MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Réaction face à une rupture passée

P
52 ans 3665
C'est extrêmement rare que je poste un sujet mais j'aurais besoin de quelques avis pour me faire une idée.

Alors voilà. Comment réagiriez-vous après avoir appris la manière dont l'homme (ou  
la femme) que vous venez de rencontrer récemment et qui compte beaucoup pour vous, s'est séparé(e) d'un(e) ex, manière qui vous gêne ou qui ne vous plaît pas du tout, sachant que bien évidemment, si la rupture n'avait pas eu lieu, vous ne l'auriez jamais connu(e) ? Et pensez-vous justement être en droit légitime de juger votre actuel(le) sur une relation passée et surtout sa fin ?

En espérant ne pas être prise de tête.......... :)
99 ans Sur le départ ;-) 455
Pour moi on peut difficilement porter de jugement si on ne connait pas toutes les circonstances de la rupture (ce qui reviendrait à connaître tout ce qu'a vécu la personne avec l'autre et toutes les étapes qui l'on amener à rompre). Généralement on ne connait pas les 2 sons de cloches et les avis des gens autour ne sont pas souvent objectifs (et moins ils en savent et plus ils en disent !).

Dans le doute je m'abstiendrai de porter des jugements et honnêtement, si une personne m'intéresse et que c'est réciproque, ce genre de chose ne me préoccupe pas parce que je sais que je connaîtrais jamais tout ce qu'il s'est passé avant.... (bon, je demande un extrait de casier judiciaire et le carnet de vaccination mais pas plus 😉).

Sans compter que dans nos propres relations passées on n'a pas forcément non plus été parfaits.
M
43 ans Ici et là... 2037
Pourquoi la manière dont ça c'est passé te gène à ce point ? As-tu peur que ça se reproduise (genre qui a trompé une fois trompera à nouveau ?) ? Est ce que cette manière de rompre peut avoir des incidences sur votre vie de couple future ?
P
52 ans 3665
J'aurais peut-être dû donner quelques précisions mais j'avais dans l'idée un sujet généraliste.

Mathilde, c'est pas moi que ça gêne, mais elle. C'est moi qui suis "jugé" pour une rupture.

Pacman, la question était dans le sens où toutes les circonstances de la rupture sont parfaitement connues au détail près et non niées.
48 ans 48ans 169
alors moi franchement vu que cette personne compte enormement pour moi , je lui dirai que la façon dont il a quitté son ex n'est pas tres respectueux et que je n'approuve pas , que j'espere que si ça ne marche pas entre nous il se comportera pas de la sorte. que cela est du passé que ca ne doit pas entaché notre relation ;il compterai pour et je voudrai avancer avec lui malgré cela
S
85 ans 4896
Prax a écrit:


Alors voilà. Comment réagiriez-vous après avoir appris la manière dont l'homme (ou la femme) que vous venez de rencontrer récemment et qui compte beaucoup pour vous, s'est séparé(e) d'un(e) ex, manière qui vous gêne ou qui ne vous plaît pas du tout, sachant que bien évidemment, si la rupture n'avait pas eu lieu, vous ne l'auriez jamais connu(e) ? Et pensez-vous justement être en droit légitime de juger votre actuel(le) sur une relation passée et surtout sa fin ?

En espérant ne pas être prise de tête.......... :)


On a tous une échelle de valeur dans notre tête. Parfois on compose avec, parfois pas. C est au cas par cas et le droit de juger on le prend tous je dirais, après on travaille sur sa tolérance et on ne le dit pas toujours à la personne concernée.

Je dirais que les points positifs sont qu' elle tient à toi en premier lieu, qu'elle exprime un ressenti (mieux que de partir de suite je pense).

J'essaierais donc de lui parler en lui demandant qu est ce qui l'a choquée et pourquoi, qu est ce que cela éveille comme sentiment en elle. Apres sa reponse, je lui dirais que j ai entendu son point de vue et que je peux comprenfre ce qu elle dit. Je lui dirais que
J assume ce que j ai fait car sur le moment c était la meilleure solution pour moi.

Ensuite je lui demanderais franchement si cela peut changer quelque chose entre nous.

Seulement elle peut savoir si c est rédhibitoire ou si passé la première réaction et après discussion cela ne change rien à son attirance pour toi.
99 ans Sur le départ ;-) 455
Ok pour la précision Prax.
Je suis de l'avis de liberta33. Quand on aime vraiment, même si l'autre ne s'est pas bien comporté avant (bon à condition que ce ne soit pas du systématique dans ses relations précédentes), je pense qu'il faut lui laisser sa chance avec la petite mise en garde évoquée par liberta33 du fait que l'attitude de l'autre n'a pas été top et ne doit pas se reproduire.
Après le fait d'avoir tout dit sur les conditions de la rupture sans rien cacher me semble quand même un gage de sincérité.
38 ans très au sud 7727
Pourquoi es tu jugé, elle connait ton ex? Ou du moins elle connaissait votre couple?
Parce que pour moi il y a une nette différence entre connaitre et vivre. Une rupture n'est jamais 100% la faute de l'un ou l'autre. Après certaines personnes peuvent mal se comporter c'est vrai. Mais de là à prendre absolument tous les tords...?

Donc perso si un homme avait rompu avec son ex d'une manière que je juge pas acceptable j'en parlerai avec lui pour entendre son point de vue à lui. J'apprécierai particulièrement qu'il ne cherche pas à minimiser ses actes et assume ses mauvais choix. J'aurai encore quelques craintes sans doute mais chaque relation est unique.
Après quand nous avons passé la vingtaine, et surtout la trentaine nos passés amoureux sont là et chacun a des choses à se reprocher avec quelqu'un je pense.
Parler de ton ancienne relation est à mes yeux un gage de franchise et surtout la preuve que tu souhaites mettre des bases saines à condition que tu verbalises en quoi tu as eu tord, ce que tu as ressenti, ce que la personne en face a pu ressentir. Et en dernier que tu dises ce que tu aurais du faire/ ferai si la situation se présentait à nouveau (en gros t'as fait une connerie OK, mais t'es pas bête à refaire la même et elle t'a donc permis d'avancer).
P
52 ans 3665
Ça fait déjà quelques points de vues et je vous remercie. Je ne voulais pas (tout de suite du moins) débattre d'un cas spécifique mais avoir différents avis avec éventuellement des exemples, le tout examiné de manière générale.

Alors ce qui s'est passé dans mon cas est parfaitement établi, les circonstances sont claires, sans aucune ambiguïté possible et je n'ai jamais essayé de déformer les faits ni de les "enjoliver" à mon avantage.

Donc ça remonte à novembre 2015 (une éternité diront certains). Je vivais une relation très passionnée et fusionnelle avec une femme depuis octobre de l'année précédente. Entre parenthèses, c'était mon record de durée, mais passons là dessus. Cette relation était idyllique, et puis un jour, ma compagne s'est mise dans la tête que j'avais une liaison avec ma collègue, celle qui était devenue son amie, ce qui était complètement faux, en plus d'être absurde. Elle savait comment j'étais, quel regard inquisitoire je portais sur l'adultère et la trahison, bref, tout ça n'avait aucun sens. Alors pendant 2 petites semaines, ça a été l'enfer. J'ai tout essayé pour lui faire entendre raison, ma collègue n'a pas été en reste, et au final, elle m'a trompé pour se venger d'une faute que je n'avais pas commise. Ironie de l'histoire : c'est juste après l'avoir fait qu'elle s'est rendue compte qu'elle s'était fait des films.

Alors je ne voudrais pas que ce sujet dérive là-dessus, mais pour moi, c'est tolérance zéro pour ce qui est des tromperies. Disons qu'il y avait 99% de chances que je la quitte (et je lui aurais fait certainement vivre un enfer si je ne l'avais pas fait). Seulement, vu que ça s'est passé dans un lieu où nous allions souvent, je ne lui ai pas laissé la moindre chance. J'avais été trompé, c'était un fait et on ne pouvait plus rien y changer, mais il était hors de question que je sois cocu, humilié et ridiculisé. Alors je me suis séparé d'elle, d'une minute à l'autre, sans aucun état d'âme. Je lui ai demandé de partir et en moins de 24 heures il n'y avait plus aucune trace d'elle dans mon appartement. Je précise tout de même qu'elle n'était pas à la rue, qu'elle avait un bon emploi et que c'est chez sa mère qu'elle est repartie. Je passe sur la rupture proprement dite, la "scène", sur tout ce qui a suivi par rapport à mes proches, sur la manière dont je l'ai vécu, etc, ce qui est sans rapport avec ce sujet.

Retour au présent..........

Ça fait un petit mois j'ai rencontré une femme autrement que pour une relation très éphémère. En fait c'est surtout elle qui m'a mis le grappin dessus. Malgré un physique qui m'avait tout de suite attiré (et bien entendu d'autres qualités très appréciables), je ne voulais pas me lancer là-dedans (la première mise en contact datait du tout début janvier) et puis j'ai "cédé", à vrai dire plus par orgueil mais je n'ai pas regretté sitôt la relation engagée.

Le samedi de la semaine d'avant (le 1er février), j'ai décidé de la présenter à quelques amis. Elle était super contente que notre relation progresse, on a fait un dîner et elle a tout de suite sympathisé avec une amie qui en soirée a tendance à trop lever le coude et à devenir bavarde. Elles ont beaucoup discuté et cette amie lui a donc révélé certaines choses me concernant, dont cette "vieille" histoire et cette rupture expéditive. C'est à partir de là qu'elle a changé. Je m'étais aperçu qu'après avoir discuté entre elles, quelque chose la préoccupait.

Après que tout le monde soit parti, elle m'a dit qu'elle était bien contente qu'on soit enfin seuls et on a fait l'amour (d'ailleurs très intensément) et je ne me doutais pas que c'était la dernière fois. Juste après, j'ai eu droit à un interrogatoire. Elle m'a raconté mot pour mot ce que mon amie lui avais dit et j'ai bien vu qu'elle n'arrivait pas à accepter que j'aie pu rompre d'un claquement de doigts avec une femme que j'aimais et avec qui j'étais depuis plus d'1 an.

Je précise, que connaissant cette amie comme si je l'avais faite, elle ne lui a pas fait ces confidences dans le but de faire mal. Je ne lui en veux pas du tout et je peux peut-être même la remercier, préférant que ce se soit passé là plutôt que dans 6 mois.

J'ai répondu à toutes ses interrogations, comment je ressentais l'adultère, que je ne laissai aucune chance (à 1% près !) à une femme qui me trompait, que la durée de la relation et/ou les sentiments qui existaient n'entraient pas en ligne de compte, et que surtout, mon amour-propre avait et serait toujours au dessus de tout. Que si c'était à refaire, je referais exactement la même chose. Elle n'a pas réussi à le digérer. Suite aux confidences de mon amie, elle avait dû comprendre qu'elle n'aurait jamais aucune emprise sentimentale sur moi et je lui ai bien dit que l'amour n'était pas un passe-partout qui permettait de faire tout et n'importe quoi et qui excusait tout sans en subir les conséquences. Et comme elle est devenue agressive et franchement désagréable, j'ai surenchéri en voulant savoir si au bout de si peu de temps elle avait déjà dans l'idée de me tromper. Là elle s'est mise en colère, elle a voulu s'en aller mais s'est aussitôt ravisée. Après avoir parlé encore un peu, on s'est finalement endormis (mais sans le moindre petit baiser), moi, pensant que la crise était passée.

Le lendemain elle est partie, me disant qu'elle avait à faire, n'ayant droit qu'à un ridicule baiser sur les lèvres. Je ne me faisais déjà plus d'illusions surtout quand elle m'a dit que cette semaine (donc la semaine dernière) elle était de nuit (elle est infirmière) et qu'elle n'aurait pas trop le temps pour qu'on se voit. Et rien jusqu'au vendredi, si ce n'est 2 ou 3 SMS insipides.

Et puis le vendredi soir elle est passée avant d'aller travailler pour me dire qu'elle avait besoin d'un break pour réfléchir. J'ai dû me retenir pour ne pas me tordre de rire parce que parler d'un break au bout de moins d'1 mois, fallait quand même oser ! J'ai ajouté quand même qu'aimant que les choses soient parfaitement claires, son break, elle pouvait en faire ce qu'elle voulait mais pas avec moi. Là je n'ai pas pris de gants et je lui ai bien fait comprendre que si elle espérait que je lui coure après, elle se fourrait le doigt dans l'oeil. J'estime qu'elle a passé l'âge (49 ans) de faire des caprices. Je voyais bien qu'elle n'était pas bien dans sa tête mais que pouvais-je faire de plus ? Elle n'acceptait pas un événement passé, je ne pouvais la convaincre de quoi que se soit et je lui ai donc dit le plus méthodiquement du monde que si je n'avais pas quitté cette femme, nous ne nous serions jamais rencontrés. "Techniquement" cet argument était imparable mais il n'a eu aucun effet. Elle a fini par me dire qu'il valait mieux en rester là et je lui ai ouvert la porte puisqu'il était l'heure qu'elle y aille. J'ai bien vu qu'elle en avait quand même gros sur la patate et elle est partie en me disant que surtout, je n'essaie pas de la retenir. N'étant pas sûr et certain de la signification de cette phrase, j'ai refermé la porte. Plus de nouvelles depuis vendredi..........

Voilà. Aucune chose inavouable dont je puisse avoir honte. Aucune minimisation, aucun regret, une décision pleinement assumée à l'époque et qui serait pleinement assumée aujourd'hui si l'histoire devait se répéter.
S
85 ans 4896
Bon je n ai pas une immense tolérance point de vue tromperies non plus. Donc personnellement je ne suis pas choquée de la manière dont tu as rompu en 2015, enfin cela n est pas obligatoirement comme cela que j aurais fait pour rompre, mais pour autant, si c est clair et net, Ça fait mal mais on avance mieux quand on sait que c est vraiment fini.

Donc si quelqu un dont j étais amoureuse me racontait la même histoire je n aurais pas peur. Je mets la fidélité assez en haut de la liste également. Mais c est quelque chose qui doit être défini par les partenaires, je n ai pas de problèmes avec les autres choix de couple, je ne parle que du mien.

Je ne sais pas ce qui lui a fait peur dans cette histoire ? J aurais tenté de creuser un peu plus sur le moment.

Pour moi aussi le break apres 1 mois c est pas un break c est une rupture. Je ne sais pas pourquoi cette histoire l'a autant touchée mais c est un facteur qu il faut prendre en compte et je pense que tu le fais déjà.

Je suppose que tu as déja reflechi à ta réaction si cette femme revenait vers toi ?
P
52 ans 3665
Saralou, c'est pas de la peur que j'ai vu, mais de la gêne, une chose qui déplaît, du genre de celles qui font grincer des dents certaines personnes alors qu'elles ne sont pas concernées. Pour ce qui de creuser, elle avait déjà été assez explicite comme ça quand elle a mis ça dans le plat. C'est pas un truc dont on peut dialoguer, un choix, une idée, un point de vue, qui concernent le présent ou l'avenir d'une relation ou d'un couple, mais un événement fini et immuable, une action passée qui ne plaît pas. C'est donc une part de mon passé qui ne lui convient pas, ce que je peux comprendre, mais à partir du moment où les choses sont dites clairement.

Alors si elle revient, je lui ouvre la porte en grand, évidemment. Mais pas dans perpette, ce qui pourrait lui laisser croire que j'ai assimilé son break !
99 ans Sur le départ ;-) 455
Zero tolérance aussi avec la tromperie donc je comprends tout à fait ce que tu as pu faire en 2015. Après chacun y met les forme qu'il veut mais effectivement cette femme serait aussi sortie de ma vie en 24h ou en un peu plus de temps mais c'était dehors.

Après, pour ce qui est de ta nouvelle ex-relation, il est vrai que quand le ton monte dans une conversation (surtout avec une personne que l'on connait depuis peu), l'autre peut prendre peur (peut-être un écho à une situation déjà vécue) et c'est peut-être plus l'intensité cette dispute qui pourrait être à l'origine de son éloignement plus que l'origine elle même de la dispute à savoir ta rupture avec Madame 2015. Mais bon, je m'avance peut-être.

Mais bon quand il y a du frittage au bout d'un mois seulement, ce n'est pas trop bon signe.
38 ans très au sud 7727
Euh suis je la seule couillonne à considérer qu'il ne s'agit pas d'une fin en un claquement de doigt mais que cette fin a commencé "2 petites semaines" avant?
Honnêtement Prax je ne sais pas exactement ce qu'il c'est passé dans la tête de cette ex mais je mets toutes mes cacahouètes sur un comportement de mise en danger pour finir cette relation de sa part. Ce "pétage de plomb" n'est pas anodin dans sa forme et dans son fond. Elle a tout fait pour rompre et elle a eu ce qu'elle a voulu! Son comportement a posé la crise à tous les étages et ne pouvait aboutir que sur une rupture (même si elle ne t'avait pas trompé, elle t'a accusé et harcelé à tord sur une des bases fondamentales à toute relation pour toi).
Alors oui tu l'as quitté sans regret et tu es radical dans tes décisions. Mais elles sont logiques et tu préviens, so what? Surtout quant dans cette relation vous n'avez ni famille (enfants), ni patrimoine commun sinon la joie d'être ensembles (et c'est le principal on est OK).

Je ne comprends pas bien la réaction de la dame. À part si elle même a une souffrance d'avoir été déconsidérée et veut qu'on se batte pour elle. mais là cette faille tu n'y pourras rien, il n'y a qu'elle qui peut se donner elle même sa valeur.
Toi tu proposes une relation claire et saine. Si elle veut savoir qu'elle est importante pour toi il y a d'autres moyens, d'autres preuves bien plus belles et saines que de savoir que tu pourrais pardonner une tromperie.
Le break après un mois oui ça ressemble plutot à une rupture et son "ne pas essayer de la retenir" au contraire sauf que partir sur ça ne serait pas sain (je veux le contraire de ce que je dis ça n'augure rien de bon).
Si tu avais à la revoir et que tu le veuilles tu pourrais lui parler de ce que tu peux faire pour elle et lui prouver sa valeur à tes yeux, pas que de ce que tu ne pourras pas faire ou du moins pas que...
48 ans 48ans 169
alors moi je le vois dans le sens ou la dame a eu peur quand tu dis que ton amie lui dit qu'elle n'aura aucune emprise sentimentale sur toi ,mais par amour tu fais des choses justement que tu ferais pas avec d 'autres, je comprend que tu sois tolérence zero dans l'infidelité mais la tu es vachement dur question sentiments , elle as eu peur ; moi ca me donne l'impression ( attention moindre deception boum) j'aurai fait pareil j'aurai pris la fuite
P
52 ans 3665
Pacman, non, y a pas eu de dispute, elle a fait monter le ton lorsque je lui ai demandé si elle avait déjà l'intention de me tromper, c'était bien-sûr ironique, elle l'a compris mais a poussé quand même une "gueulante". Elle peut avoir mauvais caractère (ça a son charme aussi) mais il n'y a pas eu de dispute proprement parler (comme tu dis, ça ne présagerait rien de bon après si peu de temps). Après on peut faire des hypothèses mais ça ne mène pas loin, surtout si elle-même n'est pas capable d'exprimer clairement ce qu'elle ressent. La rupture proprement dite ? Une rupture aussi expéditive malgré un an d'amour et de vie commune ? Se dire que finalement, si j'ai été capable de faire ça avec une femme que j'aimais passionnément, qu'en serait-il pour une liaison plus récente avec une femme pour qui mes sentiments seraient (pour le moment) moindres ? Pour l'instant je sais pas. J'ai demandé à mon amie de passer ce soir (pas revue depuis) et j'en saurai plus. Parce qu'il y peut-être d'autres choses qu'elle lui a dit et qu'elle n'a pas mis sur la table. Avec les gens qui ont tendance à boire un coup de trop et à se lâcher en racontant des trucs, des fois on a des surprises.


Reinette, effectivement, cette fin datait de 2 semaines, si on veut y aller par là puisque j'ai eu tout de suite un sacré mauvais pressentiment. Mais pour la suite tu n'y es pas. Je n'en ai pas dit plus parce que c'était hors-sujet mais si l'idée qu'elle s'était mise dans la tête était absurde, elle n'avait rien calculé ni joué aucune comédie. Je n'en dirai pas plus parce que je ne veux pas étaler ça, mais je te garantis qu'elle n'avait pas du tout envie de me quitter.


Liberta, oui, c'est peut-être là que ça grince et l'apprendre par autrui ne fait rien pour arranger les choses.
B I U