MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

questions au sujet de la sleeve

K
40 ans 28
Bonjour à tous,

Je me tourne vers vous car depuis pas mal de temps, ça cogite beaucoup dans ma tête!!!
Je suis en train de faire les démarches pour faire une sleeve.  

je suis une bonne mangeuse mais je ne grignote pas.
J'ai vue un chirurgien à bordeaux et j'ai le profil pour le moment. Il me reste à voir les différents médecins pour la décision finale.

Bon voilà les questions que je me pose:
1ere : forcément une opération telle que la sleeve change vos habitudes alimentaires mais je voulais savoir si c'était vraiment contraignant. Je m'explique, j'ai réussi à perdre ****kg en 2 ans avec WW et j'ai consulté en 12 ans peut être 6 diététiciennes sans jamais perdre réellement (2kg par ci puis repris par là). le simple fait d'aller les voir soulageait ma conscience mais par contre je me sentais frustré d'un autre coté. Suivant mon profil, vais-je y arriver avec une sleeve?

2ème : Lorsqu'on fait un régime et ce jusqu'à sa fin,par exemple, on limite les sorties pour pas être tenté etc... est ce qu'avec la sleeve, vous avez ressenti la différence avec les autres(hormis la période ou il faut manger mou)? en gros est ce qu'on voit pendant vos repas que vous avez été opéré, plusieurs mois après bien entendu? vous sentez vous différente des autres?

3ème : je me prends pas la tête avec la nourriture en général sauf lorsque je suis au régime ce qui est rare ;) . ce qui me fait peur c'est de penser qu'à ça "non ça j'ai pas droit et puis ça aussi " vous voyez? je parle bien sûr à long terme. j'ai peur de la frustration!!!

4eme : regrettez vous le temps ou vous ne vous posiez pas toutes ces questions?

5eme : Quel regard portez vous sur votre nouveau corps? a-t-il été facile à accepter même avec l'aide d'un psy qui je pense est absolument nécessaire?

6eme : J'ai vu des témoignages ou les personnes sleevées disaient créer de la jalousie dans leur entourage ou perdre des "amis"? est ce que cela a été le cas pour vous?

7eme : pour le moment mon mari n'est pas contre mais il a peur des conséquences à long terme autant vous dire qu'il n'est pas pour non plus! quels changements avez vous observé au sein de votre quotidien à la maison. Nous avons 2 garçons de 5 ans 1/2.

je vous remercie pour vos réponses et il me tarde de vous lire.
Merci
46 ans Paradise island 524
Je suis sleevée depuis plusieurs années,depuis ce temps je vis exactement comme n'importe qui.Personne ne peut savoir que j'ai été opérée.
Il faut bien avoir conscience que passée une période "lune de miel" (en gros 2 ans) tu pourras facilement remanger "comme tout le monde",d'où un gros risque de reprise de poids.La sleeve est donc un coup de pouce qui ne dure pas si le patient n'a pas pris toutes les mesures nécessaires pour ne pas tout reprendre.
N'ayant eu aucune complication,ni blocage,je n'ai jamais ressenti de frustration,tu peux normalement rapidement manger de tout selon les nouvelles quantités imposées,après bien entendu il faut faire appel au bon sens.
Il est également demandé,en plus des mesures alimentaires,de se mettre au sport,ce qui va t'aider à te stabiliser sur le long terme.
Au niveau des sorties,rien à voir avec un régime puisque tu peux manger de tout (pas comme un Dukan) au contraire,si tu te sens mieux tu auras certainement envie de plus sortir.Après comme sortie rime avec alcool et compagnie pour certains je ne peux pas savoir ce qu'il en sera de ta frustration.
L'acceptation de ton corps dépendra de comment il va maigrir,d'où encore une fois l'importance du sport qui permet de se raffermir (la silhouette en général pas forcément la peau).Il se peut que tu sois aussi complexée qu'avant (ou plus) à cause de la peau qui pourrait pendre beaucoup à certains endroits.Il faut bien savoir qu'habillée ça ne se voit pas forcément mais nue tu ne peux pas mentir,un corps qui a maigri beaucoup n'est pas comme un corps mince habituel,bien que ça soit très différent d'une personne à l'autre,mais il est rare que ça ne laisse aucune trace.
Pour s'accepter et bien prendre conscience du changement il faut se prendre en photo,garder un ancien vêtement qu'on remet de temps en temps,etc plein d'astuces.
J'insiste bien sur le fait que la période la plus compliquée n'est pas la perte mais bien après les 2 ans où la sleeve marche bien,donc bien se faire suivre et suivre ce qu'on t'a recommandé dès le départ.
47 ans Paris 9873
Coucou!

Opérée il y a juste 4 mois, je te réponds dans l'ordre:

1. Concernant la contrainte et la frustration, je ne les ressens pas. C'est le principe: contrairement à un régime, la contrainte se fait comme "sans toi". J'ai juste l'impression d'avoir fait un bon gueuleton à la moitié de mon assiette et je m'arrête là. La frustration peut être de l'ordre: oh elle était bonne cette crêpe, j'en aurais bien mangé une seconde. Mais tu la gardes juste pour plus tard en fait ;)
2. Je suis sortie au restau un mois après l'opération et personne n'a rien remarqué. Mais c'est vrai que je n'ai alors pas pris ce qui me faisait le plus envie sur la carte mais ce dont je savais que ce serait servi en petite portion.
3. Pas de prise de tête avec la nourriture. Au contraire, je me dis plutôt: qu'est-ce que je vais me faire de bon ce soir? (comme tu n'as pas beaucoup de place, tu n'as pas envie de la remplir avec du "moyen bon"!)
4. Aucun regret. Mes questionnements étaient beaucoup plus stériles avant l'opé.
5. Mon corps n'est pas transformé, juste un peu allégé pour le moment. Globalement c'est évidemment agréable, surtout pour la mobilité. En revanche j'ai des phases de résurgence de la malveillance à mon égard: si tu es déjà aussi grosse avec X kg en moins, tu te rends compte de ce que tu étais avant?? (je compte bosser là-dessus avec le psy)
6. Je ne l'ai dit qu'à très peu de gens et personne n'a rien remarqué (IMC de départ à "seulement" 39 et perte assez lente comme je m'en doutais d'ailleurs). Aucune conséquence donc sur les autres, je crois que les gens trouvent ça normal que les gros mincissent ou grossissent selon les saisons! ils doivent nous penser toujours au régime! ;)
7. Changements au quotidien: la mobilité! marcher mieux, plus vite, suivre mieux mon homme (qui a des jambes immenses et un cœur de marathonien)! :D
Il est content pour moi, surtout que je sois heureuse et de bonne humeur.
Pour ce qui est de l'aspect du corps, ça compte mais moins, on est ensemble depuis de nombreuses années et on s'aime "comme on est" (la pression n'est pas comparable entre une femme de 20 ans et une de 40 je trouve... je suis beaucoup plus orientée aujourd'hui sur les questions de confort de vie que celles relevant de l'esthétique).
K
40 ans 28
merci de m'avoir répondu

du coup comme à mon habitude, j'ai d'autres questions:

happinesstherapy : tu dis :
qu'il faut bien suivre ce que l'on t'a recommandé: moi cela me fait peur parce que j'ai jamais tenu un régime quel qu’il soit (restrictif ou pas) et je me demande si j'y arriverais.
et je pense que je pourrais répondre à la question que lorsque j'y serais passée.

"la sleeve est donc un coup de pouce qui ne dure pas si le patient n'a pas pris toutes les mesures nécessaires pour ne pas tout reprendre." et c'est justement ça qui me fait peur ça revient à ce que je dis au dessus!

"Il se peut que tu sois aussi complexée qu'avant (ou plus) à cause de la peau qui pourrait pendre beaucoup à certains endroits" ça aussi ça fait peur car je commence à focaliser sur mes bras (partie la vue des gens) alors je me demande comment on fait pour s'accepter.

"J'insiste bien sur le fait que la période la plus compliquée n'est pas la perte mais bien après les 2 ans où la sleeve marche bien,donc bien se faire suivre et suivre ce qu'on t'a recommandé dès le départ."
est ce que tu n'es pas un peu essoufflée de tenir la distance depuis x années? est ce qu'on a pas envie de relâcher au bout d'un moment?

Poupoule tu dis:
"oh elle était bonne cette crêpe, j'en aurais bien mangé une seconde. Mais tu la gardes juste pour plus tard en fait"
si tu dis ça c'est que tu ressens pas la satiété ou c'est la gourmandise qui te fait parler comme ça!
si tu n'avais pas été opérée, tu l'aurais mangé cette crêpe car tu en avais envie et voilà ce que j'appelle de la frustration. est ce difficile...

"j'ai des phases de résurgence de la malveillance à mon égard" je comprends ce que tu veux dire, j'arrête pas de me le dire en ce moment et si j'avais pas autant grossi, j'en serais pas à me poser ce genre de questions et j'envisagerais pas cette opération

"je crois que les gens trouvent ça normal que les gros mincissent ou grossissent selon les saisons! ils doivent nous penser toujours au régime!" c'est assez marrant ta remarque. moi mon IMC est de 39.7

"Pour ce qui est de l'aspect du corps, ça compte mais moins, on est ensemble depuis de nombreuses années et on s'aime "comme on est" (la pression n'est pas comparable entre une femme de 20 ans et une de 40 je trouve..."
alors moi j'ai 31 ans et mon mari 35, ça fait 14 ans qu'on est ensemble. lui me dit qu'il m'aime comme je suis mais je ressens ou je me fais des films mais lorsqu'on croise une jolie fille, il regarde en douce et j'avais pas remarqué ça avant alors pour moi l'aspect du corps est important même s'il dit qu'il m'aime comme ça... des fois j'ai honte pour lui qu'il soit avec moi surtout que beaucoup me dise que c'est un beau mec. en écrivant ces quellesque lignes je me rends compte qu'il va falloir travailler la dessus moi aussi!!!

Merci beaucoup pour vos réponses ça m'aide beaucoup à avancer.
47 ans Paris 9873
kilulureax a écrit:
"oh elle était bonne cette crêpe, j'en aurais bien mangé une seconde. Mais tu la gardes juste pour plus tard en fait"
si tu dis ça c'est que tu ressens pas la satiété ou c'est la gourmandise qui te fait parler comme ça!
si tu n'avais pas été opérée, tu l'aurais mangé cette crêpe car tu en avais envie et voilà ce que j'appelle de la frustration. est ce difficile...


Oui, c'est bien par gourmandise et non par faim que je remangerais bien une crêpe.
Si je n'étais pas sleevée, je mangerais sûrement cette crêpe mais juste avec moins de plaisir que la précédente (car moins faim).
Avec la sleeve, c'est pas juste moins de plaisir, c'est plus d'inconfort (l'expérience te l'apprend vite).
Ce n'est pas de la frustration car c'est comme être frustrée de ne pas poser ta main sur la plaque brûlante... tu peux avoir très envie (par curiosité) mais tu sais très bien que ça va faire bobo.
Les premières fois où tu as cette envie d'un peu plus par gourmandise, il suffit de tenter une bouchée de plus et tout de suite tu sens que ça n'est plus aussi bon que tu espérais. Tu te rééduques en quelque sorte ;)
K
40 ans 28
merci beaucoup poupoule, je n'avais pas compris ni imaginé comme ça.

en gros si tu essaies une autre bouchée par gourmandise, ton estomac te dis de suite que c'était pas ce qui fallait faire et donc au fur et à mesure du temps, tu t'habitues à cette façon.

Lorsque l'on est pas sleevé, c'est la tête qui commande et l'autre effet c'est les kilos alors que lorsque tu as eu une sleeve, la tête a beau commandé ton estomac te reprend à l'ordre et ta tête s'en souvient!!!

ca me rassure beaucoup tu vois c'est exactement ce que je cherchais à savoir et tu me le confirmes. merci beaucoup!!
47 ans Paris 9873
kilulureax a écrit:
merci beaucoup poupoule, je n'avais pas compris ni imaginé comme ça.

en gros si tu essaies une autre bouchée par gourmandise, ton estomac te dis de suite que c'était pas ce qui fallait faire et donc au fur et à mesure du temps, tu t'habitues à cette façon.

Lorsque l'on est pas sleevé, c'est la tête qui commande et l'autre effet c'est les kilos alors que lorsque tu as eu une sleeve, la tête a beau commandé ton estomac te reprend à l'ordre et ta tête s'en souvient!!!

ca me rassure beaucoup tu vois c'est exactement ce que je cherchais à savoir et tu me le confirmes. merci beaucoup!!


Oui c'est comme ça que je le vis!
Mais attention, ce mécanisme, disons cet "effet quantité", à terme ne doit pas être le seul sur lequel on compte... car il est de moins en moins puissant (même si bien sûr, l'estomac ne redevient pas "comme avant"). C'est pourquoi il faut en même temps se rééduquer (intellectuellement) à de nouvelles quantités ;)
K
40 ans 28
le fait de se rééduquer intellectuellement comme tu dis, ça se fait à la longue forcémenet et je pense qu'au bout d'un certain temps tu y penses plus car tu sais que tu vas pas être bien.
Je vois ça un peu comme lorsque tu arrêtes de fumer, au début tu y penses sans arrêt et puis lorsque tu es sevrée, tu n'y penses plus

J'espère que pour le sleeve, c'est un peu comme ça, au début tu doit vouloir savoir où sont tes limites et quand tu sais ce que ça fait de les dépasser tu n'y pense plus au bout d'un certain temps

et pour le moment quel est le plus gros inconvénient?
49 ans à la maison ! 10072
kilulureax a écrit:
le fait de se rééduquer intellectuellement comme tu dis, ça se fait à la longue forcémenet et je pense qu'au bout d'un certain temps tu y penses plus car tu sais que tu vas pas être bien.
Je vois ça un peu comme lorsque tu arrêtes de fumer, au début tu y penses sans arrêt et puis lorsque tu es sevrée, tu n'y penses plus

J'espère que pour le sleeve, c'est un peu comme ça, au début tu doit vouloir savoir où sont tes limites et quand tu sais ce que ça fait de les dépasser tu n'y pense plus au bout d'un certain temps

et pour le moment quel est le plus gros inconvénient?


Je ne suis pas sure que ça se fasse "forcément". D'abord parce que, contrairement à la cigarette où tu arrêtes complètement, il n'y a pas de sevrage pour la nourriture puisqu'il faut continuer à manger.
L'estomac s'élargit petit à petit, c'est insidieux.Si il n'y a pas de travail psychologique et sur son rapport à la nourriture, les risques d'échecs sont importants.
47 ans Paris 9873
trashrap a écrit:
kilulureax a écrit:
le fait de se rééduquer intellectuellement comme tu dis, ça se fait à la longue forcémenet et je pense qu'au bout d'un certain temps tu y penses plus car tu sais que tu vas pas être bien.
Je vois ça un peu comme lorsque tu arrêtes de fumer, au début tu y penses sans arrêt et puis lorsque tu es sevrée, tu n'y penses plus

J'espère que pour le sleeve, c'est un peu comme ça, au début tu doit vouloir savoir où sont tes limites et quand tu sais ce que ça fait de les dépasser tu n'y pense plus au bout d'un certain temps

et pour le moment quel est le plus gros inconvénient?


Je ne suis pas sure que ça se fasse "forcément". D'abord parce que, contrairement à la cigarette où tu arrêtes complètement, il n'y a pas de sevrage pour la nourriture puisqu'il faut continuer à manger.
L'estomac s'élargit petit à petit, c'est insidieux.Si il n'y a pas de travail psychologique et sur son rapport à la nourriture, les risques d'échecs sont importants.


Suis assez d'accord.
L'effet quantité se réduit chaque jour (c'est-à-dire qu'on "peut" manger chaque jour un peu plus)... donc en face il faut être de plus en plus attentif à la satiété (alors qu'à la sortie de l'hosto pas besoin, la satiété s'exprime toute seule... et très fort!).
Mais je pense qu'il y a de nouvelles habitudes qui se prennent, tout simplement: je ne sais pas ce qu'il en sera dans plusieurs années, mais aujourd'hui il ne me viendrait même plus à l'idée de prendre une entrée au restau avant mon plat (ni d'ailleurs un dessert). Mais ça ne fait que conforter des habitudes que je commençais déjà à avoir avec la ra: prendre mon dessert (si envie) en décalé dans l'après-midi. ;)
49 ans à la maison ! 10072
Pour moi, Poupoule, tu n'es pas un exemple typique puisque tu as fait l'essentiel du travail en amont (ce que tout le monde devrait faire avant de passer, si c'est encore nécessaire, sur la table d'opération).
47 ans Paris 9873
trashrap a écrit:
Pour moi, Poupoule, tu n'es pas un exemple typique puisque tu as fait l'essentiel du travail en amont (ce que tout le monde devrait faire avant de passer, si c'est encore nécessaire, sur la table d'opération).


C'est pas faux. Depuis des années je réfléchissais à (et pratiquais) ces questions et exercices liés à la satiété.
Je vis la sleeve comme un "coup de pouce", pas du tout une transformation de fond en comble.

Le seul versant "négatif" si on veut c'est que, déjà petite mangeuse et attentive à ma satiété avant l'opé, pas de bouleversement non plus niveau poids... ça descend tout doucement par rapport à d'autres opérés.
Mais:
1. je m'en doutais.
2. c'est mieux pour la peau ;)
3. pas de vrai risque de déception car je n'avais fixé absolument aucun point d'arrivée (le chir non plus, il est favorable à "laisser le corps faire").
47 ans Paris 9873
kilulureax a écrit:
et pour le moment quel est le plus gros inconvénient?


Je ne suis vraiment pas celle qui va te dire "c'est que du bonheur" car j'éprouve zéro euphorie par rapport à tout ça (le miracle, pour moi, c'est pas la sleeve... ça aurait été de pouvoir rayer toutes ces années d'errance et de souffrance à la con et d'obésité construite avec les régimes successifs, mais ni un psy ni un chir ne peut annuler ces années).
Cependant, si je veux être objective, je ne vois pas quel inconvénient mettre en avant.
Manger moins est agréable.
L'amaigrissement lent n'est pas un drame.
En société personne ne remarque rien (alors que j'étais convaincue que chacun analysait l'assiette du voisin!).
Bon, j'ai 5 trous visibles au ventre, c'est pas jojo mais j'aime bien cette espèce de rappel constant de mon histoire ;)
46 ans Paradise island 524
kilulureax a écrit:
merci de m'avoir répondu

du coup comme à mon habitude, j'ai d'autres questions:

happinesstherapy : tu dis :
qu'il faut bien suivre ce que l'on t'a recommandé: moi cela me fait peur parce que j'ai jamais tenu un régime quel qu’il soit (restrictif ou pas) et je me demande si j'y arriverais.
et je pense que je pourrais répondre à la question que lorsque j'y serais passée.

"la sleeve est donc un coup de pouce qui ne dure pas si le patient n'a pas pris toutes les mesures nécessaires pour ne pas tout reprendre." et c'est justement ça qui me fait peur ça revient à ce que je dis au dessus!

"Il se peut que tu sois aussi complexée qu'avant (ou plus) à cause de la peau qui pourrait pendre beaucoup à certains endroits" ça aussi ça fait peur car je commence à focaliser sur mes bras (partie la vue des gens) alors je me demande comment on fait pour s'accepter.

"J'insiste bien sur le fait que la période la plus compliquée n'est pas la perte mais bien après les 2 ans où la sleeve marche bien,donc bien se faire suivre et suivre ce qu'on t'a recommandé dès le départ."
est ce que tu n'es pas un peu essoufflée de tenir la distance depuis x années? est ce qu'on a pas envie de relâcher au bout d'un moment?




Merci beaucoup pour vos réponses ça m'aide beaucoup à avancer.



Il n'y a rien de comparable pour moi entre une sleeve et un régime.Dis toi bien également que tous les sleevés sont passés par 50 régimes avant.On ne te demandera rien d'insurmontable,ce sont juste des mesures de bons sens adaptées à ton nouvel estomac.ça change fortement d'un endroit à un autre selon là ou tu te fais opérer donc je ne sais pas ce qui te sera demandé..pour moi à l'époque (et tjs valable à cet endroit) il ne faut pas boire en mangeant par exemple,pas de bulles (ou exceptionnellement),de boissons sucrées,faire du sport,se limiter à une petite assiette,etc.
Il faut absolument faire un travail sur sa satiété et son rapport à la nourriture avant l'opération pour ne pas sentir de frustration sur la QUANTITE (car aucun aliment ne sera interdit contrairement à un régime).Au début ton estomac te fait vite sentir qu'il est plein,mais avec le temps cette gêne (voire douleur) disparait donc si tu ne t'es pas habituée à écouter ta faim,ou si tu continues d'utiliser la nourriture pour te consoler par exemple,ça sera dur.

Pour l'acceptation,chacun le vit différemment selon son âge,sa situation etc..pour moi c'est mon ventre qui a le plus "souffert".Clairement il était moche après l'opération mais je ne l'ai pas non plus vécu comme un drame sachant que 1-ça ne se voyait pas habillée 2- il était déjà moche avant l'opération ;-) (surpoids,grossesse) Il ne faut juste pas se mettre en tête qu'avec une sleeve on devient mince comme les autres...non pas vraiment.Mais attention ça varie vraiment d'une personne à l'autre et d'une zone à l'autre,je n'ai aucune trace ailleurs que sur le ventre.J'ai fait une chirurgie réparatrice du ventre pour améliorer ça et c'est parfait,à cet endroit la cicatrice est cachée.Pour les bras si tu dois le faire elle le sera moins évidemment donc à toi de voir au moment M si tu préfères de la peau qui pend sur les bras ou une cicatrice sur un bras tendu.
Perso,ces à côté" ne sont certes pas à négliger mais la perte de poids m'a apporté une telle amélioration de mon confort de vie que je mets ça comme sans importance.Mais je ne suis pas une jeune fille célibataire de 20 ans non plus.
En tout cas,mince ou pas,on a tous des complexes ou au moins des imperfections,tout le monde doit s'accepter comme il est,cet argument n'aurait pas pu me freiner.
Il est conseillé de se faire suivre par un psy pour aider à passer toutes les difficultés qu'on peut rencontrer,c'est loin d'être inutile à mon sens et même des années après.
Je ne suis pas du tout essoufflée,bien au contraire...j'ai retrouvé une forme incroyable,je me sens bien,je ne me prends plus la tête sur mon poids,sur mon assiette,j'aurai bien du mal à trouver un argument négatif.Après toutes ces années la sleeve est une routine,je n'y pense pas au quotidien,ne sens aucune contrainte.Mais j'ai fait un travail important avant sur mon rapport à la nourriture.Le sport m'aide également beaucoup,tant niveau physique que psychologique pour gérer la non -reprise de poids.Je ne me pèse que rarement d'ailleurs.C'est exactement ce que je cherchais:ne plus y penser.
Autre point,il faut aussi bien savoir que la sleeve permet de perdre un gros pourcentage de son surpoids,ce qui signifie que souvent il reste des kilos (par exemple 20% du surpoids).Je lis souvent que les gens ont peur de trop maigrir,ça arrive parfois si on déclare des TCA de type anorexiques,mais le plus souvent les gens restent en léger surpoids.il ne faut pas chercher à atteindre un poids plus bas en se privant,il faut bien comprendre qu'un corps qui a été obèse a peu de chance de rester mince sans privation à long terme et ne pas retomber dans le cercle des régimes qui peuvent aussi mettre en danger les résultats de la sleeve.Faire un 42/44 après une sleeve est très satisfaisant,le plus important est de stabiliser son poids sur le long terme.
47 ans Paris 9873
happinesstherapy a écrit:
Autre point,il faut aussi bien savoir que la sleeve permet de perdre un gros pourcentage de son surpoids,ce qui signifie que souvent il reste des kilos (par exemple 20% du surpoids).Je lis souvent que les gens ont peur de trop maigrir,ça arrive parfois si on déclare des TCA de type anorexiques,mais le plus souvent les gens restent en léger surpoids.il ne faut pas chercher à atteindre un poids plus bas en se privant,il faut bien comprendre qu'un corps qui a été obèse a peu de chance de rester mince sans privation à long terme et ne pas retomber dans le cercle des régimes qui peuvent aussi mettre en danger les résultats de la sleeve.Faire un 42/44 après une sleeve est très satisfaisant,le plus important est de stabiliser son poids sur le long terme.


C'est très juste.

Pour ma part, un 46 serait déjà inespéré et ultra satisfaisant! :D
B I U


Discussions liées