MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Du besoin de se confier et d'avis ...

50 ans au feu rouge à droite puis au prochain carrefour à gauche ....... 1367
on peut m'expliquer par A+ B tout ce qu'on veut avec de grande théories de psychanalyse, je m'en fous !!!

toutes les violences faites à autrui restent ...des violences !

je crois  
pas pas qu'un bébé ou qu'un enfant qui se fait violé y prenne du plaisir .NON !!! :(

le pauvre môme doit plutôt se demander pourquoi on lui fait aussi mal !! :evil: :evil:

un adulte qui viole un enfant c'est abject et ça n'a pas d'excuses !!!

et permettez moi d'ajouter , que oui je conçois que ça laisse des traces pour la sexualité future !!
36 ans 3267
Ca me rassure de lire les deux derniers commentaires... J'ajouterais aussi à la posteuse incriminée qu'elle a bien de la chance car visiblement selon elle on jouit à chaque pénétration, même si elle est forcée... Et en effet, Brunette, va voir un VRAI spécialiste.
36 ans 3267
Ca me grouille dans la tête alors je catharsise.
-je ne reviendrai pas sur ton visiblement magique appareil reproductif à l'orgasme systématique, mais il est prouvé qu'une simple friction, surtout si la première partie s'est déroulée sans lubrification ni égard, ne provoque que de la gêne et de la douleur. Parce que, figure toi que même si la majorité des violeurs sont connus de leur victime et peuvent même susciter leur intérêt sexuel, quelqu'un qui te frappe, t'oblige à lui céder et t'insulte ça excite rarement; et quelqu'un qui nie ton humanité au point de faire de toi l'équivalent d'un kleenex dans un peep show ne va sûrement pas chercher à t'exciter ou te faire plaisir.
-Dire qu'il n'y a aucune différence entre pénétration forcée et consentie... Pourquoi donc des kits de viol prouvant justemment qu'il y a pénétration forcée? Pourquoi l'existence du viol entre conjoint?
-Donc, selon ton raisonnement, si on est violée il faut juste se détendre et profiter? La dernière personne que j'ai entendu dire ça, sans te vexer, disait aussi qu'en cas de viol l'utérus empêchait la fécondation...
-Tu dis que le viol n'est pas grave et qu'on le rend grave à cause de la victimisation: dans ce cas, pourquoi à l'époque où on considérait qu'un viol était juste un rapport un peu passioné des femmes ont elles été traumatisées, un bon exemple étant Elisabeth Bathory?
Pour finir, je te demanderai à nouveau de me citer les passages où Brunette dit avoir eu du plaisir ou s'est rendu dans un lieu échangiste. Elle évoque juste un ami en couple lui rendant un service type "friends with benefits", il n'est nul mention d'un accord avec la copine/compagne/femme.
36 ans 3267
Et j'oubliais: la sexualité des enfants est normale en effet, ce qui ne l'est pas est la sexualité avec un adulte, qui a des enjeux et des actes qui ne sont pas encore au stade où en est l'enfant. L'enfant ne peut comprendre, et, comme le dit Pecsfamily, ce n'est plus qu'une torture ( surtout que, encore plus que les adultes violés, l'enfant est culpabilisé et menacé par son violeur, ce n'est en rien comparable à un acte consensuel).
PS: au cas où tu invoques les théories féministes extrêmistes sur la pénétration-viol, je te dirai que si nous les suivions totalement nous goûterions notre sang menstruel comme le préconise Germaine Greer dans The Female Eunuch.
33 ans Toulouse 130
Salut Brunette9 !

Un point pragmatique : pourquoi s'écharner à essayer la pénétration ?
Il y a beaucoup de moyens d'avoir du plaisir sexuel et d'en donner qui ne passent pas par là (ne serait-ce que le sexe oral) et qui ne génèrent aucune douleur.
Peut-être pourrais-tu essayer de concentrer dans un premier temps tes rapports sexuels sur ces trucs-là ?
Ça te permettrait de te concentrer sur les choses vraiment importantes et agréables dans la sexualité (au hasard : le plaisir ;) ) sans le "spectre" angoissant de la possible douleur à venir.

Quand tu te sentiras totalement détendue avec ces pratiques, il sera toujours temps de réessayer la pénétration ! (ou pas, d'ailleurs, si c'est une angoisse que tu n'arrives pas à surmonter ; on peut parfaitement avoir une sexualité épanouie sans)
Parce que là, j'ai l'impression que tes angoisses liées à la sexualité buttent sur l'angoisse (très légitime) de la douleur physique.
Or, je pense que la seule manière de te libérer des angoisses quant à ta sexualité est de vivre des expériences sexuelles positives et de te démontrer à toi-même que le sexe (dans le cadre que TU choisis et comme TU le veux) peut être une expérience agréable.
Mais c'est difficile à réaliser, voire impossible, si tu mêles une peur psychologique (tes angoisses liées à ton passé) à une peur immédiate (la douleur).
D'où ce post pro-cunni 8)

(Ou caresses manuelles
Ou digitales
Ou... enfin, tu vois l'idée :lol: )
50 ans au feu rouge à droite puis au prochain carrefour à gauche ....... 1367
je trouve l'idée de Bouchecousue très bonne ....
42 ans 04 5576
Brunette, as tu déjà été examinée par un gynécologue ?

Sinon je trouve que bouchecousue donne une bonne voie à explorer...

Et enfin et surtout, si un jour je devais être violée, jamais, jamais, jamais je ne viendrais en parler ici, parce que tous les topics que j ai lus récemment ici sur ce sujet tournent de la même façon : l auteur est oubliée, zappee, au profit d un débat "généraliste" qui m a fois aurait une belle place dans un amphi mais qui nie totalement la personne, l individu, qui a posé cette question. Et cette attitude est des deux côtés, celui des théories bizarres comme celles de spirounette ou celles qui disaient sur u. Autre topic qu une nana qui chauffe doit bien s y attendre (en gros) et celui des personnes du côté de la victime.
Remontez les derniers topics sur le viol. Voyez comme au bout d un moment, l auteur est tellement oubliée qu elle ne revient plus. Pourquoi ne pas ouvrir une discussion dans débats si vous voulez débattre, et non aider une personne, un individu, qui a rencontre une situation unique ?
B
36 ans 8
Bonjour à tous !!

Merci pour vos réponses aussi variées qu'intéréssantes !!
Je vais essayer de répondre pas nécessairement dans l'ordre mais en tout cas à tout le monde...

Concernant les viols repetés je n'ai en effet jamais pris de plaisir et il est evident que cela me marque à vie et que cela a complétement déformé la vision que j'ai de moi, de la sexualité et bien entendu des hommes (je vous rassure messieurs je ne généralise plus autant). Comme évoqué dans vos messages precedents, je ne minimise ou dramatise pas outre mesure je crois, je ne m'enferme pas dans un statut de victime, j'essaie simplement d'ENFIN avancer car pendant trop longtemps je n'ai été que l'ombre de moi même (certes jai fait mes études, jai voyagé etc mais sur le plan perso je me suis tout interdit sauf ces (quelques) escapades depuis mes 20ans.

Pour clarifier les choses également concernant l'homme avec qui jai eu ces rapports (penetration) cette année est échangiste en effet, mais je ne l'ai aps considéré comme tel puisque nous n'étions que tous les deux (simplement sa compagne le savait, le debat sur l'infidelité ou l'honnetété de dire les choses est eternel ...)

Bouchecousue tu pointes en effet un point important: l'angoisse de la douleur, malgré mon envie de connaitre une penetration 'classique" et en tout cas avec du plaisir je pense qu'inconsciement je me bloque, j'angoisse par rapport à cette douleur et mon corps doit réagir!

Et concernant les autres pratiques existantes en effet tu as tout à fait raison, il faudrait que je me concentre plus là dessus (et je le fais déjà), c'est entre autre ce que je faisais avec ce jeune homme qui a beaucoup pratiqué le cuni (mais sans reel effet sur moi jusqu’à maintenant... ) concernant les caresses manuelles pour être franche meme le simple fait qu'il rentre ses doigts me fait vraiment mal...

Je crois que j etais persuadée d etre capable d'avoir des rapports "classiques" ms je me rends bien compte que pour l instant ce n'est pas possible... qui sait avec du temps, de la patience, probablement une autre personne (je vous epargne les details mais je ne vois plus le jeune homme dont jai parlé).

L'autre point qui m'angoisse également c'est que j'ai l impression (et encore plus dernierement lorsque j'échange avec des hommes qui potentiellement me plaisent) c'est que tout se base uniquement sur du sexe quand j'aimerais également etre considérée en tant que personne potentiellement "aimable". Je crois que tout le paradoxe reside egalement dans le fait que je compartimente énormément les deux, et peut etre aussi qu'inconsciement je m'en veux "d'aimer ça"...

Toad: j'ai vu deja une gyneco qui n'a pas jugé "utile" de m'examiner, m'a gardée 10 mins pris les sous et expédiée, j'ai pas eu le courage encore d en chercher un autre...
42 ans 04 5576
Brunette9 a écrit:
Bonjour à tous !!

Merci pour vos réponses aussi variées qu'intéréssantes !!
Je vais essayer de répondre pas nécessairement dans l'ordre mais en tout cas à tout le monde...

Concernant les viols repetés je n'ai en effet jamais pris de plaisir et il est evident que cela me marque à vie et que cela a complétement déformé la vision que j'ai de moi, de la sexualité et bien entendu des hommes (je vous rassure messieurs je ne généralise plus autant). Comme évoqué dans vos messages precedents, je ne minimise ou dramatise pas outre mesure je crois, je ne m'enferme pas dans un statut de victime, j'essaie simplement d'ENFIN avancer car pendant trop longtemps je n'ai été que l'ombre de moi même (certes jai fait mes études, jai voyagé etc mais sur le plan perso je me suis tout interdit sauf ces (quelques) escapades depuis mes 20ans.

Pour clarifier les choses également concernant l'homme avec qui jai eu ces rapports (penetration) cette année est échangiste en effet, mais je ne l'ai aps considéré comme tel puisque nous n'étions que tous les deux (simplement sa compagne le savait, le debat sur l'infidelité ou l'honnetété de dire les choses est eternel ...)

Bouchecousue tu pointes en effet un point important: l'angoisse de la douleur, malgré mon envie de connaitre une penetration 'classique" et en tout cas avec du plaisir je pense qu'inconsciement je me bloque, j'angoisse par rapport à cette douleur et mon corps doit réagir!

Et concernant les autres pratiques existantes en effet tu as tout à fait raison, il faudrait que je me concentre plus là dessus (et je le fais déjà), c'est entre autre ce que je faisais avec ce jeune homme qui a beaucoup pratiqué le cuni (mais sans reel effet sur moi jusqu’à maintenant... ) concernant les caresses manuelles pour être franche meme le simple fait qu'il rentre ses doigts me fait vraiment mal...

Je crois que j etais persuadée d etre capable d'avoir des rapports "classiques" ms je me rends bien compte que pour l instant ce n'est pas possible... qui sait avec du temps, de la patience, probablement une autre personne (je vous epargne les details mais je ne vois plus le jeune homme dont jai parlé).

L'autre point qui m'angoisse également c'est que j'ai l impression (et encore plus dernierement lorsque j'échange avec des hommes qui potentiellement me plaisent) c'est que tout se base uniquement sur du sexe quand j'aimerais également etre considérée en tant que personne potentiellement "aimable". Je crois que tout le paradoxe reside egalement dans le fait que je compartimente énormément les deux, et peut etre aussi qu'inconsciement je m'en veux "d'aimer ça"...

Toad: j'ai vu deja une gyneco qui n'a pas jugé "utile" de m'examiner, m'a gardée 10 mins pris les sous et expédiée, j'ai pas eu le courage encore d en chercher un autre...


Tu veux dire que tu n'as jamais été examinée par un gynécologue, même sans contexte particulier? Parce qu avant toute chose, il faudrait que tu fasses vérifier si ton hymen est complètement ou au moins suffisamment déchiré. Il existe des hymens très épais qui ne se perforent pas et nécessitent une chirurgie pour pouvoir ensuite avoir une vie sexuelle normale (hymenectomie) le seul moyen de le savoir est d être examinée par un gynécologue.

Concernant l autre problème : tu n es qu avec des hommes que tu ne peux garder (déjà engagés) et avec ceux qui te plaisent ça reste du sexe. Tu as peut être tout simplement peur de l échec sentimental. Tu sais, en ne t engageant que dans des relations qui ne peuvent à boutir, tu ne prends pas de risques à les rater. Là je pense que seul un psy pourrait t aider. Il y en a de vraiment super, qui pourraient t aider à résoudre tes problèmes. Et si tu ne tombés pas sur un super des le premier coup, essaie encore...
33 ans 450
C'est quand même pas normal que tu ne puisse pas mettre un doigt dans ton vagin sans avoir mal, cela me rappel une copine au lycée qui n'arrivait pas à mettre un tampon au final elle a été voir une gynéco et effectivement elle a du se faire opérer car sinon impossible pour elle d'avoir par la suite des rapports sexuels.
36 ans 3267
Toad a écrit:
Brunette, as tu déjà été examinée par un gynécologue ?

Sinon je trouve que bouchecousue donne une bonne voie à explorer...

Et enfin et surtout, si un jour je devais être violée, jamais, jamais, jamais je ne viendrais en parler ici, parce que tous les topics que j ai lus récemment ici sur ce sujet tournent de la même façon : l auteur est oubliée, zappee, au profit d un débat "généraliste" qui m a fois aurait une belle place dans un amphi mais qui nie totalement la personne, l individu, qui a posé cette question. Et cette attitude est des deux côtés, celui des théories bizarres comme celles de spirounette ou celles qui disaient sur u. Autre topic qu une nana qui chauffe doit bien s y attendre (en gros) et celui des personnes du côté de la victime.
Remontez les derniers topics sur le viol. Voyez comme au bout d un moment, l auteur est tellement oubliée qu elle ne revient plus. Pourquoi ne pas ouvrir une discussion dans débats si vous voulez débattre, et non aider une personne, un individu, qui a rencontre une situation unique ?


Je suis tout à fait d'accord avec toi Toad, et je demande pardon à Brunette pour mon flood: la disserte pro viol m'a juste fait sortir de mes gonds, autant d'un point de vue général que dans ce cas particulier ( dire à une personne qu'elle refuse en fait un soi disant plaisir issu de ces viols, surinterpréter en parlant de plaisir ou d'échangisme... ) Par ailleurs, l'idée d'aller voir un médecin consciencieux et spécialiste de ce genre de situation est en effet excellente: nous ne sommes pas des pros.
37 ans 886
Brunette9 a écrit:

Toad: j'ai vu deja une gyneco qui n'a pas jugé "utile" de m'examiner, m'a gardée 10 mins pris les sous et expédiée, j'ai pas eu le courage encore d en chercher un autre...


C'est qui cette gynéco toute naze que tu as eu? Tu aurais du lui balancer son chèque à la tronche. Peut-être peux-tu poster une demande d'un bon gynéco sur ce forum en donnant la région où tu vis. Mais c'est vraiment important que tu en trouve un/une bien qui t'examine et avec qui tu puisse discuter. En dehors de l'éventuel problème d'hymen il est possible que tu souffre de vaginisme, si le gynéco pense que c'est cela il/elle pourra t'orienter vers des solutions.
42 ans pres d'orleans 1304
=D> =D> =D> =D> =D> Toad a écrit:
Brunette, as tu déjà été examinée par un gynécologue ?

Sinon je trouve que bouchecousue donne une bonne voie à explorer...

Et enfin et surtout, si un jour je devais être violée, jamais, jamais, jamais je ne viendrais en parler ici, parce que tous les topics que j ai lus récemment ici sur ce sujet tournent de la même façon : l auteur est oubliée, zappee, au profit d un débat "généraliste" qui m a fois aurait une belle place dans un amphi mais qui nie totalement la personne, l individu, qui a posé cette question. Et cette attitude est des deux côtés, celui des théories bizarres comme celles de spirounette ou celles qui disaient sur u. Autre topic qu une nana qui chauffe doit bien s y attendre (en gros) et celui des personnes du côté de la victime.
Remontez les derniers topics sur le viol. Voyez comme au bout d un moment, l auteur est tellement oubliée qu elle ne revient plus. Pourquoi ne pas ouvrir une discussion dans débats si vous voulez débattre, et non aider une personne, un individu, qui a rencontre une situation unique ?
42 ans 04 5576
Ali-a a écrit:
Brunette9 a écrit:

Toad: j'ai vu deja une gyneco qui n'a pas jugé "utile" de m'examiner, m'a gardée 10 mins pris les sous et expédiée, j'ai pas eu le courage encore d en chercher un autre...


C'est qui cette gynéco toute naze que tu as eu? Tu aurais du lui balancer son chèque à la tronche. Peut-être peux-tu poster une demande d'un bon gynéco sur ce forum en donnant la région où tu vis. Mais c'est vraiment important que tu en trouve un/une bien qui t'examine et avec qui tu puisse discuter. En dehors de l'éventuel problème d'hymen il est possible que tu souffre de vaginisme, si le gynéco pense que c'est cela il/elle pourra t'orienter vers des solutions.


+1
Fais toi conseiller quelqu un qu une de tes proches connaît et apprécie. C est encore le meilleure moyen de trouver un bon gynécologue ;-)
33 ans Toulouse 130
Brunette9 a écrit:

Bouchecousue tu pointes en effet un point important: l'angoisse de la douleur, malgré mon envie de connaitre une penetration 'classique" et en tout cas avec du plaisir je pense qu'inconsciement je me bloque, j'angoisse par rapport à cette douleur et mon corps doit réagir!

Et concernant les autres pratiques existantes en effet tu as tout à fait raison, il faudrait que je me concentre plus là dessus (et je le fais déjà), c'est entre autre ce que je faisais avec ce jeune homme qui a beaucoup pratiqué le cuni (mais sans reel effet sur moi jusqu’à maintenant... ) concernant les caresses manuelles pour être franche meme le simple fait qu'il rentre ses doigts me fait vraiment mal...

Ok ! Donc effectivement, la pénétration sous toutes ses formes me semble à proscrire pour le moment ;)
Pour les caresses, ça peut aussi rester externe. Même en "bannissant", au moins provisoirement, tout ce qui implique une pénétration, il te reste de toute manière bien assez d'options pour avoir du plaisir : les baisers et massages pour se détendre, puis le cunnilingus, donc, la masturbation externe, ou même éventuellement l'annulingus, si ça vous branche toi et ton partenaire.

Le fait que tu ne ressentes pas de plaisir lors du cunni semble en tout cas indiquer que tu as du mal à "lâcher prise" (et c'est tout à fait normal) et, personnellement, j'aurais tendance à t'encourager à te concentrer sur cette capacité à lâcher prise dans un environnement safe (= pratique dont tu es sûre qu'elle ne peut pas te faire souffrir physiquement + partenaire non-jugeant auprès duquel tu te sens en confiance).
Il sera toujours temps de considérer la pénétration digitale, puis éventuellement phallique, ensuite (avec l'aide de lubrifiant pour t'aider et te sécuriser dans un premier temps, par exemple). Tu as toute la vie devant toi, tu n'es pas pressée.
Et, encore une fois, quand bien même tu ne serais jamais "prête" pour la pénétration, eh bien tant pis ! Y'a bien d'autres choses dans la sexualité, et ceux qui considèrent qu'un rapport sexuel sans pénétration par le pénis est "incomplet" sont des gens bien normatifs.
Quoi qu'il en soit, ne te mets pas la pression. Non seulement tu te sentirais mal, mais en plus ça ne t'aiderait pas à arranger les choses.
Citation:

L'autre point qui m'angoisse également c'est que j'ai l impression (et encore plus dernierement lorsque j'échange avec des hommes qui potentiellement me plaisent) c'est que tout se base uniquement sur du sexe quand j'aimerais également etre considérée en tant que personne potentiellement "aimable". Je crois que tout le paradoxe reside egalement dans le fait que je compartimente énormément les deux, et peut etre aussi qu'inconsciement je m'en veux "d'aimer ça"...

Mmmmh, tu ne penses pas, du coup, que tu ferais mieux de favoriser la "recherche" d'un mec avec qui former un couple plutôt que juste un coup plus ou moins régulier ?
Attention, hein, je n'ai absolument aucun problème - moral ou quel qu'il soit - avec les rencontres éphémères ou basées sur le sexe. Du tout. C'est simplement que, au vu de ce que tu décris (le besoin d'être considérée comme une personne à part entière, et pas uniquement comme une partenaire sexuelle potentielle), je pense que rester dans cette dynamique de "sexe et rien d'autre" risque de te frustrer, voire de te faire du mal... Parce que, du coup, le fait d'être considéré comme une partenaire sexuelle avant tout fait partie du jeu (après tout, quand tu rencontres un gars sur un site échangiste ou je ne sais quoi, a priori vous partez pas pour débattre du programme électoral des cantonales ou pour jouer aux dominos :lol: ).
Donc le fait d'envisager d'être en couple, ou d'avoir un sex friend, ou n'importe quelle autre modalité qui te conviendrait, me semblerait pas mal, en fait.
N'importe quelle modalité tant qu'elle te permet d'avoir une relation un minimum proche avec la personne, où vous pouvez parler de plein de trucs - et aussi de sexe, bien sûr, mais pas que - et où tu te sens considérée en tant que "Brunette toute entière" et pas seulement en tant que "Brunette partenaire sexuelle".
Après, il est aussi possible que la notion d'intimité (physique, on l'a vu, mais aussi émotionnelle) soit quelque chose d'angoissant pour toi. Mais justement, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, tout ça tout ça... ;)

Ah, et sinon, je rejoins les autres posteuses sur l'examen gynéco :
1. Celle que tu as vue m'a tout l'air d'être une conne :roll:
2. Tu devrais (pas obligatoirement là maintenant tout de suite si tu n'as pas envie, mais quand tu le sentiras) aller voir quelqu'un pour être sûre que tout va bien et que, effectivement, tu ne souffres pas de vaginisme.
Ton blocage peut très bien relever uniquement de la psychologie, mais avoue que ce serait quand même con de passer quarante piges à essayer sans succès de te détendre alors qu'il pourrait s'agir d'un souci physique très simplement gérable médicalement, non ? ;)

Dans tous les cas, tu as tout mon soutien ! :)
B I U


Discussions liées