MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Je regrette mon bypass !

40 ans BanLieuSarde 1213
harper a écrit:


Blueberrycat soulève tout le pbl de "choix éclairé" : on ne peut donner son accord qu'en toute connaissance de cause, sinon ce n'est  
pas un vrai consentement.Les médecins ont une obligation d'information, les patients ont le devoir aussi de s'informer, mais là aussi je me rends compte que j apprends chaque jour de nouvelles infos sur le forum...


Tu en apprendras chaque jour. Nos experiences sont tellement différentes.
Heureuses, tristes, dures, parfaites, horribles.
Même si les medecins ont une obligation d'information, pour ma part, le plus important est que le patient s'informe avant et le plus possible.
Je reste persuadée que si je ne m'était pas intéréssée aux complications post op, je ne serais surement plus ici.

Tu parles qu'enfant nous sommes humiliées.. Entres autres.. Mais même adultes. Aujourdhui encore on m'insulte dans la rue.
Un conseil également, se protéger de l'humiliation que tu peux peut etre vivre lors de lintervention.
Ai je eu réellement peu de chance avec cette équipe, mais le pire moment de ma vie, niveau humiliation, n'a pas été mon enfance, mais mon réveil et les jours qui ont suivis le bypass. Cà je ne l'avais lu null part. & je peux te dire que j'ai bouffé.

Continue à éplucher le forum, les blogs.. C'est très important ;)
42 ans Blois 458
Pourtant ils ont l'habitude des obèses dans ce service c'est dingue quand même !
40 ans BanLieuSarde 1213
Hydromel a écrit:
Pourtant ils ont l'habitude des obèses dans ce service c'est dingue quand même !


Les raisons que l'on m'a donné, les salaires, le nombre d'heures, etc etc etc..

Est ce une raison ?...
H
34 ans 120
DaDaDiAbleSsE, effectivement les humiliations adultes je n'en ai pas parlé, pcq ds mon cas je m interdit pas mal de choses justement pour m'en épargner d'autres humiliations. Après c'est ma méthode de survie (et pas de vie), il est évident qu'elle est loin d'être une solution !
Parfois je m 'impressionne moi même d'avoir oublié certaines humiliations et pas d'autres, comme un tri sélectif...C'est peut-être là encore un mécanisme de défense, bizard je me souviens d'une remarque qu'on m'a fait en CP, et j'ai oublié des petites méchancetés ça etlà d'il y a 2, ou 3 ans....
Concernant ton "après-opération" j'aurais aimé savoir (mais c'est peut-être douloureux pour toi :oops: ) ce qui vaguement s'est passé pour que tu décrives un tel enfer, car peut-être que d'autres l'ont vécu mais n'osent pas témoigner (je pensais notamment à un post d'une Elysabeth je crois qui n'avais pas envie de parler de son bypass). Après peut-être l'as tu fait déjà quelque part dans un autre post?
Là en ce moment je lis les posts sur les pires expériences de chirurgie...il y a de quoi renoncer et fuir en courant...

C'est vrai qu'à l'hôpital l'intimité du patient,son bien-être, la bientraitance du patient dont l'estime n'est pas bien haut, sont bien difficiles à concilier avec les sous effectifs quasi permanents du personnel et une formation de sensibilisation à ces aspects là, au même titre que la lutte contre les infections nosocomiales....

Quand Blueberrycat disait que c'était une hérésie de se faire opérer dans les 3 mois environ après le début du parcours, elle a raison,
Cependant, je me suis aussi rendue compte qu'au départ j aurais aussi bien aimé me faire opérer dans l'instant et commencé à perdre du poids tout de suite sans passer par le parcours du combattant et........le psy, notamment (ou évidemment lol :lol: ). Cela correspond à une phase de déni du patient où il est pressé de remettre la balance sur un autre chiffre, d'où l'importance après d'avoir en face de soi une équipe compétente qui sait dire non quand le patient n'est pas prêt, vis à vis des TCA, de sa motivation, ...


en lisant
http://titan.medhyg.ch...rmation/article.php3?sid=31206 ( Le parcours thérapeutique du patient obèse - Article de V. Giusti) j'ai fait ce rapprochement, et toujours en lisant cet article, j ai découvert que l'hyperphagie boulimique était plus grave que le grignotage....mauvaise nouvelle pour moi :cry:
40 ans BanLieuSarde 1213
harper a écrit:
DaDaDiAbleSsE, effectivement les humiliations adultes je n'en ai pas parlé, pcq ds mon cas je m interdit pas mal de choses justement pour m'en épargner d'autres humiliations. Après c'est ma méthode de survie (et pas de vie), il est évident qu'elle est loin d'être une solution !
Parfois je m 'impressionne moi même d'avoir oublié certaines humiliations et pas d'autres, comme un tri sélectif...C'est peut-être là encore un mécanisme de défense, bizard je me souviens d'une remarque qu'on m'a fait en CP, et j'ai oublié des petites méchancetés ça etlà d'il y a 2, ou 3 ans....


Souvent je me demande, pourquoi mon esprit à zappé des moments douloureux de vie..
Je n'ai jamais compris pourquoi.
Des fois on me rappelle certains moments, dont je ne me souviens absolument pas..
Mon corps se defend lui même contre mes douleurs passées ?


harper a écrit:
Concernant ton "après-opération" j'aurais aimé savoir (mais c'est peut-être douloureux pour toi :oops: ) ce qui vaguement s'est passé pour que tu décrives un tel enfer, car peut-être que d'autres l'ont vécu mais n'osent pas témoigner (je pensais notamment à un post d'une Elysabeth je crois qui n'avais pas envie de parler de son bypass). Après peut-être l'as tu fait déjà quelque part dans un autre post?
Là en ce moment je lis les posts sur les pires expériences de chirurgie...il y a de quoi renoncer et fuir en courant...

C'est vrai qu'à l'hôpital l'intimité du patient,son bien-être, la bientraitance du patient dont l'estime n'est pas bien haut, sont bien difficiles à concilier avec les sous effectifs quasi permanents du personnel et une formation de sensibilisation à ces aspects là, au même titre que la lutte contre les infections nosocomiales....


C'est très douloureux, j'ai même des fois honte d'en parler, alors que je suis plus victime qu'autre chose.

J'ai du écrire un courrier à l'hôpital.

Ce n'est pas mon équipe medeciale le problème, c'est les personnes s'occupant de vous après l'intervention.

Je ne sais pas si j'ai le droit de faire la liste des choses ignobles que j'ai vecu.. Si on accepte que je le fasse, j'essayerai au mieux de vous l'écrire. Et peut etre même que vos retours m'aiderons vis à vis de la peur que j'ai à chaque hospitalisation..
H
34 ans 120
Tu as certainement un sentiment de honte par rapport à ce qui t ait arrivé alors que tu n'en ais pas responsable. Tu as eu un retour sur ton courrier?

En tous les cas, je remarque que face aux difficultés tu fais face...comme je te l'ai déjà dit, j'ai vraiment l'impression que tu as du tempérament. =D>

Quand à la peur de l'hospitalisation dont tu parles, waouh c'est un mot fort, parce que l'hôpital on y va jamais de bon coeur pcqu'on on y meurt, parfois on n'y souffre, on est dans l'attente de nouvelles de ses proches, pcq on y est en état de maladie, on s'ennuie (++++), on attends 4 plombes, la nourriture c'est pas du 4 étoiles, on appréhende une opération .......
mais .... la terreur dont tu parles tout de même...

Tu n'es obligée à rien surtout si tu ne t'en sent pas capable je voudrais pas te plonger dans de mauvais souvenirs,e faire ouvrir la boite de Pandore, peut-être d'ailleurs que tu as reglée avec un spécialiste cette question.... Mais c'est bien aussi d'avoir des témoignages d'expériences plus négatifs, pour ne pas avoir l'impression biaisée que la démarche chir et toutes ses suites c'est une promenade de santé.....Or force est de constater que les témoignages positifs sont plus nbx

Il n'y a pas de raison à la maltraitance- le contraire de la maltraitance n'est pas la non-maltraitance mais la bientraitance et c'est une sacrée nuance...
il y a des personnels qui n'ont parfois même pas conscience de se dire "telle situation est humiliante/gênante pour le patient", d'autres qui ne savent pas rassurer la personne malade, d'autres encore qui s'en foutent (il faut malheureusement l'avouer).
Et d'autres à l'inverse qui même ayant terminé leurs heures de boulot à la bourre, vont encore prendre 5 min pour orienter un malade paumé, ou tenir la main d'une mamie paniquée en pleurs...C'est ce qui fait le distinguo entre n'importe quelle personne apte à travailler à l'hosto et tous ceux qui n'ont pas à y travailler quelque soit leur niveau de qualifications, encore moins quand leur motivation n'est seulement de ne pas venir grossir les rangs des chômeurs.

Les données éco jouent il ne faut pas se mentir. est-ce une raison de mettre une couche à une personne âgée parce qu 'on n'est pas assez nbx en personnel pour avoir le temps de l'aider à aller aux toilettes? Non.
40 ans BanLieuSarde 1213
Alors avec accord des modos..

Je ne citerais ni l'hôpital, ni l'équipe medicale, d'ailleurs je pense que l'équipe medicale n'a rien à voir avec ce que j'ai vecu, car ce ne sont que les agents hospitaliers, et pas tous, qui se sont très mal comportés.

Au contraire, mon chir esthetique aujourd'hui, fait partie des personnes m'ayant aidé.. Je ne le connaissais pas à ce moment là. Depuis j'ai le sourire dès que je le vois..

Cà sera décousu, peut-être pas dans l'ordre.. C'est je crois, la première fois que je met tout çà à jour, à découvert..

Opération du bypass le matin. Je ne sais plus à quelle heure je suis remontée.. Je ne me souviens que de mon mal être respiratoire..

Impossible pour moi de dire 3 mots de suite, pas de souffle. Je suis réveillée, mais je ne peux pas répondre à ma mère qui me téléphone toutes les demies heures, car elle ne comprend pas pourquoi je n'arrive pas à parler.. L'infirmière pete un cable et me dit "Mais forcez vous! Votre mère sinquiete !!" Jessaie.. Jessaie mais je n'y arrive pas.. Quelques mots "tinquiète pas maman, ca va.. jai sommeil.." jai mis de très longues secondes à prononcer ces mots..
Jessaie de dormir et là je mendors en rêvant que je m'étouffe.. Je me vois mourir étouffée.. Je sonne.. L'infirmière arrive, jessaie tant bien que mal de lui expliquer.. Ne veut rien savoir.. 1 fois, puis 2, puis 3, je ne fais que çà sonner, sonner, je reclame un medecin.. "Il est trop tard, plus personne.." Je sonne encore et encore, on me dit que je suis une comédienne, que je n'ai rien, que mon oxygène fonctionne.. Que je dois dormir et arréter ma comédie.
NON.. Je sonne et reclame "Mon chir.. Mon chir.." Personne ne veut l'appeler..
Et là.. Mon chirurgien esthetique actuel, que je ne connaissais pas à l'époque, passe sa tête à travers la porte, me regarde, s'immobilise, devient blanc vif et hurle "Qui soccupe de cette patiente?!!!!" elles accourent..
"Vous l'emmenez au scanner en URGENCE! depuis quand se plaint elle sans que personne n'agisse ??!!!!!"
Résultat, je ne suis pas une comédienne, je me suis presque totalement bloqué les poumons, je ne respirais plus. J'ai du avoir de la kiné respiratoire pour réapprendre à respirer. On a déménagé ma voisine de chambre, pour ouvrir les fenêtres de ma chambre pour que je puisse avoir de l'air...

On doit me descendre en urgences au scanner, opérée du matin. linfirmière "Asseyez vous sur le brancard svp"... Heuuuu je ne peux pas..
"Comment je vous souleve moi ?"
Mon chir "Opérée de ce matin, vous plaisantez là jespere ????"
Au final elle hurle (le mot est faible) "Jai besoin dhommes, je ne peux pas la soulever elle est beaucoup trop lourde!!!" Je pleurais... Oui je sais, cest aussi le but de ma visite madame.... Aucune douceur pour me passer du lit au brancard, je suis en pleurs.. de douleurs !

Cette idiote ne me couvre pas.. Nous sommes fin novembre.. Dans un hopital ou on doit passer pas lexterieur pour faire les examens.. Cest le brancardier qui ma couverte avec mes propres couvertures de la chambre..

Retour de scanner, le brancardier est un ange. On arrive à l'ascenceur (toujours en exterieur) et là une des infirmières de mon service, passe devant nous (nous arrivions) et appuis sur fermeture des portes.. Le brancardier me laisse là et court vers lascenceur pour bloquer la porte et hurle sur l'infirmière.. Depuis quand on fait attendre un patient qui sort du bloc, en plein hiver, dehors ???

Je n'ai pas réussis à masseoir de suite sur le fauteuil, trop de douleurs, de malaises. Elles mont obligés à résté assise à 3jours. Malgrè le fait que jétais mal.. Malaise...... comédienne.

La toilette intime était un moment de douleur, on me retournais comme si je n'avais jamais été opérée.. J'en pleurais.. Mais le mot comédienne revenait à chaque fois. J'ai fini par refuser la toilette. Je souffrais trop.

A 5 jours post op si je me souviens bien, je marchais avec du mal mais j'y arrivais, j'ai demandé qu'on m'aide à prendre une douche et surtout me laver les cheveux.. javais la nausée de cette odeur de moi, de blouse, dhopital et de non lavage depuis 2jours.. On accepte la douche on refuse formellement les cheveux, car je ne suis pas chez le coiffeur !
Ok.. jappelle ma mère et lui demande de venir à lhopital, que jai besoin quon me lave completement, mais que je nen ai pas la force et qu'elles en veulent pas le faire.. Quand ma mere est arrivée elle a hurlée et linfirmiere "Je vous ai dis oui pour votre douche, vous naviez pas besoin dappeler votre mere!" .........

J'ai le bras qui gonfle à vue d'oeil et une douleur incroyable dans le bras perfusé.. Je sonne.. Comédienne, perf très bien posée, aucun probleme.. Je resonne quelques heures après.. Rien à faire. Je les préviens que je vais hurler de nouveau et ne pas cesser de sonner. C'est ma kiné respiratoire qui a appelé un medecin. Ma perf nétait pas dans ma veine mais dans mon bras, donc le liquide se répandait dans mon bras et me faisait atrocement mal.. Javais encore raison..

J'avais des bandes de contention, que je portais 24/24, sauf qu'elles me les serraient atrocement.. Au bout du troisieme jour, je craque et les enleve vers 21h30, elles sont censé passer vers 22h.. Là je decouvre mes jambes.. Pleines de bleux aux endroits où les bandes étaient mal posées..
Quand elles viennent 30 min plus tard, je demande à ce qu'on me les remette mais moins fort car jai très mal... "Vous pensez sincèrement que je suis payé à remettre des bandes de contentions que VOUS avez enlevées ? Vous avez réussis à les retirer, je vous laisse les remettre.." Ben ouiiiiii post op bypass, je vais me plier pour les remettre ! Je les ai prevenues, je ne le ferai pas.. Elles sont passées 2h après me les remettre.. je vous cache pas la douceur avec laquelle elles ont remis les bandes....

Et le pire... Premier moment ou je dois aller aux WC pour faire mes besoins. J'ai passé 1h aux WC pour trouver le courage de les affronter. J'ai essayer, j'ai pleuré, mais je n'ai pas réussis à m'essuyer moi meme.. Comment à 24ans demander à des femmes si irrespectueuses de le faire pour moi ? J'étais très mal.. Mais je navais pas le choix. Jai sonné.. Elle ouvre la porte me regarde et me dis "Vous plaisantez là ? cest pas ce que je pense ? Vous nosez pas me demander de vous essuyer le cul ?!! je suis pas payé pour çà!!!!!" Je crois que ce fu le pire moment de honte de ma vie..
Je lui ai rappelé calmement que je venais detre opérée, quavant intervention cetait déjà dur pour moi deffectuer cette tache.. Donc le ventre ouvert, je ny arrive absolument pas..
Elle l'a fait.. en gueulant et ruminant.


Ce sont les choses qui m'ont le plus marquées.. Je ne me souviens pas de tout.. C'est loin..

Malgrè cela j'ai rencontré des gens supers.. Les brancardiers sont doux et attentifs.. Les eleves en medecine sont également super, j'avais sonné pour le bassin, un homme eleve est entré, il m'a dit "ne bougez pas j'appelle une collègue".. J'ai du resonner pour le même probleme aux wc de ne pas pouvoir messuyer seule, une eleve est arrivée et avant meme de lui demander je me suis excusée de ce que jallais lui demander, elle m'a dis "Mais vous venez de vous faire ouvrir le ventre, c'est normal ! ne vous excusez pas ! cest mon travail detre là pour vous" j'ai pleuré aussi ;)

Voilà.. je n'ai peut être pas eu de chance, mais je pense que c'est important que l'on puisse savoir à quoi s'attendre.
Je réitère, ce n'est pas mon équipe médicale, ce sont vraiment les agents hospitaliers qui vous suivent après l'operation..

Merci de m'avoir lu..
38 ans Toulouse 817
ton histoire est boulversante DaDaDiAbLeSsE. Je me rends compte à quel oint j'ai eu de la chance quand je me suis fait opérer et je comprends ta terreur de l'hospitalisation...
C'est incroyable, des gens dans le milieu médical qui ne réfléchissent pas une seule seconde à ce qu'ils font.
H
34 ans 120
Ton récit est tt simplement R-é-V-O-L-T-A-N-T !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Il illustre bien à quel point certains ne devraient pas bosser à l'hosto même pas en agent chargé de l'entretien parce que l'humanité ça ne s'apprends pas.

Et malheureusement la qualité de vie des patients pendant l'hospitalisation dépends de tous, y compris des maillons faibles dans ce genre là!
Je comprends mieux maintenant ta terreur, tu en as vraiment bavé............;
L'infirmière qui te demande à t'asseoir sur le brancard, c'est une blague? Comme si elle demanderais à qlq opéré d'une appendicite de monter sur le brancard?
Que dire de ton attente dehors dans le froid !
Pourquoi refusaient ils qu'ils te lavent les chvx?
Pour ce qui est de ta sensation d'étouffée, tu as fais une réaction allergique à l'anesthésie? Un oedème ou autre?
Quant à la perf, que dire?
Et les bandes de contention, n'importe quoi, c'est à hurler!
Quant à l'épisode des toillettes => maltraitance psychique ss aucun doute ... Depuis quand contribuer à l'hygiène d'un patient n'entre t-ils pas dans les attributions d'un agents de service ou d'une aide soignante, c'est grave......
bref pour l'ensemble de ton récit :inadmissible
J'imagine que des équipes super doivent-être dégoutées de voir leur soins sapés par des incompétents pareils.....
40 ans BanLieuSarde 1213
Je ne dirais pas terreur.. mais j'angoisse oui.
J'ai maintenant très peur du réveil, car peur d'être face à des gens comme çà..

Heureusement que je n'ai pas lâché, heureusement que je savais que j'étais pas bien, heureusement que mon chir est passé par ma chambre quand j'avais enclenché la sonnette..

Pour répondre à tes questions, je ne sais rien de leurs attitudes..
Mes cheveux, peut être car j'ai les cheveux très longs et qu'elles n'avaient pas de temps à perdre.. Pour me "punir" de refuser la toilette corporelle chaque jour ?..

La perf, je l'avais déjà vécu lors du retrait de mes dents de sagesse, et si quelqu'un l'a déjà vecu, la douleur ressentie est reconnaissable entre 1ooo donc je savais ce que j'avais sauf que personne n'y croyait...

Pour cette sensation détouffement.. La kiné m'a expliqué en gros quà mon réveil je respirais peu et mal, et "c'est imagé" c'est comme si tu respirais juste l'air dans ton cou, que tu n'inspirais pas assez l'air de tes poumons.. sauf que quand tu fais çà durant de longues heures, tes poumons n'ont plus d'oxygène et se bloquent et donc cette sensation ignoble de manquer d'air.. Ca fait partie de mon mal être si je cours ou suis essouflée, je ressens la même peur en fait.. detouffement..
Après cest loin, je n'ai plus tous les termes exacts.. mais en gros jai privé mes poumons dair inconsciemment.. et on a du me réapprendre à respirer, donc là tu joues avec une paille et une bouteille et tu fais des bulles, au debut c'est dur, vu que tu n'as pas d'air, de souffler, mais la kiné lache rien.. et en quelques jours, tu respire de mieux en mieux..

Lepisode des WC a été horrible pour moi.. Jessayais même de me retenir pour attendre que mes parents soient près de moi pour que ce soit maman qui le fasse.. Mais après une intervention comme çà, se retenir est juste pas possible...

Je crois qu'au final cest important de savoir tout çà..
H
34 ans 120
Oui c'est important de savoir tout ça, je pense que c'est bien que les futures opérées lisent ton témoignage.

Déjà on ne punit pas un "patient" n'importe quoi, quoi qu'il ait fait, même lorsqu'un patient est violent, on n'est plus au 12ème siècle..........
ensuite quand une personne ss troubles psychiatrique ne veux plus se laver, il y a des questions à se poser pour les soignants sur son état de santé...
J'ai rarement vu autant de scepticisme à l'égard d'un patient...........;
42 ans Blois 458
En effet c'est révoltant, ayant eu 5 enfants dont 4 césariennes, j'en ai croisé quelques peaux de vaches mais là on peut dire que tu les as cumulées ! C'est de l'acharnement et je me demande même si limite tu ne pourrais pas porter plainte !

Beaucoup de courage pour la suite.
42 ans Blois 458
Hydromel a écrit:
En effet c'est révoltant, ayant eu 5 enfants dont 4 césariennes, j'en ai croisé quelques peaux de vaches mais là on peut dire que tu les as cumulées ! C'est de l'acharnement et je me demande même si limite tu ne pourrais pas porter plainte !

Quand au fait de savoir tout ça, oui et non, j'espère vraiment que ce genre de cas est très rare.

Beaucoup de courage pour la suite.
S
98 ans 4480
Ce que tu décris là est de la maltraitance...
C'est honteux !
47 ans à la maison ! 10072
Hydromel a écrit:
En effet c'est révoltant, ayant eu 5 enfants dont 4 césariennes, j'en ai croisé quelques peaux de vaches mais là on peut dire que tu les as cumulées ! C'est de l'acharnement et je me demande même si limite tu ne pourrais pas porter plainte !



J'ai tendance à dire qu'elle DOIT porter plainte. Pour elle, pour que ce qu'elle a vécu soit reconnu, et pour les suivante qui passent entre les mains de ces tarées (il n'y a pas d'autre mot).
B I U


Discussions liées