Le 02.11.05 Par Coffexe

Les rondes en Mauritanie

L’obésité comme critère de beauté

Vertue et beauté allant souvent de pair, on s’attachera à parer l’élue des attributs de sa gloire. Et chez les maures, beauté égale abondance. La gloire d’un homme se mesure à la grosseur de sa femme. L’Emir du Tagant, vaste plateau central près d’Atar, ne se vantait-il pas, au siècle dernier, de posséder la plus belle femme de la tribu, une gamine de quatorze ans qui pesait cent vingt kilos!.

De nombreuses jeunes filles sont ainsi engraissées à Atar. Pendant plusieurs mois avant la puberté, littéralement “gavées” comme des oies, elles doivent ingurgiter jusqu’à vingt litres de lait par jour à l’aide d’un entonnoir introduit dans la bouche.(…) Il existe d’ailleurs de véritables “stations de gavage” qui procèdent à l’engraissage collectif des jeunes filles, notamment dans la vallée de Néma, au Sud de la Mauritanie“. (Femmes et Islam ou le sexe interdit,A.Gaudio et R.Pelletier, ed. Denoël, 1983).


Partager