MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Votre poids, cause ou conséquence des problèmes ?

56 ans 91 25732
Souvent on accuse notre poids d'être responsable de nos problèmes. C'est sûr en maigrissant, tout va aller mieux ! On trouvera du boulot, l'amour, on vivra mieux, tout sera plus  
facile.

Et puis finalement non... On peut perdre du poids et pourtant ça ne va pas vraiment mieux...

Autour de nous, il y en a d'autres des personnes en surpoids et elles vivent bien, elles ont tout ce qui semble nous manquer...

Alors si ce poids n'était pas la cause de nos problèmes, mais leur conséquence ? S'il nous masquait les vrais problèmes ? S'il nous servait à nous en protéger pour éviter de les affronter ?

A votre avis, votre poids est-il la cause de vos problèmes, ou bien est-il une conséquence de vos problèmes ?
38 ans Orléans 852
j ai répondu autre parce que mon poids aggrave mes problemes de santé mais il n en est pas la seule cause !

pour ce qui est du reste ,mon poids ne me pose pas vraiment de problemes a par peut etre les fringues et encore depuis que je connais vlr ca s améliore beaucoup ! ;) ;) ;)
45 ans Paris 405
J'ai répondu la conséquence. Cela fait très peu de temps que je m'en suis rendue compte. Et je crois que je ne suis pas encore prete à en parler.

Mais, même avec si peu de recul que j'ai pour l'instant, j'ai trouvé cela libérateur. C'est comme si je m'autorisatit de dire et de penser que cela n'est pas de ma faute.

Cà fait du bien... :)
44 ans 785
J'ai mis autre aussi parce que mon problème existentiel le plus grave est d'avoir une belle famille...

Globalement, les kilos ont peu à voir avec les choses qui me cassent les pieds.

Ceci dit, je continue à me demander ce que ça veut dire pour moi d'être ronde. Je suis convaincue que c'est une réponse à quelque chose que je n'ai pas fini d'identifier.

On m'a expliqué que dans la vie, on opte toujours pour la moins mauvaise solution pour soi.

Voilà donc, pas des problèmes, juste une question pas résolue qui ne génère pas une grande souffrance: quel bénéfice me procurent ces rondeurs, qu'est ce que mon inconscient peut il donc y gagner?
53 ans 14650
Difficile de repondre en cochant un case

- Si je n'avais pas eu mon ezcéma je n'aurais pas eu les picqures de cortisone qui mon donner 20kg de plus.

Donc j'aurai du rester à 56kg vu que j'avais 22ans et c'etait mon poids stable depuis plus de 6ans.

- Si ensuite on m'avait donner un liste d'aliments à eviter pendant quelque temps jusqu'a le cortisone ait quitter mon corps plutot que de rien faire et ensuite me donner des regimes farfelu qui ma faire prendre 15kg de plus.

Donc j'aurai du rester à 76kg jusqu'a le cortisone quitte mon corps et que je descendre naturellement à un poids certes un peu plus elever que mon ancien mais quand meme.

Les problems psycologique sont commencer ou les problems medicales sont arreter au moins temporairement car 7 ans après j'avais faire une belle crise à nouveau. :cry:
58 ans Pays Basque 375
Bah, je pense que les deux sont mélés! c'est un peu comme l'oeuf et la poule! difficile de savoir en fait qui etait là le premier (quoique j'ai une petite idée, mais chuuut)!

La prise de poids est souvent le signal d'un problème de santé physique ou psychique et l'installation de ce poids sur la durée ne fait que recréer d'autres problèmes! Arriver à faire la part des choses est déjà un signe positif de mieux-être je crois!

Aprés le corps et l'esprit se souviennent souvent de leur mal-être aussi! pas facile de leur enlever cette mémoire!

Et puis y a la nature aussi! on ne se refait pas!
moi, pour ma part, je peux dire que ce sont clairement des kilos de chagrin et de souci.
donc tant que je ne serais pas "apaisée" et sereine, je pourrais toujours faire un regime une biscotte-une carotte-une compote, ça ne changera rien au probleme.
car, quand ma mere est tombée malade, je faisais 78 kilos, mais je les portais super bien (on m'en "donnait" 65, je n'avais jamais de reflexion désobligeante, que des compliments, j'etais pulpeuse quoi).
je suis tombée en depression et j'ai pris 30 kilos (en plus, j'ai trouvé ça gentil d'arreter de fumer en meme temps, et mon medecin m'a dit : ne vous privez pas de manger, reglons un probleme à la fois :shock: ouh, la boulette!!!)

donc mon poids est clairement la consequence de mes soucis... maintenant, avec mes kilos, je suis le sosie de ma maman disparue, alors peut etre que c'est aussi pour ça que j'ai du mal à les perdre : perdre du poids, c'est ne plus la voir dans le miroir, donc la perdre encore (enfin, ça c'est mon analyse perso, c'est peut etre une fausse excuse....)

[/img]
40 ans Ici et là-bas 3402
Moi aussi cela ne fait pas longtemps que j'ai compris que mon poids était la conséquence de mes soucis, je pensais vraiment que c'était le contraire.
En fait pour moi la nourriture est une drogue qui m'apaise. Cela aurait pu être l'alcool ou toute autre drogue, j'aurai pu être du genre à faire du sport à outrance ou autre mais j'ai choisi la bouffe...
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
pb psychologiques plus cortisone et anti histaminiques tres mal supportés ont eu pour consequence les kilos en trop moi aussi
et moi aussi Pickle on m'a pas donné de regime alimentaire pour pas gonfler avec la cortisone

depuis deux ans je degonfle un peu mais c'est tres lent
L
71 ans 7508
Conséquence bien sûr j'ai eu des problèmes avant qui font que je suis deveni grosse aujourd'hui. Soit maintenant j'ai les deux :lol:

Je trouve ça très important cette constation et le plupart du temps c'est l'erreur que font les personnes quand il s'agit de perte de poids, on ne cherche pas l'origine.
36 ans 288
Pour ma part, "un peu des deux peut-être".
Conséquence d'une dépression, d'un laisser-aller, dans le mauvais sens du terme, d'une incapacité à me prendre en main suite à une succession de petits traumatismes personnels qui ont fait chuter mon estime personnelle. Et maintenant, lorsque j'essaye de me reprendre en main, de me motiver, et bien je suis en face de cette réalité: mon ventre, mes cuisses, mes bras (pas la poitrine évidemment, de ce côté-là je peux toujours rêver en plus... alors les proportions ne sont pas très gracieuses). Et là, le poids devient une des causes de mon découragement. Puisque je n'arrive même plus à sauver les apparences, à quoi bon se battre? Voilà mon raisonnement intérieur, alors vive la culpabilité par-dessus le marché. Bref, en bon cercle vicieux dans lequel je me trouve, le poids est à la fois conséquence puis cause.
E
100 ans Occitanie 3854
Les deux... c'est un peu le chat qui se mord la queue

Mes crises d'hyperphagie sont dues à des pbs durant mon enfance... donc petite j'ai commencé comme ça...

Mais c'est un cercle vicieux car du coup je grossissais, et comme je grossissais je m'aimais encore moins, du coup les crises s'empiraient...

Pas réussi à sortir du cercle vicieux :?
38 ans aude 792
Conséquence!!!
Exactement comme Cessile, j'avais besoin d'extérioriser ce qui allait pas et au lieu de ça j'ai intériorisé (physiquement parlant) et je suis tombée dans les TCA.
C'est vrai que c'est un truc qui m'a beaucoup marqué et que j'ai compris en venant sur VLR: mon corps n'est pas responsable, c'est de ma tête dont je dois m'occuper. Jusque-là, j'arborais mes oeillères qui me faisaient croire qu'avec une silhouette parfaite, je serais belle, aimée, sûre de moi, intelligente, habillée à la mode, j'aurais fini de repasser :lol: ....................
59 ans Vert St Denis 77 321
Pour moi c'est parfaitement clair : UNE CONSEQUENCE

La souffrance de perdre des êtres chers
L'échec sentimental, affectif
L'echec professionnel et social

A chacun des moments de ma vie... j'ai connu d'immenses joies, et des peines tout aussi intenses....

Ces bouleversements ont eu des conséquences sur le moral et ont nécessité l'édification de défenses béton, de murailles de protection...

Quoi de mieux que la rondeur pour se cacher derrière...
Se fondre dans l'anonymat... susciter l'ignorance du regard, l'indifférence pour être tranquille... S'y réfugier comme dans une coquille...

Dans mon cas, c'est une forme d'abandon de moi.... de déni de mon existence...et c'est une période qui a duré 15 ans....

Maintenant je suis dans l'acceptance, dans la sublimation de mon état de ronde... je le revendique.... je m'autorise à nouveau à exister, à vivre, à ressentir les gens, les choses, à ouvrir les yeux....

Et je m'aperçois que les autres me voient enfin, vraiment.... Je vais vers eux... je n'ai plus peur de souffrir.... mon âge me permet de relativiser, d'envisager, de projeter....

Je réalise aussi depuis peu, que je plais toujours et je prend ce regard de séduction avec délice et plaisir.... j'ai trouvé un équilibre qui me permet d'aller de l'avant.... de faire des rencontres où l'amour a sa place...

Alors mon poids, une conséquence, c'est sur................ mais aujourd'hui c'est aussi une cause : celle du renouveau....
45 ans Suisse 200
J'ai répondu "un peu des deux" parce que primo, de toute ma vie, je n'ai jamais été mince. A l'école, pendant les visites obligatoires chez le toubib, on me disait déjà que j'avais trop de kilos.
Bref, j'aurais voulu avoir un bébé, mais à cause de mon poids, j'ai des problèmes hormonaux. Conséquence, je mange pour compenser le chagrin que ça me cause :oops:
Bon, maintenant, j'ai heureusement passé le cap du chagrin, mais les kilos sont là. J'envisage une RA, parce que les régimes... enfin c'est un autre sujet !
B I U