;) parce que je ne souhaitais pas revenir à des traitements hormonaux.

La piste des apnée sera aussi envisagée.

Le problème c'est que j'ai pas mal tiré sur la corde il y a quelques années (stress énorme, gros soucis perso, j'ai pris pas loin de 50kg en 20 ans avec quelques périodes de stabilisations, un seul régime, 6 mois de ww).
Là, avec bb3 (bbsurprise il y a 3 ans), j'ai à nouveau accumulé du retard de sommeil vu qu'elle n'a fait ses nuits qu'à 7 mois, et je me sens depuis quelques semaines (mois ?) vidée, totalement.
La piste de la dépression est vraiment la dernière que je souhaite explorer. Même si je traine depuis quelques années une forme de fatigue psychologique.

Je n'arrive à avancer que dans l'urgence, c'est à dire que je traite les aspects du quotidien quand ils se présentent, sans être capable d'anticiper. Le ménage, c'est quand je n'ai plus le choix. C'est papa qui s'occupe des lessives et de la cuisine. Pareil pour le boulot, j'avais l'habitude de m'avancer mais là, je gère au jour le jour.
Et ce qui m'inquiète et m'a amenée à consulter, c'est que pour le moment, j'ai des classes en stage. Donc je ne suis pas à fond. Mais quand ils reviendront tous, je crains de ne pas tenir.
Souvent je cherche mes mots, je suis incapable de dire le temps qu'il a fait il y a deux jours ou si tel gamin était absent la veille.

Il y a des jours où la fatigue n'est pas trop handicapante, mais d'autres fois (si les enfants ont été plus agités, si la nuit a été plus courte,...) où je ne me sens plus capable de faire face.

J'ai l'impression que plusieurs aspects se télescopent : d'un coté des facteurs objectifs de fatigue (manque de fer, sans doute apnées du sommeil) et de l'autre cette fatigue physique réelle qui bouscule l'équilibre psychologique que j'avais atteint : je n'ai plus l'énergie de me battre contre les soucis du quotidien. + le seuil psychologique de la balance, le fait pour la première fois de me sentir vraiment lourde (ce qui me fait réfléchir à l'éventualité de la chirurgie).
ça fait beaucoup en même temps. Et je n'arrive pas à dégager du temps qui serai vraiment pour moi car le cerveau ne se met pas en pause et la facteur culpabilité de ne pas faire le max pour les enfants se met en route...

Mais merci de vos retours, c'est déjà positif de réussir à poser tout ça par écrit et ça me permet de faire un peu le tri et d'envisager des solutions.

et puis, l'arrivée des 40 ne pèserait-elle pas aussi dans la balance ? :roll:
S
48 ans suisse 993
Les troubles cognitifs sont un symptôme à prendre au sérieux. Je l'ai vécu, oublier de fermer sa porte en partant, ne plus retrouver sa voiture dans un parking, ne plus se souvenir du code de sa carte bancaire......on pense fatigue, que ca ira mieux après le week end ou les vacances.....ou en manigrissant ou ne dormant.

Le soucis si c'est du burn out (et le burn out maternel existe) c'est que fatigu, hormones en délire, adréanline pour réagir au stress chronique, cortisol en pagaille, tout cela à un moment donné le cerveau n'arrive plus. L'hypophyse se ratatine litéralement comme dans les démences, et l'apnée faire mourir des neurones aussi. Bref un jour tu peux te retrouver comme moi à rentrer dans l'autoroute par une sortie, à péter un plomb et hurler.

Je ne me serai pas arrêtée seule. Ila fallu que des gens autour de moi qui ne me reconnaissaient plus, me trouvaient zombie m'obligent à m'arrêter.

Je te souhaite que ce ne soit pas cela mais n'écarte pas cette psite. Ni celle de l'apnée n'en déplaise aux personnes qui comme poirier croient que c'est un "effet de mode" et ne réalisent pas que c'est une maladie mortelle! faire un AVC au milieu de la nuit car son cerveau n'est plus oxygéné merci.

Pour ma part il a fallu plusieurs spécialistes pour aller mieux, pneumologue, psy, accupuncture, luminothérapie pour retrouver le sommeil, reprise conséquente du sport, méditation et apprendre à déléguer. Et pour le dernier point j'ai encore beuaoucp de travail.

J'espère que ton médecin prendra ton état au sérieux.
89 ans 9582
Il y a beaucoup de choses…

tu fais un métier éprouvant nerveusement, tu as des enfants en bas âge, une carence en fer, un pb d'apnée (confirmé ?)

dans un premier temps, tu ne veux pas te faire arrêter ? je ne suis pas pour l'arrêt maladie pour un oui pour un non mais là, visiblement, tu n'y arrives plus. Quand on arrive plus à s'occuper de son chez soi, à préparer ses cours, c'est que le point de non retour est atteint tu ne crois pas ?

par contre juste un questionnement…. j'ai perdu pas mal de poids suite à gros souci de santé qui m'ont installée dans les TCA. Je suis une véritable loque, alors je n'ose pas imaginer si j'étais partie avec l'était de fatigue que tu décris… et si tu as déjà des carences ça risque de ne rien arranger. La chirurgie, quand on lit les parcours des opérées, ça a l'air très très très fatigant… Je ne dis pas qu'il ne faut pas te faire opérer hein, juste, est-que tu es en état de la faire maintenant ? Un peu de repos ne te ferait pas de mal, opération ou pas…
Pour les absences et trous de mémoire, ça m'arrive tout le temps, je ne sais pas si c'est typique de l'anémie… sinon je vais sur mes 45, c'est le début de la fin ?
89 ans 9582
tu me fais peur Sirelle, parce que des exemples comme tu donnes, ça m'arrive trois fois par jour minimum !
S
48 ans suisse 993
Toi aussi tu me fais peur quand je te lis!!!!!!!

Ma psy me disait quand je ne voulais pas m'arrêter "c'est pas grave continuez et votre cerveau seras tout mité, vous ne vous rappellerez de rien vos proches s'occurepont de tout"!. Elle était neurochirurgienne et des cerveaux mités elle m'en a montré des images ca fait peur. Sans compter les années de tabac passé et les régimes à la con qui ont du aussi faire fondre des neurones.
89 ans 9582
pourquoi je te fais peur ? :lol:

ah bah c'est ça j'ai des mites alimentaires à la maison, elles ont peut être attaque ma cervelle :lol:
B I U