MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Don de moelle refusée

N
33 ans 357
Voila la j'ai changé de photo comme ca pas de doute possible :D
M
76 ans 327
Concernant le don de moelle et les médecins de l'EFS ...

Je donnais mon sang, et maintenant surtout mes plaquettes dès qu'on me relançait. Le médecin ne me demandait rien.

Je perds du poids, on me relance, j'y vais. Là, le médecin me propose de m'inscrire sur le registre pour les donneurs de moelle. Je sais, je suis naïve, mais je n'ai pas fait le rapport de cause à effet.

Puis, je reprends du poids, on me relance, j'y retourne. Le médecin me demande mon poids, je le lui donne. Il me dit que ce n'est pas bien, que si c'est comme ça, il me retire du registre. Je lui ai répondu qu'il faisait ce qu'il voulait en pensant "Ah ! Mais mon grand, je suis tout à fait volontaire pour apporter de l'aide à mon prochain, si tu penses que ce n'est plus possible, tant pis ! Ce n'est pas non plus une partie de plaisir tu sais." Finalement, il m'a conservée sur le registre en me disant qu'il me laissait une chance, qu'on verrait la prochaine fois. Je pense qu'il n'a pas bien compris pourquoi j'ai éclaté de rire.

Aucun médecin ne m'en a reparlé depuis.

Quant aux raisons pour lesquelles ils préfèrent refuser les obèses, je peux arriver à comprendre leur point de vue. Mais je ne sais pas si les malades en face bénéficient du coup de toutes les chances, surtout quand on sait à quel point les chances sont infimes de trouver un donneur compatible en dehors de sa famille proche.
Oui les mal chanceux dans cette histoire, ce n'est pas les gens comme moi qui se prennent une claque face à des réflexions mais les malades ...
Tout ça parce que j'ai trop de kilos, je ne peux aider un malade avec qui je pourrais être compatible.

C'est vraiment triste. Ca fait presque culpabiliser.
caroline6 a écrit:
Oui les mal chanceux dans cette histoire, ce n'est pas les gens comme moi qui se prennent une claque face à des réflexions mais les malades ...
Tout ça parce que j'ai trop de kilos, je ne peux aider un malade avec qui je pourrais être compatible.

C'est vraiment triste. Ca fait presque culpabiliser.

Tu ne vas quand meme pas culpabiliser de la betise et des préjugés des autres!!!
Tu n'es pas responsable de ton poids!
Mellyne a écrit:
Puis, je reprends du poids, on me relance, j'y retourne. Le médecin me demande mon poids, je le lui donne. Il me dit que ce n'est pas bien, que si c'est comme ça, il me retire du registre. Je lui ai répondu qu'il faisait ce qu'il voulait en pensant "Ah ! Mais mon grand, je suis tout à fait volontaire pour apporter de l'aide à mon prochain, si tu penses que ce n'est plus possible, tant pis ! Ce n'est pas non plus une partie de plaisir tu sais." Finalement, il m'a conservée sur le registre en me disant qu'il me laissait une chance, qu'on verrait la prochaine fois.

"laisser une chance", non mais je reve...
c'est quoi cette facon de traiter les gens, en leur disant "c'est pas bien, si c'est comme ca je vous retire du registre"...
C'est quoi cette logique de baton et de carotte??? Comme si on faisait expres de (re)grossir!!! comme si on n'avait pas été sage et qu'on méritait d'etre puni...
Et comme si vouloir aider son prochain était une carotte, susceptible d'etre retirée si on n'est pas sage...
Qu'il y ait des risques, ok.
Qu'on informe les gens, ok.
Qu'on décide à leur place, je ne suis déjà pas d'accord.
Mais qu'on les infantilise ainsi, 10 fois non!!!!
41 ans 131
Je n'ai pas lu tous les posts mais je tenias à répondre au post initial.

Je suis donneuse de sang depuis mes 18 ans, je donne le maximum de fois qu'il est autorisé dans l'année. Je donne aussi plaquettes et plasma.
J'ai demandé une fois il y a quelques années au médecin pour le don de moëlle osseuse mais elle m'a répondu que je ne serai pas acceptée à cause de mon poids.
Les risques d'anéesthésie pour les obèses sont plus importants et ils ne veulent pas prendre ce risque. C'est sûr que ça diminue les chances pour les malades de trouver des gens compatibles mais je comprends tout à fait leur position.
Les dons ne doivent pas mettre en danger les donneurs bénévoles.

Je rajoute que le médecin que j'avais vu était elle-même obèse et qu'elle m'a dit qu'elle non plus ne pouvait pas donner à cause de son poids mais que le don de sang sauve déjà beaucoup de vie.
35 ans Lyon 125
il m'est arrivé quelque chose du même style mais pire (pas pour moi) :

je me suis inscrite sur le registre des donneurs dès ma majorité (en même temps que j'ai commencé à donner mon sang)
3 ans plus tard, on m'appelle pour un RDV préparatoire au don (donc il y avait un malade en face, compatible)
et lors de ce RDV on m'a expliqué, gentiment et sans jugement, que vu mon poids, ils ne pouvaient pas prélever
j'ai trouvé ça profondément absurde et limite "criminel" (le patient receveur aura-t-il pu trouver un autre donneur compatible et en "bonne santé" ?, si non, qu'est-il advenu du lui ?)

je donne toujours mon sang (groupe O) et j'ai bien indiqué que j'acceptais le prélèvement d'organes à mon décès mais je trouve que quelque chose cloche dans la médecine
surtout que des anesthésies générales, j'en ai eu un bon paquet dans ma vie et je suis toujours en un seul morceau ^^
Elianora a écrit:
il m'est arrivé quelque chose du même style mais pire (pas pour moi) :

je me suis inscrite sur le registre des donneurs dès ma majorité (en même temps que j'ai commencé à donner mon sang)
3 ans plus tard, on m'appelle pour un RDV préparatoire au don (donc il y avait un malade en face, compatible)
et lors de ce RDV on m'a expliqué, gentiment et sans jugement, que vu mon poids, ils ne pouvaient pas prélever
j'ai trouvé ça profondément absurde et limite "criminel" (le patient receveur aura-t-il pu trouver un autre donneur compatible et en "bonne santé" ?, si non, qu'est-il advenu du lui ?)

je donne toujours mon sang (groupe O) et j'ai bien indiqué que j'acceptais le prélèvement d'organes à mon décès mais je trouve que quelque chose cloche dans la médecine
surtout que des anesthésies générales, j'en ai eu un bon paquet dans ma vie et je suis toujours en un seul morceau ^^

Ca me semble vraiment choquant. On préfère laisser mourir une personne X (sachant la probabilité de trouver un donneur de moelle compatible, il ne faut pas trop rever...) que de prélever une personne Y volontaire mais obèse (j'ose supposer que tu es au moins obèse, parce que si tu es seulement en surpoids ce sont vraiment des débiles profonds!)...
35 ans Lyon 125
je suis effectivement obèse (au sens médical du terme) mais je l'étais un peu moins à l'époque qu'aujourd'hui (mais quand même au dessus de leur limite a priori)

j'avais aussi trouvé ça choquant (d'ailleurs, j'avais cessé de donner mon sang pendant quelques temps)

ce que je ne comprends pas surtout, c'est pourquoi le surpoids fait courir plus de risque lors d'une anesthésie
si encore leur raison était qu'il est plus difficile d'atteindre la moelle à travers le gras, je pourrais comprendre...
Elianora a écrit:
ce que je ne comprends pas surtout, c'est pourquoi le surpoids fait courir plus de risque lors d'une anesthésie

ça, c'est un fait établi (enfin, plutôt pour l'obésité que pour le surpoids, et plus ou moins selon le degré d'obésité)
mais à partir du moment où le donneur est prêt à courir ce risque et où le prélèvement est techniquement possible, pourquoi laisser mourir un malade pour ne pas le faire??? Je suis obèse morbide et quand on me fait une endoscopie (assez souvent à cause de mes antécédents familiaux), on ne me refuse pas l'anesthésie!!!
Donc si on peut prendre ce risque pour vérifier l'absence d'un cancer dans un contexte de prédisposition familiale on doit aussi pouvoir le prendre pour sauver un tiers si le donneur est d'accord pour prendre ce risque!
Qu'on l'informe, oui, bien sûr. Mais pourquoi est-ce qu'en France on a toujours besoin d'infantiliser les gens et de décider à leur place???
48 ans à la maison ! 10072
aurelie3367 a écrit:
Elianora a écrit:
ce que je ne comprends pas surtout, c'est pourquoi le surpoids fait courir plus de risque lors d'une anesthésie

ça, c'est un fait établi (enfin, plutôt pour l'obésité que pour le surpoids, et plus ou moins selon le degré d'obésité)
mais à partir du moment où le donneur est prêt à courir ce risque et où le prélèvement est techniquement possible, pourquoi laisser mourir un malade pour ne pas le faire??? Je suis obèse morbide et quand on me fait une endoscopie (assez souvent à cause de mes antécédents familiaux), on ne me refuse pas l'anesthésie!!!
Donc si on peut prendre ce risque pour vérifier l'absence d'un cancer dans un contexte de prédisposition familiale on doit aussi pouvoir le prendre pour sauver un tiers si le donneur est d'accord pour prendre ce risque!
Qu'on l'informe, oui, bien sûr. Mais pourquoi est-ce qu'en France on a toujours besoin d'infantiliser les gens et de décider à leur place???


Parce que le médecin est responsable non seulement à ses propres yeux (bonjour la responsabilité s'il tue une personne saine sur le billard pour sauver une personne malade), mais aussi aux yeux de la famille, de l'entourage.
91 ans 9582
pis ça plombe les stats de l'hôpital quand un patient reste sur la table, et les assurances des médecins coûtent un bras ;)
trashrap a écrit:
Parce que le médecin est responsable non seulement à ses propres yeux (bonjour la responsabilité s'il tue une personne saine sur le billard pour sauver une personne malade), mais aussi aux yeux de la famille, de l'entourage.

Et s'il tue une personne en l'anesthésiant pour vérifier l'absence de cancer, c'est moins grave?
a-nonyme a écrit:
pis ça plombe les stats de l'hôpital quand un patient reste sur la table, et les assurances des médecins coûtent un bras ;)

Meme réponse qu'à Trashrap: ça plombe moins les stats et ça fait moins monter le prix des assurances si c'est pour une endoscopie?
91 ans 9582
quelqu'un qui est malade ou potentiellement malade, il est obligé de le soigner, serment d'Hippocrate...
B I U