MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Jalouse de mon homme...

33 ans 4878
Je viens vers vous pas bien du tout ce soir...
Mes beaux parents sont à la maison, ils sont restés tout le week end, et étaient là le week end précédent  
aussi (entre les deux ils étaient dans le coin en camping car mais on ne les a pas vus).
Je me sens mal, et je me sens mal parce que je me sens énervée, triste, que j'ai qu'une seule envie c'est qu'ils ne soient plus là, je susi super énervée contre mon homme aussi, du coup je m'isole.
Tout ça pour quoi? Parce que je suis jalouse de leur relation.

Je n'ai jamais été à la hauteur pour mes parents, ma mère voulait une famille nombreuse (je suis fille unique), mon père un fils... Je suis grosse et ils m'ont toujours cherchée avec ça, bon plus le fait que mon père est quelqu'un de très agressif avec moi et ma mère, mysogine au possible, hyper dévalorisant, et que ma mère est très pessimiste, elle me met toujours en garde parce que je ne vais pas réussir, quand je me plante j'ai droit à des "je te l'avais bien dit" etc... J'ai un style original, et ils n'ont jamais supporté ça... Bref, j'ai toujours senti (ou entendu) que de toute façon quoique je dise ou fasse ça n'était jamais assez bien pour eux. Pas de soutien, pas de compliments etc...

Lorsque je leur ai présenté mon homme (cheveux longs, t shirt de métal mais 33 ans, posé dans la vie, bon taf etc...) bizarrement avec lui aucun souci, ça a été le coup de foudre. C'est quelqu'un qui a confiance en lui, ne se laisse pas marcher sur les pieds et surtout...c'est un homme.
Ma mère est très "old school", donc dès qu'il est là elle fait tout pour lui est aux petits soins, ne lui laisse rien faire, et mon père le considère carrément comme son "fils spirituel" (il me l'a dit). Dès qu'il est là il ne le lache plus, passe son temps à parler avec lui, c'est limite si les deux ne se battent pas pour avoir son attention. Quand je les ai au téléhone c'est direct "alors comment va G"?
Pire, si on a le malheur de se prendre la tête devant mes parents ou d'avoir des avis opposés ils prennent systématiquement son parti, me disent que j'abuse etc...
Bref, en fait il n'y en a que pour lui (et sincèrement je n'exagère pas, je peux citer ds dizaines d'exemples).

Bon bref, déjà c'est douloureux pour moi d'être rejetée mais en plus de voir que mes parents "préfèrent" mon homme c'est...vraiment terrible pour moi. Je repars à chaque fois déprimée, à me dire que si un jour on se sépare avec G mes parents vont forcément le soutenir lui etc etc...pensées noires quoi.

Bref, et là donc j'ai eu l'occasion de voir un peu ses parents (qu'on voit peu, ils sont loin et je n'ai pas encore de vacances donc G monte les voir seul la plupart du tps).
Et en fait ils n'en ont que pour lui aussi. C'est limite si ils m'adressent la parole, si on est pas d'accord idem, ils prennent direct son parti à lui... Sa mère ne lui laisse rien faire (alors qu'on est chez nous), dès qu'il fait mine de débarasser par ex (on fait tout à 2 ici) sa mère se lève en lui disant "laisse" etc...bon quand c'est moi qui le fait personne ne lève le petit doigts.
C'st un enfant tardif (ses deux ainés ont 10 ans de plus) et visiblement ça a toujours été le "chouchou" quoi... cocooné, avec des parents qui lui donnaient tjrs raison etc...bref l'extrème inverse de moi.

Et là ça fait trop, je suis en larmes seule dans notre chambre, ils ont regardé le tennis toute l'aprem, personne ne s'est soucié de si ça me plaisait ou pas, j'ai passé l'aprem seule. G est venu me voir pour savoir pourquoi j'étais seule, je lui ai dit que j'arrivais pas à me faire ma place avec eux, et tout ce qu'il a su me dire ça a été "c'est sur si tu t'isoles".
Je sais qu'il n'a pas tort. Mais je n'y arrive pas. C'est trop douloureux pour moi.
Ses parents ont le comportement que j'aurais rêvé que les miens aient avec moi et qu'ils n'auront jamais, et grâce à ça il est devenu un homme confiant, sociable, que tout le monde adore, alors que moi je suis incapable de m'entendre avec les gens, j'ai peur de tout le monde, et mes parents rejettent toujours la faute sur moi, me font toujours sentir que je suis nulle.

Riens qu'en écrivant tout ça je me dis "ça y est tout le monde va penser que je suis un caliméro"...tellement j'ai peur du jugement...jamais G ne penserait quelque chose comme ça, ça ne lui viendrait même pas à l'idée.

Alors je suis en colère et terriblement triste, parce que je trouve ça injuste, que lui tout le monde l'aime, et surtout ses parents et que moi, nulle part je n'arrive à me faire ma place, surtout auprès de mes parents qui l'adorent, lui.
Et penser tout ça me rend malade, parce que je sens bien que je suis jalouse de l'homme que j'aime et que je lui en veut, à lui, à ses parents, alors qu'ils ne sont pas responsables.

Comme dit ma psy il faut vraiment que je coupe le cordon...mais c'est tellement difficile de faire le deuil de l'amour de ses parents...

Désolée pour le pavé, fallait que ça sorte :'(
il y a deux choses:
I/faire le deuil de la relation révée avec tes parents.
je bosse là dessus depuis 10 ans. y'a de l'espoir.

II/le comportement de ta belle-famille. tu es chez toi, regarder la tennis tout l'aprem alors que tu n'aime pas cela, c'est super limite.
qu'ils considèrent avoir pondu la 8ème merveille du monde, c'est comme ça pour la majorité des parents ( sauf pour les tiens + ma mère on dirait).

tu as le droit d'être gonflé par leur relation "parfaite".
33 ans 4878
En fait ne sachant pas vraiment ce qui est "normal" dans une relation parents/enfants (légitime avec un mère PN et une mère victime/dévalorisée donc dévalorisante) je ne sais pas trop à quel point il est normal que leur relation m'énerve.
Mais je me dis que c'est "pas bien" pour schématiser parce que c'est mon amoureux, et que je devais être heureuse qu'il soit heureux même si j'en souffe (oui, bon schéma à la con).
Du coup j'associe souffrance et culpabilité.

Bon pour ma part Blue, moi je ne suis en thérapie que depuis 3 ans, mais j'ai vraiment peur de ne jamais arriver à faire le deuil de ça... Entre comprendre que ses parents ont fait de la merde et l'accepter et encore après leur pardonner...pfuii...j'en suis à peine à la 1ere étape moi...

Et sinon je parlais de leur relation "privilégiée" au sens que les deux grands n'ont pas du tout été traités à la même enseigne visiblement (sa soeur n'a toujours pas de mec a 40 ans et n'en veut pas vu l'image qu'elle a eue de son père, ils se sont pris des beignes un peu trop régulièrement etc...). Du coup je crois que je trouve ça d'autant plus "injuste"...lui aussi aurait pu avoir des parents durs avec lui et non, ils les considèrent comme tu dis "comme la 8ème merveille du monde".
Et rebelote, ça me culpabilise terriblement de penser ça....
35 ans 886
Coucou Nenufar,

Ce n'est pas facile de faire le deuil des parents qu'on aurait aimé avoir et qu'on a pas eu. Moi aussi je pédale dans la semoule là-dessus en ce moment.
C'est pas sympa de la part de tes beaux-parents ce comportement. Ils devraient quand même être affectueux avec la personne qui rend leur chouchou heureux. Mais il y a sans doute une certaine jalousie du fait que tu ais "pris" leur fils.
En fait je te réponds car ton message me touche mais je n'ai pas grand chose à te conseiller :? le mieux c'est sans doute de considérer les périodes où tu les vois comme un mauvais moment à passer. Heureusement ce n'est pas souvent.
Mais vu que tu te poses la question moi je trouve pas ça très normal qu'ils le cocoonnent au point de l'empêcher de se lever à table alors que toi ils s'en fichent, ils devraient vous traiter de façon identique à ce niveau vu qu'ils sont chez vous 2.

Bref tout ça pour dire que les sentiments que tu ressens me semblent tout à fait compréhensibles que ce soit envers tes parents ou envers les siens. Ne culpabilise pas de te sentir comme ça.
33 ans 4878
Oui c'est vrai qu'ils ne nous traitent vraiment pas de la même manière...puis mème si ma belle mère ne dit rien je sens qu'elle désapprouve bcp de choses dans ma façon de faire.
Un exemple con, la 2ème fois que je suis allée chez eux, une semaine, j'ai eu du linge à laver. Donc je lui ai demandé, et je lui ai dit que je m'occupais de tout. Donc j'ai tout fait, lavé étendu etc (mais clairement c'était note linge donc tout à fait normal qu'elle n'y touche pas).
Le soir on est revenus. Elle avait réagencé toutes les chaussettes de son fils...à sa manière à elle. Pour moi ça voulait clairement dire "tu ne sais pas t'occuper du linge donc je le refais à ma manière"...j'ai trouvé ça dur. Mais peut être que je suis trop sensible aussi... :S
Je crois que sa mère est très old school aussi, pour elle l'homme (son fils y compris) ne doit rien faire...donc pour ça qu'elle ne nous traite pas pareil, et qu'elle ne comprends pas que G mette la table, débarrasse etc... je sens que c'est assez mal perçu par ses deux parents d'ailleurs...
Enfin, merci de ton point de vue Ali-a...je me dis que je ne suis pas la seule à trouver ça un peu "déplacé" si vous deux le pensez aussi... Et puis niveau "conseils" je me doute qu'il n'y apas trop grand chose à conseiller, c'était surtout un besoin d'extérioriser je crois, pas facile. Enfin merci à vous deux :)
33 ans 4878
Bon super...je retourne dans la cuisine.
Son père est devant la TV, G coupe des tomates et sa mère fait la vaisselle...une parfaite petite famille, je me demande ce que je fais ici.
Du coup je demande ce que je peux faire... réponse de G : "ben, tu vois rien, ma mère fait la vaisselle"...d'un ton...et sa mère qui ne se retourne même pas...
Voilà voilà...je me sens bien chez moi.
35 ans 886
Comment on peut réarranger des chaussettes sur un portant? Pour moi elles sont posées et puis voilà :lol:

Plus sérieusement effectivement ça change les perspectives s'ils sont old school avec l'idée de la femme s'occupe de son foyer etc. C'est super énervant mais au moins, tu sais que ce n'est pas contre toi, c'est juste qu'ils ont du mal avec le fait que ton copain soit un homme moderne. Pareil pour le choix de regarder le tennis ça m'étonne moins qu'ils ne te demandent pas ton avis, n'est-ce pas le chef de famille (l'homme quoi) qui décide? Ils s'attendaient sans doute à ce que tu fasses le repassage ou que tu reprises ses chaussettes pendant ce temps :lol: A moins que tu ne te mettes à la préparation d'une blanquette pour le diner :lol:

Bref ça te donne de bonnes raisons de relativiser leur comportement... Tu devrais limite le prendre comme une petite victoire quand tu sens leur désapprobation en voyant leur fils faire des tâches ménagères genre "malgré votre éducation d'un autre siècle, il est devenu un homme moderne, na!" et le fait qu'ils ne tiennent pas trop compte de toi ce n'est pas à cause de toi, mais du fait que tu es une femme, et même si ça te fait (à juste raison) bouillir au moins ce n'est pas un problème avec toi mais avec leur vision de la vie en général!

(Bon ça ne résout en rien le fond qui est ta propre relation avec tes parents, mais si au moins tu peux prendre du recul par rapport à eux c'est déjà ça de gagné!)
35 ans 886
Nenufar a écrit:
Bon super...je retourne dans la cuisine.
Son père est devant la TV, G coupe des tomates et sa mère fait la vaisselle...une parfaite petite famille, je me demande ce que je fais ici.
Du coup je demande ce que je peux faire... réponse de G : "ben, tu vois rien, ma mère fait la vaisselle"...d'un ton...et sa mère qui ne se retourne même pas...
Voilà voilà...je me sens bien chez moi.


je n'avais pas vu ton nouveau message en répondant.. Ben dis donc vivement qu'ils partent! Je trouve que ça n'arrange pas ton copain d'avoir ses parents à la maison :? il aurait pu te répondre gentiment que tu pouvais mettre le couvert ou je sais pas quoi
69 ans 3528
Pour ce qui est du partage des tâches et de la participation/place de chacun, ça varie beaucoup d'une personne ou d'une famille à l'autre. Peu importe que ta bm approuve ou non, l'approbation, tant que ton homme et toi trouvez votre équilibre. Par contre le coup des chaussettes, ça m'a fait sourire, je trouve ça hyper exagéré. Même ma mère qui est maniaque n'oserait pas repasser derrière moi quand j'étends le linge :lol:

Sinon, plus sérieusement, j'ai du mal à comprendre comment des filles chouettes comme toi, blueb' ou ali-a n'arrivez pas à passer outre la relation avec vos parents. Je suis toujours très étonnée, quand je lis tes messages ici, que tu de définisses souvent en faisant référence à tes parents (je l'ai vu sur un certain nb de post, et ça m'a marquée ;) ), surtout en précisant leur "étiquette psychologique".
Je ne crois pas que ce qu'ils sont te définissent en quoi que ce soit. En fait, ce qu'ils sont, et votre relation te définissent à mon sens beaucoup moins que ce que tu sembles croire. Tu pourrais peut être t'autoriser à être toi même et plus "leur fille", non ?
44 ans région parisienne 5831
Nenufar, ma situation est très similaire à la tienne: moi aussi, j'ai eu des relations difficiles avec mes parents, en particulier avec mon père (pour qui être grosse était un déshonneur). Mon mari, lui, est fils unique et a toujours été choyé par ses parents, avec lesquels il a de super bonnes relations.

Au début, j'avoue que ça m'énervait un peu: genre j'arrive avec lui chez ses parents le dimanche midi, et lui, il disparaissait je ne sais pas où pour bavarder avec sa maman, me laissant toute seule avec son père pendant presque 1 heure!

Pour sa maman, mon mari est la huitième merveille du monde: il sait tout faire (sauf que non :lol: ). Genre, elle m'a soutenue qu'elle lui avait appris à faire une machine (à laver le linge), alors qu'à plus de 40 ans, il me demande toujours des conseils quand il doit lancer une machine. :lol:

Moi, quand on arrive chez mes parents, c'est plutôt "t'as encore grossi, mais tu vas devenir énorme, il faut faire attention, fais du sport, regarde, moi, j'ai la ligne". :roll:

Bref, nos situations sont assez semblables, je trouve, et moi aussi, j'étais assez jalouse au début. Mais j'ai l'avantage d'avoir plus de 12 ans de plus que toi, et du coup, tout cela s'est stabilisé. ca a pris du temps, mais tu vois, il y a de l'espoir. ;)

Déjà, ma propre relation avec mes parents s'est améliorée. je te rassure, ils n'ont pas changé d'un poil :lol: , mais moi, j'ai appris à les regarder avec détachement: OK, ils n'ont pas été au top, mais voila, il faut vivre avec, et le fait de leur en vouloir ne changera rien. Quand mon père me fait remarquer à quel point il est mince et moi grosse, je ne le prend plus pour moi, mais je me dis plutôt qu'il est un peu malade dans sa tête.

Quant aux relations entre mon mari et ses parents, elles sont toujours très bonnes, mais il m'a raconté quelques petits trucs, il s'est passé quelques petites anecdotes, oh pas très graves, mais qui m'ont quand même aidé à voir que leur relation, comme toutes les relations, comporte aussi ses défauts. Tout ça, ça m'a aidée à être moins jalouse.

Et puis, maintenant, pour mes beaux-parents, je fais plus "partie de la famille", du coup, je prends les choses du bon côté. Quand ma belle-mère arrive chez moi et qu'elle balaye, je ne me dis plus que c'est parce qu'elle pense que je ne sais pas tenir une maison, mais je me dis que ce sera toujours ça de moins à faire! :lol:
43 ans 785
Ta belle mère me semble avoir des attitudes qui disent clairement la rivalité qu'elle veut instaurer avec toi en fait. Au delà des questions de principe sur la répartition des taches ménagères ou la meilleure stratégie d'étendage des chaussettes, la vraie problématique pour elle c'est de savoir si elle est restée la première dame dans le coeur de son fils cadet chéri.

J'ai envie de dire que tout ça ne t'appartient pas, que c'est entre elle et elle et que quoi que tu fasses, elle ne peut pas prendre le risque de te penser à sa hauteur.

Bref, le seul truc sur lequel tu peux avoir un peu de prise, c'est d'essayer de comprendre ce que cette rivalité que tu es en train de subir réactive chez toi. Qui a déjà essayé de briller à ton détriment?
34 ans 3170
Coucou Nenufar,

J'ai tout lu ici et je ne trouve franchement pas que tu fasses caliméro... Il m'en 1000 fois moins pour me plaidre comme certain(e)s le savent :D

Bon sans entrer dans l'agressivité, le coup des chaussettes qui est un exemple parmi d'autre, j'aurais fais pareil sans même lui parler, remis comme je veux et si elle se permet de dire quelque chose, je dis que c'est comme ça chez moi ! Elle peut tirer la tronche autant qu'elle veut, au moins elle voit que tu as assez confiance en toi pour ne pas la laisser t'envahir ...

Ensuite pour le détachement de tes parents (je ne suis pas psy, c'est juste à titre d'expérience perso mais pas avec mes parents), je me demande aussi si inconsciemment tu n'es pas dans la flagellation.. C'est un peu malsain, mais ils me détruisent, je n'ai pas confiance en moi donc je CROIS que je ne mérite pas mieux et je continue d'entretenir ça car il y'a une sorte de bien être dans le mal être ... Parce que se dire qu'ils ont un gros problème psy, que ce n'est pas du tout normal et qu'on est une belle personne avec ses défauts et qualités est très dur à faire .. Du coup on reste dans cette facilité auto-destructrice ...Quand on a connu que ça, on pense que c'est normal et on va parfois jusqu'à rechercher ça dans nos relations .. La victime dépendante du bourreau en quelque sorte. (je ne sais pas si c'est très clair)

Pour la relation entre ton homme et ses parents, je ne pense pas que ce soit de la jalousie. Je pense que tu souhaites que ton homme te soutienne, en t'incluant (te demandant ton avis pour le choix des activités) mais peut être que les apparences sont trompeuses. Crois-moi pour connaître l'inverse, quand tes parents t'aiment à l'extrême, c'est très dur d'être dans l'opposition, d'affirmer que tu sais ce que tu veux (car être trop aimée n'est pas mieux que de ne pas l'être assez; les extrêmes ne sont jamais bons).. Très dur de sortir de ce schéma d'enfant parfait. Du coup peut être que lui-même n'est pas si heureux que ça et ne sait pas t'imposer donc il préfère dire que tu ne t’investis pas assez plutôt que de dire à sa maman que c'est pas cool de ne pas te parler ou de ne pas faire d'effort ...

Juste essayer de prendre du recul ;)

Quoiqu'il en soit :kiss: :kiss:
40 ans Dans un arbre à Tecolotlan 962
Bonjour Nenufar,

Une fois les beaux-parents partis, il serait peut-être bien de mettre les choses au clair avec ton copain, sur le fait de te sentir exclue dans ta propre maison. Explique-lui que tu es aussi chez toi et que subir du tennis un dimanche après-midi, c'est non. La prochaine fois, pourquoi ne pas anticiper et planifier des choses à faire tous les quatre, plaisant à tout le monde, avant de se retrouver dans une telle situation ?

Pour le reste, sans rentrer dans la rivalité avec belle-maman, ne faudrait-il pas montrer un peu plus les dents ? Pas pour mordre, mais pour avertir que tu ne te laisseras pas marcher sur les pieds. Libère-toi de ce que peuvent penser tes beaux-parents de toi, l'essentiel, c'est qu'ils te respectent et surtout qu'ils aient conscience qu'il y a une limite à ne pas franchir avec toi.

J'aurais gentiment interdit à belle-maman de faire la vaisselle, en la remettant à sa place d'invitée et en lui disant que son fils adoré ou tous les deux alliez la faire plus tard à sa place (évidemment, il faut aussi que ton copain te suive). Pour les chaussettes sur l'étendage, la prochaine fois, laisse ton copain tout gérer, il est chez ses parents après tout.

Cette place que tu ne trouves nulle part (dixit ton premier message), tu as quand même bien commencé à la prendre : tu le dis toi-même, tu as un style original, malgré que tes parents ne l'ait jamais supporté. Tu n'as pas eu l'amour et l'estime que tu attendais fort justement de tes parents, mais tu as aussi les ressources pour t'affirmer.
44 ans région parisienne 5831
mamisha a écrit:
Je suis toujours très étonnée, quand je lis tes messages ici, que tu de définisses souvent en faisant référence à tes parents (je l'ai vu sur un certain nb de post, et ça m'a marquée ;) ), surtout en précisant leur "étiquette psychologique".


C'est drôle, mais j'ai eu une période similaire à l'age de Nenufar, où j'en parlais beaucoup à tout le monde. Ensuite, ça ceest beaucoup calmé. je remarque que ma soeur aussi a eu une période comme ça, à peu près au même âge aussi, et maintenant, c'est fini.

Quand tu es gosse, tu en as honte, tu te dis que tu dois être responsable quelque part, donc tu n'en parles surtout pas. Ensuite, viens le temps de la prise de conscience, où tu en parles un peu, mais seulement avec des gens de confiance. Et puis, viens enfin le temps où tu en parles tout le temps, à tout le monde: c'est une sorte d'exorciste, en quelque sorte. Enfin, après, tu es libérée.

j'ai l'impression que ça fonctionne comme ça...
36 ans 1307
Nenufar, je n'ai pas grand chose à dire, mais je t'apporte tout de même tout mon soutien !
Les relations difficiles avec parents/beaux-parents, je connais aussi.
Ma belle-mère est également du style à tout faire tout le temps partout, et ça me gonfle énormément quand c'est chez moi. Ce qui m'a aidée et ce qui a changé les choses, c'est vraiment de parler avec mon copain : après chaque visite de ses parents, un petit (ou long, voire très difficile certaines fois) débrief c'est indispensable pour moi. Comme ça je peux lui dire ce qui ne m'a dérangée ou pas, etc. On en discute, on débat, et souvent la conclusion c'est que la prochaine fois il bridera un peu ses parents en douceur car même s'il ne se rend pas compte sur l'instant que certaines choses peuvent me blesser, il le comprend quand je le lui explique par la suite.
B I U


Discussions liées