MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Absence de grossesse et dépression

K
32 ans 5
Bonjour à tous,

Je fais face à une situation qui est assez compliquée et j'aimerais avoir votre avis. Je suis ompk et en obésité. J'ai 33 ans et mon  
conjoint et moi essayons d'avoir un enfant depuis bientôt 7 ans. Il y a un an et demi de cela je suis tombée enceinte mais cela s'est soldé par une fausse couche. Avant de tomber enceinte aucun spécialiste en pma n'acceptait de me prendre en charge pour notre absence de grossesse. La plupart du temps on me disait de revenir après avoir fait un régime. Lors de rendez vous successifs le poids que je perdais n'était jamais suffisant et moi je sentais bien que j'étais au bout. Je réussi tout de même à perdre 25kg et je suis tombée enceinte naturellement. Je ne remets donc pas en doute les conseils des docteurs, loin de là en fait. Après la fausse couche le gynécologue qui a accepté de s'occuper de moi à decider que nous ferions des stimulations, puis des inseminations artificielles. Malheureusement les échecs se sont suivis et j'ai repris une partie du poids que j'avais perdu.La gynécologue m'a expliquée que pour "les personnes comme moi" la chirurgie bariatrique fonctionnait bien et que tant que je n'aurais pas perdu de poids nous arreterions les essais. Mais j'ai déja 33 ans, il faudrait attendre encore au minimum 2 ans avant de tomber enceinte si je decidais d'opter pour la chirurgie, ce qui pour moi est très dur à encaisser. J'ai l'impression qu'on m'impose quelque chose de pas anodin. Ce n'est pas un choix que je fais pour "moi" mais pour tomber enceinte. J'aurais aimé avoir plus de temps pour y reflechir et ne pas faire cela en catastrophe. Je trouve cela très dur à gérer. J'ai le moral à 0, des idées noires et le sentiment que je ne vais jamais m'en sortir. Cela fait 1 ans et demi que je travail à une heure de chez moi. Depuis un an je n'ai plus de suivi nutri, et psycho car dans une journée cela reviendrait à faire près de 3h de route entre mon lieu de domicile, le travail et le lieu de rendez vous. Les seules fois où je réussissait à le faire c'etait pour les différents rdv pmaoù là il m'arrivait de faire plus de 3H de route dans une journée. En fait j'arrive au bout, je suis juste fatiguée, je ne peux pas changer de travail ou d'affectation, cela équivaudrait à une démission. Mon emploi du temps ne me permets plus vraiment de m'occuper de moi et encore moins de faire une pma dans de bonnes condition. Une amie a décider de s'arreter pour préparer sa grossesse et m'a conseillé de faire la même chose et de ne pas me sentir coupable de le faire. Mais c'est très compliqué. En réalité j'aurais besoin de perdre une 15aine de kg, pouvoir reprendre un suivi psycho et nutri pour pouvoir acceder à la fiv. Que me conseilleriez vous? Arret ou pas?
44 ans 2442
Bonsoir Kafrine ,

Je ne te sens pas prête à sauter le pas la chirurgie bariatrique, tout ça pour perdre du poids en vu d'un bébé. De plus, tu n 'as pas la certitude que cela fonctionnera ou pas pour avoir cet enfant tant désirer .
C'est une décision très importante qui te suivra tout le reste de ta vie, aucun retour en arrière possible. Il faut être encadrer dans les meilleurs conditions .

Ce que tu as déjà vécu, souffert pour pouvoir avoir un bébé est très courageux. Mais ne te décourage pas sous prétexte du poids que tu portes sur toi.
Fait toi confiance et en ton corps !
Tu devrais lire ici sur le forum, le témoignage de femmes obèses qui sont arrivés à tomber enceinte naturellement ou avec un peu d'aide sans modifier forcément leurs poids .

Tu auras aussi, j 'en suis sure, toute l 'aide que tu as besoin pour remonter ton morale.
Et je t 'en prie , arrête de te mettre une telle pression sur tes épaules .
Prend soin de toi..Change toi les idées :)
32 ans 4863
Bonjour, tu as tout mon soutien et ma compassion.
Je n'ai pas eu le même problème que toi de difficulté à concevoir un enfant mais je connais bien la dépression et je sais à quel point c'est dur.
Je te sens hyper motivée à perdre du poids et à avoir ce bébé et je pense qu'une très bonne option pour toi serait l'hypnothérapie. L'important pour que ça fonctionne étant notamment une motivation profonde et ancrée. L'hypnothérapie peut vraiment aider dans la perte de poids, certains hypnothérapeutes pratiquant même des sortes de chirurgies de l'estomac "mentales"...je ne te conseille pas forcément d'en passer par ce type de demandes mais en allant voir un bon hypno et en expliquant précisément ce qui t'amène, votre difficulté à avoir un enfant, la thématique de la perte de poids dans ce but etc je suis certaine que ça peut débloquer des choses et de façon étonnnante. Maintenant pour trouver un bon hypnothérapeute je te conseille vivement le bouche à oreille et ne pas avoir peur de faire des km mais vraiment, à mon avis ça vaut le coup d'essayer.
37 ans très au sud 7396
Bonjour Kafrine.
Je ne sais pas trop quoi te dire car comme on dit "les conseilleurs ne sont pas les payeurs".
Mais je vais te parler de mon expérience.
Depuis mes 14-15 ans j'ai été diagnostiquée OPK, et on m'avait bien dit "quand vous voudrez des enfants ça sera compliqué". J'étais donc partie dans la vie avec cette certitude en tête. J'ai pratiquement toujours eu un poids à 3 chiffres. Mais il y a des périodes de ma vie où j'ai pris et perdu du poids et surtout quand ces périodes se sont croisées avec des arrêts pilules j'ai pu faire ce constat: il y a un poids en dessus duquel mes cycles se dérèglent, en deçà de ce poids tout va bien, mes cycles sont réguliers. Finalement c'est la connaissance de mon corps et ma confiance en lui qui m'ont amené à le connaître ainsi.
J'ai voulu un bébé à 35 ans, je suis tombée enceinte en 6 mois et à ma grande surprise les seules difficultés que j'ai rencontrées étaient dues à un traitement pour mon soit disant OPK inadapté (de l'Androcur seul, une hérésie!). Mon corps a mis 3 mois à l'éliminer et ça a été le gros bordel (règles une semaine sur 2, parfois hémorragiques). Puis ça c'est stabilisé et en 3 cycles j'étais enceinte. Là je suis partie en me disant que de toute façon j'allais faire une fausse couche et je me sus interdit pas mal de choses pendant mon 1er trimestre (niveau projection). Mais tout c'est bien passé! Aujourd'hui je suis maman d'un p'tit Lu de presque 1 an qui pète la forme, que j'allaite encore. Mes règles sont revenue 8 mois après l'accouchement et je suis redevenue un coucou suisse aux cycles de 28 jours.
Pendant mon suivi grossesse j'ai croisé une jeune femme qui sortait tout juste d'un déni à 6 mois... diagnostiquée OPK, à qui on avait dit aussi (le même service le même médecin que moi...) qu'elle ne pourrait jamais tomber enceinte naturellement et qui de fait avait toujours écarté l'hypothèse d'une grossesse pour ses symptômes étranges.
Bref il faut se méfier des diagnostiques OPK, certains médecins plutôt que d'admettre qu'ils ne détiennent pas tous les savoirs préfèrent caser tout trouble du cycle associé à un surpoids aux OPK. Oui il existe un lien indéniable entre cycles et poids mais tout trouble n'est pas un OPK. l'OPK est d'autant plus commode que chaque patiente repart avec l'ordre de perdre du poids (beaucoup! des objectifs cruels et très dur qui se comptent en dizaines de kgs) et voilà au revoir madame à vous de jouer (moi je me lave les mains). Mais si on regarde la pathologie des OPK en soi c'est déjà une hérésie de demander une telle perte de poids vu que le traitement et un des effets des OPK (et des dérèglements du cycle) est la prise poids... Alors oui une pr
37 ans très au sud 7396
Mais si on regarde la pathologie des OPK en soi c'est déjà une hérésie de demander une telle perte de poids vu que le traitement et un des effets des OPK (et des dérèglements du cycle) est la prise poids... Alors oui une prise de poids souvent ça aide et ça permet de décoincer une situation mais pas n'importe quel chiffre et encore moins n'importe comment!
Ce que peu de personnes savent c'est qu'une perte de 5% de son poids en cas de troubles hormonaux permet bien souvent de relancer le cycle, pas 30 kgs qui eux bloquent le cycle, le corps se mettant en mode "famine survie". Et ces kilos là il faut les perdre avec bienveillance, en prenant tout le temps nécessaire et en se faisant du bien avant tout. Souvent une petite habitude suffit à y arriver surtout si on se donne le temps (manger plus de produits frais, faire plus de cuisine maison et hop en quelques mois sans le sentir ça arrive).
Je crois que toi seule sais ce qui est bon pour toi, que toi seule a l'expérience de ton corps et que tu dois te faire confiance. Alors mon seul conseil c'est d'être bienveillante avec toi même et puisque tu veux être enceinte de commencer à te concentrer sur to nombril comme une femme enceinte. Pense à toi et déculpabilise de le faire surtout, tu ne fais rien d'égoïste tu rentres juste dans une période de ta vie où tu en as besoin pour toi et pour une personne à venir.
Au passage, tu parles de toi et de to suivi mais ton conjoint a t il eu quelques examens de base comme un spermogramme? Parce que pour rappel pour faire un bébé il faut être 2 hein...
K
32 ans 5
Merci pour vos réponses les filles. Ça me fait chaud au coeur. Du coup le doc m'a arrêté. Je vais pouvoir reprendre un suivi psycho. J avais un rendez vous prevu dans le cadre de la chirurgie bariatrique et je vais leur expliquer que je ne suis pas prête mais que je ne suis pas contre un suivi chez eux en attendant de trouver une solution pour mon poids. Nenufar je vais voir si l hypnotherapie peut aider. Je vais avoir le tps d explorer cette possibilité.

Reinette81 je suis d accord avec toi. Il y a un grand écart entre perdre 5% de son poids et les kilos par dizaines. Ma gynéco m'avait justement dis que si je perdais 5% de mon poids cela pouvait améliorer mes cycles. Nous avions décidé cela en fin d année dernière sauf que ma mère à failli mourrir à l etranger et pdt plusieurs semaine le projet a été mis en stand by et je n ai pas surveillé mon poids. Je n ai pas repris de poids en tt cas. A mon retour la gyneco change de discours et là il faudrait faire une chirurgie.
Sinon j ai constaté exactement la même chose que toi. En dessus d un certain poids je n ai plus de régles et en dessous je suis reglé comme une horloge sans medicament.La qualité de l ovulation c est une autre histoire.
La gyneco m a mise sous duphaston mais je suis a peu près sure qu avec quelques kilos en moins je pourrais retrouver des cycles corrects. C est ce qui c était passé lorsque j avais perdu bcp de poids la première fois.
44 ans 2442
Bonne continuation ..

Dernière modif par le 82j; modifié 1 fois
37 ans très au sud 7396
Mais ton conjoint il a eu des examens lui?
Je vois que tu te connais, alors écoutes ton corps. La qualité de l'ovulation pourquoi tu en doutes?
Au passage, ta gynécologue t'as t elle parlé de te complémenter en acide folique?
K
32 ans 5
Reinette81 mon mari a eu un spermogramme est tt est normal de son côté quant à moi en plus des ompk j ai une glaire cervicale trop acide d ou la decision d avoir recours à l insemination artificielle. Pour l ovulation je me dis que si il n y avait pas de pb ma premiere grossesse aurait peut être tenue...
37 ans très au sud 7396
Ça tu ne sais pas! Il y a des tas de raisons qui peuvent mener à une fausse couche et dans aucune de ces raisons tu es responsable de quoique ce soit.
Dis toi aussi que nos corps évoluent, surtout notre équilibre hormonal
S
48 ans suisse 964
J ai rêvé d avoir des enfants depuis que je suis gamine. 20 ans de galères gynécologiques (kystes endométriose adhérences trompé bouchée opérations hormonothérapie etc). Je bossais beaucoup et étais très stressée en plus de la déprime de ne pas tomber enceinte. Suivie en Pma pas longtemps car je préférais me tourner vers l adoption à ce moment là. Discours culpabilisant des médecins autour de mon poids qui était pourtant moins élevé qu aujourd hui.

Bref il a fallu en passer par la grosse dépression le corps qui hurle l arrêt maladie etc. Un divorce aussi.

Finalement contre toute attente je suis tombée enceinte avec mon amoureux. Lui même avait un très mauvais spermogramme ( avec sa compagne ils n arrivaient pas à avoir d enfants). Depuis nous sommes mariés et fiston a 15 ans.

A posteriori dans mon cas le poids ne faisait pas tout loin de la. Par contre mon rythme de vie la dépression et tous les traitements oui. Je mangeais à l époque aussi beaucoup de produits industriels et j étais sédentaire. C est ces points là qui ont changé.

33 ans ce n est pas vieux loin de la. Et du coup moi avec une trompe bouchée des séquelles d endométriose et chouchou un spermogramme faiblard j ai pu tomber enceinte ça veut dire que toi aussi tu peux y arriver.

A posteriori je me dis que ma santé aurait dû être une priorité. Assez de repos de nature du sommeil . Des aliments sains du plaisir des loisirs...mais bref ça s est passé comme ça devait.

Par contre il me reste une tristesse de n avoir plus pu retomber enceinte et d avoir perdu un rein dans cette histoire. Aujourd hui je savoure d être maman. Avoir attendu longtemps et galère donne une dimension particulière à notre famille. Et du coup plein d autres «  emmerdes «  passent au second plan.
V
36 ans 8
kafrine97473 a écrit:
Reinette81 mon mari a eu un spermogramme est tt est normal de son côté quant à moi en plus des ompk j ai une glaire cervicale trop acide d ou la decision d avoir recours à l insemination artificielle. Pour l ovulation je me dis que si il n y avait pas de pb ma premiere grossesse aurait peut être tenue...


Bonjour Kafrine,
De mon expérience (2ans pour concevoir, tombée enceinte rapidement après la prise en charge adéquate malgré mon IMC 40), les toubibs classent très vite en opk les femmes obèses ou en surpoids, ce qui était mon cas jusqu a des analyses plus poussées ...alors que l'infertilité peut avoir dautres sources, avec notamment l'importance de voir un endocrino et d'avoir un gyneco qui se focalise sur autre chose que le poids lui même.
On peut en discuter en privé si tu veux, j'ai quelques noms et adresses à partager.
53 ans Limoges 16
Excuser moi de poser cette question c et quoi opk ?
32 ans 251
ovaires polykystiques
30 ans 47
Opk = ovaires polykystiques
B I U


Discussions liées