MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Amanda Todd morte à cause d'intimidation.

je trouve que venir dire que ce débat est une bouillie est au mieux, une maladresse, au pire, super grossier et méprisant pour ceux qui y ont participé.
107 ans 3096
blueberrycat a écrit:
je trouve que venir dire que ce débat est une bouillie est au mieux, une maladresse, au pire, super grossier et méprisant pour ceux qui y ont participé.


On va dire que c'est une maladresse alors, parce que si je méprisais les gens qui ont participé je n'aurais pas pris le temps d'aligner mes arguments. Désolée si je t'ai froissée...
Je dois aller bosser mais s'il le faut je m'expliquerai là dessus ce soir.
nan, c'est bon.
mais oui, un peu froissée, car, j'ai essayé de ne pas être haineuse sur ce fil, comme je peux l'être avec ce genre de sujet. :oops:
voilà..
27 ans Lyon 661
en même temps c'est pas plus mal que certains viennent apporter un autre son de cloche sur le sujet non (parce qu'au final tout le monde était plus au moins d'accord). Ce serait moins intéressant sans cela.

Mais j'avoue que c'est un sujet tellement épineux, et sensible qu'on peut se sentir facilement blessé :cry:

:)
37 ans 91/45 2454
De toute façon ça part toujours en cacahuète ce type de sujet ...

Que l'on soit pour ou contre la peine de mort peu importe c'est une question d'opinion.

Payer des soins à un violeur ou opérer un obèse pour ne pas qu'il meurt je ne vois pas le rapport :?: Explique-moi s'il te plait :idea:


Citation:
Bref, le coupable a peut-être été victime aussi un jour et dans ce cas je ne vois pas pourquoi il n'aurait pas droit à des soins, tout comme sa propre victime.


Même si ça explique son geste ça ne permet pas de l'excuser, ni de le pardonner, et encore moins de lui accorder le moindre soin et ça je t'en parle en connaissance de cause ! D'où mon dégoût et mon agressivité face à ces personnes là... Tous les violeurs abusés dans l'enfance ne le deviennent pas forcement en devenant adulte, heureusement
48 ans 35 10308
RachelGreen a écrit:
De toute façon ça part toujours en cacahuète ce type de sujet ...

Mais je n'ai pas l'impression que ça parte en cacahuète, c'est juste qu'on n'a pas toutes le même point de vue mais j'ai l'impression que chacun a été respectueux, dans l'ensemble, non?
Le truc c'est que certains (dont toi) aborde cette question de façon complètement émotionnelle (ce qui est totalement compréhensible, encore une fois) et que donc la discussion est un peu bloquée parce qu'aucun argument "raisonné" ne pourra avoir de poids face à cette émotion. Mais je ne pense pas que personne ait nié votre droit à cette émotion (c'est juste que pour ma part je pense qu'il est important que la justice se détache de cette émotion, mais tu ne seras peut-être pas d'accord avec ça).
53 ans Nancy 5676
Angia a écrit:
RachelGreen a écrit:
De toute façon ça part toujours en cacahuète ce type de sujet ...

Mais je n'ai pas l'impression que ça parte en cacahuète, c'est juste qu'on n'a pas toutes le même point de vue mais j'ai l'impression que chacun a été respectueux, dans l'ensemble, non?
Le truc c'est que certains (dont toi) aborde cette question de façon complètement émotionnelle (ce qui est totalement compréhensible, encore une fois) et que donc la discussion est un peu bloquée parce qu'aucun argument "raisonné" ne pourra avoir de poids face à cette émotion. Mais je ne pense pas que personne ait nié votre droit à cette émotion (c'est juste que pour ma part je pense qu'il est important que la justice se détache de cette émotion, mais tu ne seras peut-être pas d'accord avec ça).

+ 10000 puissance 100000000000000
45 ans région parisienne 5831
Angia a écrit:
Le truc c'est que certains (dont toi) aborde cette question de façon complètement émotionnelle (ce qui est totalement compréhensible, encore une fois) et que donc la discussion est un peu bloquée parce qu'aucun argument "raisonné" ne pourra avoir de poids face à cette émotion. Mais je ne pense pas que personne ait nié votre droit à cette émotion (c'est juste que pour ma part je pense qu'il est important que la justice se détache de cette émotion, mais tu ne seras peut-être pas d'accord avec ça).


+1

C'est d'ailleurs pour ça que je n'interviens plus: en effet, je crois avoir sorti l'essentiel de mes arguments, mais comme dit Angia, la raison et l'émotion ne font pas bon ménage... ;)

RachelGreen a écrit:
Payer des soins à un violeur ou opérer un obèse pour ne pas qu'il meurt je ne vois pas le rapport Explique-moi s'il te plait


Eh bien, tu considères que le violeur est responsable de son acte et que donc, il doit payer pour ça, et que c'est pas à la société de payer pour lui. Beuaocup de personnes considèrent de même que les obèses sont responsables de leur état. Ils se disent: "ils mangent trop, ils n'ont qu'à se mettre au régime et manger moins, et comme ça, ils seront guéris, et donc ce n'est pas à la société de payer pour eux". C'est le même type de raisonnement: ce sont eux les responsables, qu'ils assument, les autres n'ont pas à payer pour ça.
37 ans 91/45 2454
Citation:
Mais je n'ai pas l'impression que ça parte en cacahuète, c'est juste qu'on n'a pas toutes le même point de vue mais j'ai l'impression que chacun a été respectueux, dans l'ensemble, non?
Le truc c'est que certains (dont toi) aborde cette question de façon complètement émotionnelle (ce qui est totalement compréhensible, encore une fois) et que donc la discussion est un peu bloquée parce qu'aucun argument "raisonné" ne pourra avoir de poids face à cette émotion. Mais je ne pense pas que personne ait nié votre droit à cette émotion (c'est juste que pour ma part je pense qu'il est important que la justice se détache de cette émotion, mais tu ne seras peut-être pas d'accord avec ça).


Si en fait je suis assez d'accord ;) C'est mon coeur et mes tripes qui parlent, je n'ai donc aucun remord ni aucune compassion sur ce sujet là et c'est vrai aucune tolérance :roll:

Et j'aurai effectivement été très mauvais "juge" si un cas comme ça s'était présenté devant moi :D


Citation:
Eh bien, tu considères que le violeur est responsable de son acte et que donc, il doit payer pour ça, et que c'est pas à la société de payer pour lui.


Oui mais moi je ne met pas les violeurs et les obèses dans le même panier :?
en effet, les obeses ne sont pas des criminels.
si on a fait du mal, c'est à nous même.

je pense que, là encore, c'est tres maladroit. et dangereux.
45 ans région parisienne 5831
RachelGreen a écrit:
Oui mais moi je ne met pas les violeurs et les obèses dans le même panier :?


Moi non plus, je te rassure! ;) Mais certains le font... d'ou l'argument de ploufplouftagada. ;)
S
85 ans 4917
Angia a écrit:
RachelGreen a écrit:
De toute façon ça part toujours en cacahuète ce type de sujet ...

Mais je n'ai pas l'impression que ça parte en cacahuète, c'est juste qu'on n'a pas toutes le même point de vue mais j'ai l'impression que chacun a été respectueux, dans l'ensemble, non?
Le truc c'est que certains (dont toi) aborde cette question de façon complètement émotionnelle (ce qui est totalement compréhensible, encore une fois) et que donc la discussion est un peu bloquée parce qu'aucun argument "raisonné" ne pourra avoir de poids face à cette émotion. Mais je ne pense pas que personne ait nié votre droit à cette émotion (c'est juste que pour ma part je pense qu'il est important que la justice se détache de cette émotion, mais tu ne seras peut-être pas d'accord avec ça).


+ 10'000 aussi ;) .

malheureusement certains considèrent qu'un obèse qui ne fait aucun effort n'a qu'à payer lui-même dans le cas de maladie liée à son obésité, les alcooliques la même chose, les fumeurs, etcc..

Qui définit pour qui on paye ou pas ?

Je considère qu'essayer de soigner un violeur pourrait être une façon de rendre service à la société également, par contre je suis pour qu'il y ait sanction également, pour la victime, je pense que cela peut l'aider à se reconstruire que la société la reconnaisse comme victime.

le système norvégien me parait une bonne chose vu de l'extérieur.
S
31 ans 3465
Je pense qu'on peut être conditionné à devenir un tueur. Tout dépend de l'environnement dans le quel on grandit et des possibilités de s'en sortir. Alors oui, certains criminels sont crées par la société. Je pense par exemple à un enfant qui évolue dans les Favelas de Rio... Quel moyens a-t-il de s'en sortir, concrètement? Qu'est-ce qu'il vit tous les jours? Une extrême violence.

Comment le juger seul responsable, une fois adulte, de perpétrer ce qu'il a toujours connu? Je ne prétends pas que c'est pardonnable pour au tant. Mais je pense que dans beaucoup de cas l'environnement dans le quel évolue un enfant joue ENORMEMENT sur sa personnalité. Dans tous les cas en fait.

Regarde Rachel, avec ce que tu as vécu tu serais prête à ôter la vie à quelqu'un si tu le juges coupable sans aucun remords. C'est ton vécu qui t'amène à penser comme ça. Et je crois que pour pas mal de personnes qu'on considère criminel c'est aussi le vécu qui amène à faire certaines choses.
S
47 ans marseille 111
je me sens obligé de réagir au vu de la direction prise par la discussion.
il est vrai que le passé des violeurs peut EXPLIQUER leurs actes, mais en aucun cas les faire COMPRENDRE.
mon cas personnel s'inscrit directement dans cette logique et je peux vous l'exposer vu que nous ne nous rencontrerons certainement jamais.
j'ai été ce qu'on appelle un enfant martyre.
deuxième d'une fratrie de 4 enfants, j'ai été l'objet de la haine de mes géniteurs sans jamais qu'aucune explication me soit fournie.
roué de coups quasi quotidiennement par mes deux parents (pieds, poings, cravache, nerf de boeuf, mon préféré...)de mes 2 ans à mes 16 ans, j'étais la cible d'humiliations et de vexations quotidienne de leur part, avec la complicité tacite de mes frères et soeur qui ont grandi dans l'acceptation de mon statut d'être inférieur qui répondait au doux nom de "clochard" ou "la cloche" : vêtements systématiquement trop grands ou trop courts trouvés dans des fripes, enfermement à clé dans ma chambre des journées entières, obligation de les servir sans les fixer ni leur adresser la parole sous peine de voir pleuvoir les coups, encore, puis prise de mes repas seul en cuisine, un sous vêtement sale enfilé sur mon crâne...
j'étais également "loué" à un oncle très sympathique qui me faisait bosser 15 heures par jour, non sans m'encourager avec de belles insultes et quelques coups bien placés et qui, reconnaissant, rémunérait mes parents pour cette main d'oeuvre disciplinée.
tout naturellement, à mes 11 ans, quand un cousin plus âgé m'a violé pendant tout un mois d'été et a récidivé un an après (imaginez avec quelle impatience j'attendais les vacances familiales...), je n'avais personne vers qui me tourner.
ma mère a gentiment enfoncé le clou à mes 15 ans, quand elle a tenté elle aussi de m'agresser...
les services sociaux me direz vous ? il faut croire qu'à l'époque ils n'étaient pas très performants. et puis le reste de la fratrie était très épanoui et mes parents jugés "adorables" par tous...
ce récit n'est pas fait pour faire pleurer dans les chaumières, mais c'est mon histoire, qu'elle me plaise ou non.
je reste persuadé que nous sommes le produit de notre enfance et ce n'est pas un hasard à mon sens si je suis policier aujourd'hui.
je me suis toujours soucié des autres et passe ma vie à tenter de les protéger.
j'interviens parfois auprès de jeunes ados et pré-ados et mon but est de les protéger, de les ouvrir à la prise de parole et leur apporter les informations sur les instruments et les structures qui peuvent les aider.
je ne veux surtout pas qu'ils aient à subir mon calvaire et je ne me verrais pas le faire subir à un innocent, qu'est ce que cela pourrait bien m'apporter ?
ma vengeance, mon ultime revanche, c'est d'avoir fondé une famille et de veiller sur ma femme et mes deux garçons.
alors non, je n'ai aucune compassion pour les violeurs et par extension pour tous ces êtres qui, quoi qu'ils aient pu subir plus jeunes, ne trouvent rien de mieux que de répercuter ces atrocités sur des innocents pour apaiser leur mal être.
S
85 ans 4917
heureusement que tous les enfants martyrs ne deviennent pas des bourreaux, je suis contente pour toi de voir que tu as pu t'en sortir et créer une famille.

Par contre, pour ma part je ne suis pas dans la compassion pour ceux qui commettent un acte tel qu'un viol, meutre ou torture. Ma compassion va à la victime et je réclame évidemment une sanction.

Maintenant certaines recherches ont émis l'hypothèse qu'il existerait plusieurs facteurs pour devenir un psychopathe ou sociopathe, il y aurait un facteur biologique (des pistes génétiques ont été évoquées, mais pas assez de connaissance pour l'affirmer), familial et environnemental (c'est à dire le vécu hors de la famille.

Quand je dis cela, je ne dis pas les pauvres il faut les plaindre, en premier lieu, je crois qu'il faut protéger les victimes et la société et c'était important pour moi de le dire.

Maintenant comme je l'ai dit précédemment, ce n'est pas une raison à mon avis pour ne pas tenter de les guérir, ni de ne pas avoir de prison décente d'un point de vue humain. Je serai toujours contre la peine de mort également, si je suis confrontée à la situation, peut être que j'aurai besoin de tuer, faire du mal, je n'en sais rien.

La priorité reste aussi pour moi la victime, à mon sens l'un n'empêche pas l'autre.

J'ai vu le reportage sur Breyvick et la douleur des victimes m'a énormément remuée, je n'ai pas eu de compassion pour lui, mais bien pour les victimes qui ont vécu l'horreur ce jour-là.
B I U