MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Peu d'estime de soi à cause de ses études??

A
31 ans 1018
alors voila, j'aurais voulu savoir si beaucoup d'entre vous sont en manque d'estime d'eux même dans un cadre bien précis...les compétences intellectuelles
Pour préciser, depuis quelques temps je me sent super  
dévalorisé et inférieure a toutes les personnes qui étaient mes amis il y a encore quelques mois...depuis je ne répond pu a leurs messages, je me coupe du monde bref je ne supporte pu d'être en contact avec eux et leur égos surdimensionnés...
Je m'explique, je suis sortit de TS en juin avec le bac en poche...Bon je sais qu'il existe de vraie bonne TS mais moi j'ai eu la vraie, celle ou la compétition est de mise, ou les plus """"""nuls"""""""" font figures de délinquants enfin bref...mes amis, tous des "S" comme ils disent, tous rendu en fac de médecine qu'ils adoooooore, en prépa ingénieur, prépa polythèque, fac de pharma et blalalaala
Ils adorent tous leur "nouvelle" vie, tout va bien, ils arrivent tous, trop facile etc...
Le vase commençais déjà a débordé chez moi qui ne suis pas du tout mais du tout comme sa, mais lors d'une soirée ce fut le summum.... un amis en prépa intégré polythèque, une amie en prépa math-sup et un mec que je ne connaissait pas en BTS informatique....et bien le pauvre sa a été sa fete...le mec de prépa lui a dit que LUI un jour il serait ingénieur, qu'il serait son patron a l'autre avec son "pauvre" BTS.
Sur le coup j'était choquée, outrée...mais c'est qui ce c******???
Au final je me rend compte qu'ils sont tous comme sa et que moi bah je suis la pauvre fille en BTS...Va falloir que je me ressaisise
34 ans 3056
Je te comprends car je suis un peu dans le même cas que toi.
Lorsque j'ai eu mon brevet, mes amies que je connaissais depuis le primaire sont toutes parties dans le même lycée et ont toutes fait un bac S, moi, je suis allée dans un autre lycée (parce que je voulais faire l'option histoire des arts) et j'ai fait L. Au bout de deux semaines j'ai arrêté le lycée mais là n'est pas la question. Au final, une est en médecine, la deuxième a fait une prépa d'ingénieur, et la troisième est infirmière, jamais aucune d'elle a redoublé et moi, j'ai redoublé ma seconde, j'ai fait un bts que j'ai loupé et là, je suis en première année de licence d'histoire. Comme toi, je me dis que je ne suis pas intelligente car je galère aussi en histoire (par exemple, aujourd'hui, je crise avec les institutions de la grèce antique...), c'est ce que j'aime et je ne suis pas excellente dans ce domaine, ça m'énerve.
Cependant, si ton bts te plait, que tu réussis et que tu trouves un boulot en relation avec et qui te plait ben après tout, peu importe que tes amis aient fait de prestigieuses études si au bout du compte, ils ne sont pas heureux dans leur boulot. Tu n'es pas moins intelligente, tu n'est pas moins cultivée, et puis, dis toi que le bts est extrèmement difficile (crois-moi, j'en ai fait l'expérience) et qu'il est très recherché par les employeurs ;)
41 ans 04 5576
J'ai un bac +5...

Quand j'ai commencé à bosser, j'ai travaillé avec des gens bac +8 minimum.
Ensuite j'ai changé de boite et je suis entrée dans une entreprise où je bossais avec des ingés complétement cons et des "bacs", voire des "brevets" qui m'en apprennaient et m'en apprennent encore tous les jours.

J'ai beau avoir un bac + 5, l'étendue des connaissances et de la culture, même hors domaine pro, de mes collègues me "souffle" tous les jours.

Tes petits copains sont jeunes, et réagissent comme des jeunes. Laisse leur le temps de voir ce que c'est, que le monde du travail, le vrai, celui où même si tu as un diplome, c'est au final ta valeur personnelle et ton experience qui compte.
38 ans 22/29 2570
Ecoute, parmis tes amis, tu en auras toujours qui auront un poste ou un salaire plus important que toi. Et alors?

J'ai un BAC+5. Je suis sortie d'Ecole de Commerce. J'ai dû trouver du boulot très rapidement pour payer mon loyer parisien. J'ai eu certaines expériences et je bosse maintenant en tant qu'assistante commerciale dans la pub. C'est un niveau BAC+2 mais je m'en fiche complètement.

Je m'éclate dans mon boulot, mon salaire est très bien pour un statut d'assistante et ça me suffit. Mes amis de promos bossent chez Publicis, Havas, Gefco, Arcelor... Et j'en passe. Oui, ils se la pètent et des fois me demande ce que je fous dans une p'tite boite de "m****" comme ils le disent.

Je leur répond avec un grand sourire que j'adore mon taffe, que contrairement à eux je ne suis pas stréssée et que je ne finis pas à 23h00 donc au moins j'ai une vie privée et que gagner 35K euros par an (oui, ils parlent comme ça :roll: ) ben je m'en fous!

Si tes études te plaisent et que tes amis sont pas contents ben tu les remets à leur place tout simplement. C'est ton choix et ils doivent le respecter.

Moi aussi à un momnet j'ai eu beaucoup de mal avec mes amis de promo par rapport à leur égo de jeunes cadres dynamiques. Mais maintenant, je les envoie balader quand ils parlent job ou salaires. On n'est pas là pour parler du boulot et faire une compettion par rapport aux salaires. Ils ont compris maintenant, ils me demandent juste si ça va comme je veux au taffe, après on passe à autre chose. ;)
109 ans Bretagne 1920
Tes "amis", excuse-moi de te le dire, sont de vrais imbéciles, immatures, qui ne savent pas faire la différence entre savoir, savoir faire et être, n'ont aucun recul sur le monde du travail et s'imagine que le monde n'attend qu'eux parce qu'ils ont fait des études poussées :roll: ; Reparles de tout ça avec eux dans 15 ans, je te parie que leur discours aura changé.

J'avais un ex ingénieur qui était une vraie tache, qui ne savait même pas faire cuire un oeuf et n'avait aucune, mais alors aucune culture générale. Il avait fait maths sup et maths spé + l'école d'ingénieur et se contentait de ça : il n'avait aucune conversation (je ne pouvais parler ni littérature, ni politique, ni société, ni ciné avec lui, rien, sorti de son domaine : les réseaux d'assainissement, les réseaux d'éclairage, ouais top comme conversation lors d'un dîner aux chandelles). Il était si ennuyeux que j'ai fini par le quitter :?

A l'inverse, je connais des gens qui n'ont pas fait des études très poussées et qui ont de la conversation parce qu'ils sont pleins d'humour, réfléchis, souvent cultivés (la culture générale n'a rien à voir avec le niveau d'études).

Et la promotion sociale, tes amis, ils en pensent quoi ? J'ai des agents dans ma collectivité qui réussissent le concours d'attaché (Bac+3 si tu le passe en externe) avec un simple brevet des collèges ;) !
46 ans albertville 1799
Je te livre aussi mon expérience sur ce sujet.

Pour résumer, Bac scientifique, DEUG de sciences (bac +2), école de commerce (bac + 5), mastère spécialisé (Bac +6, homologué niveau A de l'education nationale) que j'ai aussi fait en ecole de commerce.

Ca c'est pour mes diplomes.

Pour le côté ego, il est loin d'être démesuré pour la raison suivante. Lorsque j'ai pris mon premier job, on venait de nous bourrer le mou lors de la remise des diplomes en nous disant que nous etions l'elite de la France et j'en passe.....

J'ai pris mon poste, tout le monde regardait mes diplomes, et effectivement mon ego s'en ressentait un peu. Toutefois lorsque je me suis retrouvé sur le terrain a traiter des sujets techniques j'étais, et de loin, à la traine par rapport à mon collègue qui avait un bac+2 mais qui avait 8 ans d'expérience. Et je suis passé pour un gros nul. Et mon ego s'est largement dégonflé.

Aujourd'hui, je me sens assez "expert" sur mon métier mais cela est du à mon expérience et tout ce que j'ai pu apprendre sur le terrain.

Alors rassure toi, à partir d'une certaine ancienneté, on ne regarde plus ce que tu as comme diplome mais ce que tu as accompli en entreprise.

Et à titre personnel, lorsque je recrute quelqu'un, désormais, je ne m'attache plus du tout à la valeur de son diplôme mais à sa personnalité (considérant qu'il saura s'adapter dans sa nouvelle fonction même s'il n'a pas d'expérience).

Ces gens là qui se prennent pour des "cadors" sont des vrais cons. Et je vais même plus loin, certains diplômes jouent en leur défaveur lorsque je reçois des CV.

Et puis il faut relativiser, l'accomplissement personnel (sport, association, vie de famille, humanitaire) me semble bien plus important en regard de la réussite professionnelle qui répond, elle, à des règles qui ne sont pas en phase avec certaines valeurs humaines.
M
36 ans 187
Coucou.

Je pense que je comprends ce que tu vis car je le vis d'une manière différente...

Je suis professeur des écoles (j'ai donc un niveau bac+3 vu que les deux années de formation ne comptent pas).
L'année dernière (j'étais en formation donc stagiaire), j'avais une classe de CM1 dans une ville assez aisée. Et bien les parents me regardaient de haut. Un peu comme si je n'étais pas une vraie enseignante et que, comme eux ils sont friqués et diplômés, ils avaient le droit de me regarder de haut.


D'un autre côté, il faut sans cesse que je rappelle aux gens que le fait que mon homme n'ait rien de plus que son brevet ne me dérange pas du tout, du moment qu'il a un boulot, et que le fait qu'il gagne moins que moi non plus ne me gêne pas...

Mais les gens ont coutume d'une part de penser que les diplômes font l'intelligence (hors c'est faux, certaines personnes très intelligentes ne sont pas "faites" pour les études), d'autre part de penser que les gens qui ont des diplômes n'ont pas le droit (ou l'envie) d'être en compagnie de gens qui n'en ont pas.
3923
" On fait avec ce que l'on a " répondrais-je.

A savoir qu' à leurs âges,ma foi,pour se faire valoir,je ne vois pas vraiment ce qu'ils ont d'autres en main,alors autant leur en laisser jouir,la vie leur redonnera peut-être un peu plus d'humanité avec le temps.

Pour le BTS informatique,si tu te débrouilles bien,tu peux te récupérer un cursus long bien que le DUT soit à préférer pour cela.

Bon,et arrête de frimer avec ton BTS d'informatique à 20 ans, simplement parce que je le passe 15 ans après toi ! ;)

( Même si je commence à me dire que c'est pour ma culture personnelle,le "marché du travail" nous percevant comme un peu trop proche de la cinquantaine surtout dans ce domaine...)
38 ans Saint Etienne 428
ouh là là ça rappelle des souvenirs.
J'ai fait mon lycée dans un LYP ( lycée polyvalent= général+technique). En terminale (j'étais en STI) nous faisions sport avec une classe de S et dans le vestaire (étant la seule fille de ma classe je le partageais avec les S) j'en prenais plein la gu****: du genre avec ton bac technique tu vas finir chomeuse, de toute façon le technique c'est pour les cas soc, ya que le S qui est bien etc....

Perso ça ne m'a jamais affectée, j'ai des amis qui ont fait tout les style d'études et je ne m'arrête pas à ça.
Mais bon j'ai pu prendre ma revanche, sans le vouloir, il y a quelques temps. Je m'achetais un panini et la fille qui me le sers était une des filles de cette term S ( je tiens à préciser que j'ai passé le bac il y a 5 ans), par politesse je lui demande ce qu'elle devient.

Elle me répond qu'après son bac elle a fait plusieurs années de fac et que maintenant elle vends des paninis parce qu'elle trouve rien d'autre comme boulot. Puis elle me retourne la question: moi? je bosse en bureau d'études où je suis responsable des essais. J'ai fait quoi après le bac? un BTS c'est tout.

Enfin bref, les études c'est pas très important, le principal c'est de faire un boulot qui nous plaise quel qu'il soit.
3923
Encore faut-il avoir la qualification ad-hoc....
T'inquiète donc pas, ton histoire me fait penser à une parole d'une vélérienne qui disait ne pas vouloir répondre aux vélériens qui avaient un niveau inférieur à Bac +4, jusqu'à maintenant toutes les vélériennes s'expriment normalement.

H.S. pour ta signature, tu devrais enlever l'espace entre le/ et le 2ème crochet et l'espace avant le M de Mon blog, là où j'ai mis des étoiles ;)
[url=http://www.vivelesrondes.com/Ame2/* ]*Mon blog VLR[/url]
et ça fera ceci
Mon blog VLR ;)
Fin du H.S.
A
36 ans Nice 21965
Ganateme1er a écrit:
T'inquiète donc pas, ton histoire me fait penser à une parole d'une vélérienne qui disait ne pas vouloir répondre aux vélériens qui avaient un niveau inférieur à Bac +4, jusqu'à maintenant toutes les vélériennes s'expriment normalement.


c'etait de l'humour certes assez special mais elle disais ca pour provoquer :roll:
A
31 ans 1018
Ganateme1er a écrit:
H.S. pour ta signature, tu devrais enlever l'espace entre le/ et le 2ème crochet et l'espace avant le M de Mon blog, là où j'ai mis des étoiles ;)
[url=http://www.vivelesrondes.com/Ame2/* ]*Mon blog VLR[/url]
et ça fera ceci
Mon blog VLR ;)
Fin du H.S.


Merci bien j'avais meme pas remarqué :oops:
47 ans Face au vent 5339
Tiens tiens, ça me rappelle quelque chose ça... :?
J'ai eu un très bon bac C (ben oui je suis trop vieille pour la génération des bac S :P ), avec mention et tout le patacaisse, j'ai fait une excellente prépa, mais j'ai dû stopper net en spé parce que j'avais des ennuis de santé sérieux. Après avoir erré en fac, eu mes diplômes avec facilité (vive la prépa) mais sans réellement m'investir, je me suis retrouvée en licence, à épouser mon chéri d'alors, et à faire un p'tit bout d'homme :D
Mes parents m'ont complètement lachée, coupé les vivres et pour faire ses études, entretenir son bébé sans salaire, ben y a pas il faut bosser. Mon mari faisait son service militaire, touchait 200F par mois, alors j'ai passé ma licence, l'ai eue de justesse, ai fait un trait sur mes études pour voir autre chose.
J'ai fait une formation en alternance, obtenu l'équivalent d'une MIAGE, et ai bossé 10 ans, élevé mes enfants. Si je n'ai jamais un seul instant regretté mes choix, je n'avais jamais réussi à me démontrer que je valais quelque chose intellectuellement parlant. Ma carrière allait cahin caha, je n'arrivais pas à capitaliser nulle part et "faire carrière". Je n'ai aps arrêté de changer de boîte, oh certes j'ai eu de plus en plus de responsabilités et on pourrait dire que ma progression était certaine, mais je n'étais pas satisfaite. J4étais toujours en quête de reconnaissance.
Après les attentats du 11 septembre 2001, la bulle économique high tech a éclaté et la start-up dans laquelle je faisais du consulting a mis la clef sous la porte. Puisque je ne trouvais pas de boulot, et que j'étais toujours frustrée de ne pas avoir ce fameux bac+5, je me suis engagée dans une formation pour l'obtenir. J'ai donc fait un mastère en management.
A ma grande surprise, je me suis tapée tout le long de l'année plus de 17,5 de moyenne (sur 20). A ma soutenance, j'ai eu mon diplôme avec les félicitations du jury, on m'a offert de faire valider mon mémoire en DEA, validation que j'ai soutenu encore une fois avec un succès que je n'attendais pas.
Sur ma lancée, j'ai voulu me lancer dans un doctorat, mes là les problèmes financiers m'ont rattrapée, et je suis ressortie des bonheurs académiques. En recommençant à bosser j'étais très frustrée. Mes proclématiques de recherche (fondamentale en socioéconomie) m'avaient mis à des années lumières au-dessus des réalités terrain, je n'avais pas pris la grosse tête, mais restais persuadée qu'il fallait que je fasse mieux que les autres pour arriver à leur niveau... :oops:
Puis j'ai rencontré Zhom, ingénieur, docteur en chimie, en physique nucléaire, ses amis qui sont devenus mes amis, qui sont eux aussi chercheurs en asstrophysique, en immunologie, en virologie, en histoire, même son père professeur pasteurien, membre du Collège de France... :shock: Avec une très grande douceur, ces gens m'ont dit qu'ils me trouvaient intelligente et cultivée. Si tu savais, j'ai mis des années à arrêté de leur dire qu'ils avaient tort, et maintenant je ne suis pas sûre de pouvoir les croire. Ils me le disent pourtant, et me le démontrent, me consultant comme une personne dont le savoir, dont l'avis sur divers sujets a de la valeur.
Alors je me suis détendue. JE pense maintenant être... assez intelligente pour ce que j'ai envie de faire, à savoir travailler dans le sens de mes convictions. Je me suis engagée dans une filière pro tout autre de celle que j'avais suivie, et ai accepté une proposition de poste dans le secteur social. Je n'aspirais plus à une reconnaissance particulière, j'aime ce que je fais parce que j'ai le sentiment que mon travail a du sens. Mais la reconnaissance est venue avec une progression de carrière dont jamais je n'aurais osé rêvé. 8)

Tu sais je pense que finalement, je n'avais pas besoin de la reconnaissance des autres, j'avais besoin de la mienne de reconnaissance. J'avais besoin de me savoir, non pas intelligente, mais capable, tout simplement. :) Capable de faire quelque chose qui donne sens à mon existence, capable d'exercer un travail dont je suis fière, non pas parce qu'il épate la galerie mais parce que je m'y sens avoir une valeur ajoutée.

On en arrive à l'éternel problème de l'étagère : le tout est de trouver sa place, et le reste vient avec :D
Pour ça malheureusement pas de recette, il faut continuer d'explorer. Sa place, on ne la trouve pas, on la rencontre par hasard sur le bord du chemin 8)
39 ans 3006
Tu n'as rien à leur envier, tu sais. Je prendrai l'exemple de mon frère, vraiment loin d'être bête, mais pas fait du tout pour le cadre scolaire. Il a enfin passé un diplôme qui lui tenait à coeur, après des années d'échec.. Lui, l'échec scolaire, la honte de mon père, est devenu professeur de golf, pro en plus. Et il fait ce qu'il aime. Ne regarde pas autour de toi, mais suis ton envie. Je suis sortie la tête bourrée par mes profs avec mon bac +4, résultat j'ai commencé à bosser en tant que caissière. En m'écoutant j'ai trouvé quelque chose qui me correspond. Mais il ne faut pas écouter ceux qui dénigrent les non diplômés.
B I U


Discussions liées