MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Vous et la rancune

55 ans 91 25732
Tout à l'heure, dans le topic "état d'esprit du moment", je disais que je n'étais pas rancunière et que ça m'avait sûrement joué des tours, car si je l'avais été,  
je me serais peut être moins fait avoir dans ma vie, à divers niveaux.

Et vous, êtes vous rancunier ? Jusqu'à quel point ? Est ce que la rancune, ou l'absence de rancune vous a joué des tours, ou vous a servi ? Faut -il être rancunier ?
46 ans à la maison ! 10072
je suis comme toi, pas assez rancunière. Je ronchonne après les gens qui me créent des problèmes, mais je continue à me faire avoir de la même façon par les mêmes personnes.
A
35 ans Par ici 804
Pour être sur de bien se comprendre, faut s'entendre sur la définition : personnellement je pars du principe que la rancune est un sentiment de rancoeur durable, qui amène a vouloir se venger de l'acte qu'on aurait subi. mmouais... Ça correspond en gros au Petit Robert.

J'ai donc été rancunière, je ne le suis plus (ou moins - parce qu'on ne tend pas l'autre joue non plus, n'exagérons pas). Ceci au prix de beaucoup d'efforts.

Je ressens maintenant la rancune comme une faiblesse, de ce que j'ai pu ressentir, elle traduit fréquemment un manque de courage, en cela que ce n'est souvent que le report dans le temps d'une riposte qui n'est pas exprimée immédiatement. Ou mal exprimée. D'où une certaine déception de soi, et donc un désir de revanche.

C'est une chose de vouloir la vengeance parce qu'on est rancunière, s'en est une autre, plus noble selon moi, d'avoir appris simplement à se méfier et de ne pas se laisser avoir deux fois par la même personne.
L'absence de rancune n'est donc pas de la naïveté ou de la faiblesse, bien au contraire.
Personnellement, je peux donner une seconde chance à ceux qui m'ont fait du mal, mais reste un peu en alerte. Si je suis déçue, je les évite, tout bêtement.

Et puis, généralement, on est bien seule à cultiver sa rancune, et à y mettre de l'énergie. A quoi bon perdre son temps... l'autre, lui, aura bien vite fait d' oublier l'épisode et passera à autre chose.
A
35 ans Par ici 804
trashrap a écrit:
je suis comme toi, pas assez rancunière. Je ronchonne après les gens qui me créent des problèmes, mais je continue à me faire avoir de la même façon par les mêmes personnes.


Eh ben pour moi, ça veut dire que vous êtes des chouettes filles, parce que vous avez pas l'idée d'une revanche. Faudra peut être etre juste un peu plus méfiantes ;) mais ça fera pas de vous des rancunières, non?
46 ans à la maison ! 10072
A dire vrai, je ne prends pas cette absence de rancune comme un défaut ! ça peut me jouer des tours, mais ça marche avec mon côté optimiste.
A
35 ans Par ici 804
trashrap a écrit:
A dire vrai, je ne prends pas cette absence de rancune comme un défaut ! ça peut me jouer des tours, mais ça marche avec mon côté optimiste.


C'est ça, je pense pareil, sauf que j'ai l'optimisme méfiant.
89 ans 9582
0 rancune.
55 ans 91 25732
Dans mon interprétation du mot rancune, je ne mettais même pas la revanche.

Pour moi, être rancunier, c'est ne rien laisser passer à ceux qui vous font des crasses et sans aller jusqu'à la revanche, refuser d'avoir affaire à eux. C'est aussi ne pas pardonner.

Je me base sur ma maman, qui dit elle même qu'elle est très rancunière. Je ne l'ai jamais vue se venger à proprement parler, mais tous ceux qui l'ont cherchée l'ont trouvée. Et quand je lui parle de pardonner certaines choses, elle me répond que le mot pardonner ne fait pas partie de son vocabulaire. Concrètement, si vous lui faites une vacherie, pas la peine de revenir vers elle et de lui demander quoi que ce soit, même des années plus tard. Par exemple ma mère ne parle plus à mon ex mari et ne veut aucun contact avec lui. S'il s'y risque, il sait très bien ce qui l'attend. :twisted:

Mon compagnon est pareil. Avec lui on a droit à une chance pas à deux. On a bien sûr le droit à l'erreur, mais elle doit être involontaire. Si on cherche sciemment à lui nuire, il met un terme définitif à la relation (amicale, professionnelle, amoureuse...) avec la personnne et se tient à sa décision.

Alors que moi... Je pardonne plutôt facilement (un peu moins l'âge venant, tout n'est peut être pas perdu ! :lol: ) et je trouve souvent des excuses, ou au moins des explications à certains comportements.
38 ans très au sud 7738
Je crois que je ne suis pas rancunière sans être maso non plus.
Les personnes que j'ai éloigné de ma vie (la famille de mon père par ex) m'ont fait de sérieuses crasses à moi mais surtout à mes parents (ce que je pardonnerai bien moins facilement que les crasses faites à moi, les crasses qu'on fait à ceux que j'aime). Je ne les poursuis pas d'une quelconque vindicte, c'est de l'indifférence. Pour moi ils n'existent plus point barre.
Mais il en a fallu pour en arriver là hein...

De par mon métier avec les ados j'ai très vite appris que la rancune ne servait à rien et que si je m'aventurais sur ce terrain je me boufferai vite fait le foie. Je ne me laisse pas marcher sur les pieds mais je ne tiens pas rancune dans le domaine pro, et j'y veille (pour les notes et les appréciations surtout). Mais ce sont des ados, ça évolue vite un ado c'est par définition un adulte en plein devenir.
Avec les collègues déjà je n'en fait pas des amis proches, je n'aime pas trop mélanger les domaines donc ça limite. Mais par ex mon chef d'établissement qui m'enquiquine bien comme il faut ben je reste de marbre et j'ai préparé ma sortie. Je fais en sorte de changer la situation et ensuite je suis indifférente. Je ne vais pas faire la fanfaronne (ouais bon OK j'ai bien songé aller m'habiller en poussin géant et chanter sur son bureau "J'ai le CAPES au revoir chef d'établissement!") mais dans les faits je reste neutre et la jubilation de savoir que je l'enquiquine profondément (derrière son indifférence à lui aussi) me suffit.

Avec mes amis je n'ai pas eu à être rancunière, j'ai de la chance. Pendant un temps ça se passait mal avec le conjoint d'une amie. Là je vais les revoir (je suis restée en contact virtuel avec elle), je me dis que maintenant avec 5 ans de plus au compteur, 2 gamins il aura évolué et que moi aussi j'ai évolué. Mais je sais aussi que je ne le laisserai pas mal me parler une fois de plus, maintenant il aura du répondant en face. Mais là aussi je crois qu'il n'est pas couillon et ne s'y aventurera pas.

Donc sans être une tendeuse d'autre joue, je ne crois pas non plus être rancunière. Pis le ressentiment ça fait du mal surtout à celui qui l'a, l'autre en face ça lui fait souvent juste de belles jambes ^^
A
35 ans Par ici 804
Patty, il y a toujours des explications aux comportements des gens, sauf si on a affaire à de vrais psychopathe...

En général plus on vieillit, plus on pardonne facilement pour cette même raison ...mais moins on a envie de se faire ch... avec des c...
C'est pas de la rancune, c'est juste du confort de vie.
M
89 ans 1565
Patty a écrit:
Dans mon interprétation du mot rancune, je ne mettais même pas la revanche.

Pour moi, être rancunier, c'est ne rien laisser passer à ceux qui vous font des crasses et sans aller jusqu'à la revanche, refuser d'avoir affaire à eux. C'est aussi ne pas pardonner.

Je me base sur ma maman, qui dit elle même qu'elle est très rancunière. Je ne l'ai jamais vue se venger à proprement parler, mais tous ceux qui l'ont cherchée l'ont trouvée. Et quand je lui parle de pardonner certaines choses, elle me répond que le mot pardonner ne fait pas partie de son vocabulaire. Concrètement, si vous lui faites une vacherie, pas la peine de revenir vers elle et de lui demander quoi que ce soit, même des années plus tard. Par exemple ma mère ne parle plus à mon ex mari et ne veut aucun contact avec lui. S'il s'y risque, il sait très bien ce qui l'attend. :twisted:

Mon compagnon est pareil. Avec lui on a droit à une chance pas à deux. On a bien sûr le droit à l'erreur, mais elle doit être involontaire. Si on cherche sciemment à lui nuire, il met un terme définitif à la relation (amicale, professionnelle, amoureuse...) avec la personnne et se tient à sa décision.

Je suis exactement comme ça. Je ne me venge pas parce que je pense que ça ne règle rien,quoique ça dépend :lol: Ma soeur m'a traitée une fois de "fille facile" et je lui en ai voulu pendant des années,jusqu'à ce qu'on ait l'opportunité d'en rediscuter quand elle m'a parlé de sa vie sexuelle et si je l'ai pas traitée de "fille facile" (c'est contre ma religion :lol: ),je lui ai balancé qu'elle m'avait traitée de "fille facile" pour moins que ça.
Je me rappelle que lors de ma 1ère expérience pro,j'avais appris au bout de quelques mois qu'une des employées me critiquait par derrière. J'ai arrêté de lui dire bonjour et de lui adresser la parole séance tenante.
30 ans La Ville Rose 2301
Selon ma Maman c'est mon principal défaut :/ Et je le pense aussi.
Je suis hyper rancunière, je ne pardonne pas ( même longtemps après. A ce jour je n'ai jamais accordé mon pardon à quelqu'un qui m'a offensée, ni même réellement accepté les excuses les rares fois où il y en a eu, je prends juste note disons ), il peut m'arriver d'oublier l'objet du conflit mais pas le résultat ( = je t'en veux à mooort lol ) et malheureusement il peut aussi m'arriver d'éprouver le besoin de vengeance.
Voilà, la part sombre de ZouZou !!! :lol:

Bon je dis tout ça avec humour, mais en réalité je travaille beaucoup sur cet aspect de ma personnalité, d'où mon intérêt pour ce topic et un risque de pavé ( on verra, si c'est un pavé je m'excuse d'avance ).

Je l'ai toujours été mais j'ai pris conscience de l'étendue que ça a chez moi il y a quelques années, principalement avec mon ex, mais pas que. ( Après pas mal d'hésitations, je me décide à donner des exemples mais je tiens fortement à préciser que je ne suis pas du tout comme ça au quotidien, je suis très humaine ).
Concrètement, s'il arrive quelque chose de négatif à une personne qui m'a fait du tort, je vais m'en réjouir. ça va de la voir pleurer pour un truc bidon au ... Décès, d'un parent de cette personne ou de la personne elle-même ( c'est d'ailleurs cet événement qui m'a ouvert les yeux à la base, je me suis trouvé totalement inhumaine de me satisfaire de ça et pourtant, pas une once de remords ... La cause ? Il faisait parti de ceux qui se moquaient de moi au collège ).
Puis il y a eu mon ex, et contrairement au point précédent dans lequel ça s'arrête à la satisfaction, ici il y a eu le besoin de vengeance. J'ai essayé de pardonner, j'ai sincèrement essayé mais je n'ai pas pu. Alors j'ai mis plus d'un an à peaufiner mon projet, et à l'instant même où il a abouti ( mon ex n'était pas encore au courant ), j'ai senti littéralement une forme de libération, quasi physique, comme quand on respire après être resté trop longtemps sous l'eau. J'imagine que c'est ce que les gens capables de pardonner ressentent ... ? Et voir la tête de mon ex quand il a su, ça n'avait pas de prix.
Mais depuis ça je me questionne pas mal, parce qu'à cette époque j'étais comme une version alternative de moi ( intérieurement très triste, brisée et très très en colère ) et je ne m'aimais pas du tout ainsi. C'est difficile à expliquer ( je ne suis pas psychotique je précise ), enfin je pourrais mais c'est déjà assez long, pi je veux pas égratigner mon image :lol:

Je ne suis pas susceptible ou capricieuse ... J'ai de la rancune quand une personne me fait quelque chose en sachant pertinemment que ce quelque chose est négatif, peut me blesser etc. Un peu comme les enfants qui vous regardent dans les yeux, un peu hésitants, en sachant qu'ils vont faire une bêtise puis la font, et pensent qu'ils vont échapper à une punition avec un " désolé ". Bah c'est pareil, d'où le fait que je ne pardonne pas. Comme on dit chez moi " Un " pardon " ne guérit pas une bosse ". Si quelqu'un me blesse involontairement, bah ça peut arriver, on est tous humains, je lui en touche un mot gentiment, sans en faire un plat, pour expliquer mon ressenti et voilà. A partir de ça je considère que la personne sait, et que si elle recommence, je considère qu'elle le fait sciemment. Du coup les situations sont rares.

Est-ce que la rancune me sert ? Un peu oui, dans la mesure où la personne me fera le coup 1 fois mais alors sûrement pas 2 ( ça m'est arrivé avant, et ça me met en colère contre moi-même, c'est pas pratique à gérer ! ). Mais parfois ça me stresse un peu, on ne sait pas de quoi demain est fait ... Vous imaginez dans un cadre professionnel ( genre mon/ma supérieur est quelqu'un qui je déteste ou qui me déteste ) ?! Ou administratif ? ça m'embêterait d'avoir des complications dans ces domaines à cause de mon incapacité à laisser couler.

Faut-il être rancunier ? Bah je ne le conseillerais pas. Je suis en phase avec ça parce que je le ressens franchement au fond de mes tripes. Mais ce n'est pas pratique. Je pense que la capacité à laisser couler, à passer sur les choses est plus bénéfique. C'est d'ailleurs pour ça que je me tâte à aller consulter un psy afin arrêter d'être comme ça, au moins essayer, et qu'en attendant je fais un peu d'introspection.

( Hummmm c'est plus un pavé, c'est un parpaing !!! )
46 ans à la maison ! 10072
avoir de la rancune, c'est garder une colère. Or la colère, ça bouffe de l'intérieur.
A
35 ans Par ici 804
Zouzou, t'es humaine quoi.
Qui n'a jamais souhaité le pire à quelqu'un ici?
A
35 ans Par ici 804
Après, comme trash, mieux vaut ne pas garder cette colère bien longtemps!
B I U