MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

L'acceptation de soi, jusqu'à quel point (ou poids) ?

48 ans 759
Salut,

On parle souvent d'acceptation de soi ici mais ça marche jusqu'à quel point? Quand je suis arrivée sur ce forum, il y avait pas mal de filles en très  
grandes tailles (56-60 en gros) mais elles ont toutes disparues, la plupart se sont faites opérées.Peut-on s'accepter lorsque notre poids nous fait souffrir physiquement?
Le fait de faire un blog où l'on montre ses tenues est pour moi un signe d'acceptation de soi, pourtant la plupart des filles (en France)qui ont un blog font maximum une taille 52.Est-ce que celà n'est pas le signe qu'au dessus d'une certaine taille il n'est plus possible de s'accepter?

Merci pour vos réponses.
38 ans Sous les pins!!! 7782
de mémoire je peux citer le blog de Neiko qui fait plus de 52 je pense!
Après la taille n'est pas la question. L'acceptation de soit est valable pour toute les tailles et certaines filles qui font du 44, 40 ou même moins ne s'accepteront jamais!
Après s'afficher sur un blog est une question d'envie et toutes les filles qui s'acceptent ne veulent pas forcément s'exposer ;)
S
85 ans 4896
Faustine83 a écrit:
de mémoire je peux citer le blog de Neiko qui fait plus de 52 je pense!
Après la taille n'est pas la question. L'acceptation de soit est valable pour toute les tailles et certaines filles qui font du 44, 40 ou même moins ne s'accepteront jamais!
Après s'afficher sur un blog est une question d'envie et toutes les filles qui s'acceptent ne veulent pas forcément s'exposer ;)


+ 1

les blogs de vlr, ne sont pas représentatifs car comme le dit très bien faustine, tous les gens qui s'acceptent ne font pas des blogs, et ensuite plein de gens qui ne s'aiment pas n'en font pas.

Pour ma part, j'ai fait du 54-56 et en dehors de la taille le souci était de pouvoir avoir une qualité de vie qui me satisfaisait entre la mobilité et le souffle.

L'acceptation de soi, elle est valable pour toutes les tailles bien sur, et personne ne peut décider pour quelqu'un à partir de quand il n'a pas le droit de s'accepter, c'est propre à chacun.

J'ai souvent dit, mais je le redit, que je me détestais en refusais de m'accepter quand je faisais du 38 et que je me suis aimé en 54-56.

Actuellement je suis dans obèse encore mais je me sens bien, en forme et bien dans ma peau et ma vie également dont je veux profiter de chaque instant.
41 ans 91 1472
nutellane a écrit:
Salut,

On parle souvent d'acceptation de soi ici mais ça marche jusqu'à quel point? Quand je suis arrivée sur ce forum, il y avait pas mal de filles en très grandes tailles (56-60 en gros) mais elles ont toutes disparues, la plupart se sont faites opérées.Peut-on s'accepter lorsque notre poids nous fait souffrir physiquement?
Le fait de faire un blog où l'on montre ses tenues est pour moi un signe d'acceptation de soi, pourtant la plupart des filles (en France)qui ont un blog font maximum une taille 52.Est-ce que celà n'est pas le signe qu'au dessus d'une certaine taille il n'est plus possible de s'accepter?

Merci pour vos réponses.


Mais tu poses des questions trop intéressantes toi aujourd'hui!!
Je me pose aussi cette question. accepter jusqu'à quel point.
En dessous de 115 kgs pour moi ct possible. au dessus, j'avoue, je ne suis pas dans l'acception mais dans la résignation (et ce n'est pas du tout la même chose).
Je pense qu'on peut accepter tant qu'on n'a pas trop de difficulté à vivre dans ce corps, pas de douleurs physiques, possibilité de faire du sport ou s'amuser (habiter ce corps), pas de difficultés dans les transports en commun, possibilités de trouver pas trop difficilement des habits à sa taille, sentiment qu'on reste séduisante et féminine, etc...

Pour moi, c'est bien plus compliqué quand on fait une très grande taille (au delà du 54-56). mais ça n'engage que moi.

Je marche la tête droite sans penser particulièrement à mon poids. Mais je me rends compte que je mets au point tout un tas de stratégie d'adaptation.
Je me mets volontairement "hors jeu" en ce qui concerne les relations interpersonnelles (la bonne copine).
Je calcule le chemin où il va y avoir le moins de pentes, le moins d'escaliers, pour ne pas m'essouffler encore plus. Je repère les places les confortables pour moi dans le train ou l'avion.
J'essaie de prendre les transports en dehors des heures de pointes car sinon je reste debout et ce n'est plus possible.
Je choisis un sport qui me ménage (et pas ce que je veux vraiment faire).
Je fais en sorte qu'on ne me touche jamais.
J'évite les magasins/stand de vêtements.
Tout ça rajouté au fait que les médecins te sortent toujours l'excuse du poids pour expliquer tous tes maux et donc refusent de te soigner, que tu n'es pas forcément en confiance pour chercher un boulot, etc..

ça fait bcp de concession à gérer. ce n'est possible que si on a le moral...
C'est devenu criant dernièrement car à cause d'un médicament j'ai repris du poids (8kgs) en un mois cet été. Je me rends compte comment mon acceptation cède face au désespoir.

Accepter oui tant qu'on arrive à habiter vraiment son corps. après... c'est bien plus dur.
44 ans région parisienne 5831
Concernant les blog, je n'en ai pas, mais ce n'est pas une question d'acceptation ou pas, c'est surtout que la mode ne m'intéresse pas plus que ça... Je ne vais moi-même que rarement voir les blogs des autres, c'est pas pour en faire un moi-même! :lol:

Sinon, je pense que je m'accepte telle que je suis, mais avec une part de résignation. Si on me donnait une baguette magique, je changerais sûrement des trucs en moi, mais voila, je sais que, même avec bcp de volonté, c'est pas possible, donc je fais avec. :roll:

Après, je ne vois pas que des défauts dans mon corps: je sais accepter ses qualités, je sais me trouver jolie dans certains habits, mais bon, si je pouvais, je m'enlèverais quelques kilos, mais pas trop quand même (pas une taille mannequin). Alors est-ce que je m'accepte vraiment? Je ne sais pas.

Mais voila, j'ai la chance d'avoir un corps qui supporte bien mon poids, et qui est musclé en conséquence. Je ne dis pas que ce ne serait pas mieux avec quelques kilos en moins, mais pour la vie de tous les jours, cela ne me pose aucun soucis, je peux tout faire sans problème. Mon corps me ferait mal, j'avoue que j'aurais sans doute beauocup plus de mal à l'accepter.
44 ans région parisienne 5831
Bref, pour répondre à la question: "lacceptation de soi jusqu'à quel point?" moi je dis: "je m'accepte tant que ce n'est pas douloureux ni génant dans la vie de tous les jours".
48 ans 759
mamykro a écrit:
Bref, pour répondre à la question: "lacceptation de soi jusqu'à quel point?" moi je dis: "je m'accepte tant que ce n'est pas douloureux ni génant dans la vie de tous les jours".


C'est exactement ce que je pense. On peut toujours se dire que malgré son surpoids, on n'est finalement pas si mal. Quand on a mal partout c'est nettement plus compliqué !Dernièrement j'ai refusé une sortie car je savais que mes genoux me feraient souffrir et ça à mon âge c'est inacceptable !

Fila91 :"Je me pose aussi cette question. accepter jusqu'à quel point.
je ne suis pas dans l'acception mais dans la résignation (et ce n'est pas du tout la même chose).
Je pense qu'on peut accepter tant qu'on n'a pas trop de difficulté à vivre dans ce corps, pas de douleurs physiques, possibilité de faire du sport ou s'amuser (habiter ce corps), pas de difficultés dans les transports en commun etc...
Je marche la tête droite sans penser particulièrement à mon poids. Mais je me rends compte que je mets au point tout un tas de stratégie d'adaptation."


Tout pareil,j'aurais pu écrire ce message moi-même.
Sinon que fais-tu comme sport ? J'ai mal aux genous, alors à part faire du sport assise sur une chaise, je ne vois pas trop ce que je peux faire.

Faustine : j'aime bien le blog de Neiko mais c'est le seul blog français que je connais dans cette taille là. Et encore Neiko s'habille chez Newlook où les vêtements sont trop petits pour moi.

Sinon je sais bien que toutes les filles qui s'acceptent n'ont pas de blog. Déjà il faut avoir quelque chose à montrer ou à raconter et tout le monde n'a pas envie de s'exposer à la terre entière (et ce quelque soit son poids ou sa taille). Pour autant je pense que celles qui font des blogs s'acceptent (au moins un minimum)et comme par hasard, il n'y a pas de très grande taille. Même sur les blogs américains, j'ai cherché en me disant que je trouverais mais non, elles sont moins grosses que moi.Beaucoup s'habillent chez ASOS où les vêtements sont trop petits pour moi.

Donc pour moi l'acceptation de soi peut exister tant qu'on est pas génée dans sa vie quotidienne, tant qu'on est libre. La liberté c'est le plus important et dans ce gros corps je ne me sens pas libre.
33 ans 1547
Je me souviens bien de la période où je cherchais des habits en 60 voire 62, et de mon désespoir quand je voyais ici ou ailleurs des liens vers des sites de vpc super appréciés qui effectivement ne faisaient pas ma taille.
Peut-être que c'est moins facile de faire un blog mode quand la mode grande taille devient elle aussi peu accessible ?

Cela dit, pour moi, les blogs mode ne sont pas "en soi" synonymes d'acceptation. Ils peuvent l'être, ça dépend comment le blog est "habité". Ça m'arrive d'être interpellée par le sur-investissement de l'image et de l'objet (accessoire, vêtement,pose, maquillage,etc), voire j'ai parfois un drôle de sentiment de poupée grandeur nature.
D'autres fois ça me paraît naturel et ça ne m'interpelle pas.

M'accepter passe-t-il nécessairement pas avoir envie d'être mieux que ce que je suis ?
Je me pose la question, sincèrement. Ça n'a rien d'une évidence pour moi.
Parfois cela me paraît contradictoire, d'autres fois non.
Des fois j'ai l'impression d'être polluée d'images de ce à quoi je voudrais ressembler et ça m'attriste. Pourtant elles sont là, ça m'anime, et ça aussi je devrais pouvoir l'accepter après tout.

Ce qui a été dit concernant les vécus corporels quotidiens m'a énormément fait écho.
Personnellement, si j'ai pu changer de perception sur mes rondeurs, c'est beaucoup grâce au fait de, progressivement, ne plus avoir ressenti de douleurs intenses et récurrentes et tout aussi progressivement, avoir fait de plus en plus d'expériences agréables dans mon corps. A un moment donné, chaque sortie ou mouvement devenait une expérience douloureuse physiquement et psychologiquement, et je me rendais compte qu'il s'agissait d'un cercle vicieux terrifiant car à chaque tentative de m'en dégager je vivais quelque chose de douloureux qui ne me donnait qu'une envie: ne plus jamais essayer. C'était toutes ces stratégies citées par Fila et bien d'autres encore, pour m'épargner, avec un vécu moral désastreux de cela.
Aujourd'hui les douleurs que je peux avoir n'ont rien de comparable et surtout, ne sont pas systématiques. J'essaie de faire avec mes limites même si ça me peine et m'inquiète toujours un peu. J'essaie de me rappeler que mon corps a des limites et des exigences sur laquelle mon esprit n'a rien à en dire, qu'il soit gros ou non.
Et à un moment il ne s'agit peut-être moins d'accepter ou non son corps dans son aspect ou son poids, que d'accepter ou non les limites de son corps. Du coup pour moi là ça concerne un grand nombre de personnes: celles qui vieillissent, qui ont eu un accident, qui ont des douleurs pour x raisons, certaines femmes enceintes, des personnes allergiques, etc. Pas toutes évidemment et sans volonté de hiérarchiser en aucune façon la douleur physique ou la souffrance morale.
Mais en fait en vous écrivant je pense à d'autres questions qui me viennent et je crois que ça a encore besoin de mûrir.

En tout cas, pour répondre à la question en titre, et juste en parlant de ce qu'il en a été pour moi: m'accepter avec des douleurs importantes n'a pas été possible. Mais une fois que les douleurs se sont apaisées, l'acceptation n'est pas venue pour autant directement. Et quand j'ai commencé à essayer de faire avec moi, ça n'a rien eu de la révolution joyeuse qu'on peut lire parfois (ou voir sur les blogs) où on se met à prendre soin de soi, à se sentir jolie, à se montrer avec plaisir. Ça a été triste et douloureux. Mais heureusement, il y a eu des petites joies parmi tout ça parce que je retrouvais des plaisirs simples. J'avais écrit un sujet là-dessus, et je crois d'ailleurs que c'est la seule chose qui avait été vraiment partagée (les joies, les libérations), je me demande encore si d'autres ont ressenti aussi toute cette tristesse en apprenant à s'accepter.
Donc je ne sais pas si en fait je perçois l'acceptation comme d'autres car ce que je ressens ne s'en rapproche pas toujours.

Sinon ta question me rappelle un sujet intéressant là dessus dans une ancienne discussion, où Poupoule évoquait la distinction entre s'aimer et se plaire.

Nutellane, je me permets de te répondre aussi. Sur l'activité que je pouvais faire à cette époque (j'étais plus douloureuse, plus lourde, et moins musclée), c'était très limité. A un moment donné je ne pouvais plus marcher sans douleurs et encore moins rester debout, mais j'étais mal installée aussi assise. Je m'étais inscrite dans une activité sportive adaptée aux personnes en surpoids. On faisait essentiellement du renforcement musculaire, au sol, sur une chaise ou debout pour ceux qui pouvaient, en musique souvent. Il y avait aussi des jeux ludiques à plusieurs que j'appréciais beaucoup. Et des assouplissements.
Ce n'était pas là pour me servir de "loisir" ou de "plaisir". Ça m'a permis de retrouver une mobilité dans un lieu où chacun faisait ce qu'il pouvait et où le professionnel avait soin d'adapter chaque exercice selon les possibilités de chacun. Ce n'était pas assez important comme activité pour me muscler assez mais ça m'a vraiment "dérouillée" et permis l'air de rien, même après avoir arrêté, d'augmenter petit à petit ma mobilité.

Sinon, l'eau me paraît l'environnement le plus doux pour un corps lourd. Tout y est différent, même si les douleurs ne disparaissent pas forcément. Et s'il ne s'agit pas forcément d'y faire du sport, c'est aussi se donner à vivre un moment très agréable dans son corps.

Aujourd'hui, je me dis aussi que si quelqu'un avait pu m'aider, ça m'aurait permis de faire des exercices au sol plus facilement (supporter une partie de mon poids pendant tel mouvement pour que je le répète assez pour me muscler sans trop de "charge" et que je retrouve une amplitude dans les articulations).

Ce qui était dur pour moi c'était surtout de comprendre et d'accepter l'état où j'en étais arrivée: le poids certes, mais surtout les limites que ça m'imposait au quotidien, et les douleurs. Si j'avais pu "magiquement" partir de l'idée que mon état était tout à fait normal, que ce n'était pas ma faute et que la seule chose qui comptait c'était ce que je voulais et pouvais en faire, j'aurais peut-être pu me saisir de moyens à ma portée et tolérer que ça soit si laborieux (de minuscules objectifs,une durée très longue,une aide extérieure,etc) sans me sentir mal moralement.


(Bonjour je m'appelle Papille et j'écris trop. :oops: C'est que ça me tient à coeur tout ça...)
47 ans 35 10308
papille a écrit:
(Bonjour je m'appelle Papille et j'écris trop. :oops:

Ah, non non, tu n'écris pas trop.
Et en plus, ce que tu écris est très intéressant (et donne pleins de pistes de réflexion, en plus, mais là c'est un poil tard pour que je mette ces réflexions en ordre! ;) ).
S
85 ans 4896
Angia a écrit:
papille a écrit:
(Bonjour je m'appelle Papille et j'écris trop. :oops:

Ah, non non, tu n'écris pas trop.
Et en plus, ce que tu écris est très intéressant (et donne pleins de pistes de réflexion, en plus, mais là c'est un poil tard pour que je mette ces réflexions en ordre! ;) ).


Meme chose pour moi papille. Tres interessant et donne des pistes de reflexion.
41 ans 91 1472
nutellane a écrit:


Fila91
Tout pareil,j'aurais pu écrire ce message moi-même.
Sinon que fais-tu comme sport ? J'ai mal aux genous, alors à part faire du sport assise sur une chaise, je ne vois pas trop ce que je peux faire.


rah message parti..
je suis dans un cas très similaire au tien, genou gauche avec cartilage bousillé depuis mes 20 ans. lumbago chronique depuis mes 22 ans. arthrose de hanche depuis l'année derniere. (wouhou...)


y'a pleins de choses possibles à faire mais avec des adaptations, en fonction de tes possibilité
Pele mele :
marche (sur terrain plat)
aquagym, aquabike, aqua-toutcequiestpossiblepourtoi
vélo, vélo elliptique
aerobic Low impact (LIA)
aerobic assis (zumba assis, hum?)
Swissball/gymball
Yoga
Stretching (je conseille d'en faire mm si on est raide, mm si on aime pas ça, comme moi... car la souplesse c'est la moitié du boulot)
Renforcement (musculation adaptée à ton cas, avec machine, sans machine ,avec elastiques, poids, etc)
Danse (sans saut) : orientale

rien de transcendant (et c'est ça le problème) mais c'est possible.
Je suis convaincue d'un truc pour etre régulier en sport, faut faire un truc qui te plait, et si t'es en groupe, ou coaché c'est plus facile/motivant que seule. et 3 fois par semaine c'est le minimum syndical. faut prendre l'habitude de faire un truc tous les jours. Ainsi la musculature se fait et ça soulage le genou.

Si tu est dans la région parisienne, des groupes de patients, des associations existent et proposent des activités adaptées. en dehors aussi peut être.



Pour les blog, mm constat que toi. pire, aucune blogueuse (on the world wide web) ne met ma taille. en général elles sont plus petites donc tout de suite, ça fait du 56 max
J'ai trouvé des blogs anglo-saxon, avec des filles un peu plus rondes que les rondes... excepté 3-4 , personne ne dépasse le 58.

http://onthefatwalk.blogspot.fr/
http://www.definatalie.com/tag/fatshion/
http://theplussideofme.com/
http://thebiggirlscode.tumblr.com/
http://awellroundedventure.com/
http://garnerstyle.blogspot.com/
http://www.theglitterthread.com/
http://whenindoubtwearpurple.blogspot.com/
http://sullen-hearts.blogspot.com/
http://fatshopaholic.com/
http://beyond-sizes.com/
http://styleitonline.com/
http://fortysixjay.tumblr.com/tagged/fatshion (celle qui a la morpho la plus proche de la mienne)
http://hellojiggles.blogspot.fr/search/label/fatshion
http://thebustytravele...pot.co.uk/?zx=ca54d220355de072
http://notsostarving.blogspot.ca/
http://xxellefatshion.blogspot.ca/search/label/fatshion
http://thisismeaganker...2013/07/02/aussie-curves-pink/
http://sugercoatit.com...sie-curves-pink-she-wore-what/
http://professionallyplump.wordpress.com/page/2/
http://myvidawanda.blogspot.fr/

en gros , fouillez sur ce lien qui regroupe des url de blog de filles qui font plus d'un 52/54 :http://theplussideofme.com/2013/02/27/20-plus-size-fashion-bloggers-at-sizes-24/)



A lire un article très éclairant sur la différence entre le grande taille et le très grande taille... ce qui fait que je suis totalement résignée désormais. J'ai fini par comprendre quand quand on dit ronde, on ne s'adresse pas à moi...
http://www.ma-grande-t...-mode-tres-grande-taille-19442


bon si j'ai oublié je viendrai répondre demain
Bonne nuit !

Bonjour, mon nom est fila et moi aussi j'écris trop
R
36 ans 835
Merci pour ces liens de blog, fila!!!
J'en ai regardé quelques uns, y a vraiment de très jolies filles dessus, certaines plus que d'autres certes, mais elles ont toutes un super style!!!

Moi je fais 100 kilos (enfin 99 exactement) pour 1m70, et je trouve ca déjà galère... physiquement à cause de mes genoux, et je fais de l'apnée du sommeil sévère à cause de mon poids... et aussi psychologiquement car je galère à m'accepter et à trouver des fringues en taille 48.

Donc oui je comprends que ce soit difficile quand on fait davantage sur la balance, que ce soit psychologiquement et aussi physiquement. Mais papille dit très justement que pour les douleurs, le sport aide beaucoup. J'ai commencé le vélo d'appartement à raison de 5 min à 7min par jour, depuis 3 semaines, et rigolez pas mais ca m'a vraiment réduit les douleurs aux genoux. Comme quoi , pas besoin d'en faire des masses!!!
Pour les fringues par contre j'ai pas vraiment de conseil ni d'adresses parce que déjà en 48 je trouve que c'est le désert.... (ok mon post n'apporte aucune solution et n'est pas très utile!!)
41 ans 91 1472
risperdalconsta a écrit:
Merci pour ces liens de blog, fila!!!
J'en ai regardé quelques uns, y a vraiment de très jolies filles dessus, certaines plus que d'autres certes, mais elles ont toutes un super style!!!

oui n'est-ce pas?! j'ai zappé certains blog de filles qui avaient des look très "ciblés" (kawaii, punk, etc...) car je me suis dis que ça plairait pas à toutes.


Citation:

Donc oui je comprends que ce soit difficile quand on fait davantage sur la balance, que ce soit psychologiquement et aussi physiquement. Mais papille dit très justement que pour les douleurs, le sport aide beaucoup. J'ai commencé le vélo d'appartement à raison de 5 min à 7min par jour, depuis 3 semaines, et rigolez pas mais ca m'a vraiment réduit les douleurs aux genoux. Comme quoi , pas besoin d'en faire des masses!!!

Ben c'est que j'ai oublié de dire hier soir (enfin cette nuit).
Je pense que faire une activité sportive tous les jours, même 5 min, c'est super. faire qqch tous les jours, permet de créer une routine, comme "je me lève, je me lave, je mange, je brosse les dents". c'est plus conseillé que de faire 3fs/semaine (mm si 3fs c'est déjà ça). ça permet d'augmenter son métabolisme aussi. ce qui peut être utile quand on veut lutter contre la prise de poids. Je ne peux que t'encourager à continuer.
R
36 ans 835
Merci fila, j'avais peur de manquer de tact dans mon post, donc je suis contente qu'on ne l'ait pas mal pris!

Le sport c'est super pour les douleurs, c'est mon homme qui m'encourage à le faire, et donc il veille au grain... Il est très ardemment opposé aux régimes mais il me conseille de faire du sport pour mes douleurs partout et un peu pour le poids. Je suis une vieille carcasse fourbue lol! Mais j'ai vraiment été surprise que 7 minutes par jour donnent autant de résultats. Je vais essayer de progressivement aller jusqu'a 15 minutes en rajoutant une minute pas semaine. C'est pas le tour de france mais ce qui me motive ce sont surtout mes genoux..
44 ans région parisienne 5831
papille a écrit:
Et quand j'ai commencé à essayer de faire avec moi, ça n'a rien eu de la révolution joyeuse qu'on peut lire parfois (ou voir sur les blogs) où on se met à prendre soin de soi, à se sentir jolie, à se montrer avec plaisir. Ça a été triste et douloureux. Mais heureusement, il y a eu des petites joies parmi tout ça parce que je retrouvais des plaisirs simples. J'avais écrit un sujet là-dessus, et je crois d'ailleurs que c'est la seule chose qui avait été vraiment partagée (les joies, les libérations), je me demande encore si d'autres ont ressenti aussi toute cette tristesse en apprenant à s'accepter.


Moi aussi, j'ai ressenti une certaine tristesse en apprenant à m'accepter: c'était comme devenir adulte, renoncer à un rêve, devenir réaliste. Je renonçais à un hypothétique futur-moi-mince pour accepter un vrai-moi-gros.

Peut-être que la différence entre moi et celles qui se sont acceptées joyeusement, c'est que moi, à la base, je n'ai jamais détesté mon corps: je lui ai toujours trouvé des qualités, mais je le rêvais en "mieux".

Le fait de m'accepter telle que je suis, c'était surtout renoncer au rêve, du coup, cela ne pouvait pas être totalement joyeux. Pour les filles qui détestent leur corps et qui apprennent à l'aimer, cette démarche est sans doute plus positive.

(HS/ Papille, est-ce que tu écris tout d'un seul jet? En tous cas, tu as un don pour les bonnes formulations: /HS)
B I U