MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Briser le coeur de son/sa partenaire

38 ans Entre ici et là bas 2237
Voila, tout est dans le titre, ;)

avez vous déjà réellement briser le coeur de quelqu'un? je ne parle pas de petites ruptures, mais de se séparer de quelqu'un qui  
vous aime sincèrement, profondément, qui a construit tout son avenir avec vous, qui risque de s'écrouler quand vous partez?

Comment avez vous fait pour rompre?
Comment a t-il (elle) réagit?
Comment s'en est -il sorti pour la suite? est-il resté seul très longtemps, a t-il pu se réengager si fortement avec quelqu'un d'autre?
Vous, comment avez vous réagit?

...

;) :idea:
38 ans 639
J'ai quitté mon ex-compagnon avec qui je vivais depuis 3ans et demie. Ca a était terrible. Pas du côté de mon attachement, car je ne l'aimais plus, mais quant à la culpablisation qu'il m'a "finement" fait ressentir tout le long de son deuil d'un "nous". Larmes, violence, insultes, malaises, hospitalisation à sa demande, appels téléphoniques par dizaine et même à ma famille (ma Grans-mère, la pauvre!) enfin le vrai feuilleton télé, je n'avais pas imaginé une rupture comme celle-ci, puisqu'avant ça, Monsieur etait quelq'un de plutôt assuré, serein, avec toujours une fine analyse et du recul sur la vie... Mais celle des autres :roll: ...
Il ne voulait pas me rendre mes affaires, je suis partie avec mon sac de cours (j'etais encore étudiante) et un sac de vêtements. Il a vendu toutes mes shoes :evil: , une partie de mes vêtements, et j'ai du envoyer des potes pour récuperer le reste, car c'etait un chantage monstre! Mais il a quand même gardé mes photos grrr...Bref, de l'acharnement. Un truc de dingue. Ca a finit mal quand même (il m'a cherché au centre ville, un soir, me sachant de sortie, et m'a giflé, des mecs sont venus, ils ont voulus m'aider, ont commencé à se battre, bref, j'ârrête là, c'est trop pathos). J'ai mesuré combien je méconnaissais cet homme. Quand tout va bien, les difficultés de l'autre à vivre ne sont pas toujours décelables... Voilà, c'est une drôle d'experience, mais elle fait partie de mon histoire. J'accepte! ;)
40 ans 2505
ça m'est arrivé une fois...

Et ce n'est pas un bon souvenir.

J'ai mis fin à une relation d'un an 1/2 parce que je ne l'aimais plus.
Au départ il a cru à un coup de blues de notre couple, et m'a fait des promesses qui m'ont fait me sentir coupable et m'ont mises très mal.
Par exemple, venir à ma porte avec sa grand mère (78ans à l'époque qui l'avait conduit en voiture de Belgique jusqu'à chez moi...) pour essayer de me faire céder à le voir et à accepter le dialogue pour que je le reprenne et bien entendu en m'abitoyant sur sa grand mère qui avait fait tout le chemin et que je refusait de voir également ...

Lorsqu'il a compris que c'était définitivement fini, il a commencé les menaces, de plus en plus loin (mon frère, mes parents...) Allant même jusqu'à menacer mon intégrité physique et de me tuer.
Je me rappelle de cette époque où pour m'aérer la tête j'ai pris une semaine avec un pote en normandie pour me changer les idées car je n'en pouvais plus.
Je me sentais mal et en plus j'avais peur de lui et de ce que le désespoir pouvait lui faire faire...

En chapitre final, il m'avait volé ma carte de retrait du compte belge que j'avais ouvert (que j'avais pas eu le temps de fermer en partant de façon précipitée) et m'a volé 1300€ le lendemain de son anniversaire ! Il a dû se faire un beau cadeau ! :lol:

Cette histoire a bien fini me détruire, ma haine contre lui suite à tout ce qui s'est passé a failli m'engloutir et j'ai meme parfois pensé à me venger physiquement en faisant des scénarios pour m'en sortir indemne... Heureusement, j'ai fini par surpasser tout ça, et continuer ma vie.
Reprendre confiance et accepter que je pouvais être à nouveau heureuse et tourner la page et me pardonner d'avoir pu l'aimer et que je n'étais pas responsable de ce qui s'était passé... Ce fut long mais nécessaire.

Cet épisode de ma vie fait partie de mon parcours et j'ai fini par l'accepter après en avoir beaucoup souffert, il m'a fait celle que je suis, plus forte surtout et malheureusement beaucoup plus méfiante vis à vis des gens.

On ne connait jamais une personne, ni jusqu'au elle peut aller... même si on l'aime ou qu'on a vécu quelque chose avec elle.

Pourquoi cette question ? tu comptes quitter quelqu'un ?
38 ans 639
Heu... les grands-mères sont donc les premières victimes des tyrannies de couple??? :lol: :lol: :lol:
39 ans 3935
Oui, je l'ai fait, et je regrette amèrement mon acte. Nous étions ensemble depuis près de 7 ans, il était prêt à me faire un enfant comme j'en rêvais et je l'ai quitté, puis suis sortie (et sort toujours) avec quelqu'un de très, très proche de lui (personne de sa famille, mais si j'avais voulu faire pire c'est ce que j'aurais fait je pense). Je lui ai annoncé notre rupture assez simplement, je ne voulais pas qu'il apprenne que j'avais ce quelqu'un d'autre mais il l'a su très (trop) rapidement. Comment a-t-il réagit? Très mal, évidemment. Ca fait aujourd'hui 6 mois et il ne s'en est toujours pas remis. Moi je suis bouffée par la culpabilité, je le revois encore parfois mais c'est très dur pour moi de le voir dans cet état-là par ma faute alors que nous avons partagé tant de choses. Pour ce qui est de se réengager, il a quelqu'un mais ça ne passe, trop de regrets, trop d'amertume, il n'a plus confiance en lui et de mon côté j'ai un peu le même problème, comment faire confiance à quelqu'un dans cette situation? Si j'ai pu moi-même être aussi horrible, pourquoi quelqu'un d'autre ne le serait-il pas? Bref, pas mal de questions, beaucoup de remords, et la certitude que si je pouvais revenir en arrière, je ne m'y prendrais certainement pas comme ça.
57 ans 91 25732
Non je ne crois pas l'avoir fait et à vrai dire je ne sais même pas si j'en suis capable... :oops:

J'aurais pu le faire. Non, j'aurais du le faire. Pour me préserver moi. Mais je n'ai pas pu, pas voulu... Je ne sais pas...

Je me souviens en avoir parlé à un ami qui m'avait dit que j'aurais du partir et j'ai répondu "non, je ne pouvais pas, si j'étais partie, il serait mort"... Et il m'a répondu : "toi aussi un jour tu vas mourir et ça serait bien que tu vives avant !"

Alors je ne sais pas si je pourrais... Et j'ai pas envie de savoir en fait. ;) (lâcheté quand tu nous tiens...)
39 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Je n'ai jamais quitté mes ex mais j'ai envie de répondre quand même. Je suis celle qui a été quittée après 5 ans de bon et loyaux services.

J'ai énormément souffert lorsqu'il m'a quitté mais très rapidement, je lui en ai voulu pour une chose : m'avoir fait croire que tout irait mieux alors que de son côté, ça n'allait plus depuis un moment, m'avoir fais croire qu'il m'aimait autant que le premier jour alors que c'était complétement faux.
J'aurais aimé qu'il me parle plus tôt lorsqu'il a senti que ça n'allait plus au lieu d'attendre et de me faire miroiter des choses ..

Citation:
Comment avez vous fait pour rompre?
Et bien le 14 novembre au soir, en rentrant du travail, on a parlé, tout simplement ... On a pleuré tous les deux parce que même si ses sentiments n'étaient plus les mêmes, il tenait quand même à moi. Il m'a simplement dit qu'il ne m'aimait plus comme je l'espérais, bla bla. Il n'a pas été brut. De toute façon, ce moment là n'est jamais agréble, autant pour l'un que pour l'autre.

Citation:
Comment a t-il (elle) réagit?
Et bien j'ai pleuré, pleuré, pleuré et pleuré. Ca a duré toute la soirée et les jours qui ont suivi. Je me suis rabaissé en essayant le faire culpabiliser, de l'amadouer par le sexe :roll:

Citation:
Comment s'en est -il sorti pour la suite? est-il resté seul très longtemps, a t-il pu se réengager si fortement avec quelqu'un d'autre?

Après qu'il m'ait quitté, j'ai commencé à me chercher un appart que j'ai trouvé assez rapidement. Je suis toujours seule mais finalement c'est mieux, histoire de me reconstruire. Mais malgré tout, je crois encore à l'amour !

Citation:
Vous, comment avez vous réagit?
Il a réagit à ma culpabilité en me reprenant quelque mois. J'ai fini par mettre fin fin mai à ce simulacre de relation.


J'ai énormément souffert mais finalement je m'en suis remise. Ce qui m'a beaucoup aidé c'est qu'il quitte la région. Ca m'a éviter de croire le voir partout dans les rues etc etc. Aujourd'hui, on garde contact, de bons contacts.

Comme je te l'ai dit, dans ces moments là, c'est dur, mais il faut être égoïste et surtout penser à soi. A force de vouloir éviter de le faire souffrir, tu vas finir par t'oublier...
38 ans Entre ici et là bas 2237
Patty a écrit:
Non je ne crois pas l'avoir fait et à vrai dire je ne sais même pas si j'en suis capable... :oops:

J'aurais pu le faire. Non, j'aurais du le faire. Pour me préserver moi. Mais je n'ai pas pu, pas voulu... Je ne sais pas...


Alors je ne sais pas si je pourrais... Et j'ai pas envie de savoir en fait. ;) (lâcheté quand tu nous tiens...)


et aujourd'hui, tu en es où? tu regrettes toujours de ne pas l'avoir fait? comment va ton couple aujourd'hui?
tu voulais partir, pourquoi?

Excuse moi si toutes ces questions sont très indiscrètes..., je ne veux pas rééveiller de vieux souvenirs douloureux :oops:
A
37 ans Nice 21965
_Mumu_ a écrit:
J'ai énormément souffert mais finalement je m'en suis remise. Ce qui m'a beaucoup aidé c'est qu'il quitte la région. Ca m'a éviter de croire le voir partout dans les rues etc etc. Aujourd'hui, on garde contact, de bons contacts.

Comme je te l'ai dit, dans ces moments là, c'est dur, mais il faut être égoïste et surtout penser à soi. A force de vouloir éviter de le faire souffrir, tu vas finir par t'oublier...


t'imagine meme pas à quel point ca fait plaisir de lire ca ;)
39 ans On my black cloud in a white heaven 7469
athanyaw a écrit:


t'imagine meme pas à quel point ca fait plaisir de lire ca ;)


HS ON
Merci :kiss: J'aurais surement quelques rechutes mais je vais finir par y arriver crénondidiou comme tu dis lol
HS OFF
46 ans Suisse 768
Je n'en suis pas fière, mais j'ai vraiment brisé le coeur de mon ex-mari le jour où je l'ai vaiment quitté... Il y avait eu trois tentatives de ruptures auparavant, mais cette fois-là a été la bonne...

Je lui ai annoncé ça sous le coup d'une grosse colère (justifiée), puis suis partie en claquant la porte, et quand je suis rentrée plusieurs heures après il était toujours assis au même endroit, prostré... Il est resté comme ça presque deux jours, sans bouger, à pleurer, puis j'ai dû me résoudre à le faire hospitaliser... Il a été suivi ensuite pendant un an, et il a mis quatre ans à s'en remettre et à pouvoir se rengager réellement avec celle qui est aujourd'hui sa femme.

Je me suis sentie coupable, bien sûr, mais pas au point de le reprendre par charité, car cela n'aurait servi à rien, c'était mort... Je me suis contentée de le soutenir de mon mieux, pour essayer de faire le moins de dégâts possibles, et aussi parce que je tenais à garder une relation d'amitié avec lui...

Lui a longtemps cherché à revenir, toujours par la douceur, mais jamais il ne m'a menacée ou été violent. Aujourd'hui nous sommes bons amis (au grand dam de son épouse!)
59 ans Québec, Canada 1664
Mon premier mari. Il venait d'être hospitalisé pour la xième fois à l'hôpital psychiatrique.

J'étais assise seule dans la cuisine lorsque j'ai réalisé qu'il en serait ainsi ... que depuis 6 ans j'assumais tout, toute seule ... que j'en avais marre de m'inquiéter ... que notre relation avait évoluée vers quelques chose qui était bien loin de l'amour.

J'ai attendu qu'il soit complètement remit. Lui ai annoncé mon départ. Il m'a prit dans ces braas et m'a dit que j'avais raison ... que j'avais le droit au bonheur etc.

Une fois déménagé il s'est mit à me harceler au boulot ... voulait me voir ... me parler ... n'étions nous pas des amis ?

Un jour c'est sa mère qui m'a téléphoné ... elle ne m'avait jamais aimé celle là pffffffff ... pour me dire qu'il serait mieux que je lui dise que j'avais quelqu'un dans ma vie histoire qu'il passe à autre chose.

C'est ce que j'ai fais ... juste avant de raccrocher il m'a dit ... je vais me tuer ... me jeter sous les roues du métro ... ou sous un pont ...

Et il est disparu ... pendant 6 mois ... ses parents morts d'inquiétudes me téléphonaient sans cesse ... et moi ... je ne vous dis pas mon état d'esprit ... je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'il avait mit ces menaces à exécution ...

Finalement au bout de 6 mois ces parents l'ont retrouvés dans un gite pour itinérants ...

Quelques semaines plus tard je recevais les papiers me demandant le divorce.

Depuis, à quelques reprises, j'ai rencontré par hasard l'infirmière de son psychiatre qui m'a donné des nouvelles ...

Il ne va pas bien du tout.

Ça me désole mais d'un autre côté ... je devais penser à moi ... il vient un temps ou c'est une question de survie.
57 ans 91 25732
pitchiou a écrit:
et aujourd'hui, tu en es où? tu regrettes toujours de ne pas l'avoir fait? comment va ton couple aujourd'hui?
tu voulais partir, pourquoi?

Excuse moi si toutes ces questions sont très indiscrètes..., je ne veux pas rééveiller de vieux souvenirs douloureux :oops:


J'ai voulu partir après avoir subi 10 ans d'alcoolisme de mon mari et tout ce qui va avec (les humiliations, les problèmes de fric, les promesses jamais tenues, les moqueries ou la pitié des autres... mais pas les coups heureusement).

Aujourd'hui ça va ! :D Ca fait plus de 4 ans que mon mari a arrêté de boire et tout a changé.

Mais 10 ans à subir ça c'est long, trop long. Je ne regrette pas d'être restée, parce qu'on s'est battus ensemble et que pour le moment on a gagné.

Mais si ça n'avait pas été le cas ? Si rien n'avait changé ? J'aurais supporté ça combien de temps, de vivre à moitié, de me battre contre plus fort que moi ? Comment j'ai fait pour supporter ça ?

Avec le recul je me dis que j'ai quand même perdu de belles années, beaucoup... C'est dommage... Et puis même s'il a arrêté de boire quasiment du jour au lendemain, il ne faut pas croire que tout est redevenu normal du jour au lendemain. Il a fallu reconstruire beaucoup de choses et certaines ne sont plus comme avant... Sans compter que la maladie est venue s'ajouter au tableau et qu'on continue à se battre contre autre chose (2 mois après avoir arrêté de boire, il a fait un double infarctus).

Alors non je ne peux pas dire que je regrette, mais il y a quand même un sentiment amer que je n'aurais pas du supporter ça parce que c'est quoi ? Du courage ? De l'inconscience ? De la lâcheté ? C'est sans doute de l'amour tout simplement, mais je ne suis pas certaine qu'on doive tout supporter par amour.

Zom sait que s'il recommence à boire, je partirai. Je l'ai dit. Je suis sûre de moi. Mais est ce que je serais capable de le faire ?

Poulette a raison. Il faut aussi savoir penser à soi quand ça devient une question de survie.
F
46 ans 1
Bonsoir,

Moi j'ai brisé le coeur de 2 femmes. J'ai entretenu une double relation pendant 2 ans, en me disant chaque jour que j'allais trouver la force d'affronter les choses, que ce n'étais pas ce que je voulais, que je souhaitais vivre pleinement mon amour pour l'une des deux personnes, etc, etc. 2 ans à me torturer l'esprit de questions, à me dire : c'est l'une, c'est l'autre, c'est aucune des deux ; à avoir peur d'affronter le regard des autres, bref un calvaire jusqu'au jour ou l'un d'entre elle a tout découvert ... et là, je venais de franchir la porte de l'enfer. Coup de fils de sa part et de ses parents à mes parents (qui ne se connaissaient pas et ne la connaissait pas), bien entendu abasourdi d'apprendre tout cela à 1 mois du mariage de ma soeur. Confrontation des 2 femmes : j'étais au milieu. L'une d'elle a malgré tout essayé de calmer le jeux (par amour ...), mes parents avait fait sa connaissance malencontreusement car dans mon esprit tant que je n'avais pas pris de décision, il m'était impossible d'en faire la présentation. Cette période a rapproché mes parents d'une de ces 2 personnes, ma mère s'identifiant à ce qu'il lui était arrivé étant jeune. Ceci à mon grand dam qui aurait souhaité une neutralité de part et d'autre. Complétement dépassé par les événements, je n'ai rien affronté du tout ; le monde s'écoulait sur ma tête ... deboussolé, j'ai écouté les uns et les autres sans me soucier de se que me dicter mon coeur. J'ai retenté donc de refaire quelque chose avec l'une d'entre elle...trop vite peut être, croyant que le deuil était fait, que j'avais les réponses nécessaires pour avancer ... aujourd'hui je me rends compte de mes sentiments pour l'autre personne, je l'aime ... et je l'ai perdu ! j'ai décidé d'aller voir une personne pour parler de tout cela...j'avance progressivement, avec des regrets à l'esprit, peut etre des espoirs aussi que j'essaye d'étouffer et d'ignorer, mais avec la volonté farouche d'avancer. J'ai décidé d'affronter prochainement certaines personnes de son entourage afin de mieux avancer, de leur prouver également que malgré ce que j'ai fait, j'aurais pu ... tellement de belles choses !
Voilà, au final 2+1 coeurs brisés, par manque de courage, de maturité et d'honnêteté ...
Et la vie continue ...
S
26 ans 1
Merci pour vos témoignages. J'ai brisé le coeur d'une femme. En octobre, après un an et demi, je suis parti pour une autre.
Je pensais que c'était la meilleure chose à faire pour tout le monde. Et maintenant, après six mois de relation avec l'autre, je suis obligé de le rendre à l'évidence: ça ne fonctionne pas. Je m'en veux trop. Mais pire encore, je compare en permanence. Moi qui ai fait ce choix en pensant aller vers quelqu'un qui me correspondait plus, je suis maintenant bloqué sur cette comparaison dont la valeur s'est inversé, je ne supporte plus la nouvelle (bien que je l'aime et j'ai une infinie tendresse à son égard), je suis devenu jalou, pas sûr de moi, irritable et invivable. Ses questions,ses réponses, ses réactions... Rien ne va. Je voudrais qu'elle comprenne et qu'elle me soutienne mais elle semble incapable de me soulager et, en même temps, comment demander quelque chose dans une situation pareille. Le simple fait qu'elle supporte mes humeurs est un exploit en soi.
Elle est désemparée au moins autant que moi.
Je lui ai demandé une pause d'un mois. Je me retrouve comme la plus grosse des ******. Et je m'en veux.
Je m'en veux d'avoir détruit une relation qui m'apportait plus que je ne pensais, de ne pas pouvoir revenir en arrière. Je m'en veux de ne pas réussir à trouver une place dans mon coeur pour ma nouvelle, d'avoir été si vite sans réfléchir et de la faire souffrir, elle aussi, aujourd'hui.
Cette double culpabilité est insoutenable et pourtant je dois avancer car j'ai de nombreux projets en cours.
J'ai trouvé vos témoignages en quête de quelqu un qui pourrait le comprendre car je ne trouve personne à qui parler dans mon entourage proche et ma famille étant donné que j'avais déjà discuté avec eux du fait de vouloir quitter mon ex. Je ne pourrai pas supporter de perdre la face à ce point devant eux.

Et la vie continue...
B I U