MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Bonjour, Je m'appelle Alexia et j'ai 22ans.Je travaille avec des

A
34 ans 3
Sheity a écrit:
Bonjour, je te comprends Alexia, tu as essayé de t'éloigner d'eux ?
On peut en parler en privé si tu veux bien.

Amicalement

Je m'appelle Alexia  
et j'ai 22ans.Je travaille avec des enfants depuis deux ans. Je prends aujourd'hui mon courage a deux mains car j'ai beaucoup trop de choses sur le coeur et je ne sais absolument pas comment les faire sortir alors je me permet de faire ça ici.
Je suis grosse depuis que je suis toute petite, ce n'est pas une légende tout le monde le sait. J'ai toujours été le vilain petit canard garçon manqué et gros de mon groupe d'amis, on tente de porter des fringues toujours + couvrantes et discrètes achetées chez les hommes bien sur.
Lors de nos sorties j'ai l'impression d'être transparente aux côtés de mes amies qui n'ont jamais eu ce soucis la, j'ai toujours eu peur de leurs dires que personne n'aime les grosses.
Je souffre aussi d'un problème aux ovaires, plus précisément des ovaires dites « poly kystiques ». Mes ovaires sont entourées de micros kystes et cela provoque des problèmes d'hormones et d'une hausse de testostérone, autrement dit j'ai énormément de poils surtout sur le visage comme les hommes. J'ai l'impression que cette image de poilue me suivra toute ma vie et que je ne me detacherai jamais de la «moustachue» ou la «barbue».
J'ai subis des agressions sexuelles de la part de mon cousin quand j'avais 5-6ans et je baigne dans une famille ou le viol se répercute de génération en génération. Mon père et mon frère étant concernés par ces situations.
Bref petite introduction pour dire que je ne me suis jamais autant sentie seule a cause de ma condition de grosse poilue traumatisée.
J'ai l'impression que quelque chose déraille avec moi et que j'ai un réel problème d'identité... Pas seulement au niveau du sexe mais c'est omniprésent.
La plupart de mes amis étaient en grosses difficultés pendant l'adolescence et moi en bonne poire j'ai voulu les sortir de leurs merdes, j'ai réussi. Aujourd'hui la plupart de ces amis n'en ont plus rien a carrer de ma tronche car je n'ai pas l'impression de rentrer dans leurs codes de «pseudo couple parfait».
Je me sens plus seule que jamais car j'habite dans la même ville depuis ma naissance et ma réputation de «seule, grosse, poilue, solitaire» me précède.
J'ai l'impression que mon passé pèse tellement sur mes épaules que je suis entrain de me noyer.
J'ai bien conscience qu'il se passe des choses atroces dans notre monde mais je ne comprends pas pourquoi je n'ai pas le droit de vivre comme les autres. Je ne comprends pas pourquoi je n'ai pas le droit de pouvoir ne serait-ce qu'une fois pouvoir passer du bon temps avec quelqu'un, me confier et me reposer. Je n'ai jamais eu de relation de type amoureuse dans ma vie, seulement quelques bisous et un ou deux plans culs discrets.
Je souffre beaucoup de cette situation parce que je me dis que j'ai surmonté énormément de choses mais que la solitude affective c'est entrain de me bouffer.
Si quelqu'un a ne serait-ce qu'un petit conseil a me donner même s'il est dur et honnête je prends.


Je vous remercie de votre lecture, n'hésitez pas a être honnête.
M
32 ans 23
Discuter avec votre médecin pour prendre du millpertuis en gélule cela pourrez vous aider un peu au niveau du moral. Ca a un effet antidépresseur et dynamisant.

Le réel problème est sur vous n avez pas confiance en vous. Vous avez une image tellement négative de vous que forcement ça ne peut pas aller pour vous ou dans.vos relations aux autres.
Quand on essaye de se cacher on en devient transparente oui. Vous cachez votre corps dans vos vêtements d homme, vous cachez sans doute vos émotions aussi, votre mal-être, et ce secret ultime d ageession dans votre jeunesse. A quelle moment pouvez vous vous libérer et être vous-même sans vous poser de questions ? Sans doute aucun pour le moment.
Parler à un professionnel s est bien, mais vos émotions intérieur sont tellement lourde à porter que ce n est pas assez libérateur. Parce que encore une fois chez un psy s est caché et secret bien gardé. Je dis absolument pas qu il faut crier votre histoire sur tous les toits. Mais trouvez une manière de vous exprimer autrement. L ecriture, la peinture, la danse, la musique, le chant, quelque chose qui vous parle ou que vous n avez jamais osé faire et qui pourquoi pas pourrait vous plaire.
B I U